Marc Keller

Jugez librement nos dirigeants et l'actualité extra-sportive du club
Répondre
Avatar du membre
fan_racing
Secrétaire général@Directoire
Secrétaire général@Directoire
Messages : 9165
Enregistré le : 20 janv. 2005 15:00
Localisation : Mulhouse

Re: Marc Keller

Message par fan_racing »

J'ai apprécié l'hommage qu'il a rendu au staff pour tout le travail fourni pendant ces 5 saisons. Comme il l'a souligné : une montée, une coupe, des places de 15e/11e/10e/15e (toujours supérieures ou égales aux moyens alloués) = mission accomplie. Je partage son regret de n'avoir pu remercier les acteurs de ce parcours au travers d'un match à la Meinau. Valable aussi pour d'éventuels joueurs qui nous quitteraient et qui ont compté ...

Ce qui va nous mettre durablement dans la mouise, ce sont les droits télé. Mediapro devait s'engager pour 3-4 ans de mémoire. Si tout est revu à la baisse (ce qui est sûr et certain à mon avis), les pertes de recettes vont perdurer pendant 3-4 années ... Par contre, si on récupère les recettes liées aux abonnements et à la billetterie, on pourrait de nouveau se démarquer d'ici 2 ans de nos concurrents. A droits télé égaux, nous aurions plus de rentrées d'argent liées au stade ...
Matt67
Entraineur adjoint@Staff
Entraineur adjoint@Staff
Messages : 1941
Enregistré le : 7 janv. 2018 17:46

Re: Marc Keller

Message par Matt67 »

solari1 a écrit :Entièrement d'accord avec toi Its_me.
+1
Tenor
Manager général@Directoire
Manager général@Directoire
Messages : 13618
Enregistré le : 26 janv. 2008 18:21
Localisation : HAGUENAU

Re: Marc Keller

Message par Tenor »

ce qui me laisse sur ma faim, j'attendais de MK une meilleure attention vis à vis de TL en passant par une intw commune du passage de témoin, et de ce dernier un mot pour le nombreux public qui le suivait dans sa tâche d'entraineur, j'espère qu'ils ne ce sont pas séparés en mauvais terme, ce serait bien dommage :arrow:
Stan
Manager général@Directoire
Manager général@Directoire
Messages : 14613
Enregistré le : 14 août 2002 21:22
Localisation : Madrid

Re: Marc Keller

Message par Stan »

Tu vois ça très rarement, moi ça m'aurait presque semblé bizarre.
Avatar du membre
PoY
Manager général@Directoire
Manager général@Directoire
Messages : 11413
Enregistré le : 9 nov. 2003 21:26
Localisation : Longjumeau

Re: Marc Keller

Message par PoY »

butfootballclub a écrit :MARC KELLER DUREMENT ATTAQUÉ PAR UN ANCIEN PRÉSIDENT
Dans une interview à L'Equipe à propos de sa condamnation pour des transferts suspects lorsqu'il était président du RC Strasbourg, Patrick Proisy a critiqué l'attitude de Marc Keller.

Marc Keller a dû écarquiller les yeux ce matin en faisant sa revue de presse. En effet, l'un de ses prédécesseurs à la présidence du RC Strasbourg, Patrick Proisy, est interviewé sur deux pages par L'Equipe. Il revient évidemment sur sa condamnation par la justice pour des transferts jugés suspects à cause de commissions occultes. Lui qui se dit innocent n'a toujours pas digéré l'attitude l'ancien international à son égard…

« C’est Keller qui a signé à la demande de Satin les mandats pour Team Consult et pour IMG. Mais bizarrement, il n’a jamais été interrogé par la police. Après la première condamnation, nous nous sommes vus pour déjeuner. Je lui dis que ce serait utile qu’il fasse un témoignage puisqu’il était au courant de tout. Il me donne son accord. Je lui envoie les formulaires pour attester. Il ne m’a jamais répondu, jamais appelé. J’ai été très déçu par son attitude. J’ai été celui qui lui a mis le pied à l’étrier à Strasbourg. Tout comme Aulas, mon avocat se réserve le droit de le faire citer à comparaître comme témoin devant la cour d’appel de Nancy. Quant à Keller, dont IMG, avant la vente du club, avait considérablement augmenté le salaire, son refus de témoigner pour dire la vérité est une trahison à mon égard. »
Avatar du membre
Kaniber
Président@Directoire
Président@Directoire
Messages : 22309
Enregistré le : 8 févr. 2012 14:18
Localisation : Dorlisheim

Re: Marc Keller

Message par Kaniber »

dna a écrit :Marc Keller : « J’ai envie que le Racing vive une belle saison »
Il avait tenu à attendre la fin du mercato pour s’exprimer. Maintenant que le Racing affiche son visage définitif en cette saison 2021/2022 déjà bien entamée, le président Marc Keller parle des ambitions du club strasbourgeois, de ses attentes et de ses souhaits. Entretien de rentrée.

Marc Keller va boucler cette saison sa première décennie à la tête du Racing. Revenu de nulle part, ou plutôt des abymes du foot français après la liquidation judiciaire entérinée à l’été 2011, le club strasbourgeois a entamé son cinquième exercice de rang en Ligue 1 en même temps qu’un nouveau cycle avec la nomination de l’entraîneur Julien Stéphan et le renouvellement d’une partie de l’effectif. Malgré la double crise qui a ébranlé le foot professionnel – Covid et droits télé – le président tient fermement la barre. L’ambition reste mesurée, l’envie intacte.

La volonté de toujours continuer notre progression

Comment avez-vous vécu cette entame de championnat, avec quatre points pris sur les douze mis en jeu courant août ?

C’est un nouveau projet qui s’est mis en place, avec un nouvel entraîneur et un effectif pas totalement finalisé. Voilà, on est rentré dans la saison avec ces quatre matches. La victoire contre Brest (3-1), que je considère comme méritée, nous a fait du bien avant la trêve internationale et les rendez-vous de septembre.

Après cinq années avec Thierry Laurey à la tête de l’équipe, comment jugez-vous les débuts de Julien Stéphan et de son staff ?
Je les vois travailler, ils se sont très bien intégrés dans le projet du club. Je parle là de Julien et de son adjoint Mathieu (Le Scornet) , de Jean-Marc (Kuentz) aussi qui était déjà avec nous l’an dernier. Et puis il y a Rudi Cuni qui est précieux de par son analyse de la vidéo. Greg Dupont, de manière plus ponctuelle, apporte son expertise en termes de performance. Bref, il y a la volonté de toujours continuer notre progression. Alors, oui, on n’a pris aucun point sur les deux premiers matches (0-2 contre Angers à la Meinau, 4-2 face au PSG au Parc des Princes) , mais l’effectif n’était pas tout à fait abouti à ce moment-là. Notre défense était à rebâtir. Il fallait un peu de temps.

Comment avez-vous orchestré votre campagne de recrutement ?
Avec les départs de nos cadres défensifs, qu’il s’agisse de Mitrovic que l’on a cédé à Getafe, de Koné arrivé en fin de contrat, de Simakan qui n’a plus rejoué avec nous en 2021 (à cause d’une blessure au genou, NDLR) et que l’on avait vendu à Leipzig, de Guilbert dont le prêt s’est achevé en juin, on savait que le chantier serait d’envergure. Rapidement, on a fait venir Karol Fila. C’est un jeune à fort potentiel et en devenir, qui correspond au travail fait par Loïc Désiré et son équipe du recrutement. Avec lui, on a investi sur quatre ans de contrat et 1,6 million d’euros (versés au Lechia Gdansk). Dans le même ordre d’idée, on a misé sur Lucas Perrin, arrivé en prêt de Marseille avec une option que l’on peut lever dans un an autour de 1,5 million d’euros. Avec le retour de Jean-Eudes Aholou (reprêté par Monaco) , on voulait garder cette maturité au milieu de terrain. On a ensuite eu cette belle opportunité offensive avec Kévin Gameiro, qui n’était pas du tout prévue. Dès les premières discussions, j’ai senti qu’il avait gardé une vraie sensibilité pour Strasbourg et son club formateur. On a fait l’effort financier, Kévin on a fait aussi un gros. Nos idées sur l’évolution de l’équipe, on les a peaufinées au fil des matches. Le souhait de Julien était d’attirer un milieu excentré. On a ciblé Zinedine Ferhat. On a fait une bonne proposition à Nîmes, club avec lequel on s’entend bien, mais on n’est pas tombé d’accord financièrement. Je n’ai pas souhaité dépasser l’enveloppe fixée… Mais on a vite vu qu’il fallait se concentrer sur la défense.

Pourquoi avoir attendu aussi longtemps avant de boucler votre recrutement avec l’apport de trois défenseurs dans la dernière ligne droite du mercato ?
On aurait aimé aller plus vite, mais ce marché était compliqué, en raison de la situation économique des clubs. Il a fallu être patient, travailler sur différentes pistes en attendant que la bonne porte s’ouvre. Les choses se sont décantées sur les derniers jours. On a pu “faire” Maxime Le Marchand, un joueur confirmé, gaucher et libre. Puis c’est Gerzino Nyamsi qui nous a rejoints. Loïc Désiré l’avait identifié l’an dernier à Rennes. Le fait qu’il connaisse Julien et le staff a aussi aidé.

Il a fallu préparer ce mercato en faisant preuve de patience, d’agilité, de flexibilité
Pour finir, on avait dans le viseur un latéral, plutôt sur le côté gauche, mais aucune de nos pistes n’a abouti. En parallèle, on a continué à bosser sur le dossier Fred Guilbert. Longtemps, Aston Villa (avec qui le latéral droit est sous contrat jusqu’en 2023) a été inflexible. On a attendu qu’un prêt soit possible. Heureusement pour nous, ça a pu se faire dans les dernières heures du mercato. Finalement, on est allé dans la direction que l’on s’était fixée…

Dans quelles mesures les contraintes financières ont-elles régi ce mercato estival ?
Entre la crise sanitaire et celle des droits télé (avec le retrait du diffuseur phare, le groupe sino-espagnol Mediapro au printemps dernier) , qui a une conséquence sur quatre ans, soit la durée du contrat qu’ils avaient signé, les clubs perdent gros. Pour ceux de la taille de Strasbourg, c’est entre 16 et 18 millions d’euros par saison rien qu’en droits télé. L’an dernier, on devait toucher 35 millions d’euros et on n'a eu que 17 millions… Du coup, il a fallu préparer ce mercato en faisant preuve de patience, d’agilité, de flexibilité pour arriver in fine à réaliser de bonnes opérations sportives qui rentrent dans un équilibre économique. On a pris sept joueurs, dont deux à l’achat (Fila et Nyamsi), deux autres libres de tout contrat (Gameiro et Le Marchand), un avec une option ferme (Aholou), un avec une option supportable (Perrin) et le dernier sans option (Guilbert).

Quand vous avez 31 millions de recettes en moins, il faut être très ingénieux
Par rapport à la situation, c’est le meilleur équilibre pour renforcer l’équipe en maîtrisant notre budget.

N’avez-vous pas été tenté de vendre l’un de vos cadres pour détendre les finances ?
Depuis que le club est revenu dans le monde pro, ma position a toujours été la même, à savoir tout faire pour garder nos meilleurs joueurs. Mais à chaque offre importante, on s’assoit autour d’une table pour en discuter. Et si tout le monde y trouve son compte, on va au bout, comme on l’a fait avec Aholou, Fofana et Simakan, nos gros transferts qui tournent autour des 15 millions d’euros.

Vous évoquez le cas Simakan. Était-ce une obligation de le vendre à Leipzig ?
Je peux répondre par l’affirmative. On a parlé de la défaillance de Mediapro. Mais le huis clos sanitaire a aussi eu de fâcheuses conséquences pour un club comme le nôtre, habitué à jouer à guichets fermés. En 2020/2021, nos recettes, budgétées à 60 millions d’euros, sont tombées à 29 millions d’euros. Donc oui, il a fallu se concentrer à 100 % sur la gestion du club. Quand vous avez 31 millions de recettes qui étaient plus ou moins actées en moins, il faut être très ingénieux, faire des économies, parfois vendre un joueur comme “Momo”. Pour traverser cette mauvaise passe, il a aussi fallu toucher aux économies du club, à savoir nos fonds propres. Une partie a été utilisée…

Dans quelles proportions ?
Il est trop tôt pour le dire avec exactitude. On y verra plus clair au printemps. Pour la première fois en dix ans, le club a en tout cas subi des pertes. Jusque-là, aucun actionnaire n’a jamais touché de dividendes. Heureusement que l’on a été prévoyant…

Comment se remet-on d’une annus horribilis comme celle que vous avez vécue ?
Comme je l’ai dit, en étant ingénieux et en s’adaptant au nouveau contexte. Quand nous avions 60 millions d’euros de budget, nous pouvions dépenser en fonction de nos recettes. Avec 43 millions d’euros aujourd’hui, eh bien, il faut apprendre à dépenser dans les mêmes proportions. Grâce à nos fonds propres et aux aides de l’État, nous n’avons licencié aucun salarié au plus fort de la crise. Et malgré l’épée de Damoclès qui pesait sur nos têtes au niveau sportif, avec le risque de relégation, nous avons su traverser la tempête.

Avez-vous eu des moments de doute ?
Des doutes, non, jamais. Je suis devenu un dirigeant mais je garde l’état d’esprit d’un sportif de haut niveau. Que tu perdes ou que tu gagnes, il faut se remettre en cause, se battre chaque jour.

On sent que le stade revit
J’avais l’intime conviction qu’on allait s’en sortir. Il fallait juste rester concentrés, unis en toutes circonstances. Il y a eu beaucoup d’éléments défavorables, une Meinau vide, des joueurs blessés, mais on est restés debout pour ramener le bateau à bon port. C’est une fierté.

Pensez-vous voir le bout du tunnel ?
Il faut rester très prudent. Mais on sent que le stade revit. C’était le cas contre Angers, Troyes, Brest et même pour l’équipe de France. Comme tout le monde, j’ai envie de vivre une belle saison.

Pour vous, c’est quoi, une belle saison ?
En premier lieu, c’est de revoir une Meinau enchantée, ce qui constitue notre force et notre dynamique depuis des années. La deuxième chose, c’est d’être à la hauteur sportivement parlant. Rester en Ligue 1 est notre socle. Ensuite, on essaye de faire du mieux possible pour continuer à progresser par petites touches, dans la structuration, les détails, l’exigence au quotidien, comme on a su le faire durant cinq ans avec Thierry Laurey. Julien Stéphan s’inscrit à son tour dans ce projet. À Strasbourg, on ne promet pas la lune. Avoir la meilleure ambition sportive dans un budget respecté, c’est la base de notre projet depuis dix ans.

Quels sont les leviers que vous pouvez actionner pour continuer à grandir ?
Le plus proche est celui de l’extension de la Meinau. On entre dans une phase concrète. Le permis de construire va être déposé courant octobre et les travaux vont commencer début juin 2022, pour une livraison en juillet 2025. Le Racing a besoin de développer des recettes parce que la compétition est rude.

Quand vous voyez un Lionel Messi qui débarque au PSG, avez-vous encore l’impression que le Racing appartient au même monde ?
On est tous dans le même monde, même si les situations divergent grandement en fonction des actionnaires. En tant qu’amoureux du foot, je suis bien sûr heureux de voir Messi rejoindre la Ligue 1. Se dire qu’il évoluera peut-être à la Meinau début mai, aux côtés de Neymar et de Mbappé, est proprement exceptionnel. On sait qu’il a des clubs beaucoup plus fortunés que le nôtre, mais chacun doit trouver sa voie…..

La vôtre va-t-elle vous mener à la tête de la Fédération, au relais du président Le Graët, comme on l’entend avec insistance ?
Mon nom a été cité à plusieurs reprises. Je dirais que c’est flatteur mais, aujourd’hui, mon énergie est entièrement consacrée au Racing. Ma mobilisation est totale pour continuer à faire grandir, progresser mon club. J’y investis la grande majorité de mon temps. À la FFF, je fais partie de l’équipe de Noël Le Graët, de son comité exécutif et je m’investis dans les missions qui me sont confiées, notamment les équipes de jeunes et les Espoirs. Le président a été élu pour un mandat qui prend fin en 2024. C’est mon rôle, à l’instar des autres membres du “comex”, d’être à ses côtés pour mener à bien les actions de la FFF durant ce mandat.
Modifié en dernier par PoY le 5 sept. 2021 12:17, modifié 1 fois.
Raison : Mise en forme
langsam
Préparateur physique@Staff
Préparateur physique@Staff
Messages : 1225
Enregistré le : 24 nov. 2018 23:34

Re: Marc Keller

Message par langsam »

J'ai beaucoup apprécié l'hommage de Stephan rendu à Keller, c'est un signe qui ne trompe pas. L'avenir nous dira si l'adhésion
mutuelle à un projet que je crois scellé entre les deux hommes portera ses fruits. Pour l'instant ça en prend la forme.
On n'est pas dans le secret des dieux mais tout laisse à croire que l'entente est parfaite. C'est important, surtout quand on
se remémore le passé turbulent qui a secoué le club. Il ne faut pas oublier d'où en revient.
On a le droit d'avoir cru en un président charismatique comme Ginestet, encore faut-il reconnaître son erreur par la suite.
A une époque, sur un forum dont je ne sous-estime pas l'importance, mieux valait ne pas prendre partie pour Keller sauf à se faire " bannir " dans la foulée. Je sais de quoi je parle. Je suppose que lui " Marco le beau " n'a pas oublié.
Je connais l'histoire du Racing sur le bout des ongles, je ne prétends pas être celui qui détient la vérité, j'ai côtoyé des gens influents,
d'autres moins, qui ont gravité autour du club, je retiens ce qui me convient.
Si aujourd'hui on parle encore du Racing, si on ( à tort ou à raison ) envisage " l'Europe " ce n'est pas le fruit du hasard.
A un moment donné, un homme qui n'avait rien à gagner mais tout à perdre s'est investi avec le résultat qu'on connaît.
Sans lui, et je mesure mes propos, le club n'existerait plus.
Matt67
Entraineur adjoint@Staff
Entraineur adjoint@Staff
Messages : 1941
Enregistré le : 7 janv. 2018 17:46

Re: Marc Keller

Message par Matt67 »

Tu dis beaucoup de choses dans ton message sur Keller, et je te rejoins.
Nous avons un président intelligent, qui a profiter de toutes ces années dans le monde amateur puis professionnel pour reconstruire le club en s'entourant d'hommes qui adhérent à son discours et à l'amour de ce club.
Si son nom est citer sans retenu pour prendre la tête de la FFF, ce n'est pas un hasard.
Espérons qu'il reste encore longtemps à la tête du club, car sa gestion financière et humaine et quasi parfaite.
10 ans après sa reprise du club, il est évident que son nom restera à jamais parmi les plus importants du club.
Matt67
Entraineur adjoint@Staff
Entraineur adjoint@Staff
Messages : 1941
Enregistré le : 7 janv. 2018 17:46

Re: Marc Keller

Message par Matt67 »

Belle interview chez top music hier, à voir sur les réseaux...
Avatar du membre
PoY
Manager général@Directoire
Manager général@Directoire
Messages : 11413
Enregistré le : 9 nov. 2003 21:26
Localisation : Longjumeau

Re: Marc Keller

Message par PoY »

Répondre