Jean-Ricner Bellegarde

Vos impressions sur les anciens et actuels joueurs de l'effectif
Répondre
jere__57
Junior@Amateur
Junior@Amateur
Messages : 91
Enregistré le : 21 mai 2013 14:25

Re: Jean-Ricner Bellegarde

Message par jere__57 »

C'est surtout pour ça aussi je pense que Laurey est allé le chercher à Lens, pour sa polyvalence. Le problème d'un joueur polyvalent c'est que souvent il n'est pas forcément excellent sur un poste précis. En l'occurence dans football manager il est bien meilleur dans un milieu à 3 avec une vrai sentinelle devant la défense et un milieu un peu plus technique à coté de lui. Dommage parce qu'il ne lui manque que les stats... Puis il faut lui laisser qu'à part Chahiri par intermittence, c'est le seul capable de casser des lignes en percussion...
Avatar du membre
Kaniber
Président@Directoire
Président@Directoire
Messages : 22304
Enregistré le : 8 févr. 2012 14:18
Localisation : Dorlisheim

Re: Jean-Ricner Bellegarde

Message par Kaniber »

dna a écrit :Jeanricner Bellegarde, d’ombre et de lumière
De retour à Bollaert pour y affronter son club formateur, Jeanricner Bellegarde (22 ans) a pu savourer le succès du Racing, celui d’Alsace qu’il a rejoint à l’été 2019. Dans un rôle de l’ombre, le petit milieu de terrain y a apporté son écot.
Il n’avait plus foulé la pelouse lensoise depuis fin mai 2019 et le match aller des barrages d’accession contre Dijon.

Buteur des Sang et Or (1-1) dans un stade en fusion, avec Les Corons de Pierre Bachelet repris en chœur par 38 000 supporters et tout le folklore artésien qui transforme un match à domicile en expérience marquante, le gamin avait permis de croire en un retour en Ligue 1. Un espoir douché au match retour en Bourgogne (1-3).
Lens devra donc encore patienter une saison avant de remonter. Sans “Jeanjean”, parti dans la foulée à Strasbourg contre deux millions d’euros pour découvrir l’élite du foot hexagonal.

Alors, forcément, ce retour au bercail où le natif de Villetaneuse, en Seine-Saint-Denis, a débarqué à l’âge de 15 ans était « un peu particulier », aux dires de l’intéressé, qui a trouvé « bizarre de rentrer dans les vestiaires des visiteurs ».
Un relayeur porté vers l’attaque

Surtout, le Franco-Haïtien n’a pas reconnu son stade. En partie à cause de la purée de pois qui a recouvert les terrils de Loos-en-Gohelle et l’aire de jeu – « Des conditions vraiment pas agréables que j’espère ne plus avoir à rencontrer » –, mais surtout en raison du huis clos sanitaire qui laisse les tribunes désespérément vides. « On connaît Bollaert pour l’ambiance, sans public ce n’est vraiment pas plaisant », murmure-t-il.
Qu’importe, Bellegarde était revenu avec des Bleus en mission. « On savait que ce début d’année allait être important, expose l’international Espoirs. Il nous faut des points. Parvenir à un total de vingt à la fin du cycle aller est encourageant. »

Sur la lancée de la démonstration contre Nîmes, mercredi dernier (5-0), il a arpenté le couloir gauche de l’entrejeu. Très entreprenant contre les Gardois, où il avait utilisé ses qualités de vitesse pour provoquer son troisième penalty de la saison – après ceux obtenus à Reims et à Montpellier –, le petit gabarit (1,72m) s’est contenté d’un rôle plus obscur, en milieu relayeur, participant activement au plan « d’embrouille » échafaudé par Thierry Laurey.

« Le coach voulait que l’on verrouille la profondeur et la largeur, mon rôle a été de m’occuper de la largeur, au marquage de Clément Michelin sur les dédoublements », récite le bon élève qui a épaulé “Titi” Caci dans les tâches défensives.
Et maintenant, marquer
Remplacé par Lionel Carole à l’entame des vingt dernières minutes, après avoir été averti en raison d’un excès d’engagement devant le capitaine Yannick Cahuzac, celui qui a été désigné joueur du mois de novembre par les supporters alsaciens a pu « savourer la victoire » du banc de touche.

À l’heure de commenter son match, Bellegarde, au moins aussi timide que son modèle N’Golo Kanté devant caméras et micros, s’est bien gardé de s’enflammer.
S’il a reconnu qu’un « déclic » s’était produit en ce début d’année après les deux défaites pour clore 2020, contre Bordeaux et à Paris, il « ne regarde pas trop le classement » et « ne [se] projette pas trop loin, si ce n’est sur le prochain match ».

Ce sera dimanche (15h) contre Saint-Etienne, où le Racing aura l’ambition de réaliser la passe de trois. Laurey pourra compter sur son petit guerrier, celui qui a « une faculté naturelle à accélérer, à faire mal à l’adversaire » mais qui a « encore quelques petites choses à travailler en termes d’efficacité », comme le rappelait le technicien au soir du succès contre Nîmes.
Hormis un anecdotique but en 16e de finale de la Coupe de France contre les amateurs d’Angoulême lors d’un large succès en janvier dernier (5-1), il n’a pas encore marqué avec les Bleus. Le prochain défi de Jeanricner Bellegarde est tout trouvé.
Avatar du membre
Kaniber
Président@Directoire
Président@Directoire
Messages : 22304
Enregistré le : 8 févr. 2012 14:18
Localisation : Dorlisheim

Re: Jean-Ricner Bellegarde

Message par Kaniber »

dna a écrit :Bellegarde droit au but
Remplaçant à Dijon dimanche dernier, Jeanricner Bellegarde devrait retrouver une place de titulaire dans l’entrejeu du Racing, ce dimanche (15h) à la Meinau pour la venue de Reims. Avec l’envie d’alimenter la série positive de ce début d’année et de marquer un but, enfin.
Depuis début décembre et une petite contracture à une cuisse qui lui avait fait manquer deux matches, Jeanricner Bellegarde n’était plus sorti de l’équipe-type alignée par Thierry Laurey. Soit six titularisations de suite, jusqu’à la dernière virée dominicale à Dijon (1-1).
Le poids plume du Racing (22 ans), désormais bien installé sur le côté gauche du milieu de terrain, avait visiblement besoin de souffler. « J’avais les jambes assez lourdes », reconnaît-il.
« Toi, tu me fais rêver ! »

« Il manque un peu de coffre et comme son jeu est assez explosif, répéter les efforts est toujours délicat pour lui », disait son coach avant le déplacement en Côte-d’Or.

Mais à Gaston-Gérard, Bellegarde a donc pris place sur le banc. Son remplaçant désigné, Mehdi Chahiri, a mis le feu aux poudres, provoquant notamment l’ouverture du score signée Ludovic Ajorque.

Et quand il est entré pour la dernière demi-heure, “Jeanjean” n’a pas réussi à déstabiliser la défense bourguignonne comme il le fait souvent grâce à sa technique et sa vitesse.

« Je l’ai connu à Lens quand il a fait ses débuts en pro (lors de la saison 2016/2017), disait son futur ex-coéquipier et “grand frère” Kenny Lala, arrivé au Racing deux ans avant lui. Il était déjà vif, toujours sur les appuis. Mais il est devenu un peu plus dur à prendre. “Jeanjean”, je lui dis souvent : « “Toi, tu me fais rêver ! ” »

Laurey est aussi sous le charme. Malgré des débuts délicats dans l’élite à la fin de l’été 2019, Bellegarde a fait son trou sans faire de bruit.

« Comme il est performant à plusieurs postes, on navigue un peu pour lui trouver la place qui lui convient le mieux dans notre équipe, dit le coach. On l’a testé devant la défense, derrière un attaquant, sur un côté dans un milieu à quatre en losange ou à plat. Moi, je reste persuadé qu’il est plus à l’aise dans le cœur du jeu. »

Fidèle à ses habitudes, le timide Bellegarde ne revendique rien. « À gauche, je me sens bien, je commence à avoir quelques repères, murmure-t-il. Mais peu importe, du moment que je joue, ça me va. N’importe où, sauf gardien, parce que je suis trop petit pour ça ! »

Le Franco-Haïtien sait aussi qu’il lui reste « encore deux ou trois choses à maîtriser pour devenir un élément indiscutable », comme le lui rappelle son coach.

Quoi, exactement ? « De la justesse dans la dernière passe, une plus grande prise de risques pour avoir des statistiques », répond-il. Il est vrai que les chiffres (lire l’encadré) ne reflètent guère ni le potentiel, ni l’investissement du garçon.

S’il a provoqué trois penalties depuis le début de la saison, tous transformés au demeurant par ses coéquipiers, son nom n’apparaît dans aucune catégorie individuelle: aucune passe décisive et zéro but.

« Trop gentil »


« Il manque d’efficacité, peut-être est-il trop gentil, avance Thierry Laurey. C’est une bonne personne, mais on en attend encore beaucoup plus. »

L’intéressé acquiesce poliment. « Marquer, c’est un objectif que je cherche à atteindre au plus vite, dit-il. J’espère parvenir à débloquer tout ça. Ce serait peut-être un plus pour l’équipe et pour moi-même. »

Les deux prochaines rencontres à la Meinau, dimanche (15h) contre Reims et mercredi (19h) face à Brest, pourraient lui en offrir l’occasion. Mais plus que son cas personnel, le toujours souriant “Jeanjean” pense au collectif.

« Contre des concurrents directs au maintien, on doit tout faire pour prendre des points, insiste-t-il. On est dans une bonne série (trois victoires, un nul) et on a deux matches à domicile pour continuer à progresser. »

Au moment d’aborder le premier d’entre eux contre le Stade de Reims, la motivation est toute trouvée. « On avait fait un match aller catastrophique, rappelle le milieu de terrain. Surtout une entame où l’on avait fait n’importe quoi. Ce n’est pas l’image que l’on souhaitait donner... »

C’était le 1er novembre (9e journée), avec un entraîneur touché par la Covid et resté à la maison, un “autogoal” du gardien Kamara puis un coup de casque du très chevelu Faes qui avait permis aux Rémois de prendre le large avant même la demi-heure de jeu.

S’il avait réussi à relancer le suspense à travers un penalty provoqué, Bellegarde retient le désarroi des siens après ce revers contrariant (2-1) qui annonçait un automne pénible.

Mais entre-temps, les Bleus ont relevé la tête. « On se sent beaucoup mieux, affirme-t-il. Les attaquants sont plus efficaces. En défense, on n’a pas pris beaucoup de buts (un seul en 2021). On a envie de bien faire. »

Avec un Jeanricner Bellegarde tranchant, le Racing disposera d’un atout supplémentaire dans son jeu, qui vient de perdre la carte Lala.
Le chiffre
42

Le nombre de ballons touchés par Jeanricner Bellegarde dans la surface adverse sans parvenir à marquer le moindre but. Un record en Ligue 1 cette saison.
télésupporteur
Manager général@Directoire
Manager général@Directoire
Messages : 13019
Enregistré le : 3 juin 2004 13:56
Localisation : Mont-de-Marsan - Landes

Re: Jean-Ricner Bellegarde

Message par télésupporteur »

un but sur cpa donne une passe décisive :!:
provoquer un pénalty non :shock: :shock:
Avatar du membre
Kaniber
Président@Directoire
Président@Directoire
Messages : 22304
Enregistré le : 8 févr. 2012 14:18
Localisation : Dorlisheim

Re: Jean-Ricner Bellegarde

Message par Kaniber »

dna a écrit :Jeanricner Bellegarde, avant Nîmes - Racing : « Un point, c’est bien… trois, c’est mieux »
Jamais avare d’efforts mais rarement récompensé, Jeanricner Bellegarde a corrigé ce défaut avec un but et une passe décisive lors des trois derniers matches du Racing. Le milieu de 22 ans espère valider au plus vite le maintien pour sa seconde saison en Ligue 1 sous les couleurs strasbourgeoises.
Jeanricner Bellegarde n’est pas du genre à s’épancher facilement. Le milieu de poche (1,72m) – qui a inscrit le 21 mars son premier but en Ligue 1 contre le RC Lens (1-2), son club formateur, et délivré sa première passe décisive samedi dernier contre le PSG (1-4) – a toutefois livré ses impressions à l’entame de la dernière ligne droite de sa deuxième saison sous le maillot du Racing.

Après la défaite contre le PSG (1-4), sans conséquence au classement, les deux matches qui arrivent peuvent-ils être abordés comme deux “balles de match” dans la course au maintien ?

Quand on regarde le classement, les résultats du dernier week-end ne nous ont pas désavantagés. On prépare ces matches avec beaucoup de concentration parce qu’on sait qu’ils sont importants pour se rapprocher au plus vite du maintien.
« Les Nîmois vont vouloir nous rentrer dedans »

Il faut s’attendre à quel genre de match à Nîmes ?


Un match assez compliqué. On voit que maintenant ils ont une équipe qui est à peu près solide. Depuis le changement de coach, ça va beaucoup mieux pour eux.

L’absence du public, qu’on sait assez chaud au stade des Costières, peut être un petit avantage pour vous ?


Non, cette année, à domicile ou à l’extérieur, les matches sont un peu les mêmes. Il faut s’attendre à un match compliqué pour les deux équipes.

Est-ce que le Racing peut encore s’inspirer du 5-0 infligé à Nîmes à la Meinau début janvier ?

Ça peut être à double tranchant parce qu’on sait que les Nîmois vont vouloir nous rentrer dedans pour recoller au plus vite parce qu’ils ne sont qu’à six points de nous. Je ne pense pas que ça va être le même match. C’est pour cela qu’il faudra être hyper rigoureux.

Quel est le sentiment qui prédomine dans le vestiaire : celui d’en finir au plus vite ou la crainte de voir les concurrents directs se rapprocher ?

C’est la volonté de prendre le maximum de points et de se mettre à l’abri parce qu’on a vu que le classement est assez serré.

Thierry Laurey l’avait souligné, il attendait de vous d’être plus décisif. Vous l’avez été récemment contre Lens et Paris. Malgré les défaites, est-ce que ça fait du bien personnellement ?

Oui, parce que c’est quelque chose que j’attendais depuis un moment. Je suis satisfait que ça soit venu. Ça m’encourage pour la suite. Avoir délivré une passe décisive et marqué un but, c’est un soulagement. Je me sens “débloqué” et je sens que ça va continuer.

Vous ne vous attendiez pas à marquer votre premier but en Ligue 1 de la tête, quand même ?


Non, c’est vrai (rires). C’était mon premier but de la tête. En plus contre le RC Lens, ça a été un plaisir.

Il y a quelques mois, on vous pensait “fixé” sur le côté gauche. Après avoir un peu moins joué, vous êtes repassé à droite. Ça vous dérange de devoir “naviguer” ?


Je prends ce qu’on me donne, même si c’est toujours mieux d’être installé. Tant que j’ai du temps de jeu et que j’arrive à m’adapter, ça va. Dans l’absolu, mon poste préférentiel, c’est relayeur au milieu de terrain.

« Il faut s’adapter au plus vite à chaque fois »

Quelles leçons tirez-vous de votre deuxième saison en Ligue 1, plus compliquée pour le Racing ?


Ça m’a fait grandir. J’apprends que d’une saison à une autre, ce n’est pas la même chose, il faut s’adapter au plus vite à chaque fois. Il faut toujours travailler pour s’améliorer.

Quand on arrive dans la dernière ligne droite, on a tendance à souligner que ce sont les équipes qui ont la plus grande force mentale qui s’en sortent. Le Racing a-t-il ces qualités-là ?


Oui, il y a beaucoup de joueurs qui ont le bon état d’esprit. On sait que ça ne va pas être facile et je pense qu’on arrive à puiser le positif pour avoir la force dans les derniers matches. On est prêts.

Est-ce qu’il vaut mieux partir dans l’idée de bétonner à Nîmes pour prendre un point ou faut-il jouer la gagne à fond au risque de se découvrir et perdre ?

Comme tous les matches, on va aller là-bas pour gagner. C’est la mentalité de l’équipe. Si on prend un point, c’est bien… trois points, c’est mieux.
Avatar du membre
Kaniber
Président@Directoire
Président@Directoire
Messages : 22304
Enregistré le : 8 févr. 2012 14:18
Localisation : Dorlisheim

Re: Jean-Ricner Bellegarde

Message par Kaniber »

dna a écrit : Bellegarde, le temps de l’épanouissement
À 23 ans, Jeanricner Bellegarde va entamer avec le Racing sa troisième saison en Ligue 1. Le poids-plume du milieu de terrain espère encore franchir un palier sous les ordres de Julien Stéphan, histoire de passer du rôle d’espoir au statut de valeur sûre.
Soixante matches dans l’élite, tous disputés avec le maillot bleu sur le dos en deux saisons, la première étant rabotée par le Covid : voilà un chiffre qui commence doucement à compter et qui vous pose un début de légitimité dans le monde pro.

Pourtant, quand on évoque le nom de Jeanricner Bellegarde, un sentiment ambivalent, une impression imparfaite, un goût d’inachevé finissent toujours par affleurer.

Certainement parce qu’à son âge, le Franco-Haïtien qui a grandi dans la banlieue parisienne et s’est affirmé comme footballeur du côté du RC Lens est encore perfectible. Peut-être aussi parce que ses prestations au Racing sont souvent accompagnées de la mention “peut mieux faire”, voire “doit mieux faire”, rarement avec les félicitations du jury.

« Plus de déplacements, plus de réflexion, plus de tactique, ça change »

À sa décharge, “Jeanjean” ne s’est pas encore fixé à un poste clairement établi. Depuis son arrivée en Alsace, il a été tantôt affecté par Thierry Laurey à des tâches purement défensives, tantôt dévolu à un rôle de premier contre-attaquant ou d’ailier de débordement.

À gauche, à droite, dans l’axe, peu importe… Sa vitesse de pointe et son volume de jeu lui autorisent cette polyvalence mais retardent aussi son épanouissement en raison des missions fluctuantes qui lui étaient assignées.

Cet été, la nouvelle philosophie de jeu prônée par Julien Stéphan va peut-être modifier la donne. « On apprend de nouvelles choses sur le plan tactique, on arrive à assimiler ce que le coach nous demande, on continue l’apprentissage et la progression, on sent que ça colle bien », dit le garçon aux faux airs de N’Golo Kanté.

Sous les ordres de l’ex-technicien de Rennes, Bellegarde semble étoffer sa palette. Qu’il soit associé à Sanjin Prcic, Dimitri Liénard ou Jean-Eudes Aholou dans l’entrejeu – il a pris part aux quatre matches de préparation disputés jusque-là, à chaque fois dans une configuration différente –, “Jeanjean” y trouve son compte, justement parce que bon nombre de ballons passent entre ses pieds.

« Le jeu est basé sur une sortie de balle au plus bas, ça demande plus de déplacements, plus de réflexion, plus de tactique, ça change, apprécie-t-il. Du coup, le système importe peu. Que l’on joue en losange, à deux ou à trois au milieu, chacun sait ce qu’il a à faire. »

« Devenir plus décisif »

À Francfort samedi dernier (succès 3-2), dans la version certainement la plus proche de ce qui sera proposé en ouverture du championnat, le 8 août contre Angers (15h), le petit Bellegarde a fait la paire avec le grand Aholou à la récupération, se projetant vite vers l’avant dans les phases de construction.

« Avec Jean-Eudes, les automatismes sont en place, indique-t-il. C’est très bien qu’il soit revenu (à nouveau en prêt de Monaco), on a une bonne base. Sur le terrain, je me sens bien et je prends du plaisir en faisant de mon mieux pour l’équipe. »

Reste encore à gagner en constance et en efficacité, les vrais points faibles du garçon. La saison dernière, il avait ainsi fallu attendre le 21 mars et la venue de son club formateur artésien pour le voir enfin être à la conclusion d’une action. Ce premier but en Ligue 1 ne l’avait pas libéré. Il est vrai que ce dimanche-là, son équipe avait fini par perdre (1-2).
« Mon objectif personnel est de devenir plus décisif, insiste-t-il. Comme je suis milieu de terrain, mon rôle consiste d’abord à donner des balles de but (une seule passe la saison écoulée). Ensuite, si je peux marquer, je le ferai. Bref, je vais essayer de m’améliorer un peu dans les deux domaines ! »

Au sortir d’un exercice galère où il a fallu lutter pour le maintien jusqu’au bout, Bellegarde espère repartir du bon pied. En s’appuyant notamment sur l’expérience de Kevin Gameiro, la recrue phare de l’été. « On le sent très investi, il tire tout le monde vers le haut, dit son jeune équipier. Chacun veut faire le maximum pour le voir briller. »

L’ultime test, ce samedi à la Meinau contre le SC Fribourg (*), peut contribuer à mettre Gameiro et les Bleus en confiance avant la réception d’Angers.

« Si on gagne, ce sera comme un jour de fête »

« Le contenu importera plus que le résultat, assure le milieu de terrain. On veut mettre en œuvre tout ce que l’on a travaillé depuis le début de la préparation. On aura la chance de retrouver notre public et de relancer la machine dans notre stade. Si on gagne, ce sera comme un jour de fête et une bonne manière de bien lancer la saison. »

À l’heure des déclarations d’intention, Bellegarde veut oublier le triste 15e rang de 2020/2021 et espère « grappiller des places pour voir l’équipe en haut de tableau ». Tous les supporters des Bleus partagent le même souhait. Et comptent sur un “Jeanjean” en plein épanouissement. Il est grand temps
Avatar du membre
fan_racing
Secrétaire général@Directoire
Secrétaire général@Directoire
Messages : 9165
Enregistré le : 20 janv. 2005 15:00
Localisation : Mulhouse

Re: Jean-Ricner Bellegarde

Message par fan_racing »

A 23 ans, ce serait l'idéal de franchir un pallier cette saison. Tout notre milieu de terrain a manqué de régularité la saison dernière. Si Bellegarde pouvait devenir un joueur régulier dans un secteur donné du milieu, ce serait un pas en avant pour tout le monde :)
Tenor
Manager général@Directoire
Manager général@Directoire
Messages : 13609
Enregistré le : 26 janv. 2008 18:21
Localisation : HAGUENAU

Re: Jean-Ricner Bellegarde

Message par Tenor »

+1 et il en a les capacités ;)
Avatar du membre
Kaniber
Président@Directoire
Président@Directoire
Messages : 22304
Enregistré le : 8 févr. 2012 14:18
Localisation : Dorlisheim

Re: Jean-Ricner Bellegarde

Message par Kaniber »

dna a écrit :Bellegarde : « Faire en sorte de les mettre en danger »
Installé au poste de milieu gauche en version “box-to-box”, Jeanricner Bellegarde (23 ans) espère arpenter la pelouse du Parc OL, ce dimanche (20 h 45), pour tenter d’en rapporter quelque chose avec le Racing.
Dans un début de carrière où il affiche déjà 63 matches de Ligue 1, tous disputés avec le Racing, Jeanricner Bellegarde n’a pas souvent eu l’occasion de sourire au moment d’affronter l’Olympique lyonnais.

En quatre confrontations, le Franco-Haïtien a connu trois revers, mais a contribué au seul résultat positif, un nul assez soporifique (1-1) préservé au Parc OL mi-février 2020, deux semaines avant l’interruption du championnat en raison de la pandémie. Perdre contre Lyon n’est donc pas une fatalité. “Jean-Jean” y croit en tout cas.

Jeanricner Bellegarde, dans quel état d’esprit êtes-vous au sortir de cette trêve internationale ?

La coupure a fait du bien. On a pu se reposer, recharger les batteries et bosser un peu plus tranquillement. Surtout, les recrues (Ndlr : Le Marchand, Nyamsi et Guilbert) ont eu du temps pour s’intégrer. C’était le meilleur moment pour eux comme pour nous. On a pu les faire rentrer dans notre projet de jeu.

Cette quinzaine a-t-elle aussi été plus sereine en raison du premier succès validé contre Brest (3-1) fin août ?

La victoire a fait du bien, c’était un soulagement et une récompense pour tout le groupe. On a bossé fort pour y arriver. Ça a mis un peu plus de temps qu’espéré pour se concrétiser.

Peut-on dire que ce succès a boosté tout le monde ?

On se sent toujours bien après une victoire. Ça apporte beaucoup de positif. Il faut rester sur cet état d’esprit pour continuer notre progression.

« Il me faut plus de précision et de justesse »

Lyon, qui n’était pas non plus au point, est-il encore bon à prendre ?
C’est vrai que leur début de saison n’a pas été exceptionnel. Mais il faut s’attendre à un match difficile. En face, il y a de bons joueurs, on le sait. À nous d’être attentifs à ça, de faire en sorte de les mettre en danger et de rester concentrés sur ce que l’on sait faire.

Que voulez-vous faire ?

Être fort défensivement, c’est la priorité. Après, on sait que devant, on peut créer le danger. Si on y parvient, on peut faire quelque chose là-bas.

À titre personnel, comment jugez-vous votre début de saison ?

Ce que j’apporte à l’équipe, ce n’est pas trop mal… Mais je peux faire beaucoup mieux à titre individuel. La finition, la dernière passe, ce n’est pas encore ça. Je me retrouve plus dans des situations offensives, j’en suis heureux, mais il me faut plus de précision et de justesse pour créer les bonnes occasions.

Avez-vous le sentiment d’être à la bonne place au poste de milieu gauche où Julien Stéphan vous a installé ?

Oui, je me sens vraiment bien dans le cœur du jeu, en “box-to-box”. Je prends du plaisir à jouer !
Avatar du membre
Kaniber
Président@Directoire
Président@Directoire
Messages : 22304
Enregistré le : 8 févr. 2012 14:18
Localisation : Dorlisheim

Re: Jean-Ricner Bellegarde

Message par Kaniber »

equipe a écrit : Jean-Ricner Bellegarde prolonge d'un an son contrat à Strasbourg
Le RC Strasbourg a officialisé ce lundi la prolongation d'un an de contrat du milieu Jean-Ricner Bellegarde (23 ans). Il est désormais lié avec le club jusqu'en 2024.
Le Racing Club de Strasbourg et Jean-Ricner Bellegarde « se sont mis d'accord pour une prolongation d'un an du contrat du milieu de terrain », a révélé le club alsacien ce lundi.
Auteur d'un bon début de saison sous les ordres de son nouvel entraîneur Julien Stéphan, Bellegarde a participé à 12 des 13 rencontres de Ligue 1, pour 9 titularisations.
Agé de 23 ans, le natif de Colombes a disputé 79 matches officiels avec le Racing depuis son arrivée à l'été 2019. Il est désormais lié au club alsacien jusqu'en 2024.
Répondre