Index du forum
Index du forum
« Toute l'actualité du Racing Club de Strasbourg Alsace vue par ses supporters »
Voir les messages sans réponses | Voir les sujets actifs Nous sommes le 1 Déc 2020 15:25



Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer de messages ou poster d’autres réponses.  [ 40 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4  Suivante
 [19/20] 26ème J : Strasbourg / Amiens - 0/0 
Auteur Message
Président@Directoire
Président@Directoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 8 Fév 2012 14:18
Messages: 19334
Localisation: Dorlisheim
RACING: Sels - Simakan, Koné, Mitrovic (cap.), Lala - Bellegarde, Sissoko - Waris, Thomasson, Zohi - Ajorque.

AMIENS: Gurtner - Calabresi, Opoku, Chedjou, Dibassy - Zungu, Blin - Otero, Kakuta, Diabaté - Guirassy.


22 Fév 2020 19:54
Profil
Président@Directoire
Président@Directoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 8 Fév 2012 14:18
Messages: 19334
Localisation: Dorlisheim
Je me demande a quoi chez pensé en mettant 4-1. :(


22 Fév 2020 21:56
Profil
Manager général@Directoire
Manager général@Directoire

Inscription: 14 Aoû 2002 20:22
Messages: 13502
Localisation: Madrid
Quel mauvais match du racing,

Amiens était pourtant très pauvre.

Je trouve le duo Thomasson-Ajorque court physiquement, tandis que Zohi-Waris ont été trop individualistes.

Bref, un racing très peu inspiré et un peu endormi, c'est dommage..


22 Fév 2020 21:58
Profil
Président@Directoire
Président@Directoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 8 Fév 2012 14:18
Messages: 19334
Localisation: Dorlisheim
Le racing peut nourrir des regrets au terme d'un match poussif face à une équipe amiénoise regroupée en défense. Si Ajorque et Zohi ont tenté leur chance, c'est Djiku qui est passé tout près d'ouvrir le score dans les arrêts de jeu. Le RCSA est provisoirement 6e, Amiens premier relégable.


22 Fév 2020 22:00
Profil
Secrétaire général@Directoire
Secrétaire général@Directoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 20 Jan 2005 15:00
Messages: 7799
Localisation: Mulhouse
Le top : l'arbitre, qui avait la volonté de laisser jouer le plus possible, mais qui a malgré tout été obligé de sortir un nombre incroyable de cartons jaunes (majoritairement pour les Amiénois).

Le flop : le match, qui n'en n'était pas un.

C'est tout simplement la première bonne grosse purge à la Meinau cette saison. Même contre Metz et Monaco cet été, il y avait toujours eu une bonne mi-temps. Pas ce soir ...

PS : que cela lui plaise ou non, Djiku est un excellent milieu défensif. Outre le fait que ses interventions sont propres, il dégage en quelques minutes après son entrée en jeu une impression d'énergie qu'aucun autre milieu n'avait sur ce match.


22 Fév 2020 23:35
Profil
Recruteur@Staff
Recruteur@Staff

Inscription: 7 Jan 2018 17:46
Messages: 856
On est tous d accord, une purge ce match.
Amiens à mis le bus et beaucoup d agressivité, 6 cartons c'est vraiment trop.
Offensivement , on a commencé à voir Thomasson après la sortie de ce pauvre Waris pas épargné de coup.
Dommage de pas avoir gagné au vu des résultats de Monptellier et Monaco.


22 Fév 2020 23:52
Profil
Président@Directoire
Président@Directoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 8 Fév 2012 14:18
Messages: 19334
Localisation: Dorlisheim
dna a écrit:
Le Racing freiné par Amiens
Alors qu’il avait l’ambition d’atteindre la fameuse barre des 40 points face à Amiens, le Racing a été contraint hier soir à un second nul d’affilée. Les Strasbourgeois remontent néanmoins à la sixième place de la Ligue 1.
Le match aller à la Licorne, le 23 novembre, avait marqué un tournant dans la saison alsacienne. Avant de se rendre en Picardie, le Racing avançait à un rythme d’escargot loin de ses bases (un point en six déplacements). En trouvant enfin la faille sur la pelouse amiénoise, pour un succès net et sans bavure (4-0), c’est comme si un verrou avait sauté.

Le retour, hier soir, à la Meinau pouvait prendre la forme d’un autre tournant. Face au mal classé amiénois (19e), les Bleus avaient l’occasion d’atteindre la barre des 40 points en cas de succès, qui aurait été le douzième en L1 cette saison, souvent synonyme de maintien.

Toutefois, les Picards, qui restaient sur trois prestations intéressantes face à de grosses cylindrées du championnat – Monaco (1-2), Lyon (0-0), PSG (4-4) –, et en dépit d’une série d’insuccès longue de 13 matches, n’étaient pas venus tendre l’autre joue dans le Bas-Rhin. Et la première période, plutôt fermée, a démontré la solidité du bloc amiénois mais aussi sa capacité à initier des actions dangereuses grâce, notamment, à son maître à jouer Kakuta.
Sels met en échec Kakuta, Djiku tout proche d'un grand bonheur

Patient comme face à Reims, le Racing a donc tourné autour du pot sans vraiment faire trembler l’Alsacien d’en face, Régis Gurtner, dans le but visiteur. Seul Ajorque, après avoir ouvert les hostilités sur une tête hors cadre (7e), a fait parcourir un frisson dans les travées meinoviennes d’une reprise de volée bien sortie par le portier de l’ASC (33e).

La seconde période, tout en étant plus animée, n’a guère été plus spectaculaire. Lala a allumé une première mèche (54e) à laquelle a répondu un pétard de Kakuta bien éteint par Sels (57e). Zohi, lui, s’est signalé sur un raid qui a failli profiter à Ajorque (63e) tandis que Bellegarde n’a pas trouvé le cadre en bonne position (74e).

Face au Stade Rémois, un coup de pied arrêté avait permis de déverrouiller la situation. Hier soir, ce ne fut pas le cas et le Racing s’est cassé les dents sur la 19e défense du championnat malgré deux ultimes situations chaudes sur un centre de Thomasson (87e) puis une reprise en pivot de Djiku qui a fait briller Gurtner (90e+3). Avec ce deuxième nul consécutif, les Strasbourgeois continuent d’avancer et remontent même provisoirement au sixième rang.


23 Fév 2020 5:07
Profil
Président@Directoire
Président@Directoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 8 Fév 2012 14:18
Messages: 19334
Localisation: Dorlisheim
dna a écrit:
Le Racing tenu en échec par Amiens: quand ça ne veut pas…
Le Racing est tombé sur un os, ce samedi à la Meinau. Face à Amiens, qui était venu avant tout pour ne pas perdre, les Bleus n’ont pas trouvé de solutions. Ils se contentent d’un petit point. Mais un point malgré tout.

Parfois, il faut savoir se satisfaire de peu. Après avoir manqué de rafler la mise à Lyon dimanche dernier (1-1), un vilain nul, un petit point, ça se prend aussi, encore plus quand les adversaires directs aux premiers rôles – Montpellier, Monaco – ne gagnent pas.

Il faut savoir l’apprécier, en espérant que le grand frisson va se produire ultérieurement, quand les étoiles seront mieux alignées.

« On n’a pas la réussite, ça fait partie du jeu »


C’est que dans sa position de relégable, engoncé dans une série de treize matches sans succès, Amiens n’est pas venu à la Meinau dans l’intention de s’exposer. Pour contrecarrer l’attaque qui vient d’inscrire cinq buts en trois matches, le technicien slovène Luka Elsner déploie deux rideaux de quatre qui étouffent les ambitions alsaciennes.

« On a cherché à imposer notre rythme et notre jeu du début à la fin, sur une pelouse dont la qualité est vraiment limite, expose son confrère du Racing Thierry Laurey. En première période, il n’y avait pas grand-chose à espérer face à une formation très compacte, qui défend très bien et contre pas mal. »

Son équipe est incapable de se dépatouiller du marquage serré dans l’entrejeu, où Zungu et Monconduit exercent une pression constante sur le porteur du ballon, toujours à la limite de la faute, et souvent au-delà, comme en attestent les six cartons jaunes distribués aux Amiénois. « Ils se sont battus comme des chiens, ils n’ont rien volé », reconnaît Thierry Laurey.

Pour tenter de contourner le problème, Lala et les siens cherchent la profondeur, sur des ouvertures qui ne profitent à personne. Déjà parce que les passes ne sont pas assez précises. Et les rares fois où elles arrivent dans les pieds, les ailiers Waris et Zohi, dans un soir sans, ne parviennent pas à les bonifier.

Seul Ajorque pèse lourdement sur la défense picarde. Dos au but, le grand Réunionnais accapare l’attention d’Opoku et de Chedjou tout en ressortant presque toujours proprement la balle.

De face, il est aussi le seul à se montrer réellement dangereux. Sa tête à bout portant (7e ) et sa demi-volée dans un angle fermé (32e ) sont les deux seuls temps forts de la première période.

Sinon, qu’ont vu les spectateurs venus encore remplir en nombre les travées de la Meinau ? Eh bien rien, si ce n’est un festival de mauvaises passes, d’approximations techniques et de petites fautes qui cassent le rythme.

Les fringants Picards, qui avaient réussi à passer quatre buts au PSG – une performance – samedi dernier sans pour autant s’imposer (4-4) – une autre performance –, ne contribuent pas à rehausser le niveau. Parfois, on frôle même la parodie, tant la succession d’erreurs pique les yeux et provoque des hochements de tête désabusés.

Deux occasions, comme à Lyon

Il faut alors le soutien inconditionnel du mur bleu pour ne pas sombrer dans l’ennui. On se dit que la pause va permettre de se remettre les idées à l’endroit, histoire de repartir du bon pied et trouver une petite faille dans cette cuirasse, d’habitude bien moins hermétique (47 buts encaissés).

« On a dénoué les nœuds de la défense amiénoise et on a pris doucement l’ascendant, dit l’entraîneur strasbourgeois. C’est devenu un peu plus criard sur la fin. Malheureusement, on n’a pas la réussite, ou on n’est pas suffisamment adroit. Ça fait partie du jeu… »

Les entrées successives de Djiku, Mothiba et Liénard permettent d’apporter quelques solutions. En fin de match, comme dimanche dernier à Lyon, deux occasions nettes auraient pu permettre d’emporter le morceau. Mais Mothiba et Ajorque sont trop courts sur le centre de Thomasson (87e ), alors que Gurtner sauve les siens en repoussant la reprise du gauche de Djiku sur celui délivré par Liénard (90e +3).

La Meinau avait pris l’habitude de s’enflammer pour ses Bleus, qui avaient toujours trouvé le chemin du but, à l’exception de la venue de Rennes en début de saison (0-2).

Malgré tout, le Racing gagne une place au classement pour se retrouver sixième. Une petite consolation en cette soirée soporifique. Quand ça ne veut pas…


23 Fév 2020 5:12
Profil
Président@Directoire
Président@Directoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 8 Fév 2012 14:18
Messages: 19334
Localisation: Dorlisheim
dna a écrit:
Trop nombreux en dedans
Si la plupart des Strasbourgeois ont été moyens, quelques-uns ont évolué en dessous de leur niveau ce qui a donné lieu à un match assez faible.

Il n’y a pas eu de quoi s’enflammer devant le spectacle offert à la Meinau, ce samedi, vous l’aurez compris. Le onze, pour beaucoup magnifiques et conquérants à Lyon, étaient quasiment – un seul changement, Sissoko prenant la place de Lienard dans l’équipe de départ – les mêmes face à Amiens. Mais certains ont comme perdu une partie de leur football dans l’intervalle.

❏ SELS (5). – L’international belge n’a rien eu à faire si ce n’est quelques dégagements au pied et une intervention du poing sur corner, en première période. Il fait bien de détourner une frappe de Kakuta pour éviter la mauvaise blague (57e ).

❏ SIMAKAN (5). – Sur son côté droit, il était confronté à un Diabaté assez fulgurant dans ses courses. D’abord attentionné à ne pas se laisser déborder, il a tenté des incursions intéressantes dans le camp d’en face après la pause qui auraient mérité meilleur sort.

❏ KONÉ (6). – L’Ivoirien a pu donner une tournure favorable à la soirée, pas loin de trouver le cadre sur une reprise du gauche, à l’entrée de la surface d’entrée (3e ). Par la suite, il a fait preuve d’autorité pour donner de la solidité à la défense alsacienne.

❏ MITROVIC (5). – Le capitaine n’a pas fait dans la fioriture veillant à ne pas laisser l’athlétique Guirassy s’exprimer. Le Serbe sauve également le coup sur un centre d’Aleesami (67e ).

❏ LALA (5). – Le latéral gauche a alterné le bon sur quelques ouvertures vers Ajorque (33e , 60e ) ou une frappe des 30 mètres (54e ) et le quelconque quand Otero a réussi de rares enchaînements. Des changements d’aile ont pu initier des mouvements strasbourgeois.

❏ SISSOKO (3). – Un avertissement – le septième toutes compétitions confondues dans sa saison – sanctionne une réclamation, signe d’énervement après un premier quart d’heure raté. L’international espoir a récupéré quelques ballons pour se remettre les idées en place mais malgré l’énergie déployée, il n’a pas pu sauver sa soirée.

❏ BELLEGARDE (4).
– L’ancien lensois a assuré de bons replis défensifs (12e , 36e ) mais a semblé tétanisé à l’approche de la surface picarde ce qui a occasionné un gros raté (45e ). Il ne s’est pas découragé, a glissé une belle passe vers Lala (54e ) mais a mal fini en ratant des frappes improbables et en ratant nombre de passes. Remplacé par Lebo MOTHIBA (76e ).

❏ WARIS (3).
– Auteur d’un début de match tout feu tout flamme, au centre pour Ajorque par exemple (7e ), le Ghanéen a cherché à se montrer disponible, le plus souvent en vain. S’il a pu mettre Zungu, Chedjou ou Diabaté dans le jaune, l’ailier s’est montré vraiment trop effacé. Remplacé par Dimitri LIÉNARD (87e ).

❏ THOMASSON (3). – Le milieu offensif placé derrière la pointe a eu bien du mal à s’extirper de la tenaille Monconduit-Zungu. Pour ne pas arranger ses affaires, l’ancien Nantais a eu du déchet sur ses rares ballons, comme sur cette remise pas assez appuyée pour Waris (38e ). Une remise vers Simakan (53e ) ou un ballon en profondeur vers Ajorque (73e ) et un centre devant le but de Gurtner (87e ) ont constitué de trop rares éclairs dans un match raté.

❏ ZOHI (3). – Assez transparent pendant la première période alors qu’Arturo Calbresi ne semblait pas d’une sérénité éblouissante, l’ailier gauche s’est parfois recentré au grand dam de Laurey qui lui a dit une autre façon de jouer. Sa frappe cadrée, sans aucun danger pour Gurtner (58e ), a précédé une percée conclue d’un bon centre vers Ajorque (63e ) mais n’a pas sauvé sa médiocre soirée. Remplacé par Alexander DJIKU qui a évolué là où il ne veut pas jouer, au poste de sentinelle, et plutôt correctement, au point d’être à deux doigts le héros de la soirée en décochant une volée de toute beauté détournée par Gurtner (90e +2).

❏ AJORQUE (4). – Le Réunionnais s’est démené pour rendre la vie dure à l’axe Opoku-Chedjou. Le premier a vu jaune à force de recourir à des moyens illicites pour enquiquiner la pointe strasbourgeoise. Auteur d’un tir du gauche pas vilain sur un ballon exploitable (33e ), d’une bonne remise vers Bellegarde (45e ) ou vers Thomasson (60e ), il a plombé son bilan en ratant le ballon au second poteau qui ne demandait qu’à entrer dans le but amiénois (87e ). Dommage.


23 Fév 2020 5:16
Profil
Sélectionneur@InfosRacing
Sélectionneur@InfosRacing
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 11 Fév 2003 20:07
Messages: 17930
Localisation: Strasbourg
Sacrée purge effectivement. Le temps ne passait pas du tout en tribune à cause de tous ces temps morts (5 corners et 21 fautes durant la première mi-temps, sans compter les joueurs au sol ou encore les nombreuses touches).
Je n'ai pas compris pourquoi Sissoko s'est pris un jaune pour contestation et aucun amiénois n'en a pris pour la même raison. Et surtout, à partir du moment où un amiénois avait pris son jaune, il pouvait faire ce qu'il voulait. Par exemple leur 4, Opoku, ne doit jamais finir le match. Monconduit non plus et aurait dû prendre le sien bien avant la 80ème. Je pense d'ailleurs que c'est pour cette raison qu'il est sorti et il aurait même pu en prendre un lorsqu'il a traversé toute la largeur du terrain en marchant tranquillement. Étrangement l'arbitre ne lui a pas dit de sortir du côté où il était, et ne lui a pas non plus demandé de presses le pas.
Mais même tout ça n'explique pas pourquoi on a été aussi brouillons, un peu comme si les joueurs se découvraient pour la première fois.

Sinon pour parler des joueurs, le niveau était assez bas et aucun n'a vraiment joué à son niveau. Les coups de pieds arrêtés ont été catastrophiques et l'entrée de Mothiba n'a rien apportée du tout.
:) :) :) Sels pour avoir fait le peu qu'il avait à faire
:) :) Mitrovic
:) Simakan
:( Ajorque
:( :( Thomasson
:( :( :( Zohi

_________________
"Il n'est pas concevable que Strasbourg, capitale européenne, n'accueille pas l'Euro-2016" (Roland Ries, Jacques Bigot, juillet 2009)


23 Fév 2020 11:51
Profil
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer de messages ou poster d’autres réponses.   [ 40 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4  Suivante

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 3 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Rechercher:
Aller à:  
Développé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Designed by ST Software for PTF.
Traduction par phpBB-fr.com