Index du forum
Index du forum
« Toute l'actualité du Racing Club de Strasbourg Alsace vue par ses supporters »
Voir les messages sans réponses | Voir les sujets actifs Nous sommes le 26 Oct 2020 17:17



Répondre au sujet  [ 46 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5
 Jean-Ricner Bellegarde 
Auteur Message
Manager général@Directoire
Manager général@Directoire

Inscription: 3 Juin 2004 12:56
Messages: 12084
Localisation: Mont-de-Marsan - Landes
fan_racing a écrit:
Un enthousiasme et un optimisme qui font plaisir à voir. A l'instar de Caci ou de Fofana, il lui manque un peu un taulier au milieu de terrain dont il puisse s'inspirer pour progresser.

il a effectué à angers une prestation meilleure que toutes celles de martin depuis le début de saison :!:
un vrai taulier n'est pas encore dans les possibilités du racing


8 Nov 2019 15:20
Profil
Président@Directoire
Président@Directoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 8 Fév 2012 14:18
Messages: 19098
Localisation: Dorlisheim
dna a écrit:
Bellegarde, le retour de la sentinelle
Revenu d’une blessure au genou contractée début décembre, Jeanricner Bellegarde (21 ans) espère renouer le fil de sa saison en ce début d’année. Les deux matches de coupe peuvent lui permettre de se relancer.


Le contraste est assez saisissant. Entre la photo de vacances postée la semaine dernière sur les réseaux sociaux et l’image renvoyée, ce jeudi matin, dans la froidure de la Meinau, il y a un océan, un monde, une culture et une amplitude thermique de quelque 30 degrés Celsius…

Jeanricner Bellegarde a donc passé ses congés au chaud. Dans sa djellaba et son keffieh immaculés, les pieds dans le sable et les lunettes de soleil sur le nez au soleil couchant, le jeune milieu de terrain strasbourgeois pourrait assurer la campagne de promotion de l’office du tourisme des Émirats arabes unis.

« J’ai hâte de renouer avec la compétition »


Mais depuis lundi et la reprise de l’entraînement en Alsace, les charmes du Moyen-Orient se sont quelque peu évanouis. Et s’il y a encore une morsure à redouter, ce n’est pas celle du scorpion, mais celle de l’air glacé et pollué qui pique les doigts de pied sur les bords du Krimmeri.

Au milieu de ses coéquipiers qui s’ébrouent sur le pré, le prince du désert s’est mué en lutin ganté à bonnet long. « Le froid, ici, il est dur, avance le Franco-Haïtien arrivé l’été dernier en provenance de Lens. Dans le Nord, le froid, il était plus… doux ! »

L’allégorie est un peu bancale, mais on en saisit le concept. Alors qu’il apprivoise la rigueur de l’hiver alsacien, “Jean-jean” Bellegarde a surtout envie de retrouver la chaleur des soirs de match. Il en est privé depuis le 2 décembre et la rouste de Brest, dernière défaite (5-0) recensée à ce jour pour le Racing.

Après la demi-heure de jeu, alors que les Finistériens avaient déjà mis les voiles en ouvrant le score, la sentinelle strasbourgeoise a dû céder sa place à Dimitri Liénard, foudroyé par une douleur au genou gauche. « En contrôlant un ballon, ma rotule a un peu tourné, dit-il. Il y a eu une inflammation du tendon. Ça a nécessité des soins et du repos. Le staff a bien su gérer la situation. »

À vrai dire, l’international Espoirs avait déjà commencé à disparaître du paysage avant ce coup d’arrêt. Celui qui compte onze titularisations avait été relégué sur le banc fin novembre, quand son coach, Thierry Laurey, a eu l’idée de densifier l’entrejeu en faisant “monter” le défenseur Alexander Djiku. Une riche idée qui a immédiatement débouché sur un coup d’éclat à Amiens, pour le premier succès (0-4) loin de la Meinau.

Le poids plume du milieu, qui n’a plus disputé un match plein depuis le 9 novembre et la venue de Nîmes (4-1), n’en a pas pris ombrage. « Alex a été très bon, il s’est super bien adapté au poste, je trouve que ça lui va bien », précise-t-il.

Oui, mais voilà, Djiku n’a pas l’intention de s’installer à demeure en sentinelle. Il le dit et le répète, son poste de prédilection se situe en défense axiale. « Dis bien que tu reviens en forme, hein, tu vas retrouver ta place ! » tance Djiku en se marrant.

L’intéressé, qui évoluait dans un rôle plus offensif à Lens, n’attend que ça. Mais son éclipse de décembre a aussi correspondu à la meilleure séquence du Racing, qui a enchaîné quatre succès – dont un en Coupe de la Ligue – sans lui.

« Quand tu es sur le côté, c’est toujours dur, dit-il. Ça ne m’a pas empêché de prendre du plaisir à voir les victoires et la manière dont on a fini l’année 2019. Maintenant, j’ai hâte de renouer avec la compétition. »

Une opportunité lui sera certainement offerte en ce début d’année, peut-être dès samedi (15h) à Calais pour y affronter Le Portel en 32e de finale de la Coupe de France.

Face à une “petite” équipe qui évolue en National 3, soit quatre divisions en dessous du Racing, le retour aux affaires sera moins abrupt que mardi prochain (21h) à Reims, en quarts de finale de la Coupe de la Ligue.

« Tous les matches sont importants, assène-t-il, comme s’il se projetait déjà sur ce premier épisode de 2020. On le voit tous les ans en Coupe de France, il y a beaucoup de surprises. On ne peut pas sous-estimer l’adversaire qui aura beaucoup de détermination. À nous d’avoir le même degré d’investissement. »
Tokyo dans un coin de la tête

Jeanricner Bellegarde espère attaquer l’année du bon pied, « avec l’ambition de faire quelque chose avec le Racing, à savoir cumuler le maximum de temps de jeu, gagner le plus de matches possible et, pourquoi pas, remporter une coupe. »

Les bonnes performances sous le maillot strasbourgeois lui permettront aussi de se rapprocher de son ambition estivale : voir Tokyo et son tournoi olympique avec les Bleuets de Sylvain Ripoll. Il pourra alors compléter sa collection de photos. Après le prince du désert et le lutin du froid, place au Sensei en kimono…


3 Jan 2020 12:44
Profil
Président@Directoire
Président@Directoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 8 Fév 2012 14:18
Messages: 19098
Localisation: Dorlisheim
dna a écrit:
Zoom | Un homme dans le match - Bellegarde va devoir patienter Bellegarde va devoir patienter
Strasbourgeois le plus actif en première période, avant de tomber dans le même faux rythme que ses coéquipiers durant la seconde, Jeanricner Bellegarde n’a pas été récompensé de ses efforts. Comme souvent…
Strasbourgeois le plus actif en première période, avant de tomber dans le même faux rythme que ses coéquipiers durant la seconde, Jeanricner Bellegarde n’a pas été récompensé de ses efforts. Comme souvent…

Comme à Reims mardi en quart de finale de Coupe de la Ligue, Jeanricner Bellegarde s’est démené comme un beau diable pour animer le couloir gauche où il a débuté la rencontre ce samedi à Metz. Mais comme en Champagne, sa débauche d’énergie en Lorraine n’a finalement pas permis de débloquer la situation.

On ne peut pas reprocher à un joueur de proposer du jeu, surtout à l’extérieur. Mais l’international espoir ne concrétise pas vraiment l’envie qu’il affiche depuis son arrivée au Racing cet été.

C’est simple en débarquant à Metz, ‘’Jeanjean’’ n’a ni passe décisive ni but à son compteur en 16 matches de championnat (11 titularisations) et 989 minutes jouées.

En Coupe de France, à Calais contre Le Portel il y a une semaine, Bellegarde s’est par contre offert sa première passe décisive (pour Benjamin Corgnet) après trois minutes de jeu.

Un condensé de sa première partie de saison


Et les 45 premières de ce derby samedi ont proposé un condensé sa première partie de saison sous le maillot strasbourgeois en Ligue 1. A la 4e minute, il contourne au point de penalty un Maïga dans la lune sur une déviation de la tête de Sissoko mais n’appuie pas assez sa frappe pour surprendre Oukidja.

Sur un coup franc excentré, pas vraiment bien exécuté (10e ), il n’est pourtant pas loin d’être décisif: en déviant le ballon, Pajot manque de tromper son gardien. Et quand c’est lui qui n’est pas irréprochable dans le dernier geste – on pense à ce centre trop long pour Thomasson après avoir été lancé dans la surface par Ajorque (16e ) –, ses coéquipiers ne sont pas plus en réussite quand il les met dans les meilleures conditions.

En quelques dribbles, Bellegarde se joue du milieu de terrain messin, repique au centre et décale Lala côté droit… la première passe décisive va-t-elle être au rendez-vous ?
Toujours pas décisif en championnat

Raté, Oukidja se détend façon gardien de handball et détourne en corner (31e ). Trouvé dans la surface, Bellegarde remet derrière lui pour Carole libre de tout marquage… Oukidja regarde tranquillement le ballon passer à côté de sa cage (34e ).

Moins en vue après la mi-temps, il n’est toujours pas plus verni quand il a l’occasion de se montrer comme sur cette frappe dans la surface sur un “second” ballon sur corner: on ne saura pas si la tentative était réellement cadrée, le dos de Boye venant faire rempart avant même qu’Oukidja ait le temps de trembler (61e ).

Après l’ouverture du score messine, Thierry Laurey a recentré Bellegarde au milieu, laissant les éventuels espaces côté gauche à Zohi.

« J’ai mis beaucoup d’activité, on savait comment il jouait, je savais ce que j’avais à faire et j’ai essayé de le faire au mieux », retenait après coup un “Jeanjean” qui va devoir encore patienter pour être décisif en Ligue 1.


12 Jan 2020 5:49
Profil
Président@Directoire
Président@Directoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 8 Fév 2012 14:18
Messages: 19098
Localisation: Dorlisheim
Alsa'sports a écrit:
Jean-Ricner Bellegarde convoité par la Fiorentina

Arrivé en provenance du RC Lens la saison dernière, Jean-Ricner Bellegarde pourrait ne pas s’éterniser dans la capitale Alsacienne. Comme nous vous en avions parlé début mai (voir notre article), le milieu de terrain du Racing Club de Strasbourg attire toujours la convoitise de la Fiorentina (Serie A TIM, Italie). Une information confirmée par le quotidien « L’Equipe » ce mardi.

Dans le même temps, « France Football » évoque un intérêt de la part de Galatasaray (Süper Lig, Turquie) pour le joueur de 22 ans. Le club turque souhaiterait voir l’international espoir français remplacer Mario Lemina en cas de départ de celui-ci.

Malgré tout, Strasbourg possède une marge de manœuvre assez confortable dans les négociations puisque Jean-Ricner Bellegarde avait paraphé un contrat allant jusque juin 2023.


9 Juil 2020 13:58
Profil
Président@Directoire
Président@Directoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 8 Fév 2012 14:18
Messages: 19098
Localisation: Dorlisheim
dna a écrit:
Bellegarde : « J’étais vraiment K.-O »
Jeanricner Bellegarde a été l’un des dix Strasbourgeois touchés par le Covid-19 fin juillet. Le milieu de terrain revient sur cet épisode qui a perturbé l’avant-saison d’un Racing désireux, après sa défaite à Lorient dimanche (3-1), de rebondir ce samedi (21h) contre Nice.
C’est un sujet douloureux, dans tous les sens du terme, pour un Racing un peu sur les nerfs à chaque fois qu’on l’évoque. Mais que le club le veuille ou non, la contamination de dix Strasbourgeois par le coronavirus a impacté sa préparation estivale et reste un thème d’actualité à la veille d’accueillir Nice ce samedi (21h) pour la 2e journée de Ligue 1.

« Ça fait très bizarre de manger sans avoir le goût »
Qui d’autre que l’un des dix intéressés, Jeanricner Bellegarde en l’occurrence, pouvait mieux raconter les effets du Covid et répondre aux questions qu’il véhicule ? Sauf, de toute évidence, à celles que le service communication du Racing jugeait tendancieuses et sur lesquelles le milieu de terrain n’a pas été autorisé à s’exprimer ?

Réalisée ce jeudi sous un contrôle plus strict que des précautions sanitaires, l’interview a de fait été privée de sa réaction d’homme, sûrement aussi intéressante que son avis de joueur. Dommage…

Jeanricner, la première question est naturellement liée à votre santé : comment vous sentez-vous ?


Très bien. Le Covid fait peur à beaucoup de personnes, mais fort heureusement, dans la majorité des cas, il y a plus de peur que de mal. Pour moi, ç’a ressemblé durant trois jours à une grippe.

Après, je me sentais beaucoup mieux, mais j’étais toujours porteur du Covid et, comme les autres, je suis resté en quatorzaine (Ndlr : hormis Ibrahima Sissoko, de retour le mercredi précédent, les cas positifs n’ont repris l’entraînement collectif que le mardi 18 août, cinq jours avant le match à Lorient).

Avant d’être testé positif, aviez-vous ressenti quelque chose d’anormal ?


Non. Mais quand j’ai été déclaré positif, tous les signes sont apparus d’un coup : un peu de température, mal de tête. Durant trois jours, j’étais en manque de forces. J’ai eu un coup de mou. J’étais vraiment K.-O.

Avez-vous alors échangé avec vos coéquipiers également contaminés ?


Oui. On a pratiquement tous éprouvé la même chose. Aux symptômes que j’ai déjà décrits, il faut ajouter la perte de l’odorat et du goût. Ça fait très bizarre de manger sans avoir le goût. Résultat : tu manges moins. On a maigri pendant cette période. Le foot nous a manqué, mais la vie normale nous a manqué aussi.

Votre vigilance est-elle accrue depuis votre contamination ?


Elle est toujours la même. Mais personne n’est à l’abri, car le virus est invisible. Tout le monde peut l’attraper. Certaines personnes sont porteuses sans le savoir, puisqu’elles n’ont pas fait de test.

Le coach (Thierry Laurey) a protégé le groupe de l’extérieur après ces contaminations. Vous a-t-il néanmoins adressé un rappel à l’ordre et au respect des consignes sanitaires ?

Oui, comme dans tous les clubs, je suppose. Le coach et le “doc” (François Piétra) nous rappellent sans cesse ces consignes. On essaie de se protéger comme on peut. Mais le risque de le contracter subsiste. C’est comme ça.

Y a-t-il une appréhension quand on reprend l’entraînement ?


Forcément, parce qu’on ne sait pas comment le corps va réagir. Tu appréhendes un peu les blessures et tout ce qui va avec.

« Malheureusement, le mur bleu ne sera pas là »

Dimanche à Lorient pour l’ouverture de la saison, l’équipe a baissé physiquement en 2e mi-temps. L’épisode Covid dans l’effectif en est-il l’une des explications ?


Non, je ne crois pas. À notre retour à l’entraînement, il y avait évidemment un petit décalage physique. Mais le groupe se sent bien maintenant, comme il l’était d’ailleurs en première mi-temps (1-0 pour le Racing). Tout le monde est à 100 %. Nous sommes prêts à enchaîner.

Samedi, le Racing reçoit Nice. Entre son changement d’actionnaire et sa qualification en Ligue Europa, le Gym, qui a débuté par un succès 2-1 contre Lens, vous semble-t-il avoir changé de dimension ?


Je ne sais pas. Mais ce que je sais, c’est que nous voulons nous aussi grandir. Et pour grandir, il faut savoir battre ce genre d’équipe.

Ce match marque vos trouvailles à la Meinau…

(il coupe) Oui. Malheureusement, le mur bleu ne sera pas là pour nous soutenir. On va devoir faire sans. Après, ça reste du foot. Il va falloir nous concentrer sur notre jeu. Il sera important de faire un bon match pour – je l’ai dit – continuer à grandir. Il faut avoir des ambitions et vouloir aller plus haut.

Le décollage est donc programmé face aux Aiglons, c’est ça ?


(Il sourit) Oui, c’est ça…


28 Aoû 2020 4:51
Profil
Président@Directoire
Président@Directoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 8 Fév 2012 14:18
Messages: 19098
Localisation: Dorlisheim
dna a écrit:
Jeanricner Bellegarde (Racing) : « On est tous conscients qu’il faut relever la tête »
À la veille de recevoir l’Olympique lyonnais, Jeanricner Bellegarde évoquait en conférence de presse ce match face à des Gones qui ne sont pas forcément à leur place. Le milieu de terrain veut, malgré un début de saison pour le moins compliqué, croire aux chances du Racing.
Entré en fin de match lors de la première journée du championnat à Lorient, Jeanricner Bellegarde a été titularisé lors des cinq rencontres de Ligue 1 suivante.

Remplacé souvent avant l’heure de jeu, le milieu de poche du Racing sait qu’il doit « faire beaucoup mieux, à l’image du groupe ». Dès ce dimanche contre un Olympique lyonnais, un match qu’il aborde requinqué par la trêve internationale ? Réponse en début d’après-midi…
Jeanricner, Lyon ne va pas forcément très bien en ce début de saison. Est-ce que c’est l’occasion pour le Racing de rebondir ?


Oui, je pense que c’est le moment parce qu’on a vu que Lyon a fait des matches qui n’étaient pas au top niveau. Après, je ne sais pas si c’est dû physiquement à leurs matches en début de saison (l’OL a disputé le “final 8” de Ligue des champions en août, NDLR). Mais je pense qu’il y a quelque chose à jouer, on est conscient de ça, et on va tout faire pour essayer de prendre les points.

Est-ce que vous craignez malgré tout un réveil lyonnais ?

On verra demain (dimanche) comment ça va se passer. On sait que l’effectif de Lyon est très complet avec beaucoup de talents, de très bons joueurs. Maintenant, si on met les ingrédients pour faire ce qu’on a à faire, on peut les mettre en danger et prendre des points.

« Faire plus d’efforts pour aller chercher ce qu’on veut »

Ce sera d’autant plus précieux avant les déplacements à Brest et Reims, deux adversaires directs…


Tous les matches sont importants et on veut prendre des points à chaque fois. On a mal commencé, la situation est assez compliquée mais maintenant on est tous conscients qu’il faut relever la tête, faire plus d’efforts pour aller chercher ce qu’on veut. Par rapport à notre dernier match de préparation (2-0 chez les Suisses d’Aarau, NDLR), on a vu qu’il y avait des choses positives.

Justement, cette victoire à Aarau a vraiment été un plus pour la confiance ?


Même si c’était un match amical contre une équipe de deuxième division, forcément ça fait du bien. On a pu bien travailler pendant le match. Le groupe avait besoin de retrouver le goût de la victoire.

Avec six joueurs appelés en sélection, le travail était différent durant la trêve ?


Non, on bosse de la même manière et en fin de semaine, on essaie de rattraper leur absence en faisant beaucoup de travail en vidéo.

Comment jugez-vous votre début de saison sur un plan personnel ?


Je peux faire beaucoup mieux, à l’image de l’équipe. Pour le moment, ça progresse et ça va de mieux en mieux. Je dois lever la tête un peu plus quand je percute avec le ballon. Et je dois essayer d’être plus concentré dans les phases défensives.

« La dernière fois que j’ai joué à cette heure-là, j’étais gamin »

Un coup d’envoi à 13 heures, qu’est-ce que cela change dans la préparation ?


L’heure change, mais ça reste du foot. La dernière fois que j’ai joué à cette heure-là, j’étais gamin. On sera tous au taquet, réveillé, ce n’est pas l’heure à laquelle on fait la sieste (sourire). On va manger un peu plus tôt, s’adapter… Déjà, on s’est entraîné à l’heure du match (vendredi et samedi, NDLR).

Pouvez-vous nous parler des deux recrues, Jean-Eudes Aholou et Habib Diallo ?


Jean-Eudes apporte son expérience, il a joué pas mal de matches en Ligue 1. Il connaît déjà le club et il est très bien ici. Habib, son intégration se passe très bien, il connaissait déjà quelques joueurs et il arrive dans un groupe qui vit bien. C’est un joueur qui a de bonnes qualités, on a tous confiance en lui. On le voit dans son attitude que c’est un gars qui cherche à marquer.


17 Oct 2020 19:41
Profil
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Répondre au sujet   [ 46 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Rechercher:
Aller à:  
Développé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Designed by ST Software for PTF.
Traduction par phpBB-fr.com