Index du forum
Index du forum
« Toute l'actualité du Racing Club de Strasbourg Alsace vue par ses supporters »
Voir les messages sans réponses | Voir les sujets actifs Nous sommes le 17 Déc 2017 20:24



Répondre au sujet  [ 78 messages ]  Aller à la page Précédente  1 ... 4, 5, 6, 7, 8
 Jérémy Blayac 
Auteur Message
Manager général@Directoire
Manager général@Directoire

Inscription: 26 Jan 2008 18:21
Messages: 10323
Localisation: HAGUENAU
si on veut se baser sur la réussite d'Angers faudrait commencer à recruter autrement je pense :roll:


19 Juil 2017 9:12
Profil
Professionnel@Pro
Professionnel@Pro
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 22 Juil 2005 13:33
Messages: 433
Localisation: Paris
On est d'accord qu'il manque encore quelques joueurs, notamment un attaquant. Après, pour un promu, tu veux recruter qui d'autres ? On a plus ou moins 4 possibilités:

1) Des joueurs de ligue 1 en relance
- Corgnet
- Martinez (que le coach connait)

2) Des bons joueurs de ligue 2
- Da Costa (sur le papier)
- Lala

3) Des joueurs exotiques
Dieu merci, on s'en passe cette année :-D

4) Des bons coups venus d'ailleurs
Case vide pour le moment.

Le recrutement reste plutôt cohérent pour le moment. Attention à ne pas faire comme Arles à l'époque à recruter toute une équipe :-).


19 Juil 2017 12:38
Profil
Entraineur jeunes@Staff
Entraineur jeunes@Staff

Inscription: 12 Juil 2008 15:39
Messages: 1374
Localisation: Saint Herblain - 44
G-Rom a écrit:
3) Des joueurs exotiques
Dieu merci, on s'en passe cette année :-D

C'est sûr que c'est un risque mais ça peut également être de belles surprises.

Moi je signe tout de suite pour un nouveau Renteria.


19 Juil 2017 12:51
Profil
Manager général@Directoire
Manager général@Directoire

Inscription: 26 Jan 2008 18:21
Messages: 10323
Localisation: HAGUENAU
mais pour 6 mois seulement pas + :lol:


19 Juil 2017 13:24
Profil
Responsable marketing @Directoire
Responsable marketing @Directoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 26 Jan 2007 20:39
Messages: 3125
Un article du "Midi Libre" paru aujourd'hui.

Citation:
Football : Jérémy Blayac, le Belmontais devenu roi de Strasbourg

Le retour en Ligue 1 du Racing club de Strasbourg n'aurait jamais pu se faire sans l'attaquant aveyronnais, devenu le symbole de la renaissance d'une ville. Et le chouchou du stade de la Meinau.

Lorsqu'il ne pourra plus jouer à haut niveau, Jérémy Blayac, 34 ans, aura tout ce qu'il faut pour savourer une belle retraite. De l'argent, grâce aux beaux salaires de footballeur professionnel qu'il perçoit depuis ses débuts, en 2001 à Toulouse. Et surtout des milliers d'amis, grâce à son incroyable popularité à Strasbourg, où le natif de Saint-Affrique a signé à l'hiver 2014-2015.

Le champion de France 1979 végète alors en National, la troisième division, après une déchéance sportive et un dépôt de bilan financier. De son côté, Jérémy Blayac, solide avant-centre de Ligue 2, sort d'une expérience décevante dans le Maine-et-Loire.

“J'étais un peu dégoûté du football”

“Je ne m'entendais pas avec l'entraîneur d'Angers (Stéphane Moulin, NDLR), avoue celui qui a grandi à Belmont-sur-Rance, où son père, Roland, tient toujours une entreprise de maçonnerie. Je jouais peu, mais dès que j'entrais, j'étais performant. Je ne comprenais pas, j'étais un peu dégoûté du football.”

En Alsace, où le club cherche alors un attaquant confirmé, son arrivée ne fait pas rêver les foules. Les foules retourneront rapidement leur veste. “Pas mal de supporters étaient sceptiques de prime abord, du fait de son manque de temps de jeu à Angers, confirme Maxime Weil, contributeur de l'influent forum internet Racingstub. Il a rapidement mis tout le monde d'accord. D'abord par ses nombreux buts (13 en une demi-saison, NLDR) et surtout par son état d'esprit.” Car Blayac fait partie de ces joueurs déterminés, du début à la fin des matches.

“Le public de la Meinau m'a de suite adopté, confirme l'intéressé. En ne lâchant jamais rien, j'essaie de leur rendre.” Après une montée en Ligue 2 ratée d'un cheveu, un autre événement inscrit le nom de Blayac dans le cœur des ultras : il accepte de rester au club en réduisant considérablement ses prétentions salariales. Et finit par porter le club en L2. “Le football, c'est un tout, surtout à mon âge, explique Jérémy Blayac. Ma femme s'est vite sentie bien dans cette ville, moi aussi, et cela contribue aux performances d'un footballeur.”

Rendre encore service

L'année suivante, celle de l'accession en Ligue 1, une blessure l'écarte du terrain pendant des mois. Les supporteurs ne l'oublient pas, son nom est chanté à tous les matches. “Même durant sa convalescence, une partie du public réclamait sa titularisation”, rapporte Maxime Weil, témoin de cette époque. L'Aveyronnais terminera la saison capitaine et soulèvera le trophée de champion de Ligue 2 dans un stade comble.

Samedi dernier, lors du premier match du RCS contre Lyon, Jérémy Blayac n'a pas joué, relégué au troisième rang d'une attaque à une seule pointe. Il n'est pas annoncé non plus pour la réception de Lille, dimanche prochain. “La marche de la L1 est sans doute trop haute, estime Maxime Weil. Mais quoi qu'il arrive (...) il restera l'un des symboles de la remontée du Racing du National jusqu'en L1.”

“Je vais me mettre au niveau et montrer que je peux rendre service sur le terrain, même à mon âge”, oppose l'intéressé, têtu comme un Aveyronnais. Les Alsaciens adorent.


11 Aoû 2017 14:07
Profil
Manager général@Directoire
Manager général@Directoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 8 Fév 2012 14:18
Messages: 12928
Localisation: Dorlisheim
dna a écrit:
«On doit se faire respecter »
L’attaquant d’expérience, joker de Thierry Laurey depuis le début de saison, envisage avec envie le match du soir, face à Marseille. La tâche est compliquée mais le Racing a tant besoin de points…
Que vous inspire la venue de Marseille, à la Meinau ?

– C’est un adversaire qui fait partie des grosses équipes de notre championnat. C’est peut-être un match de gala mais pour nous, ça ne change pas grand-chose parce qu’on a besoin de points. On a besoin de réaliser un grand match et de faire plein de choses pour espérer un résultat.
« Ne pas se faire une montagne de l’adversaire »

– Comptez-vous sur l’environnement pour pouvoir vous en sortir ?


– Même si on n’est pas Marseille, à Strasbourg, on peut aussi s’appuyer sur une certaine ferveur. On n’est pas habitué à disputer ce genre de match, face à de tels adversaires. Mais on veut montrer que l’on progresse. On n’a pas le choix. On a perdu des points contre des équipes de notre championnat. Il faut les rattraper.

– En votre for intérieur, quel sentiment domine à quelques heures d’un si gros match ?


– C’est toujours attirant de se mesurer à des internationaux. C’est un match excitant à préparer. Après, il ne faut pas non plus se mettre une pression supplémentaire. Il ne faut pas se faire une montagne de l’adversaire pour être performant.

Je les ai vu jouer plusieurs fois. Il y a énormément de talent devant et depuis quelques matches, ils ont trouvé de l’équilibre dans le jeu. Ils sont beaucoup mieux, même s’ils devront faire sans un joueur important de leur milieu.

Il va falloir être costaud, mettre de la vitesse dans nos actions, de l’enthousiasme, de la générosité et de la détermination.

– Quelle est la méthode pour se sortir de cette confrontation, a priori, déséquilibrée ?


– On doit se faire respecter, imposer notre identité, montrer à l’adversaire qu’on défendra notre chance avec énergie, que ce sera très compliqué pour lui, avec notre public. On a les moyens d’embêter pas mal d’équipes et on doit le démontrer. J’espère que les quinze jours sans compétition nous serviront à faire un grand match. On est chez nous.

– Considérez-vous que l’apprentissage de la Ligue 1 n’a que trop duré ?


– On a pu se rendre compte de ce qu’était ce niveau. On doit mettre les pieds pleinement dans ce championnat. Le match de Lille est notre référence. Il faut continuer à grandir, à avancer. Mais cela n’est possible que si on prend des points.


15 Oct 2017 4:46
Profil
Manager général@Directoire
Manager général@Directoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 8 Fév 2012 14:18
Messages: 12928
Localisation: Dorlisheim
dna a écrit:
iNTERVIEW EXPRESS… -
Jérémy Blayac « Une victoire méritée »

Pour sa première titularisation en championnat, Jérémy Blayac n’a pas tardé à sortir des starting-blocks. Il a ouvert la marque et conduit le Racing vers le succès.
– Quel regard portez-vous sur la rencontre remportée face à Rennes, qui relance le Racing ?


– C’est une victoire méritée parce qu’on a eu beaucoup d’occasions. On a un peu déjoué en deuxième mi-temps, on a un peu perdu le fil de la rencontre, on n’a pas tout bien fait et on le sait. On doit encore progresser.

Mais il y a des matches où on a mieux joué et qu’on n’a pas gagnés. On bat Rennes et j’espère que c’est le début d’une série pour nous. Parce que ce n’est qu’un match et il faudra en gagner beaucoup d’autres derrière.
« Que ce stade redevienne un endroit où il est compliqué pour l’adversaire de prendre des points »

Le coach avait insisté sur le fait que l’on prenait trop de buts, qu’il fallait faire attention à notre jeu tourné vers l’avant. On prend des risques, on se crée des occasions à chaque match. Mais après, il faut que l’on se montre rigoureux, plus concentré et c’est un problème collectif.

Sur ce match, on a eu la chance de mener 2-0 mais, encore une fois, on n’a pas gommé toutes nos petites erreurs. On a reculé après le carton rouge de Rennes, il y a eu du déchet, Rennes nous a mis en difficulté à 10 et on a fait preuve de fébrilité. C’est des choses qu’on doit corriger, on doit se montrer plus à l’aise.

– En renouant avec la victoire à domicile, trois mois après le succès face à Lille, avez-vous aussi le sentiment de retrouver une habitude qui avait été à l’origine de votre réussite ces dernières saisons ?


– Dans notre position, on ne peut pas se permettre de perdre des points en route à la maison, comme on l’avait fait quasiment à chaque match depuis le début de saison. On a remédié à ça et c’est très bien.

Mais il est clair que l’on ne pourra pas faire un bon championnat sans prendre régulièrement les trois points à la Meinau. Il faut que ce stade redevienne un endroit où il est compliqué pour nos adversaires de prendre des points. Il faut qu’on enchaîne, notamment dans dix jours contre Caen qui vient ici.

– Quel est le sentiment du buteur que vous êtes, d’avoir ouvert la marque et initié la tendance favorable ?


– J’ai senti le coup. Je suis là, sur la trajectoire du tir d’Ernest ( Seka ). Ça fait évidemment plaisir de marquer. Avec Stéphane ( Bahoken ), on voulait montrer au coach qu’il pouvait compter sur nous. On a posé des problèmes à Rennes, on a été récompensé de nos efforts. Et on a tout donné.

D’un point de vue personnel, j’ai essayé de compenser. On dit souvent que ceux qui jouent moins sont plus frais. Mais ce n’est pas nécessairement la vérité. Le rythme est important. Il faut quand même s’habituer à une intensité aussi élevée comme il peut y en avoir en Ligue 1.

– Par rapport à votre âge (34 ans), n’y a-t-il pas un clin d’œil par rapport à ce but qui intervient… sept ans après le précédent en Ligue 1 ?

– Le dernier, c’était en 2010, c’est bien ça, face à Nice avec Boulogne ( les Azuréens menaient 3-0, Blayac, entré à l’heure de jeu, avait réduit le score pour, au final un nul 3-3 ) ? Pour ma part, j’ai toujours été clair : je veux être utile à cette équipe, c’est ce qui me fait avancer, faire partie de la concurrence par rapport aux postes en attaque.

– Que vous inspirent les prochaines échéances et ce voyage à Saint-Étienne ?


– Ce sera une autre histoire. On va déjà savourer, récupérer avant de se remettre au travail dès lundi ( aujourd’hui ). L’objectif est d’enclencher une série, de s’offrir un petit matelas avant la trêve pour se retrouver dans une situation un peu plus confortable.


20 Nov 2017 5:08
Profil
Manager général@Directoire
Manager général@Directoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 8 Fév 2012 14:18
Messages: 12928
Localisation: Dorlisheim
dna a écrit:
Blayac, droit au but
Déçu de n’avoir pas été titularisé avant-hier à la Meinau en Coupe de la Ligue face au PSG, Jérémy Blayac, entré à la 74e , a encore fait ce qu’il fait de mieux : marquer. Un joli lot de consolation avant la réception de son club formateur demain (20h).
Il aura 35 ans le 13 juin, à la fin de son bail au Racing. Jérémy Blayac le sait : il n’incarne plus l’avenir du promu strasbourgeois. Mais l’avant-centre, qui joue très peu cette saison, reste plus que jamais ancré dans le présent et dans un club qui lui a permis de retrouver la Ligue 1, sept ans après Boulogne.

En 2016-2017 déjà, alors qu’il était plus souvent remplaçant que titulaire, notamment en fin de saison (18 contre 11 en 29 matches), il s’était efforcé de faire ce qu’il fait de mieux : marquer (sept buts) et être décisif (quatre passes). À l’époque, une phrase avait suffi à résumer sa détermination intacte. « J’ai toujours marqué et je marquerai jusqu’à la fin de ma carrière. »
« Je vais dans le sens du collectif »

Depuis, le RCS a grimpé un nouvel échelon et son temps de jeu a encore décru. L’Aveyronnais n’a été titulaire qu’une fois en L1, contre Rennes le 18 novembre, et a ouvert le score (2-1). Également aligné d’entrée en 16e de Coupe de la Ligue contre Saint-Étienne le 25 octobre (1-1, 5-4 tab), il espérait l’être de nouveau avant-hier face au PSG en 8e (2-4). Un espoir déçu.

Il a attendu la 74e pour fouler le pré et a, encore une fois, fait ce qu’il fait de mieux : marquer (88e ). Mais il n’a pas célébré son deuxième but officiel 2017-2018. « Parce qu’à 1-4, il ne servait pas à grand-chose et parce que j’en avais gros sur le cœur. Cette année, j’ai très peu joué. Mais quand j’ai joué, j’ai saisi ma chance. En L1, nos attaquants sont très performants et il est normal qu’il y ait une hiérarchie. Mais j’ai du mal à accepter de n’avoir pas été titulaire en Coupe de la Ligue, surtout face au PSG et après un tour précédent où j’avais été plutôt bon. N’importe quel joueur dans cette situation a le droit d’être déçu. »

De ces propos ne filtre néanmoins aucune colère. C’est juste le cœur qui parle. « Je constate qu’en étant performant, je ne parviens pas à bousculer la hiérarchie. Je n’ai rien d’autre à dire. Mais même si je trouve que je méritais plus, je vais évidemment dans le sens du collectif. »

Les jours passant, fort de sa longue expérience, il ravalera sa frustration. Dès demain (20h) contre Toulouse, le club de ses débuts, l’attend une nouvelle échéance. Car il sait que Thierry Laurey, qui a fait de lui son vice-capitaine, le considère comme un rouage important. « C’est vrai, je suis toujours dans le groupe, reconnaît l’enfant de Saint-Affrique, j’espère l’être aussi contre Toulouse où je suis arrivé en 17 ans 1re année, en provenance des 15 ans nationaux de Rodez. J’y suis resté quatre ans. J’en garde de bons souvenirs. Après une saison en 17 ans, je suis monté chez les pros. J’étais alors le seul à jouer sous licence amateur. Quand le club a été rétrogradé en National, j’ai participé aux deux montées successives pour revenir en L1, avec les “Pitchouns” qu’encadraient Christophe Revault, William Prunier, Anthony Bancarel et Stéphane Lièvre. Il y avait Nabil Taider, Julien Cardy… Pendant trois ans, je me suis entraîné tous les jours avec les pros. J’ai joué quelques matches et fait beaucoup de bancs. En janvier de la dernière année, le coach Erick Mombaerts m’a promis un contrat pro de trois ans. J’attends toujours. Il fallait que je parte pour m’aguerrir et progresser. C’est à Reims que j’ai signé pro. »

Treize ans après, “Jérem” Blayac l’est toujours. S’il n’a plus de contact au Téfécé, il continue à le suivre. « La région de Toulouse est une terre de rugby où le foot a du mal à exister. Le stade est rarement plein. C’est le grand problème d’un Téfécé un peu plus dans le dur cette année, mais qui, pour moi, a une équipe cohérente et n’est pas à sa place. »

« Aujourd’hui, c’est l’un de nos rivaux (*), ajoute-t-il. Nous sortons de deux belles victoires en L1, contre Paris (2-1) et à Bordeaux (3-0), avec, à la clef, six points qu’on attendait moins. La défaite de mercredi en Coupe de la Ligue n’a pas altéré notre confiance et notre dynamique. Jusqu’ici, nous avons souvent eu du mal face à nos concurrents directs. Il faut inverser cette tendance avant la trêve et prendre des points à domicile contre Toulouse pour préparer sereinement le derby de mercredi à Metz. »


15 Déc 2017 5:55
Profil
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Répondre au sujet   [ 78 messages ]  Aller à la page Précédente  1 ... 4, 5, 6, 7, 8

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 4 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Rechercher:
Aller à:  
Développé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Designed by ST Software for PTF.
Traduction par phpBB-fr.com