Index du forum
Index du forum
« Toute l'actualité du Racing Club de Strasbourg Alsace vue par ses supporters »
Voir les messages sans réponses | Voir les sujets actifs Nous sommes le 19 Oct 2018 1:59



Répondre au sujet  [ 1473 messages ]  Aller à la page Précédente  1 ... 128, 129, 130, 131, 132, 133, 134 ... 148  Suivante
 Le Fil Rouge 
Auteur Message
Manager général@Directoire
Manager général@Directoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 8 Fév 2012 15:18
Messages: 14652
Localisation: Dorlisheim
dna a écrit:
le bilan des joueurs du Racing à la trêve La loi du milieu
Quand le milieu va, tout va. Le Racing a pas mal dépendu de ses joueurs situés entre la défense et l’attaque. Après quelques semaines passées à tâtonner, la plupart ont fini par trouver leurs marques pour présenter un bilan à mi-parcours satisfaisant.
J EAN-EUDES AHOLOU (19 matches, 1161 minutes de jeu, 2 buts, 2 cartons jaunes, 4,95). – Il s’agit du Strasbourgeois le plus utilisé depuis le début de la saison, l’homme de base de Thierry Laurey, de toutes les victoires et de tous les échecs donc. Arrivé d’Orléans il y a moins d’un an, le joueur ressemble au baromètre de toute une équipe, par exemple catastrophique à Lyon, face à Amiens ou Nantes, comme tout le monde, bon à Bordeaux ou face au PSG comme beaucoup.

Au final, le garçon né à Abidjan a progressivement su se mettre au niveau d’un championnat qu’il découvre et a paru plus à l’aise au sein d’un milieu renforcé que dans un rôle de sentinelle esseulée. Sa sobriété naturelle ne l’a pas empêché d’être buteur face à Marseille et à Saint-Étienne.
L’énigme Corgnet

JÉRÉMY GRIMM (12 matches, 303 minutes de jeu, 1 carton jaune, 1 but, 4,5).
– L’Alsacien de l’effectif a dû se contenter de miettes, cinq heures en cinq mois. Ceci ne l’a pas exténué. À force de faire banquette, le blond avec ses chaussures noires a pu perdre le rythme, parfois, pas impérial ainsi à Saint-Étienne et plus convaincant en seconde période qu’en première sur la pelouse de Bordeaux.

L’enfant d’Ostheim a été en vue en tant que remplaçant face à Lille, inscrivant son premier but parmi l’élite ou face au PSG en coupe de la Ligue. Il a montré à cette occasion que son opportunisme n’avait pas disparu à force d’attendre.

VINCENT NOGUEIRA (2 matches, 63 minutes de jeu, 5).
– Grimm aurait quelques raisons de se montrer impatient ? Vincent Nogueira ne peut décemment envisager qu’un départ s’il ne veut pas rouiller. En dehors des matches amicaux ou de coupe, Thierry Laurey ne lui a fait véritablement confiance qu’à une reprise, lors d’un fiasco à Troyes. L’ancien Sochalien se rêve une porte de sortie en janvier.

ANTHONY GONÇALVES (14 matches, 755 minutes de jeu, 1 jaune, 5,87).
– Après huit saisons en Ligue 2, dont sept à Laval, le milieu de terrain espérait avoir décroché le jackpot en participant activement à la montée du Racing dans l’élite. Il a d’abord dû se faire sa place dans un secteur renforcé à l’intersaison et une seule titularisation aura agrémenté son été.

Victime comme quelques autres de la prime aux arrivants, le joueur de 31 ans a rongé son frein pour incarner une solution évidente quand le milieu en losange s’est imposé comme la solution aux maux collectifs strasbourgeois.

Sans briller dans les statistiques, Gonçalves a convaincu par son abattage, son penchant à ne jamais se résigner pour finir par tordre son vis-à-vis. Ainsi, il a convaincu à Nice, face à Angers, Rennes et Toulouse pour trois victoires au passage. Un « Gonzo » bon laisse souvent espérer une jolie moisson.

JONAS MARTIN (18 matches, 1577 minutes de temps de jeu, 3 buts, 1 passe décisive, 3 cartons jaunes, 5,17).
– Le milieu de terrain polyvalent constitue l’une des grosses satisfactions du recrutement, avec Kenny Lala et, dans une moindre mesure, Nuno Da Costa et Martin Terrier. Assurément, Martin est une bonne pêche réalisée au Betis Séville, dans le championnat d’Espagne, où l’ancien de Montpellier n’était pas pleinement épanoui.

Le garçon de 27 ans, fort d’une belle expérience en Ligue 1 – plus de 100 matches sous le maillot héraultais – a fait preuve d’un gros volume de jeu en général.

Dans le détail de son cycle aller, il a mis un peu de temps pour donner sa pleine mesure, en quête de rythme et peut-être de repères après une saison inégale en Andalousie. Accessoirement, il lui a fallu éviter de marcher sur les plates-bandes de Benjamin Corgnet. Martin a donc été un peu quelconque en août et septembre mais la suite a été convaincante, brillant par exemple face au PSG. Les trois buts qu’il a inscrits, dont deux sur penalty, ont permis au Racing d’avancer.

BENJAMIN CORGNET (7 matches, 589 minutes de jeu, 2 cartons jaunes, 4,86).
– Le meneur de jeu est une énigme. Sans être décisif, il a montré quelques facettes de son talent face à Nantes ou Amiens, lors de deux défaites à domicile où il a à peu près été le seul à surnager. Mais l’ex-Stéphanois n’a jamais semblé évoluer dans la plénitude de ses moyens, enquiquiné par des pépins physiques qui l’ont au final conduit à se faire opérer à la fin du mois de novembre.
Lienard sans complexe

DIMITRI LIENARD (17 matches, 1216 minutes de jeu, 3 buts, 5 passes décisives, 4 cartons jaunes, 5,36)
. – L’ailier gauche n’en finit pas d’épater, il incarne une maxime qui s’applique aussi au foot « mieux vaut tard que jamais ». Il était estampillé footballeur amateur jusqu’au bout des ongles et le rafraîchissant Franc-comtois rivalise souvent avec les meilleurs. Son habileté sur les coups de pied arrêtés a sorti plusieurs fois le Racing de l’ornière, son culot a donné à quelques rencontres des scénarii improbables (cf. Marseille).

S’il a souffert à Lyon, à Metz ou face à Caen, le joueur de 29 ans, loin de nourrir le moindre complexe, jamais avare d’efforts, est le plus décisif de l’effectif. Il promène son épatante bonhomie sur les pelouses d’une élite où on ne l’attendait vraiment pas mais où franchement il ne dépareille pas, héros d’une ascension improbable.

* La note qui apparaît en fin de parenthèse est la moyenne pour les apparitions en Ligue 1 établie par les journalistes en charge du Racing, dans ces colonnes, dans la rubrique « Le jeu et les joueurs ». Il faut que le joueur dispute au moins 45 minutes de la rencontre. Les 0, attribués en cas d’expulsion, n’ont pas été pris en compte.


24 Déc 2017 7:05
Profil
Président@Directoire
Président@Directoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 23 Mai 2003 8:21
Messages: 15581
Localisation: Saujon (17)
Aholou "parfois catastrophique", Grimm "parfois pas impérial"....2 poids 2 mesures ! Article sacrément révélateur de ce que j'affirme depuis des mois ;)

_________________
Vade retro Rudi Garcia...bouh t'es moche quand tu chouines


24 Déc 2017 7:32
Profil
Trésorier@Directoire
Trésorier@Directoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 20 Fév 2005 1:00
Messages: 6387
Localisation: Gingsheim
tu as oublié une virgule, ce qui change le sens de la phrase. le parfois fait référence au rythme ... :blbl: :blbl: :blbl:

"À force de faire banquette, le blond avec ses chaussures noires a pu perdre le rythme, parfois, pas impérial ainsi à Saint-Étienne et plus convaincant en seconde période qu’en première sur la pelouse de Bordeaux.


24 Déc 2017 7:39
Profil
Président@Directoire
Président@Directoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 23 Mai 2003 8:21
Messages: 15581
Localisation: Saujon (17)
Exact mais au fond c'est pire....Parce que dire que Grimm n'a pas été impérial à Sainté est pour le moins bienveillant : il a été NUL ! ;)

Retenir que Aholou a été catastrophique à.....Lyon (J'invite certains à revenir sur le topic concernant ce match... Aholou était ressorti par tous sauf une personne comme étant un des meilleurs strasbourgeois et 1er du top sur le stub) est pour le moins lamentable !

Tout l'article est du même acabit. Qui l'a écrit au fait, Namur ? Schuster ? Ca pue la proximité avec certains. L'Equipe ou le Parisien en France font la même chose, c'est d'un de vue éditorial assez douteux et limite dérangeant....

_________________
Vade retro Rudi Garcia...bouh t'es moche quand tu chouines


24 Déc 2017 8:03
Profil
Manager général@Directoire
Manager général@Directoire

Inscription: 26 Jan 2008 19:21
Messages: 11083
Localisation: HAGUENAU
FM17 a écrit:
Tout l'article est du même acabit. Qui l'a écrit au fait, Namur ? Schuster ? Ca pue la proximité avec certains. L'Equipe ou le Parisien en France font la même chose, c'est d'un de vue éditorial assez douteux et limite dérangeant....


ahhhh FM, tu parles comme un vrai alsacien, joyeux noël :lol:


24 Déc 2017 11:39
Profil
Sélectionneur@InfosRacing
Sélectionneur@InfosRacing
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 11 Fév 2003 21:07
Messages: 16519
Localisation: Strasbourg
De toute façon pour beaucoup de "supporters", si on ne pense pas que les "anciens" joueur du National sont les meilleurs, on a forcément tort.

_________________
"Il n'est pas concevable que Strasbourg, capitale européenne, n'accueille pas l'Euro-2016" (Roland Ries, Jacques Bigot, juillet 2009)


24 Déc 2017 12:40
Profil
Président@Directoire
Président@Directoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 23 Mai 2003 8:21
Messages: 15581
Localisation: Saujon (17)
Tenor a écrit:
ahhhh FM, tu parles comme un vrai alsacien, joyeux noël :lol:

en fait je suis plutôt un faux parisien :lol: !!

_________________
Vade retro Rudi Garcia...bouh t'es moche quand tu chouines


24 Déc 2017 13:51
Profil
Entraineur jeunes@Staff
Entraineur jeunes@Staff

Inscription: 13 Aoû 2013 16:21
Messages: 1469
Tu me fais penser à Mélenchon qui veut instaurer un '" tribunal médiatique ". C'est fou ce que tu peux être tolérant ! Ta maxime doit être " j'ai raison et tous ceux qui pensent le contraire ont tort ".


24 Déc 2017 14:31
Profil
Président@Directoire
Président@Directoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 23 Mai 2003 8:21
Messages: 15581
Localisation: Saujon (17)
Je penses que tu es beaucoup plus à gauche que moi... :P

_________________
Vade retro Rudi Garcia...bouh t'es moche quand tu chouines


24 Déc 2017 14:42
Profil
Manager général@Directoire
Manager général@Directoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 8 Fév 2012 15:18
Messages: 14652
Localisation: Dorlisheim
dna a écrit:
le bilan des joueurs du Racing à la trêve Ah l’attaque…
Le Racing a marqué 24 buts, un total qui le situe à la sixième place dans la hiérarchie de la Ligue 1. Il doit ce joli bilan à tout un collectif, globalement en déséquilibre, mais surtout à une escouade offensive qui donne satisfaction malgré une grosse déception. Avec les Strasbourgeois, jamais on ne s’ennuie.
IHSAN SACKO (15 matches, 574 minutes de jeu, 1 carton jaune, 4*).
– Il aurait pu être intégré dans la catégorie des milieux de terrain mais le joueur de 19 ans, sur qui le Racing, fonde des espoirs, a aussi été aligné devant, comme à Montpellier où il a apporté sa contribution sur l’ouverture du score.

Généralement titulaire jusqu’au début de l’automne, l’ancien stagiaire de Valenciennes a progressivement disparu des radars, pas assez constant sur les rencontres, peu mordant sur ses entrées en jeu. Contraint de se contenter d’un quart d’heure de jeu en décembre, le n°7 a du boulot pour renverser la hiérarchie.
Da Costa, l’élite avec réussite

MARTIN TERRIER (14 matches, 988 minutes de jeu, 3 buts, 2 passes décisives, 3 cartons jaunes, 5,55).
– S’il est moins serial buteur qu’avec la sélection espoirs (7 buts en 5 matches), le joueur prêté par Lille s’est progressivement imposé depuis son arrivée tardive, à la fin du mois d’août. C’est au retour d’un rassemblement international que le Ch’ti s’est affirmé dans l’effectif de Thierry Laurey, virevoltant face à Marseille, à Nice ou même lors de sa demi-heure de jeu à Dijon où il a égalisé in extremis.

On retiendra de son cycle aller le but que le garçon de 20 ans a marqué à Bordeaux, au terme d’une course de 60 mètres. Si l’attaquant ne brille pas toujours par sa constance, il a tapé dans l’œil de la Ligue 1. Monaco s’est penché sur son cas, Lille a rêvé le rapatrier en janvier. Mais le Racing aura le bonheur de pouvoir compter sur lui jusqu’en juin. Autant en profiter.

NUNO DA COSTA (17 matches, 1219 minutes de jeu, 4 buts, 1 passe décisive, 3 cartons jaunes, 1 rouge, 5,47).
– Le Cap-Verdien a également su tirer son épingle du jeu sur la demi-saison achevée à Metz. L’international a d’ailleurs partiellement fait l’impasse sur la sélection pour parfaire son adaptation à la Ligue 1 et le Racing n’a pas à s’en plaindre. Encore pensionnaire de CFA 2 il y a un peu plus de deux ans, le joueur de 26 ans découvre l’élite avec réussite, meilleur buteur strasbourgeois, acteur majeur de la victoire face au PSG, auteur du doublé à Nice.

Nuno n’est pas encore un ouragan, pas dans le coup face à Amiens, à Monaco, à Metz ou à son retour de suspension, après son expulsion sévère à Troyes. Mais le transfuge de Valenciennes tutoie de tels sommets que ses coups de mou sont vite oubliés.
Saadi, comme une erreur de casting

IDRISS SAADI (13 matches, 602 minutes de jeu, 1 but, 1 jaune, 4,14).
– L’international algérien constitue le gros point noir dans le recrutement strasbourgeois. Les dirigeants du Racing ont investi une somme de l’ordre de 2 millions d’euros pour l’arracher à Cardiff et l’avant-centre ressemble à un énorme flop.

La qualité intrinsèque n’est pas la seule source de l’échec. Dans une équipe amenée à cavaler, l’attaquant musculeux a des allures d’erreur de casting. Il est loin de sa réussite de la saison passée, en championnat belge avec Courtrai (16 buts en 37 matches).

Invariablement titularisé jusqu’à la fin du mois de septembre, Saadi a ouvert son compteur à Montpellier mais c’est à peu près tout ce qu’il a réussi. Ses entrées en jeu n’ont jamais été convaincantes depuis et, pour ne rien arranger, il s’est blessé au mois d’octobre pour un mois d’inactivité qui lui a fait louper le bon wagon. Définitivement ?

STÉPHANE BAHOKEN (9 matches, 424 minutes de jeu, 3 buts, 2 jaunes).
– L’un des anciens de la maison, chouchou de la Meinau, a pris son temps pour lancer sa saison. Blessé en août, il a veillé à bien se soigner pour revenir, profitant du match de coupe de la Ligue, face à Saint-Étienne, pour montrer son utilité.

Du 18 novembre au 8 décembre, l’ancien Niçois a marqué trois buts en trois titularisations en Ligue 1. Le joueur de 24 ans n’est pas toujours irrésistible, comme sa terne sortie à Metz l’a rappelé ou quelques entrées en jeu fantomatiques (à Saint-Étienne en championnat). Mais Bahoken a prouvé qu’il avait un mental d’acier et que le Racing pouvait compter sur lui, même s’il arrive en fin de contrat à l’été.

JÉRÉMY BLAYAC (9 matches, 290 minutes de jeu, 1 but, 6).
– L’ancien a de beaux restes même s’il doit se contenter de peu, à son grand regret. Le natif de Saint-Affrique a renoué le fil avec la Ligue 1, sept ans après sa précédente apparition, sous le maillot de Boulogne, mais a longtemps été limité à de courtes entrées en jeu.

Son horizon s’est (un peu) éclairci à la mi-novembre, l’attaquant de 34 ans n’ayant passé qu’une heure et quart en Ligue 1 avant d’être titularisé face à Rennes. Thierry Laurey lui a ouvert la porte et le buteur en a profité pour ouvrir son compteur. Ses deux titularisations ont correspondu à deux précieux succès pour les Strasbourgeois à l’automne. Un hasard ? Peut-être pas. Assurément une savoureuse coïncidence.

* La note qui apparaît en fin de parenthèse est la moyenne pour les apparitions en Ligue 1 établie par les journalistes en charge du Racing dans ces colonnes, dans la rubrique « Le jeu et les joueurs ». Il faut que le joueur dispute au moins 45 minutes de la rencontre. Les 0, attribués en cas d’expulsion, n’ont pas été pris en compte.


25 Déc 2017 12:15
Profil
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Répondre au sujet   [ 1473 messages ]  Aller à la page Précédente  1 ... 128, 129, 130, 131, 132, 133, 134 ... 148  Suivante

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Bing [Bot] et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Rechercher:
Aller à:  
cron
Développé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Designed by ST Software for PTF.
Traduction par phpBB-fr.com