FC Metz

Vos impressions sur l'actualité du football en général
Répondre
solari1
Responsable marketing @Directoire
Responsable marketing @Directoire
Messages : 3422
Enregistré le : 22 sept. 2015 15:54

Re: FC Metz

Message par solari1 »

Niang n'est pas allé à Sainté au final, car c'était une régression pour lui selon un de ses deux agents.

Donc, j'imagine pas qu'il puisse jouer à Metz.
De plus, son salaire même partiel semble effectivement bien trop cher pour le club lorrain.

Niang est surtout déçu de ne pas avoir pu signer à l'OM, AVB n'étant pas intéressé par son profil.

Il restera à Rennes.


Par contre, du côté de l'OM y a Mitroglou qui cherche une porte de sortie.
Le grec avait été proposé à Lorient.
Les dirigeants bretons ont refusé pour recruter Grbic.
Son salaire est très élevé, mais avec un contrat de deux ans, il pourrait baissé sensiblement ses émoluments.
Mais, Antonetti n'en voudra pas.
Avatar du membre
Gotcha
Manager général@Directoire
Manager général@Directoire
Messages : 12109
Enregistré le : 17 juin 2004 13:10
Localisation : Knackiland, Oberhausbergen
Contact :

Re: FC Metz

Message par Gotcha »

bien sur que Metz n'en voudra pas, ils cherchent un attaquant, pas un peintre.
solari1
Responsable marketing @Directoire
Responsable marketing @Directoire
Messages : 3422
Enregistré le : 22 sept. 2015 15:54

Re: FC Metz

Message par solari1 »

Un peintre qui a su marquer contre le Racing.

La carrière de Mitroglou n'est globalement pas celle d'un peintre, loin de là, elle a pris une tournure négative, malheureusement pour lui.

A l'OM, il avait payé son statut de panic buy, après avoir été recruté au derniers instants du mercato.
Un recrutement jugé peu glamour par les médias et les supporters, qui attendaient un autre nom pour le fameux "grantatakan".

Pourtant, moi qui a une bonne mémoire, et pas sélective, je garde un plutôt bon souvenir de sa première saison marseillaise.

Après avoir pris le temps de récupérer d'une blessure musculaire, et retrouvé du rythme, le grec a effectué une saison très correcte, avec 13 buts toutes compets confondues, avec un très bon ratio buts /temps de jeu.
Il a participé activement et efficacement au parcours d'EL.
J'invente rien.

La suite pour lui depuis 2 ans est une souffrance.

AVB l'apprécie bien, le grec a un état d'esprit irréprochable, mais le coach portugais ne compte pas sur lui.
Il l'a intégré aux entraînements avec le reste du groupe, pour qu'il puisse partir dans les meilleures conditions en cas de possibilité.
Avatar du membre
fab
Trésorier@Directoire
Trésorier@Directoire
Messages : 5150
Enregistré le : 15 juin 2004 17:17
Localisation : paris

Re: FC Metz

Message par fab »

19 matchs 9 buts en L1 pour da première saison.
Je ne connais pas l'effectif de Metz et s'ils ont un attaquant pouvant potentiellement être au niveau.

Perso plutôt que rien je tenterai le grec.
Si un problème a une solution, il ne sert à rien de s'inquiéter. S'il n'en a pas, s'inquiéter n'y changera rien
Avatar du membre
Kaniber
Président@Directoire
Président@Directoire
Messages : 21990
Enregistré le : 8 févr. 2012 14:18
Localisation : Dorlisheim

Re: FC Metz

Message par Kaniber »

equipe a écrit :Metz parie sur l'attaquant Aaron Leya Iseka, joker prêté par Toulouse (L 2)
Confronté à la longue absence d'Ibrahima Niane, Metz a obtenu le prêt comme joker de l'avant-centre belge de Toulouse (L 2) Aaron Leya Iseka (22 ans). Un pari sans garantie, mais sans grand risque.
En 58 matches de L 1, Aaron Leya Iseka n'a marqué que six buts et offert deux passes décisives. C'est très peu pour un avant-centre. Et cette saison, avec Toulouse, il n'a disputé que 77 minutes en deux apparitions, fin août, en L 2, ratant un penalty à Grenoble (3-5). À l'aube de ses 23 ans (le 15 novembre), l'attaquant international Espoirs belge (16 sélections, 4 buts), prêté avec une option d'achat d'environ 1 M€ par le TFC, où il est sous contrat jusqu'en 2022, débarque à Metz avec une confiance à (re)construire et tout à prouver.

Frédéric Antonetti a souhaité remplumer assez vite un secteur offensif amputé de deux pointes : Habib Diallo (vendu 10 M€ plus bonus à Strasbourg) et Ibrahima Niane, co-meilleur buteur de L 1 avec six réalisations, victime d'une grave blessure au genou droit et indisponible pour six mois. Le technicien lorrain a conscience que miser sur ce joker représente « un pari, pour lui et pour nous. »

« Il m'a séduit par l'analyse sans concession de son jeu »

Formé à Anderlecht, qui l'a prêté à Marseille (2016-2017) puis à Zulte-Waregem (2017-2018), avant de le transférer à Toulouse, « cet attaquant axial, bon techniquement et capable de prendre la profondeur, a presque toutes les qualités, mais n'arrive pas à les exprimer », constate le coach. « C'est le profil type du joueur à relancer, qu'on enrôle à Metz. En le regardant évoluer, puis en discutant avec lui, j'ai eu très envie qu'on tente notre chance ensemble. Il m'a séduit par l'analyse sans concession de son jeu. On va essayer de trouver les solutions » pour qu'il s'épanouisse enfin.
Qualifié pour le déplacement à Nîmes de dimanche, le Belge d'origine congolaise a forcément les crocs : « C'est une grosse opportunité pour moi de montrer qui je suis, que j'ai encore de la valeur et que je sais accomplir de belles choses ». Il est persuadé qu'Antonetti est l'entraîneur idoine pour le faire enfin décoller : « Il a un gros caractère et j'ai besoin de ça pour franchir des étapes. J'apprécie la manière de jouer de son équipe. Elle a un jeu qui me correspond et j'ai hâte de commencer... »
Avatar du membre
Kaniber
Président@Directoire
Président@Directoire
Messages : 21990
Enregistré le : 8 févr. 2012 14:18
Localisation : Dorlisheim

Re: FC Metz

Message par Kaniber »

Alsa'sports a écrit : Plus de peur que de mal pour Alexandre Oukidja
Sorti suite à un gros contact avec Rayan Cherki dans les tous derniers instants de la rencontre face à l’Olympique Lyonnais (défaite 1-3), Alexandre Oukidja semblait sévèrement touché au genou et l’inquiétude se faisait grandissante autour du joueur. L’ancien portier du Racing Club de Strasbourg a cependant tenu à rassurer les fans du FC Metz via un message sur les réseaux sociaux : “Merci à tous pour vos messages. Plus de peur que de mal. Un très gros hématome à soigner, mais cela aurait pu être bien plus grave. Merci à vous”. Le gardien est toujours incertain pour le derby de ce week-end entre le RC Strasbourg et le FC Metz.
Je suis content pour lui.
Tenor
Manager général@Directoire
Manager général@Directoire
Messages : 13530
Enregistré le : 26 janv. 2008 18:21
Localisation : HAGUENAU

Re: FC Metz

Message par Tenor »

oui, s'il pouvait ne pas jouer à la Meinau ce serait encore mieux ...il restera revanchard de toute manière :lol:
Avatar du membre
Kaniber
Président@Directoire
Président@Directoire
Messages : 21990
Enregistré le : 8 févr. 2012 14:18
Localisation : Dorlisheim

Re: FC Metz

Message par Kaniber »

Tenor, Metz comme le racing sont à onze sur le terrain , je ne pense pas qu'Oukidja va tout arrêter revanchard ou pas .
Avatar du membre
fan_racing
Secrétaire général@Directoire
Secrétaire général@Directoire
Messages : 9042
Enregistré le : 20 janv. 2005 15:00
Localisation : Mulhouse

Re: FC Metz

Message par fan_racing »

Content pour lui que ce ne soit rien de grave. Maintenant s'il doit prendre 10 jours de repos et louper le match contre le Racing, je ne vais pas m'en plaindre non plus :D

De toute façon, toute l'équipe de Metz sera mobilisée à fond pour cette confrontation, donc à nous d'en faire de-même ...
Avatar du membre
Kaniber
Président@Directoire
Président@Directoire
Messages : 21990
Enregistré le : 8 févr. 2012 14:18
Localisation : Dorlisheim

Re: FC Metz

Message par Kaniber »

dna a écrit :Antonetti, le coach de Metz est un magicien
En quatre mois, Frédéric Antonetti a transformé le visage du FC Metz, que le Racing affronte ce dimanche (15h) à Saint-Symphorien. Une mue spectaculaire que le technicien corse âgé de 59 ans a initiée à force de travail, d’expérience et de confiance.
Ces derniers jours, Frédéric Antonetti a dû penser qu’il a fini par s’égarer au Pôle Nord, tant il est parti loin de chez lui. Le vent glacial qui mord les oreilles et pique les jambes est un ennemi sournois pour qui est habitué à la douceur insulaire.
« J’ai beaucoup changé, malheureusement »
Avec son crâne glabre, sa silhouette arrondie et sa bonhomie qui inspire instantanément la sympathie, on l’imagine plus à son aise assis sur un banc à l’ombre d’un châtaignier, dans son village natal de Venzolasca, en Haute-Corse, dans cette Castagniccia au doux fumet d’authenticité, de cochon sauvage grillé et de liqueur de myrte.

Il y retournera tôt ou tard pour y couler une retraite paisible, à la manière de ces impassibles et sages anciens immortalisés par Goscinny et Uderzo dans Astérix en Corse.

En décembre 2018, Antonetti s’était déjà éloigné du FC Metz et des affaires du ballon rond pour rentrer au pays. Ce retour-là a été contraint et douloureux. Durant de longs mois, il a accompagné son épouse malade jusqu’à sa dernière demeure. Une terrible épreuve qui aurait pu marquer la fin de son aventure footballistique.

Mais depuis octobre, il est revenu au jeu et à sa vie d’exilé volontaire et solitaire, là-haut en Moselle, dans une ville où on ne lui connaît aucun ami.
Une existence d’ascète qui lui sied parfaitement. « Je suis dans ma bulle, je travaille énormément, disait-il récemment à nos confrères du Républicain Lorrain. Je vis à l’hôtel, je reste douze heures au stade, je ne lis aucun article et je ne regarde aucune émission. »
Pudique, l’homme n’a jamais rien dit de ses tourments. Les suiveurs du club grenat l’ont toutefois vu fendre un peu l’armure l’autre jour en conférence de presse, au moment d’évoquer la promesse faite à sa femme d’honorer son « dernier contrat » avant de raccrocher pour de bon.

Antonetti la grande gueule, ce coach sanguin que l’on a vu s’emporter maintes fois depuis qu’il a embrassé la profession au SC Bastia, en 1994, s’est donc assagi. « J’ai beaucoup changé, malheureusement, disait-il. Je suis sorti de ma situation parce que j’avais besoin d’être occupé. Beaucoup de joueurs m’ont dit que ce serait bien que je reprenne. Alors j’essaie d’amener un peu ce que j’ai appris pendant quarante ans. »
Faiseur de miracles

Le « peu » en question a suffi à transfigurer le FC Metz, équipe vouée à souffrir en début de saison sous les ordres de son ex-adjoint, Vincent Hognon. En quatre mois, le quinquagénaire l’a emmenée du bas de classement aux portes de l’Europe (7e , 35 points).

Antonetti est un faiseur de miracles. Il est parvenu à installer une confiance dans un groupe qui en était dépourvue après le départ de Diallo vers le Racing – pour soulager les finances dans le rouge – et la blessure longue durée de son successeur Niane.

L’infirmerie a beau être remplie – Nguette, Pajot ou N’Doram n’en sont toujours pas sortis –, les résultats sont au rendez-vous.

Metz a gagné quatre matches de championnat en 2021, dont un succès “historique” à Lyon (0-1), n’en a perdu qu’un – dimanche dernier à Saint-Étienne (1-0) – et poursuit sa route en Coupe de France, grâce à son succès heureux, mercredi à Amiens (1-2).

Antonetti a imposé sa patte, dans un schéma désormais immuable en 3-4-1-2 testé une première fois en décembre dernier à la Meinau (2-2).

La base, c’est cette défense qui est devenue intraitable. Au but, Oukidja (32 ans) qui a donné tant de frayeurs aux supporters alsaciens durant ses années en bleus, est devenu une des valeurs sûres du championnat. L’inconnu Boulaya (28 ans à la fin du mois), qui ne s’est jamais imposé nulle part, s’est mué en maître à jouer inspiré et décisif.

De son chapeau de magicien, le technicien a aussi sorti le Sénégalais Pape-Matar Sarr (18 ans), déjà une révélation au poste de milieu relayeur.

Et malgré les besoins qui auraient pu paraître légitimes, il n’a pas sollicité son président Bernard Serin durant le mercato d’hiver. « On nous a proposé des joueurs de trente ans très connus, mais je ne veux pas, parce qu’on a une politique sportive », soulignait celui qui implique tout son monde, des stagiaires qui viennent faire le nombre aux entraînements jusqu’au dernier des remplaçants.

« Notre meilleure recrue, c’est Antonetti », avait dit un jour son patron, dont l’objectif prioritaire consiste à prolonger le contrat de son entraîneur au-delà du mois de juin.
Laurey : « Quelqu’un qui me semble droit, ce qui a tout pour me plaire »


À Metz, l’homme comme le coach fait donc l’unanimité. À Strasbourg, Thierry Laurey loue aussi ses qualités. « Il fait du bon boulot depuis un long moment, dit-il. De Bastia à Metz, en passant par Saint-Étienne, Nice, Rennes ou Lille, ça a toujours fonctionné. Même quand il était consultant pour la télé, il n’allait pas comme d’autres dans le sens du vent. Ses analyses sont toujours enrichissantes, je partageais pas mal de ses idées. C’est quelqu’un qui me semble droit, ce qui a tout pour me plaire. »

L’entraîneur du Racing s’attend donc à souffrir ce dimanche à Saint-Symphorien. « Force est de constater que depuis qu’il a repris le manche, l’équipe est en pleine bourre », conclut-il. À ce niveau de réussite, c’est plus une baguette de magicien que le Corse a entre les mains.
Moi je le verrais bien au racing.
Répondre