Index du forum
Index du forum
« Toute l'actualité du Racing Club de Strasbourg Alsace vue par ses supporters »
Voir les messages sans réponses | Voir les sujets actifs Nous sommes le 21 Nov 2017 5:07



Répondre au sujet  [ 37 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4  Suivante
 16ème de finale CDF : Poirée-sur-Vie / RCSA - 0/1 
Auteur Message
Manager général@Directoire
Manager général@Directoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 8 Fév 2012 14:18
Messages: 12712
Localisation: Dorlisheim
dna a écrit:
Pas au Poiré pour rigoler
Les Strasbourgeois se méfient du piège nécessairement tendu au Poiré-sur-Vie, par le petit Poucet de la Coupe de France. Ils entendent poursuivre une aventure construite dans la douleur jusqu’ici.
Après ce qu’ils ont vécu dans l’épreuve, les protégés de Thierry Laurey ne chercheront pas à faire les malins ce soir, dans le crachin vendéen où les descendants des Chouans vont encourager leurs Genôts préférés.

Grandissime favori, le Racing a toutes les raisons de craindre l’échéance du jour. La Coupe de France se délecte de moult histoires, où le petit s’est payé le scalp du gros. Et il s’agit d’éviter d’enrichir la liste des désillusions vécues par les pros boutés hors de l’épreuve par les sympathiques amateurs.
« Les matches, il faut les jouer pour savoir s’ils sont faciles »

Car un échec face à un adversaire évoluant quatre divisions en dessous ferait tache sur le joli plastron confectionné jusqu’ici par le promu en Ligue 2. Car aucune circonstance atténuante pour avoir raté une chance d’être dans les 16 derniers survivants ne serait audible. Car les Bleus ont exprimé une envie, qui s’apparenterait à une hypocrisie, d’enrichir leur calendrier à venir déjà fort dense.

« Le fait de se qualifier pour le 8e de finale est suffisamment intéressant pour ne pas galvauder ce match, souligne Thierry Laurey, l’entraîneur du Racing, quart de finaliste la saison passée avec le Gazélec Ajaccio. J’ai constitué mon groupe et ce n’est pas pour ménager les mecs. »

Si l’équipe risque d’être bougrement remaniée alors que ce 16e de finale serait, en cas de victoire, le deuxième des 10 matches en 35 jours, elle a suffisamment d’arguments pour imposer sa loi. Il reste néanmoins à éviter les copies rendues jusqu’ici dans l’épreuve, qui n’ont pas été loin de ressembler à des brouillons. Médiocre à Oberlauterbach (0-2), pas bon du tout à Sarre-Union (0-1) et à réaction face à Épinal (4-2 ap), le Racing n’a pas brillé pour se glisser parmi les 32 derniers survivants. Il ne peut décemment pas demeurer sur les mêmes bases pour espérer poursuivre l’aventure.

Ce n’est pas que l’adversaire vendéen a l’allure d’un épouvantail. Mais il surfe sur une dynamique positive, leader de son championnat de DH, une défaite, 16 victoires au compteur en 20 matches cette saison. Le staff technique a veillé à préparer son affaire.

Et les observations n’ont pas incité à embarquer vers l’ouest avec le cigare. « Au regard de leurs résultats et des vidéos, on peut considérer que c’est une équipe de CFA2, estime Thierry Laurey. Il y aura 3500 ou 4000 spectateurs qui vont pousser et l’adversaire n’aura rien à perdre. Généralement, on se méfie de tout le monde. Mais là, à l’extérieur, il faudra que l’on soit au taquet. Les matches, il faut les jouer pour savoir s’ils sont faciles ou pas. »
L’idéal, évidemment, serait de ne pas laisser trop de gomme

L’idéal, évidemment, serait de ne pas laisser trop de gomme, sachant que le Gazélec Ajaccio, soit un concurrent quasiment direct en championnat, sera à la Meinau en fin de semaine. Mais l’important, est d’éviter la grosse (em)bûche.

« C’est un match important, indique Hicham Benkaïd, qui a fait ses preuves lors du précédent rendez-vous de Coupe, face à Épinal (un but, un penalty provoqué) et veut éviter la même déception qu’avec Colmar, à Raon-l’Étape, la saison passée. L’objectif, c’est de ne pas se mettre au niveau de l’adversaire, mais d’être au nôtre, de marquer d’entrée parce que plus les minutes passent, plus l’adversaire prend confiance. »

Aussi sympathique soit-il, le Racing a pour mission de couper la tête du petit Poucet. Ensuite, il sera toujours temps de rêver à une belle affiche pour la fin février ou à se rapprocher un peu plus près du Stade de France.


31 Jan 2017 5:05
Profil
Manager général@Directoire
Manager général@Directoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 8 Fév 2012 14:18
Messages: 12712
Localisation: Dorlisheim
dna a écrit:
Le grand chamboule-tout ?

Il y aura une rotation en profondeur de l’équipe strasbourgeoise, ce soir. En effet, les échéances ne manquent pas dans les semaines à venir, certains joueurs, malades, ont dû déclarer forfait et l’idée est de privilégier la fraîcheur.

Par rapport au onze aligné à Nîmes, il y a quatre jours, seuls Ndour, Aholou voire Seka pourraient être sur la pelouse également d’entrée ce soir. L’entraîneur a indiqué que les quatre pros préservés ce week-end, à savoir Saad, Mangane, Gragnic et Dos Santos débuteraient en Vendée.

En attaque, Blayac et Benkaïd seront amenés à harceler la défense locale. Mais le Racing aura les moyens de changer ses plans si l’affaire devait prendre une mauvaise tournure.

Malades, Bahoken, Ndoye, et Sacko sont restés en Alsace mais Lienard, Grimm ou Guillaume seront sur le banc en cas de besoin.

Enfin, éliminé avec le Maroc à la CAN gabonaise, Khalid Boutaïb ne sera de retour à Strasbourg que demain.

❏ LE POIRÉ
: Picart - Charpentier, Guti, Baldé, Liaigre - Heyman, Letapissier, Edouard, Ferand - Paris, Koutob Naoto. Entraîneur : Benjamin Guillou. Remplaçants : Woltz (g), Bathily, Gréaud, Tsika Kabal, Tenaud, Bretaud, Roirand.

❏ RACING : Bonnefoi - Dos Santos, Seka ou Mangane, Saad, Ndour - Gonçalves, Mangane ou Caci, Aholou - Gragnic - Benkaïd, Blayac. Entraîneur : Thierry Laurey. Remplaçants : Oukidja (g), Weissbeck, Seka ou Caci, Nogueira, Guillaume, Lienard, Grimm.

Le Poiré-sur-Vie – Racing, Stade de l’Idonnière. Coup d’envoi : 18h. Arbitre : M. Jochem.

En direct sur www.dna.fr


31 Jan 2017 5:09
Profil
Manager général@Directoire
Manager général@Directoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 8 Fév 2012 14:18
Messages: 12712
Localisation: Dorlisheim
dna a écrit:
Le droit de rêver
Marc Paris, le milieu offensif du Poiré-sur-Vie, et ses coéquipiers partiront à l’assaut du Racing. Et ils ont bien envie d’écrire un remake de « David contre Goliath », ce classique de la Coupe de France.

« Dans ces matches, il faut un plus de tout le monde : du staff, du club, des supporters, mais surtout des joueurs. Égoïstement, oui, c’est notre compétition. On a une petite flamme en plus. C’est comme une montée qui se joue sur 90 minutes » : Marc Paris est prêt à jouer son rôle.

Son histoire personnelle est celle de nombreux footballeurs amateurs, comme un symbole du Poiré-sur-Vie qui a vécu la difficulté des clubs modestes à exister au plus haut niveau. Resté en Vendée malgré les rétrogradations, Marc Paris, buteur en 32es de finale lors de la victoire face à Viry-Chatillon (3-1), se voit récompensé en disputant, pour la première fois de sa carrière et à 34 ans, un seizième de finale de la Coupe de France. Il aura assurément en tête l’épopée de son club, vieille de deux ans, quand celui-ci s’était incliné en 8es de finale aux tirs au but contre Auxerre.

Le Poiré-sur-Vie évoluait alors en National. Mais quelques mois plus tard, et malgré un nouveau maintien assuré pour la quatrième année consécutive, le club avait dû baisser les armes et renoncer, à bout de moyens après quatre ans de lutte dans un championnat « extrêmement exigeant dans le volet administratif, réglementaire et financier », expliquait-il alors.

Reparti en CFA2, le Poiré est depuis descendu encore d’un cran, la DH donc, et c’est depuis ce niveau que Marc Paris doit lever les yeux pour regarder la bande à Laurey.

Travail de nuit chez Cougnaud

Marc Paris avait déjà porté le maillot du Poiré de 2009 à 2012, confie y avoir vécu sa « plus belle année de footballeur », « celle de la saison 2010-11 et de la montée en National. Avec Alain Ferrand, le coach, j’avais une relation magique. Il me gonflait à bloc, humainement il est immense et je me sentais inarrêtable, tout me réussissait ».

Quand, quatre ans plus tard, le club du Poiré a jeté l’éponge, il n’a pas hésité à revenir, pour repartir en CFA2. Ancien joueur du Stade Alençonnais et de Mondeville, il est aussi resté malgré la descente en DH en mai dernier.

« J’ai disputé cinq 32es de finale avec l’US Alençon, le club de ma ville natale, La Roche Vendée Football puis Le Poiré, raconte-t-il. Je n’en avais jamais gagné avant celui contre Viry-Châtillon (CFA) », un match que le petit gabarit (1,71 m, 63 kg) a définitivement fait basculer en inscrivant le troisième but à un quart d’heure de la fin (3-1).

« Je vis ici, nous avons fait construire une maison avec Julie, mon épouse, et, depuis avril 2016, pour la première fois, je travaille : de nuit dans l’entreprise Cougnaud », spécialiste de la construction de bâtiments modulaires, qui appartient à la famille qui dirige le club, dont elle est le principal mécène.

« Et puis, ici, il y a vraiment une ambiance géniale dans le groupe. Avant d’être bon, il faut être soudé. Nous le sommes. Et notre parcours en Coupe de France s’explique aussi comme ça », juge-t-il.

Il savoure tout particulièrement la compétition qui lui a donné de beaux souvenirs, comme ce 32e de finale avec Alençon contre Lorient, déjà en Ligue 1, en 2009, au cours duquel il avait inscrit le but égalisateur à 2-2, avant une défaite cruelle aux tirs au but.

« Ce jour-là, je n’avais jamais vu une ambiance pareille. Du début à la fin. On ne s’entendait pas sur le terrain ! La Coupe, c’est magique sur plein de domaines. C’est un tournoi : une défaite et il s’arrête. Et en bonus, tu peux jouer des pros, observe-t-il. Une belle campagne, ça fait parler du club, des joueurs amateurs. »

Pour le Poiré-sur-Vie, l’objectif est déjà rempli.



31 Jan 2017 5:15
Profil
Manager général@Directoire
Manager général@Directoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 23 Mai 2003 7:21
Messages: 14401
Localisation: Saujon (17)
je revois mon prono à la baisse : 5-0

_________________
"Ginestet m a tuer..."


31 Jan 2017 14:56
Profil
Entraineur jeunes@Staff
Entraineur jeunes@Staff

Inscription: 12 Juil 2008 15:39
Messages: 1330
Localisation: Saint Herblain - 44
Les groupes source Foot National

Le Poiré sur Vie : Picart, Charpentier, Guti, Baldé, Liaigre, Heyman, Letapissier, Edouard, Ferand, Paris, Koutob Naoto, Bathily, Gréaud, Tsika Kabala, Tenaud, Bretaud, Roirand, Woltz.

Strasbourg : Bonnefoi, Oukidja - Aholou, Benkaïd, Blayac, Caci, Dos Santos, Gonçalves, Gragnic, Grimm, Guillaume, Lienard, Mangane, Ndour, Nogueira, Saad, Seka, Weissbeck.


31 Jan 2017 15:25
Profil
Manager général@Directoire
Manager général@Directoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 8 Fév 2012 14:18
Messages: 12712
Localisation: Dorlisheim
voici la composition
Strasbourg :
Bonnefoi – Dos Santos, Mangane, Saad, Ndour – Gonçalves, Aholou, Nogueira – Gragnic – Blayac (c), Benkaïd.

Remplaçants :
Seka, Weissbeck, Lienard, Grimm, Guillaume, Caci, Oukidja (g). Entraîneur : Thierry Laurey.
.
BUTTTT 0-1 Gragnic
.
Les choses n'ont pas tardé à se décanter pour les Strasbourgeois. Auteur d'un bel appel, Gragnic est impeccablement servi dans la profondeur par Benkaïd. Le milieu offensif ajuste le gardien vendéen d'une lourde frappe du gauche, sous la barre.
.
Terminé
0-1

.
Le club alsacien n'avait pas atteint ce stade de la compétition depuis la saison 2010-2011 (élimination 2-0 à Angers, alors en Ligue 2, alors que le RCS avait été relégué en National).
.


31 Jan 2017 17:55
Profil
Manager général@Directoire
Manager général@Directoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 8 Fév 2012 14:18
Messages: 12712
Localisation: Dorlisheim
dna a écrit:
L’essentiel assuré
Le Racing a été suffisamment sérieux pour éviter la mauvaise surprise, hier, sur la pelouse du Poiré/Vie. Il se prend au jeu plaisant d’une belle aventure en Coupe de France, dont il connaîtra son prochain adversaire, en huitième de finale, demain après le tirage au sort.
Voilà, c’est fait. Le Racing a “écrasé” le petit Poucet, hier, un pensionnaire de DH qui a bravement défendu ses chances, dans un stade bien rempli, au terme d’une bonne tranche de Coupe comme on les aime. La moitié d’une petite ville de Vendée s’est rassemblée au stade de l’Idonnière pour s’enflammer, pousser ses favoris et a pu achever sa soirée autour de quelques verres sans trop de regrets.
« À la mi-temps, le match doit être plié »

Car en dépit de l’étroitesse du score, le terme “écraser” n’est même pas usurpé. L’inédit capitaine Blayac et ses coéquipiers ont dominé de la tête et des épaules les débats, hier. « À la mi-temps, le match doit être plié, a considéré Felipe Saad, solide dans une défense qui n’a concédé qu’une seule véritable occasion en une heure et demie. On a été cohérent dans le jeu et l’esprit. Ceux qui ont l’habitude de jouer ont joué le jeu, les autres ont joué leur carte à fond. »

Et le début de match a été mis à profit pour matérialiser la hiérarchie. En effet, le Racing a manifesté le souci de prendre le match par le bon bout. Le public local n’a même pas eu le temps de se chauffer que Benkaïd a répondu à l’appel de Gragnic qui a fait mouche (1-0 9e ).

Dans la douceur vendéenne, les Genôts ont eu droit à une douche rapide et les Strasbourgeois ont eu le mérite d’insister. Il n’y avait beau avoir qu’un tiers des titulaires habituels au coup d’envoi côté alsacien, la différence de quatre niveaux s’est vue comme une bouteille de bière au milieu d’une réunion d’alcooliques anonymes.

Picart a multiplié les parades, la défense locale organisée autour de trois centraux n’a jamais eu le temps de reprendre son souffle. Ndour a tricoté des pulls pour moult hivers à son vis-à-vis multipliant les centres depuis son côté gauche, Gragnic, Blayac ou Benkaïd reprenant inlassablement à coup de frappes. Le grand tort, en ces terres où le Racing avait mordu la poussière la dernière fois qu’il y avait pointé le bout du nez (1-0, en octobre 2014 et en National), a été l’incapacité à ne pas se mettre à l’abri.

Cela n’a pas manqué. Un long temps abasourdi, les spectateurs se sont remis à y croire. Sur un malentendu, les Genôts auraient, effectivement, pu égaliser. Heyman, sur un tir en pivot, aurait pu être décisif mais les Strasbourgeois ne méritaient pas pareil contretemps.

« Tant que tu ne mènes qu’1-0, tu n’es jamais à l’abri, il y a une forme de pression, a souligné Thierry Laurey. Il y a un petit regret de ne pas avoir su mettre le deuxième but, d’avoir eu ce petit problème d’efficacité. Mais la qualification est primordiale. On sera dans les boules jeudi. »

Le Racing a enrichi son calendrier dantesque de 9 matches en 36 jours, entamé à Nîmes vendredi dernier, d’une nouvelle échéance, le 8e de finale programmé le 28 février ou le 1er mars. Il n’a donc pas inspiré trop d’amertume à son hôte du jour, lucide à l’heure de relever la supériorité alsacienne.

« L’objectif était de se créer un temps fort, ce qu’on a réussi à faire en deuxième mi-temps avec notre changement, a expliqué Benjamin Guillou, l’entraîneur du Poiré. On a eu une ou deux occasions de marquer. Mais on a vécu des moments très difficiles dans ce match parce que c’était une grosse équipe de Ligue 2 en face, qui respecte la Coupe. »

En seconde période, les Strasbourgeois se sont surtout contentés (un peu trop ?) de gérer, soignant une solidité défensive qu’ils avaient perdue de vue depuis décembre – 8 buts encaissés en trois matches en 2017 – négligeant un brin les possibilités de tuer le suspense. Qu’à cela ne tienne. Leur présence parmi les 16 survivants de l’épreuve suffit à leur bonheur.
« On peut se prendre au jeu »

« On aurait pu gagner 3 ou 4-0, mais on a fait le travail, a conclu Jérémy Blayac. On peut se prendre au jeu et on voit le Stade de France se rapprocher. On va encore essayer de passer un tour. On est reste en lice sur deux challenges, la Coupe et le championnat. »

Et tout un groupe peut être complètement concerné par des rendez-vous alléchants en perspective. « Les matches s’enchaînent, a souri Kader Mangane. Maintenant, on va se concentrer sur le match du Gazélec Ajaccio, vendredi. Et que ceux qui auront la chance de jouer fassent tout pour l’emporter. » Un match à six points, puisque les Corses sont dans le sillage des Strasbourgeois au classement de la Ligue 2, est programmé dans deux jours, à la Meinau. La suite vient vite. Et il ne s’agit pas de bouder son plaisir. Le Racing, hier, a semblé assez loin de l’indigestion.


1 Fév 2017 5:21
Profil
Secrétaire général@Directoire
Secrétaire général@Directoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 17 Juin 2004 12:10
Messages: 9395
Localisation: Knackiland, Oberhausbergen
bien, on a gagné, on a largement fait tourner, c'est parfait.

Maintenant j'espère un gros à domicile :P


1 Fév 2017 8:58
Profil ICQ
Manager général@Directoire
Manager général@Directoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 24 Déc 2004 0:21
Messages: 14272
Quand tu vois les adversaires potentiels, autant tomber encore sur un faible, et espérer un gros en quart :)


1 Fév 2017 9:26
Profil
Manager général@Directoire
Manager général@Directoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 14 Aoû 2002 20:22
Messages: 11853
Localisation: Madrid
Moi je serais partant pour aller le plus loin possible et donc toujours tirer l'équipe la plus faible. :oops:

On sait jamais.. si les gros s'éliminent entre eux et que ni Monaco ni Paris n'atteint la finale.. !


1 Fév 2017 9:48
Profil Site Internet
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Répondre au sujet   [ 37 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4  Suivante

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Rechercher:
Aller à:  
cron
Développé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Designed by ST Software for PTF.
Traduction par phpBB-fr.com