SR Colmar

Vos impressions sur l'actualité du football en général
Répondre
Tenor
Manager général@Directoire
Manager général@Directoire
Messages : 14229
Enregistré le : 26 janv. 2008 18:21
Localisation : HAGUENAU

Re: SR Colmar

Message par Tenor »

çà va, en N2 l'année prochaine et Colmar visera encore plus haut l'année d'après. Pourquoi pas :?:
Avatar du membre
Kaniber
Président@Directoire
Président@Directoire
Messages : 23765
Enregistré le : 8 févr. 2012 14:18
Localisation : Dorlisheim

Re: SR Colmar

Message par Kaniber »

dna a écrit : José Guerra : « Colmar est le plus beau projet dans le Grand Est »
Il a dirigé son dernier match sur le banc colmarien contre Saint-Louis. José Guerra se retourne avec satisfaction sur les quatre ans et demi passés au SRC. Le manager général sait qu’il reste du pain sur la planche et souhaite que sa vision soit partagée par l’ensemble des composantes du club pour continuer à avancer.
José, qu’avez-vous ressenti samedi pour votre dernière sur le banc contre Saint-Louis ?

Ça n’a pas commencé le jour du match. Toute la semaine, j’ai eu un pincement au cœur, c’était chargé en émotions. Quand tu vis tout ce qu’on a vécu les quatre dernières saisons, surtout la dernière qui a été exceptionnelle…. Je sais que je ne revivrai plus des choses comme ça.

Durant la causerie, j’ai montré aux joueurs, avec une vidéo, ce qu’on avait réalisé jusque-là. Le club avait invité tous les joueurs qui avaient participé à l’aventure. Sur le terrain, les garçons ont fait le job (4-2). La journée a été particulière avant, pendant et après…

Les joueurs ont organisé un repas où j’ai eu la chance d’être mis à l’honneur. Ces mots-là resteront gravés à vie. On est une vraie famille. C’est la reconnaissance de ces gens-là qui est importante dans le football.

« Le moment d’arrêter après toutes ces montées successives »
Désormais vous n’entraînerez plus…

Je n’arrête pas parce que je suis fatigué. J’ai encore de l’énergie pour relever des défis. Je suis un homme de parole et j’avais pris un engagement avec Arnaud (Bey, le coordinateur sportif) qui souhaitait devenir numéro un. On a fait un bout de chemin ensemble. Et j’avais prévenu (le président) Guy Meyer. La réglementation fait que si on monte en National – ce n’est pas prétentieux mais l’objectif à terme du club –, je ne pourrai pas mettre Arnaud en poste car il ne possède pas le DEPF (il a le DES, ndlr). Et depuis qu’on travaille ensemble, je l’ai vu évoluer…

Pour moi, après ces quatre années très riches et magnifiques, c’était aussi sans doute le moment d’arrêter après toutes ces montées successives.

Que retenez-vous de vos quatre années d’entraîneur au SRC ?

Ce sont quatre années magnifiques, même si on a aussi connu de grosses difficultés avec Arnaud. J’ai été contacté en décembre 2017 et j’ai vite compris, après un audit de six mois, que le dépôt de bilan (en 2016) avait été un traumatisme. On a marché sur des braises parce que la terre avait brûlé.

J’ai proposé un projet sur trois ans, à condition d’avoir les pleins pouvoirs sur la partie technique. On a réorganisé les équipes de jeunes, recruté des éducateurs, reconstruit le club pas à pas… J’ai repris l’équipe « une » en juillet 2018, il y avait de bons gamins qu’on a essayé de faire progresser. On a fait revenir des anciens comme Loïc Meyer, Yannick Imbs ou Romain Gasmi qui ont beaucoup compté.

On a atteint notre objectif en montant en N3. On est reparti sur un autre projet de trois ans et dès la première saison, on monte en N2…

« On a beaucoup partagé durant ces mois de Covid et ça a abouti à une saison exceptionnelle »
En fait, tout ce que vous avez planifié, vous l’avez réalisé…

Tout ce qu’on a écrit au niveau sportif, on peut avoir la fierté de dire que ça s’est réalisé, même si on nous a volé un peu de temps avec le Covid. À chaque fois qu’il a fallu s’améliorer, notamment dans la composition du staff, on l’a fait pour continuer à être au niveau et franchir des paliers.

On a par exemple beaucoup investi dans la vidéo qui nous a amené une vraie plus-value. On doit encore s’améliorer sur le pôle médical, ce qui peut rapporter des points en championnat, et j’ai bon espoir d’y arriver.

Le Covid n’a donc pas été un coup d’arrêt…

Ça a été la période la plus importante ! On s’entraînait les week-ends. On a travaillé un nouveau système de jeu (avec une défense à trois) que je n’avais jamais utilisé mais qui correspondait aux qualités de mes joueurs. C’est là qu’on a construit notre saison.

On a travaillé tactiquement et beaucoup partagé durant ces mois de Covid et ça a abouti à une saison exceptionnelle au niveau des résultats mais aussi en termes de cohésion et d’état d’esprit.

Aujourd’hui, peut-on dire que le SRC a retrouvé ses lettres de noblesse ?

C’est toujours plus facile de travailler sur la locomotive. On est encore en difficulté en U16 et dans d’autres catégories. On subit encore les effets du pillage de nos jeunes et nos éducateurs par les clubs du secteur mulhousien. Je voudrais faire comprendre qu’il se passe quelque chose à Colmar, donner envie aux joueurs du bassin colmarien et à leur famille de nous rejoindre.

Il y a un vrai projet “club” avec des possibilités d’atteindre l’équipe fanion. On est un club formateur. On a reçu les labels Excellence et Élite en peu de temps grâce au travail fabuleux d’Arnaud sur ces certifications. C’est une vraie récompense.

Aujourd’hui, le club est structuré. Mais dans le foot, l’équilibre reste fragile. Tout peut aller très vite dans un sens comme dans l’autre. On doit continuer à progresser, notamment au niveau sportif, et chacun doit œuvrer dans sa sphère de compétences. Les dirigeants, les co-présidents Guy Meyer et Marc Nagor, avancent de leur côté pour nous en donner les moyens. On doit franchir les paliers ensemble. On arrive à la limite de l’amateurisme et on doit tendre vers le semi-professionnalisme. Il n’y a plus de place pour l’à-peu-près.

« Il reste encore suffisamment de travail pour chacun dans son domaine »
En quoi va consister votre rôle de manager général ?

Je l’étais déjà en plus d’être entraîneur. C’est moi qui gérais le budget pour le recrutement des joueurs et le staff. Je chapeautais l’ensemble de la structure. Le manager doit mettre les joueurs et l’entraîneur dans les meilleures conditions pour “performer” au mieux. Il est aussi en lien avec le coordinateur technique, lui-même en lien avec les responsables de pôle, pour prendre des décisions. On doit encore améliorer les déplacements – la nutrition et la récupération –, la cellule de recrutement, etc. Il faut regarder ce qui se fait plus haut.

Je suis en rapport avec les présidents, plus avec celui (Marc Nagor) qui s’occupe du sportif, et je rends des comptes. On trouve des solutions ensemble. Il reste beaucoup de travail pour s’améliorer. Toutes proportions gardées, on a le même projet que le Racing qui est passé du N3 à la L1. Nous, c’est du R2 au N1.

La saison prochaine sera-t-elle un tournant ?

Entre le N3 et le N2, il y a un monde et il faudra rester mesuré sur les résultats dans un premier temps. On va faire face à de gros budgets, à des garçons qui ne font que ça… On aura aussi besoin du soutien du public, qui est un public exigeant, pour retrouver le National.

Colmar est le plus beau projet dans le Grand Est. Mais pour exister à ce niveau, on aura besoin de moyens. On est parti de rien, avec le président Guy Meyer et son comité. Marc Nagor nous a ensuite rejoints. Et il reste encore suffisamment de travail pour chacun dans son domaine pour continuer à faire grandir le club. C’est ma vision. Et j’attends encore le retour de mes présidents pour préparer l’avenir sereinement.
Avatar du membre
Kaniber
Président@Directoire
Président@Directoire
Messages : 23765
Enregistré le : 8 févr. 2012 14:18
Localisation : Dorlisheim

Re: SR Colmar

Message par Kaniber »

dna a écrit :Divorce acté entre le SR Colmar et le duo José Guerra – Arnaud Bey
Les rumeurs qui circulaient depuis quelques jours se sont confirmées ce vendredi : Arnaud Bey et José Guerra, respectivement entraîneur et manager général du SR Colmar, ont rendu leur tablier, d’un commun accord avec les coprésidents Guy Meyer et Marc Nagor.
« C’est d’un commun accord que nous avons décidé de mettre fin à notre collaboration avec Arnaud Bey et José Guerra. Cette mesure prend effet immédiatement. Dans la foulée, nous avons proposé à Cédric Deubel (un des trois adjoints, avec Robert Pavlinic et Edson Siasia, NDLR) de reprendre l’équipe fanion. Nous attendons sa réponse. »

C’est par ces mots, sans fioriture, que Guy Meyer, le coprésident du SRC avec Marc Nagor, a annoncé la nouvelle ce vendredi.

« Arnaud et José ont ancré l’histoire du SRC, mais une page doit se tourner »

Le SR Colmar, actuellement relégable en National 2, va donc poursuivre l’aventure sans les deux techniciens arrivés au chevet du club il y a plus de quatre ans, lorsque ce dernier se retrouvait précipité en Régional 2. Une séparation à « l’amiable », certes, comme l’évoque Guy Meyer, mais qui ne surprend pas vraiment tant les voix étaient souvent discordantes en interne.

En cause, notamment, un budget qui a mis du temps à se décanter cet été pour effectuer le recrutement. « C’est de ma faute », reconnaît Marc Nagor.

« À cet instant le dialogue était tendu, mais nous avions travaillé pour le bien du SRC qui reste l’institution numéro 1. Nous ne sommes tous que de passage au sein du club », poursuit-il lorsqu’on lui demande les raisons de la séparation.

« Ce n’est pas une décision facile à prendre, mais elle a été prise sans animosité. C’est difficile car Arnaud et José ont ancré l’histoire du SRC, mais une page doit se tourner. C’est pour cela que nous devons mettre en place une nouvelle organisation. »

Les deux présidents, qui assurent parler d’une seule et même voix, comptent bien mettre les cadres de l’équipe devant leurs responsabilités. « En cas de non-maintien, l’aventure pourrait se poursuivre sans eux. »

Depuis le début de la saison, les Colmariens n’ont guère été épargnés par les blessures. Et la situation n’est pas catastrophique. « Mais tous les clubs de National et de N2 ont peur, assure Marc Nagor. On doit se donner les moyens de se sauver car la sélection sera sévère (cinq équipes et les deux plus mauvais 11es des quatre groupes seront relégués en N3 en fin de saison, NDLR). Pour cela, on en appelle à nos partenaires, mais aussi à la mairie de Colmar. Il faut nous aider à recruter deux ou trois joueurs. »

Cédric Deubel ou un coach venu de l’extérieur pour prendre la suite ?

Si le club a vu la Direction nationale du contrôle de gestion (DNCG) mettre sa décision en délibéré quant à sa situation financière, Marc Nagor préfère relativiser. « C’est une interprétation de chiffres, mais je n’ai pas de crainte là-dessus. » « Nous avons demandé une augmentation de la masse salariale en fonction du nouveau budget prévisionnel », lui fait écho Guy Meyer.

Dans tous les cas, il faudra trouver un remplaçant à Arnaud Bey. Dans cette optique, deux scénarios se dégagent. « Nous avons proposé à Cédric Deubel de prendre la suite (il a entraîné le FR Haguenau en N2 de l’été 2018 à février 2022, NDLR) , explique Guy Meyer. Il y a cette possibilité de faire confiance au staff en place. Sinon on cherchera une personne de l’extérieur. »

La réponse devra être rapide : la reprise de l’entraînement est fixée au 27 décembre et le prochain match est programmé le 7 janvier à domicile contre Wasquehal.

« On assume pleinement cette décision car on veut continuer à vivre de belles choses à Colmar », concluent les présidents. Le temps et surtout les résultats valideront ou non cette décision.
Tenor
Manager général@Directoire
Manager général@Directoire
Messages : 14229
Enregistré le : 26 janv. 2008 18:21
Localisation : HAGUENAU

Re: SR Colmar

Message par Tenor »

Purée Deubel qui part de chez nous (FRH) pour rejoindre Colmar et avoir moins de pression ... Guerra qui prend la porte et Deubel qui reprend le flambeau pour je ne sais pour combien de temps. Le temps de recruter un nouvel entraineur ?
J'avoue que pour avoir vu le derby à Haguenau, Colmar est très faible et je m'attendais à autre chose, tellement on en lisait dans les DNA sur cette équipe.
Ils vont surement se reprendre je pense car il y a d'autres moyens à Colmar qu'à Haguenau, m'enfin... :roll:
Avatar du membre
Kaniber
Président@Directoire
Président@Directoire
Messages : 23765
Enregistré le : 8 févr. 2012 14:18
Localisation : Dorlisheim

Re: SR Colmar

Message par Kaniber »

dna a écrit :Jean-Guy Wallemme, nouvel entraîneur du SR Colmar
A la recherche d’un nouvel entraîneur depuis le départ d’Arnaud Bey fin décembre, le Stadium Racing Colmar a confié les rênes de l’équipe à Jean-Guy Wallemme, ce lundi. Le technicien de 55 ans à six mois pour réussir l’opération maintien du club en National 2.
La trêve des confiseurs aura été active du côté du SRC. Et c’est plutôt logique puisque le club s’est retrouvé la veille de Noël sans entraîneur et sans manager général ! Un choix délibéré, et non subi, qui a été acté d’un commun accord avec les intéressés, Arnaud Bey et José Guerra, qui ont pourtant été de l’aventure colmarienne depuis le Régional 2 jusqu’au National 2.

Les résultats très mitigés – trois victoires, trois nuls et six défaites – depuis le retour cet été au quatrième échelon ont conduit à cette séparation à l’amiable. Actuellement à la 13e place du groupe B, les Verts sont relégables. La situation n’est pas désespérée mais préoccupante, sachant que cinq voire six équipes seront reléguées au printemps.

Pour éviter ce pas en arrière, les dirigeants, désormais en première ligne dans la politique sportive du club, se sont donc mis à la recherche d’un nouvel entraîneur. Une liste a été établie avec différents profils. L’un d’eux a rapidement retenu leur attention : celui de Jean-Guy Wallemme.

Six mois et pus si affinités ?

Plutôt que d’agir dans la précipitation, il a été décidé de confier la reprise de l’entraînement, le 27 décembre, à Cédric Deubel. Arrivé à l’intersaison en tant qu’adjoint d’Arnaud Bey, l’ex-entraîneur du FR Haguenau (de l’été 2018 à février 2022) ne dirigera toutefois pas le SRC en championnat. En effet, Wallemme, après un entretien de deux heures avec les co-présidents Guy Meyer et Marc Nagor ce lundi à Colmar, s'est engagé pour les six prochains mois. Si le maintien devait être au bout, le Nordiste pourrait prolonger l'aventure dans le Haut-Rhin.

« Après l'excellent travail réalisé par José Guerra (entraîneur puis manager général), on est content d'avoir trouvé un entraîneur d'expérience pour relancer la machine », a souligné Marc Nagor.

Champion de France en 1998 en tant que capitaine du RC Lens, Wallemme a entamé une carrière d’entraîneur au début du XXIe siècle. Il a eu plusieurs expériences dans le monde professionnel, avec notamment un titre de champion de Ligue 2 avec le… RC Lens en 2009. Depuis une dizaine d’années, il a tenté de courtes expériences à l’étranger (sélection du Congo, Belgique, Algérie, Maroc) avant de revenir coacher chez les amateurs en France.

Après quatre années sur un banc de N2 – deux à Chartres, deux à Fréjus/Saint-Raphaël –, le natif de Maubeuge a signé l'été dernier au Paris 13 Atlético en National. L’histoire n’a pas duré puisque le technicien de 55 ans a été remercié après neuf journées alors que le promu ne comptait qu’une seule victoire et émargeait à la 16e place du classement.

Jean-Guy Wallemme va donc se relancer au SR Colmar, un club qui a lui aussi besoin de retrouver des couleurs. Le nouveau coach devra prendre ses marques rapidement puisque les Verts reçoivent Wasquehal le 7 janvier (18h), autre relégable, pour un match déjà très important en vue du maintien.
Avatar du membre
Kaniber
Président@Directoire
Président@Directoire
Messages : 23765
Enregistré le : 8 févr. 2012 14:18
Localisation : Dorlisheim

Re: SR Colmar

Message par Kaniber »

dna a écrit :Jean-Guy Wallemme prolonge au SR Colmar
Venu au chevet du SR Colmar au début du mois de janvier dernier, après le départ du duo José Guerra - Arnaud Bey, Jean-Guy Wallemme (55 ans) a parfaitement rempli sa mission, en permettant aux Verts de se maintenir en National 2 à une journée de la fin du championnat.

L’entraîneur s’est accordé quelques jours de réflexion, avant d’accepter la proposition de prolongation de contrat transmise par le SRC. Le club a finalement pu annoncer ce vendredi, par la voix de son co-président Marc Nagor, que son technicien poursuivait « l’aventure ».

Des moyens à la hauteur des ambitions ?

Après avoir bouclé l’exercice 2022-2023 en engrangeant 19 points sur 24, l’ancien défenseur et coach du RC Lens espère naturellement continuer sur cette lancée, dès le coup d’envoi de la saison prochaine. Avant de donner son accord aux dirigeants colmariens, il a demandé des garanties concernant les moyens qui seraient mis à sa disposition. Il les a manifestement obtenues.

Le SRC, qui souhaite monter en National le plus rapidement possible, organisera une conférence de presse la semaine prochaine pour évoquer l’avenir.
Bravo à Jean-Guy
Avatar du membre
Kaniber
Président@Directoire
Président@Directoire
Messages : 23765
Enregistré le : 8 févr. 2012 14:18
Localisation : Dorlisheim

Re: SR Colmar

Message par Kaniber »

dna a écrit : Wallemme évincé, des joueurs devraient suivre : le grand chambardement au SR Colmar
Après une nouvelle défaite en championnat, qui plus est dans le derby à Biesheim, le SR Colmar a choisi de se séparer de son entraîneur Jean-Guy Wallemme. La porte de sortie devrait aussi être montrée à des joueurs qui n’ont pas donné satisfaction. Alors que le maintien en N2 est bien mal engagé, les dirigeants espèrent redonner de la vie à leur équipe avec cet « électrochoc ».
Du conte de fées au conte défait. Voilà comment on pourrait résumer le passage d’un an au SR Colmar de Jean-Guy Wallemme. L’homme du spectaculaire redressement des Verts lors du premier semestre 2023, avec un maintien à la clé en N2, avait semble-t-il perdu le mojo depuis le début de la saison. Seulement trois semaines après avoir été confirmé suite à une première réunion de crise du comité de direction, il s’en va en laissant les Verts à une bien triste dernière place dans le groupe D.
Un quart de l’effectif menacé ?
À voir la mine des dirigeants, samedi, à l’issue de la défaite – la quatrième de rang avec celle en Coupe de France contre Pontarlier – dans le derby haut-rhinois à Biesheim, on sentait qu’une décision forte pourrait être prise rapidement. Surtout qu’il y a un an, au moment de la trêve de Noël, l’heure n’avait déjà pas été au conte mais aux (règlements de) comptes. Le manager général José Guerra avait quitté le club, son départ entraînant celui de l’entraîneur Arnaud Bey, alors que le SRC piétinait en championnat.

Aux mêmes maux, le même remède, donc. « Si je ne croyais pas encore au maintien, on n’aurait pas bougé, insiste le co-président Marc Nagor, en première ligne dans les dossiers sportifs. On prend des risques, financiers notamment. Aujourd’hui, on vient au stade pour voir Colmar perdre. On veut que ça change. »
La séparation avec Wallemme s’est faite « d’un commun accord » selon la formule consacrée, la même que celle utilisée un an plus tôt pour le duo Guerra-Bey. Mais cela ne devrait pas être le seul choix fort d’un club très mécontent du mercato estival effectué par “JGW”. Le rendement des recrues est jugé au mieux insuffisant. Un « grand chamboulement » se prépare et environ 25 % de l’effectif pourrait être concerné. Une opération à mener alors que la masse salariale du SRC a été encadrée par la DNCG (*).

« On va faire de la gestion sportive et essayer de trouver des accords. Certains ne joueront plus en “une” et auront tout intérêt à partir, explique Marc Nagor. On s’est trompé, on assume. On n’est pas satisfait des résultats, des joueurs, on reconnaît aussi nos erreurs. C’est un tout. Il nous faut un électrochoc. »
Un habitué du N2 ciblé pour le poste d’entraîneur
Puisque la marge de manœuvre est désormais plus que réduite, le club ne veut plus se tromper. En attendant de trouver un successeur à Wallemme – « il y a eu de l’émotion car c’est quelqu’un de bienveillant, avec des valeurs humaines, que l’on remercie pour tout le travail accompli » –, c’est le restant du staff (Abdoulaye Diawara, Florian D’Almeida, Robert Pavlinic et Jamil Sadir) qui va assurer la transition.

La reprise de l’entraînement est programmée le 27 décembre et le premier match, le dernier du cycle aller, aura lieu le 13 janvier à domicile contre Wasquehal. La direction va éplucher les candidatures pour trouver le profil idoine d’ici là. « On cherche quelqu’un qui est habitué au N2 et au N3, qui est un meneur d’hommes et qui a du réseau pour mener à bien ce challenge commando, résume Marc Nagor. On veut absolument s’en sortir. »

Au club, on entend monter la grogne à l’extérieur que l’on dit comprendre. Et on sait aussi que le droit à l’erreur n’existe plus tant la situation sportive est délicate dans un championnat qui verra cinq voire six clubs descendre au printemps. « Il fallait réagir et apporter du sang frais car ça manque d’âme sur le terrain, poursuit le co-président. On verra le résultat à la mi-mai. »

Comme en 2023, les vacances de Noël n’en seront pas vraiment au SRC. Et il ne faut pas être grand clerc pour deviner ce que le club demandera à nouveau sous le sapin cette année…

(*) Direction nationale du contrôle de gestion
Répondre