Ibrahima Sissoko

Vos impressions sur les anciens et actuels joueurs de l'effectif
Répondre
Avatar du membre
fan_racing
Secrétaire général@Directoire
Secrétaire général@Directoire
Messages : 9768
Enregistré le : 20 janv. 2005 15:00
Localisation : Mulhouse

Re: Ibrahima Sissoko

Message par fan_racing »

Cela dit, on a aussi Bellegarde et Aholou. En configuration 3-5-2 ça fait 4 joueurs pour 2 postes même sans Sissoko, c'est pas mal.
Avatar du membre
Kaniber
Président@Directoire
Président@Directoire
Messages : 23739
Enregistré le : 8 févr. 2012 14:18
Localisation : Dorlisheim

Re: Ibrahima Sissoko

Message par Kaniber »

dna a écrit : Sissoko revient dans le jeu
Après avoir dépanné cet été en défense axiale, puis raté trois matches pour un souci au genou, le milieu défensif du Racing Ibrahima Sissoko a réintégré l’entrejeu lors de ses entrées à Lens et contre Lille. Buteur face aux Dogues, il postule au onze de départ samedi (17h) à Montpellier.
Ibrahima, vous avez reculé en défense axiale durant l’avant-saison et les trois premiers matches 2021-2022. Que vous a apporté cette expérience ?

C’était une première pour moi. Le coach trouve que j’ai les qualités pour jouer derrière et m’a souvent répété qu’il me voit y faire carrière. Je n’avais pas de crainte. J’étais assez confiant. Je ne connaissais pas le poste, mais j’en connaissais les principes : regarder l’alignement, être bien placé, gérer la profondeur. Pour autant, ça n’a pas été simple, mais j’ai tout donné et essayé de montrer que je pouvais m’adapter. C’était enrichissant et bon à prendre. Je préfère le milieu, mais ce passage derrière a étoffé ma palette.

Comme Julien Stéphan, vous voyez-vous un avenir en défense ?


Je ne sais pas. Peut-être. Pour l’instant, je suis un milieu qui peut descendre d’un cran. Après, y faire une carrière, c’est très différent. On verra ce que me réserve le futur.

« J’ai commis des erreurs d’attention »
Vous avez tout de même semblé manquer de repères, notamment sur le but du Troyen Yoann Touzghar parti dans votre dos ouvrir le score à la Meinau (1-1 le 22 août). L’avez-vous aussi senti ?

Oui. Tout ne s’acquiert pas en deux mois. Il faut enchaîner les matches, les entraînements. Quand tu es le dernier de la ligne défensive, avec juste le gardien derrière toi, tu ne peux pas t’autoriser les erreurs qu’il t’arrive de commettre au milieu. Il faut être concentré durant 95 minutes. J’ai réalisé de bonnes choses, mais aussi fait des fautes d’attention. Et il y a eu un manque de communication entre défenseurs. Tout ça n’est pas naturel pour moi.
En votre absence après une inflammation au genou droit ressentie contre Troyes, Maxime Le Marchand et Gerzino Nyamsi ont été recrutés en défense centrale. Votre intérim à ce poste appartient-il au passé ?
Je n’en suis pas sûr. En cas de blessures ou d’expulsion, le coach sait qu’il a toujours l’option Sissoko pour dépanner. Il fera des choix et je les respecterai, car je donnerai toujours le meilleur de moi-même pour l’équipe. Je lui ai dit que ce n’était pas mon meilleur emploi. Lui pense que ça se passe d’abord dans ma tête. Ce qui est sûr, c’est que j’ai envie de jouer et que je travaille pour.

« On a emmagasiné beaucoup de confiance »
Vous retrouvez l’entrejeu où la concurrence est forte. Vous dites-vous qu’avec cette forte concurrence, il n’est jamais bon de passer son tour, comme vous avez dû le faire à cause de votre genou ?
C’est à moi de montrer que je mérite ma place. La concurrence sert à élever son niveau et plus nous élèverons notre niveau individuel, plus nous élèverons celui de l’équipe. Quand on est remplaçant, il faut rester mobilisé pour réussir de bonnes entrées. Tout le monde veut commencer les matches, mais on ne peut être que onze. Et, dans le schéma actuel, trois au milieu.

Le Racing compte 10 points en huit journées. En 2019-2020, il était 20e et dernier après dix rencontres. En 2020-2021, il avait atteint cette barre à son 13e match. Votre début de saison correct vous permet-il de travailler dans la sérénité ?
On a emmagasiné beaucoup de confiance après nos deux victoires d’affilée sans but encaissé contre Metz (3-0) et à Lens (1-0). Malgré la défaite, ensuite, contre Lille (1-2), on a récolté six points sur neuf. Pour l’instant, on en est encore à vouloir prendre un maximum de points pour évoluer sans trop de pression avant de viser plus haut. Gagner le derby qu’on n’avait plus remporté à la Meinau depuis un long moment nous a fait du bien. S’imposer à Lens où nous avons souffert dans le jeu a confirmé que nous pouvions être très solides. On a une très belle équipe.
« Ça a toujours été compliqué à Montpellier »
Samedi, vous vous déplacez à Montpellier qui a changé de coach, Olivier Dall’Oglio succédant à Michel Der Zakarian, et perdu ses buteurs Andy Delort et Gaëtan Laborde, partis à Nice et Rennes. Comment jugez-vous ce MHSC 2021-2022 ?


Il a changé pas mal de choses, c’est vrai, mais certaines têtes sont toujours là, comme son capitaine Téji Savanier ou son milieu Jordan Ferri. Devant, il a de bons joueurs, comme Stephy Mavididi. Ça va être difficile.

Depuis sa remontée en Ligue 1 en 2017, le Racing n’a d’ailleurs jamais gagné à la Mosson (2 nuls 1-1, puis deux revers 3-0 et 4-3, ndlr)…

Ça a toujours été compliqué là-bas. L’année où le championnat s’arrête (le 29 février 2020) , on y perd 3-0 alors que nous étions bien classés (6es) et qu’avec une bonne performance, nous aurions été mieux encore. La saison passée (défaite 4-3) , nous nous retrouvons vite menés 2-0 avant de revenir à 2-2, puis 3-3. Mais les équipes n’ont plus les mêmes caractéristiques et je ne sais pas si le match de samedi sera aussi débridé. À nous de mettre les ingrédients pour y faire un résultat et aborder tranquillement les deux semaines de trêve internationale.
« La saveur n’est pas la même »

En réduisant le score samedi lors du revers domestique contre Lille (1-2), Ibrahima Sissoko a inscrit son 4e but officiel avec le Racing. Le milieu défensif, entré à la 58e , a profité d’un corner de Dimitri Liénard dévié de la tête par Ludovic Ajorque – crédité d’une passe décisive – pour redonner espoir à son équipe à la 75e. Mais ce 4e but est le premier à n’avoir pas pesé dans le résultat.

Les trois autres datent de sa première saison en Alsace, en 2018-2019. Le 12 août 2018 pour ses débuts en Bleu, l’ex-Brestois avait ouvert la marque à Bordeaux d’une volée après un autre corner de Liénard (2-0). Le 13 janvier 2019, il avait scellé le succès du Racing à Toulouse (2-1), de nouveau sur un corner du Belfortain. Puis le 19 janvier 2019 à Monaco, il avait, d’une frappe enroulée du droit en pleine lucarne, marqué le 3e but – celui du break – lors de la victoire alsacienne 5-1 en Principauté.

Aussi la frustration de l’échec contre le LOSC l’a-t-elle emporté sur sa satisfaction personnelle. « Je suis content d’avoir marqué et je ne vais pas m’enlever ce but, mais pour moi, la saveur n’est pas la même si l’équipe n’égalise pas ou ne gagne pas. Quand ton but est décisif, tu peux te dire que tu l’as vraiment aidée. »
Le chiffre
980

Avant de retrouver le chemin des filets contre Lille, Ibrahima Sissoko n’avait plus marqué pour Strasbourg depuis 87 matches officiels, malgré un superbe but face à Troyes le 22 août (1-1), finalement annulé pour un hors-jeu du remiseur Ludovic Ajorque. L’ancien international espoirs aura patienté 980 jours et l’attente lui a semblé bien longue.

« Ça m’avait manqué. Sans compter que je n’avais jamais marqué à la Meinau, dans une Meinau pleine en plus. Les stats ne sont pas ma priorité, mais c’est important dans le foot moderne. Ce serait bien de marquer plus. On est toujours heureux quand on marque, pour soi et pour l’équipe. »
Avatar du membre
Kaniber
Président@Directoire
Président@Directoire
Messages : 23739
Enregistré le : 8 févr. 2012 14:18
Localisation : Dorlisheim

Re: Ibrahima Sissoko

Message par Kaniber »

dna a écrit : “Ibou” Sissoko en maestro
Impliqué sur trois buts du Racing sur le côté droit du milieu, Ibrahima Sissoko a peut-être joué son meilleur match sous le maillot bleu, ce dimanche contre Saint-Étienne. Après un début de saison à contre-emploi, “Ibou” retrouve le sourire.
De dernier défenseur à ailier droit : en dix journées de championnat, Ibrahima Sissoko a vécu un grand écart assez surprenant pour un milieu de terrain athlétique et physique, dont la zone d’influence se situe normalement dans le cœur du jeu, là où son mètre quatre-vingt-treize est censé dissuader les adversaires de prendre leurs aises.

Mais le natif de Meaux, en Seine-et-Marne, est un garçon plein de ressources, à la fois polyvalent et multi-tâches. En début de saison, face à la pénurie en défense centrale, Julien Stéphan l’avait ainsi convaincu de descendre d’un cran dans un rôle de libero à l’ancienne dont il ne maîtrisait pas tous les codes. Le Parisien Icardi et le Troyen Touzghar en rigolent encore.

« Il s’en est accommodé avec beaucoup de professionnalisme et un investissement total, le dédouane son entraîneur. Mais je sais que son poste de prédilection, c’est milieu de terrain. »

« Plus je vais jouer, plus je serai heureux »

Sissoko, lui, ne fait pas de manières. « J’étais content quand j’étais derrière, même si ce n’est pas mon meilleur emploi, je le suis aujourd’hui au milieu ou sur un côté, dit-il. Plus je vais jouer, plus je serai heureux. »

Après ses trois “piges” du début de saison en défense, il a été freiné par une blessure au genou. Et quand il est revenu en jeu, le 22 septembre en fin de match à Lens (succès 1-0), “Ibou” a progressivement retrouvé ses repères.

Buteur lors du revers contre Lille (1-2), le grand échalas a grandement contribué à la solide prestation des siens à Montpellier (1-1), plaçant le feu follet Savanier sous l’éteignoir.

Mais ce dimanche, il a encore franchi un seuil dans l’impact et l’efficacité. Impliqué sur l’ouverture du score, puisque c’est lui qui provoque le corner où Guilbert dépose la balle sur la tête de Le Marchand (1-0, 26e ), l’ex-international Espoirs signe deux passes décisives sensiblement identiques : débordement côté droit, où Kolodziejczak prend l’eau, suivi d’un centre au cordeau qu’exploitent Gameiro (3-1, 69e ) puis Ajorque (4-1, 73e ).

« Quand on est confiant, on est bien physiquement »

« La consigne, c’était de plonger dans le dos des latéraux, raconte-t-il. Je déborde, je mets des centres et comme nos attaquants sont toujours présents, ça paye. »
Forcément, Julien Stéphan est sous le charme. « Au-delà de son abattage athlétique, il a aussi une grosse capacité de projection, explique le Breton. On a bien utilisé certains espaces. C’est certainement sa meilleure prestation. Il monte en puissance et c’est une bonne option. »

Son visage lumineux barré d’un grand sourire tranche avec celui, si triste et fermé, qu’il trimbalait sous les ordres de Thierry Laurey. « On sait que j’ai eu un passage très difficile l’an dernier où tout était compliqué, pour moi comme pour l’équipe, confirme-t-il. Ça change. Je suis un peu plus en confiance. Et quand on est confiant, on est bien physiquement. J’arrive à faire des allers-retours, c’est le jeu en box-to-box que j’aime. »

Celui qui soufflera ce mois-ci ses 24 bougies (le 27 octobre) et franchira en même temps la barre des 100 matches en Ligue 1 – il en est à 98, tous disputés avec le Racing –, n’a pas fini de courir. De plus en plus vite, toujours plus longtemps.

« Il travaille beaucoup et reste sérieux, je l’admire beaucoup », conclut son expérimenté coéquipier Maxime Le Marchand. Avec Ibrahima Sissoko, le Racing tient peut-être son Patrick Vieira.
Avatar du membre
Gotcha
Manager général@Directoire
Manager général@Directoire
Messages : 13039
Enregistré le : 17 juin 2004 13:10
Localisation : Knackiland, Oberhausbergen
Contact :

Re: Ibrahima Sissoko

Message par Gotcha »

Je trouve que Stéphan parvient de mieux en mieux à exploiter les qualités un peu à l'anglaise "box to box" de Sissoko qui rayonne depuis quelques matchs.
Avatar du membre
Its_me
Sélectionneur@InfosRacing
Sélectionneur@InfosRacing
Messages : 19768
Enregistré le : 11 févr. 2003 20:07
Localisation : Strasbourg

Re: Ibrahima Sissoko

Message par Its_me »

Je suis toujours autant fan du joueur et de sa détermination. Je n'ai pas l'impression que c'est lui qui ait changé mais plutôt les joueurs autour qui lui correspondent plus ou la façon de jouer qui est plus variée.
L'année dernière on avait droit à des chandelles de Mitrovic et Koné à destination d'Ajorque ou Diallo (qui sont excellent dans le domaine aérien), maintenant ça joue plus dans les pieds. Par contre, je ne pense pas qu'il aurait pu faire le même match avec un Thomasson présent dans le 11 de départ.
"Il n'est pas concevable que Strasbourg, capitale européenne, n'accueille pas l'Euro-2016" (Roland Ries, Jacques Bigot, juillet 2009)
télésupporteur
Manager général@Directoire
Manager général@Directoire
Messages : 13719
Enregistré le : 3 juin 2004 13:56
Localisation : Mont-de-Marsan - Landes

Re: Ibrahima Sissoko

Message par télésupporteur »

il semble retrouver le niveau lors de sa sélection en espoirs
Avatar du membre
Kaniber
Président@Directoire
Président@Directoire
Messages : 23739
Enregistré le : 8 févr. 2012 14:18
Localisation : Dorlisheim

Re: Ibrahima Sissoko

Message par Kaniber »

dna a écrit : Sissoko, “centenaire” étincelant
Revenu dans le cœur du jeu après avoir dépanné en défense centrale durant la préparation et lors des trois premières journées, Ibrahima Sissoko est monté en puissance juste avant la trêve. Étincelant pour son 101e match de Ligue 1 à Nantes, le milieu de terrain de 24 ans est en pleine confiance.
C’est presque un paradoxe. Cette saison, Ibrahima Sissoko a déjà manqué plus de matches que la saison passée et pourtant on semble l’avoir vu bien plus vu souvent impacter le jeu du Racing.

Lors du pénible dernier exercice, le grand “Ibou” (1,93m) n’avait pourtant pas perdu sa place dans le groupe de Thierry Laurey. Le milieu récupérateur avait pris part à 36 rencontres, l’ancien technicien du Racing le titularisant à 29 reprises.

« Jouer en défense, ça m’a appris à mieux me placer sur le terrain »

En championnat, il n’avait donc raté que deux matches : le premier contre Monaco (le 3 mars) parce qu’il était suspendu (pour une accumulation de trois avertissements sur les dix matches précédents), le second parce qu’il a été rattrapé par le Covid juste avant le dénouement contre Lorient lors de la 38e journée le 23 mai.

Mais dans le jeu – s’il avait gardé la confiance de Thierry Laurey, au moins jusqu’au revers contre Nantes lors de la 34e journée le 25 avril (*) –, Sissoko avait pour le moins peiné à confirmer l’influence de sa première saison sous le maillot du Racing (3 buts, 2 passes décisives en 32 matches en 2018/19). Il avait bien battu un record (6 cartons jaunes), mais sa feuille de statistiques était restée vierge.

Après 13 journées cette saison, le contraste est saisissant. Le natif de Seine-et-Marne a mis fin à une pénurie de 980 jours sans marquer, retrouvant le chemin des filets le 25 septembre contre Lille (1-2) et a battu son record de passes décisives (3). Le tout après avoir raté trois rencontres à cause d’une inflammation du genou et débuté les trois premières journées en défense centrale.
Titulaire lors des cinq dernières rencontres, il n’a eu de cesse de monter en puissance. À Nantes (2-2), juste avant la trêve internationale, l’ex-international Espoirs n’a peut-être pas noirci la feuille de match – comme contre Saint-Étienne et Lorient, avec respectivement deux et une “passe dé” –, mais il a participé à la construction des deux buts.

Avec un peu plus de réussite, son bilan statistique aurait pu s’embellir. Dès la 3e minute, il dévie du bout du talon droit, devant Nicolas Pallois, un centre de Frédéric Guilbert que Habib Diallo reprendra sur le poteau gauche d’Alban Lafont. Et il y a surtout cette action au retour des vestiaires (46e ), où il mystifie Pedro Chirivella, Fabio et Pallois côté droit avant de servir Adrien Thomasson, qui écrase trop sa frappe dans la surface.
« Je me sentais bien, j’avais les jambes et j’ai dribblé deux, trois joueurs. C’est dommage que l’action ne finisse pas par un but. Mais voilà, c’est quelque chose qu’aujourd’hui (le 7 novembre, ndlr) je me sentais capable de faire, lâchait-il dans les travées du stade de la Beaujoire. Maintenant, c’est très bien pour moi, mais il faut continuer comme ça. »

Depuis son retour aux affaires avec son but inscrit contre Lille un quart d’heure après être entré en jeu, le milieu – qui a fêté ses 24 ans le 27 octobre –, rayonne sur le terrain, où Julien Stéphan l’a repositionné dans le cœur du jeu après l’avoir testé en défense centrale durant l’été.

Plus convaincant pendant la préparation que lors des trois premières journées de Ligue 1, il semble avoir pris conscience, durant cette période, que c’est à lui d’imposer, par les faits, ses qualités et de se montrer plus utile un cran plus haut.

« Participer au jeu, j’en suis capable, donc pourquoi ne pas le faire ? »

« Je me sens très bien au milieu », souriait-il après sa prestation nantaise avant de souligner que son expérience en défense centrale lui a toutefois été bénéfique.

« Jouer en défense, ça m’a appris à mieux me placer sur le terrain, à regarder comment les autres joueurs le font, dévoile-t-il. Ça me sert maintenant, par rapport aux défenseurs adverses, je sais me mettre entre les lignes, contrôler pour directement, aller vers l’avant ou encore être dans les bons espaces pour donner une bonne solution aux coéquipiers. »
En pleine confiance, Ibrahima Sissoko n’hésite plus à participer au jeu quand il avait trop tendance la saison dernière à se débarrasser rapidement du ballon. « Participer au jeu, c’est ce que le coach me demande, donc c’est ce que j’essaie de faire un peu plus. J’en suis capable, donc pourquoi ne pas le faire ?, souligne le joueur, comme s’il avait, enfin, pris la mesure de son potentiel. C’est important pour aider les coéquipiers, de bien ressortir les ballons et essayer d’aller de l’avant. »

Il faut maintenant espérer que la trêve internationale n’aura pas freiné son élan. Il serait dommage que sa période faste se limite à ses six derniers matches, alors que se profile après la réception de Reims ce dimanche (15h) un déplacement à Monaco dans un stade Louis -II qui lui réussit plutôt bien (1 but et 1 passe, le 19 janvier 2019 ; 1 passe le 25 janvier 2020).
En attendant, le milieu, qui ne se contente plus de récupérer les ballons, savoure le bon premier tiers de saison du Racing. « C’est un très bon bilan pour nous, on est très satisfaits. Mais il nous reste encore des points à prendre pour être sûr d’être en Ligue 1 l’année prochaine, ce qui est quand même l’essentiel. Après, il faut avoir l’ambition d’aller chercher le meilleur classement », s’autorise à avancer un Ibrahima Sissoko qui semble transcendé depuis qu’il a passé la barre des 100 capes en Ligue 1.

(*) Remplacé à la 68e minute contre Nantes, il a débuté les trois matches suivants sur le banc, l’unique fois où ça lui est arrivé sous l’ère Laurey.
Avatar du membre
Kaniber
Président@Directoire
Président@Directoire
Messages : 23739
Enregistré le : 8 févr. 2012 14:18
Localisation : Dorlisheim

Re: Ibrahima Sissoko

Message par Kaniber »

dna a écrit :“Ibou” Sissoko, milieu de terrain du Racing : « On veut rester en haut »
Les Bleus ont pris goût à la partie haute du tableau où ils côtoient quelques cadors, dont Monaco qu’ils devancent à la différence de buts. Le milieu défensif Ibrahima Sissoko espère rapporter du Rocher un bon résultat pour rester devant l’armada monégasque.
Après avoir longtemps stagné, “Ibou” Sissoko a repris son envol sous la coupe de Julien Stéphan. Le coach du Racing a, comme tout le monde, assisté à sa métamorphose depuis son retour de blessure, le 22 octobre à Lens.


« Je le vois évoluer de manière positive dans l’utilisation du ballon, la récupération, la projection, dit le technicien breton. Il a réussi à être plus décisif (trois passes et un but). Dans son esprit, il aimerait l’être davantage. Mais pour un milieu qui, en plus, a joué les trois premiers matches en défense centrale par nécessité, c’est un bilan intéressant. Il a fait des progrès techniques, joue plus juste. Il poursuit son évolution de manière assez logique parce que son investissement quotidien est très bon. »

Ibrahima, comme le Racing, vous montez en puissance…
En début de saison, ça n’a pas été facile. L’équipe n’était pas au complet et ne l’a été qu’en fin de mercato. On a su bien rebondir après trois premiers matches pas simples (NDLR : un point sur neuf). Depuis, on est sur une bonne série. On ne perd pas trop de points. On gagne souvent à domicile, même si ça n’a pas été le cas lors du dernier match (1-1 contre Reims). Là, on va à Monaco, une grosse équipe qui vient de se qualifier pour les huitièmes de finale de l’Europa League. Il va falloir redoubler d’efforts.

« L’an dernier, je n’étais pas très performant »
Le Sissoko 2021-2022 semble à des années-lumière de celui de 2020-2021. Êtes-vous d’accord ?

C’est sûr que ça change. L’an dernier, je n’étais pas très performant. Cette année, le coach me met plus en confiance, même si l’an passé, j’étais aussi très bien avec le coach (Thierry Laurey). Je me dis que je dois m’améliorer, car c’est ma quatrième année ici. Je me dois de proposer mieux. J’ai bien commencé, mais la saison est longue. À moi de faire ce qu’il faut pour rester au top niveau.

Dans quels domaines pensez-vous avoir le plus progressé ?
Offensivement surtout, dans le placement, ma capacité à être plus décisif. Je le suis un peu moins depuis quelques matches. Je dois marquer davantage. Je n’en suis qu’à un but. Il n’y a pas que ça, mais les statistiques sont importantes. D’un autre côté, si je suis utile à l’équipe, c’est déjà très bien. Je dois m’améliorer défensivement aussi, à la récupération, dans le pressing. On peut toujours s’améliorer sur tout.

À Monaco, vous aviez inscrit un très joli but en 2019. L’avez-vous encore en tête ?
On m’en parle souvent parce que c’est mon plus beau but. C’était une très belle action, avec une récupération collective et une bonne remise de Ludo (Ajorque). Après, je mets une balle propre (NDLR : une frappe de l’intérieur du droit dans la lucarne gauche). C’était une sacrée journée pour nous. On gagne 5-1, mais ce sera différent ce week-end.

« Je me sens très bien ici »
Ce déplacement à Monaco est-il un match bonus ?

Ce qui est sûr, c’est qu’on n’y va pas défaitistes. On veut aller le plus haut possible. C’est la philosophie du coach de vouloir rester bien placé, pas de juste jouer un maintien qui reste néanmoins l’objectif principal. Au vu de ce qu’on fait, je pense qu’on peut accrocher la première partie de tableau. On espère y rester en faisant de bons matches. Il y en a peu avant la trêve de Noël. À nous de prendre un maximum de points.

C’est votre quatrième saison au Racing. Comment vous y sentez-vous et comment voyez-vous votre avenir ?
L’avenir ? Je ne sais pas. Je suis sous contrat jusqu’en 2024. On verra, selon mes performances, si je resterai ou non, sachant que le club aura évidemment un rôle à jouer. Mais je me sens très bien ici.

La phrase
Je ne sais pas pourquoi les trois derniers déplacements du Racing à Monaco ont donné lieu à des rencontres un peu folles. Mais il se passe toujours quelque chose là-bas. L’an dernier, nous n’avions pas fait un très bon match. J’espère que ce sera différent cette fois.
Ibrahima Sissoko, milieu du Racing
Avatar du membre
Kaniber
Président@Directoire
Président@Directoire
Messages : 23739
Enregistré le : 8 févr. 2012 14:18
Localisation : Dorlisheim

Re: Ibrahima Sissoko

Message par Kaniber »

dna a écrit : Ibrahima Sissoko, avant Angers - Racing : « On veut rester en Ligue 1 »
Revenu d’une double blessure qui a escamoté sa fin de saison passée et le début de celle en cours, Ibrahima Sissoko (24 ans) espère rapidement redevenir un cadre du Racing et pouvoir aider son équipe à décrocher son premier succès. Dès ce dimanche à Angers ?
Entre le 20 avril et le 1er octobre, plus de cinq mois se sont écoulés et le grand “Ibou” avait pour ainsi dire disparu des radars de la Ligue 1. Ces dates correspondent à ses deux dernières titularisations, à chaque fois contre Rennes à la Meinau – d’abord un succès (2-1) plein d’espoir, puis une défaite amère (1-3).

Entre-temps, le milieu récupérateur a disputé six bouts de match et passé beaucoup de temps loin des terrains. Longtemps gêné par un souci à la cheville, il a encore dû différer son retour après s’être blessé à la clavicule avec la réserve.

« C’est sûr que j’avais envie de revenir et de tout casser »

Pas encore dans la forme de sa vie, celui qui a entamé sa cinquième saison au Racing entrevoit le bout du tunnel. Il n’a désormais qu’un souhait : voir son équipe renouer avec le succès, si possible en y contribuant directement sur le terrain.

Ressentez-vous encore des douleurs à votre cheville ou à l’épaule ?

Je me sens beaucoup mieux, je me suis bien rétabli. J’ai eu les soins qu’il fallait, il n’y a pas de soucis avec ça en ce moment.

Comment avez-vous vécu cette période sans jouer ?

C’était dur mentalement, mais je sais que les blessures font partie du foot. J’étais quand même présent au quotidien avec mes coéquipiers, je vivais les matches à travers eux.

La convalescence a été longue cet été parce que les gars étaient sur le terrain et moi, je restais en salle. Il faut faire avec, aller de l’avant, sinon ça peut vite devenir très compliqué…

Estimez-vous être encore en manque de repères ?

Ça fait quand même un petit mois que j’ai repris. Je suis rentré contre Clermont (0-0) et à Montpellier (défaite 2-1) , ça revient petit à petit.
Pour votre première titularisation de la saison, samedi dernier contre Rennes, vous avez été remplacé à la mi-temps. Est-ce que ça va encore trop vite pour vous ?
À partir du moment où on a joué à dix contre onze (après l’expulsion de Gerzino Nyamsi à la 28e ) , c’était plus dur pour moi d’enchaîner les allers-retours. Ça ouvrait beaucoup d’espaces pour Rennes. Or contre ce genre d’équipe, il faut vraiment être très bon défensivement.

On imagine que vous espériez un autre scénario pour votre première titularisation de la saison…

C’est sûr que j’avais envie de revenir et de tout casser, d’être décisif pour l’équipe, d’apporter ce que j’apportais l’an dernier (2 buts et 5 passes en 35 matches). Je vais tout faire pour y parvenir.

Quand serez-vous en mesure de tenir un match complet ?

Je ne sais pas, il faut déjà que je sois performant pour être sur le terrain. Il y a une grosse concurrence dans le secteur, mais je me sens de mieux en mieux. Après, à force d’enchaîner, que je commence ou que je rentre en cours de jeu, ça va s’améliorer. Et si je suis performant, je vais rester sur le terrain.
Dans quel état d’esprit abordez-vous ce déplacement à Angers ?
Dans un état d’esprit de gagnant. On a envie de remporter ce premier match. Il nous faut des points. Même si on n’est pas totalement dans l’urgence, il faut gagner pour recoller et sortir de la zone rouge.

Avez-vous discuté durant la semaine du caractère capital de ce match ?

On en a causé, mais on ne le prend pas comme un match capital. C’est sûr qu’il est important. Angers est devant nous (15e , 8 points) , on peut revenir à sa hauteur.

C’est quand même la dixième journée, la victoire est importante pour engranger de la confiance. Quand on aura gagné, je ne dis pas que ça va rouler, mais ça ira déjà mieux.
« À nous de changer notre façon de faire et de voir les choses »
Êtes-vous inquiet de la situation ?

Inquiet, non. Regardez les Lorientais. Ils étaient en difficulté l’an dernier et là, ils sont en haut (3es avec 22 pts). Nous, c’est tout l’inverse. À nous aussi de changer notre façon de faire et de voir les choses. Avec quatre descentes, le stress qui en découle, il faut être vigilant. On veut rester en Ligue 1, mais il nous faut cette première victoire…

Comment faire pour rester focalisé sur le jeu et ne pas se laisser inhiber par l’enjeu ?

On n’est pas en réussite en ce moment. On a des occasions, mais on ne les met pas. Il y a aussi ces faits de jeu en notre défaveur, mais ce sont des choses que l’on ne peut pas gérer. Alors il faut s’appuyer sur les bases et ce que l’on fait de bien.

On a besoin de ce déclic pour faire tourner les matches en notre faveur. On sait aussi que l’on peut vite remonter si on enchaîne les victoires, mais il faut déjà la première…
Le chiffre
86

Depuis son retour de blessure, Ibrahima Sissoko a passé 86 minutes sur les pelouses de Ligue 1 depuis le début de la saison en trois bouts de match. Entré en jeu contre Clermont et à Montpellier, il a été titularisé contre Rennes samedi dernier, mais n’a tenu qu’une mi-temps.
La phrase

“Ibou” a été absent pendant trois mois et demi. On en est à la dixième journée, mais en réalité, pour lui, c’est seulement la deuxième. Il a repris la semaine dernière, il a débuté (contre Rennes) et là, il est de nouveau à la disposition du groupe. On a payé les absences du début de saison, donc on est content de le récupérer. C’est un joueur atypique. Quand il est bien physiquement, de par son abattage, il est capable de poser des soucis à l’adversaire à la fois à la récupération et dans la projection. Il faut qu’on le récupère bien physiquement. Pour ce faire, il faut aussi qu’il puisse enchaîner

Julien Stéphan au sujet de son milieu de terrain Ibrahima Sissoko
Matt67
Responsable marketing @Directoire
Responsable marketing @Directoire
Messages : 3398
Enregistré le : 7 janv. 2018 17:46

Re: Ibrahima Sissoko

Message par Matt67 »

Non retenu par le Mali, il reste également au club.
Seul Sow participera à la CAN, le groupe restera stable pour la compétition.
Avec le temps les gens changent.....Certains murissent et d'autres pourrissent.
Répondre