Index du forum
Index du forum
« Toute l'actualité du Racing Club de Strasbourg Alsace vue par ses supporters »
Voir les messages sans réponses | Voir les sujets actifs Nous sommes le 7 Déc 2019 2:54



Répondre au sujet  [ 1651 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5 ... 166  Suivante
 Le Fil Rouge 
Auteur Message
Sélectionneur@InfosRacing
Sélectionneur@InfosRacing
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 11 Fév 2003 20:07
Messages: 17331
Localisation: Strasbourg
L'Alsace a écrit:
Marc Keller, le pacificateur

Intronisé le 23 juin, Marc Keller n’aspire qu’à une chose : refaire du Racing, rebaptisé lundi RCSA, un club dans lequel tous les amateurs alsaciens de foot se reconnaissent.
L’ex-international Marc Keller, propulsé au début de l’été aux manettes du Racing, s’efforce de restaurer la confiance de tout un environnement que les récents errements avaient trahie. Avec pédagogie, mais sans démagogie. En appliquant une formule qui a toujours été la sienne : « Concertation, puis décision. »
Il est à la fois omniprésent et discret. Depuis plus de deux mois que Marc Keller et dix autres actionnaires ont racheté le Racing, l’ex-international, président - bénévole - du club après en avoir été joueur (1991-1996), puis directeur général (2001-2006), travaille entre ombre et lumière.

A la Meinau, il épluche les dossiers. En ville et dans toute l’Alsace, il combat la défiance ambiante que les chaotiques gouvernances précédentes ont générée. « Le club a besoin de retrouver sérénité et confiance. Ces dernières semaines, j’ai multiplié les rendez-vous. Mais la confiance avec les Alsaciens, tu ne peux la restaurer que sur la durée. Je préfère le faire doucement, je ne crois pas aux effets de manche. Voir les gens, c’est bien. Leur parler, aussi. Mais rien ne remplace les actes. Nous voulons que les gens reviennent au stade et y prennent plaisir. »

L’ex-ailier s’efforce ainsi de ne pas se laisser déborder, avec, en tête, une double obsession : tenir le budget 2012-2013 et donner la priorité absolue au secteur sportif.

Marc Keller, vous disiez fin juin avoir besoin de prendre la pleine mesure de la situation financière du Racing. Où en êtes-vous ?
Depuis deux mois, nous avons accompli un travail important pour bien comprendre le mécanisme des charges, histoire d’éviter toute mauvaise surprise. La saison 2011-2012 s’est soldée par un déficit d’exploitation de 1,5 million d’euros, ramené dans les faits à 900 000 en raison des 600 000 de reliquat dans les caisses de l’association en début de saison. Nous nous sommes engagés fin juin devant la DNCG (1) à réduire fortement ce déficit. Notre budget prévisionnel prévoit 3 millions d’euros de charges, avec un trou de 300 000 euros déjà financé par les actionnaires lorsqu’ils ont versé 1,2 million fin juin (2).

Comme à votre arrivée en 2001 sous l’ère Mc Cormack, votre credo est d’assainir les finances du club avec un train de vie plus adapté…
En 2001, le club venait de clore sa saison sur un déficit de 11 millions. J’ai fait en sorte de retrouver l’équilibre. Aujourd’hui, je fais le même boulot qu’à l’époque, à une échelle financière moindre, c’est tout.

Vous attendiez-vous à une telle charge de travail ?
Franchement ? Non. Je me disais qu’en CFA, l’implication serait moindre qu’en Ligue 1. Mais le Racing est un club de CFA qui a en charge l’organisation de matches d’un niveau National, voire de Ligue 2. Les budgets changent, il y a une virgule de moins, mais le travail est sensiblement le même. Malgré cela, j’ai volontairement mis en place une organisation très light avec Romain Giraud, notre nouveau secrétaire général, et des prestataires comme Jean-Luc Delanoue pour la partie commerciale, Sébastien Renouf pour les abonnements et la billetterie, ou Thomas Azan pour la communication. Le président de l’association Patrick Spielmann travaille aussi bénévolement trois jours par semaine avec nous.

Depuis que la Région Alsace a annoncé une subvention sans précédent pour le Racing (600 000 euros par an sur trois années), certaines dents grincent non seulement dans le milieu du foot, mais aussi dans les autres sports. Que répondez-vous à ceux qui critiquent ce montant à leurs yeux disproportionné ?
Que la participation de la Région a été capitale dans la reprise du Racing. Notre groupe d’investisseurs n’aurait peut-être pas pris le risque de s’engager s’il n’avait pas senti la Région et Philippe Richert prêts à un effort considérable. En marge du soutien apporté à l’association et au centre (voir ci-contre), la SAS (3) mène de véritables opérations de promotion en contrepartie des subventions qu’elle reçoit. Avec la Région et en liaison avec la Ligue d’Alsace, nous invitons à chaque rencontre à la Meinau les clubs d’un territoire pour renforcer nos liens avec les clubs alsaciens (4). Sous l’égide de la Ville, nos joueurs seront les parrains de 29 clubs de Strasbourg et s’y rendront deux fois dans l’année, à l’entraînement par exemple.

Comprenez-vous néanmoins que ces subventions publiques puissent faire des envieux ?
Le Racing a toujours été et reste au centre de toutes les attentions et passions en Alsace. Il fait parler. Mais pour avoir de bonnes relations avec Colmar, qui a été mon club et pour lequel j’ai une grande affection, ou Schiltigheim dont l’entraîneur n’est autre que mon ami José Guerra, je sais qu’il n’y a pas de jalousie à notre égard. En matière de subventions, chacun défend légitimement l’intérêt de son club, mais je crois que tout le monde a compris que pour avoir un football alsacien fort, le Racing doit revenir au plus vite dans le monde pro. Si Colmar et Schiltigheim ont bien travaillé ces dernières années, c’est aussi parce qu’ils ont récupéré des joueurs, comme Jérémy Grimm aux SRC, qui ne sont pas passés pros au RCSA et font aujourd’hui leur richesse. Le foot régional souhaite que le Racing remonte et redevienne une locomotive, mais aussi que Colmar, Schiltigheim et les autres aillent le plus haut possible. Dans une région de foot, on est forts tous ensemble, pas tout seuls. Les SR Colmar sont en National, c’est bien. Mais s’ils devaient monter en L2, toute l’Alsace se réjouirait.

Vous disiez vouloir maîtriser les charges. L’engagement de Stéphane Noro pour deux ans est-il un risque calculé ?
Avec François (Ndlr : Keller, son frère et coach), nous savions qu’il nous fallait un milieu de terrain. Avec Stéphane Noro, l’occasion a fait le larron. Il est passé par le club, le connaît, l’apprécie et y est apprécié. C’est un très bon joueur qui n’a pas évolué aussi longtemps en L1 et L2 pour rien. Sur le plan budgétaire, c’est un petit risque, oui. Mais nous devons nous donner toutes les chances de monter. Nous considérons qu’avec lui, nous en avons davantage d’y parvenir, même si le début de saison confirme que ce sera difficile. Notre orientation est simple : investir avant tout sur le sportif, parce que c’est lui qui peut tirer le club vers le haut. Avec les actionnaires, nous travaillons d’arrache-pied pour faire de nouveau du Racing un club ambitieux.

(1) Direction nationale du contrôle de gestion de la Fédération française de football.

(2) 1,2 million qui correspond précisément aux 900 000 euros manquants en 2011-2012 et aux 300 000 de trou estimé en 2012-2013.

(3) Société par actions simplifiée.

(4) L’opération s’appelle « 17 000 jeunes à la Meinau. »


_________________
"Il n'est pas concevable que Strasbourg, capitale européenne, n'accueille pas l'Euro-2016" (Roland Ries, Jacques Bigot, juillet 2009)


12 Sep 2012 8:54
Profil
Sélectionneur@InfosRacing
Sélectionneur@InfosRacing
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 11 Fév 2003 20:07
Messages: 17331
Localisation: Strasbourg
DNA a écrit:
Des soucis et un absent

Pour le véritable coup d’envoi de la préparation d’un périlleux déplacement à Villefranche-sur-Saône, les Strasbourgeois sont apparus en rangs clairsemés hier ;

Ils étaient une dizaine de joueurs de champ à s’entraîner sous la houlette de Sébastien Roi, l’entraîneur-adjoint, puisque François Keller est à Clairefontaine pour y passer son diplôme d’entraîneur professionnel. Lors d’une séance conclue par une énorme fuite du système d’arrosage sur le terrain d’entraînement, il a manqué quelques éléments préservés (Perrin, Ledy, en délicatesse avec une cheville, Ursch, cuisse douloureuse), d’autres d’ores et déjà out pour le déplacement dans le Rhône. Ainsi, Brian Amofa (cuisse) et Thomas Martin (dos) ne seront pas du troisième voyage de la saison. L’évolution concernant ce dernier est néanmoins positive et il devrait reprendre avec le groupe la semaine prochaine. Enfin, si Gauthier Pinaud sera de retour après quatre matches de suspension purgés, Benjamin Genghini est absent pour quatre semaines en raison d’une luxation du pouce, intervenue samedi face à la réserve de Nancy. Le milieu de terrain a été opéré lundi.


_________________
"Il n'est pas concevable que Strasbourg, capitale européenne, n'accueille pas l'Euro-2016" (Roland Ries, Jacques Bigot, juillet 2009)


12 Sep 2012 9:01
Profil
Sélectionneur@InfosRacing
Sélectionneur@InfosRacing
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 11 Fév 2003 20:07
Messages: 17331
Localisation: Strasbourg
DNA a écrit:
D’un bleu vif

Le Racing hausse son niveau technique ces temps-ci. Stéphane Noro et Anthony Sichi n’y sont pas étrangers.

Il y a eu du jeu et des points. Jusqu’à présent, sur son début de saison, le Racing brillait sans gagner, ou gagnait sans briller (une fois) et a même ni gagné ni brillé, rarement néanmoins. Donc dans le Rhône, les Strasbourgeois ont donc fait dans la nouveauté. « On se retrouve à deux, trois points du premier (ndlr : en fait deux) et ça me va », a apprécié l’entraîneur strasbourgeois.

Il y a à peine de quoi à redire sur les lacunes défensives de son équipe qui n’a gardé sa cage inviolée qu’une fois en six matches. Cela reste l’un des paradoxes d’une équipe coachée par un technicien qui place l’imperméabilité au-dessus de toutes les autres qualités. Mais la présence des Strasbourgeois sur le podium rend cette contrariété aussi anecdotique que la réduction du score caladoise, au bout du bout des arrêts de jeu.

« Je suis là pour être décisif »

Il convient plutôt de souligner la capacité de réaction alsacienne, incarnée par le deuxième but, moins de cinq minutes après l’égalisation. Il convient surtout de remarquer que le Racing affiche désormais une maîtrise tactique et technique largement au-dessus de la moyenne en attaque. En un match et demi, Stéphane Noro a déjà imposé une patte qui inspire une once supplémentaire d’optimisme quant à la capacité strasbourgeoise à décrocher la timbale.

Auteur d’un but samedi, il n’est pas loin de la passe décisive si on songe à l’action qui a mené au penalty de la deuxième mi-temps provoqué et inscrit par Ledy. Le milieu de terrain a vécu une parenthèse chypriote de plus d’une saison mais c’est comme s’il n’avait jamais quitté l’Alsace. Lui, en tout cas, semble se sentir comme un poisson dans l’eau. « On ne perdra pas trop de temps au niveau des automatismes, en convenait-il dans les couloirs du stade caladois. J’essaye d’élever mon niveau, je suis là pour être décisif et les sensations sont là. Avec les jeunes dans le groupe, il y a une marge de progression intéressante. J’ai bien été accueilli et j’essaye d’être disponible par mes mouvements dans le jeu. »

Plus criant encore qu’une relation bien huilée avec, par exemple, un David Ledy, c’est comme si l’ancien Sedanais libérait par sa qualité technique tout un collectif. « Ça s’est bien passé face à Villefranche, mais ce n’était pas que l’attaque, poursuit Noro. Quand on voit les appels de Pacho ( Donzelot), on se rend compte que ça part de derrière, que ça suit au milieu et que ça va jusqu’en attaque ». Sur le front offensif, en tout cas, il y en a un qui avait chassé le mauvais œil et à qui cela faisait du bien.

La délivrance de Ledy

Auteur de deux buts et d’une passe décisive samedi, Ledy a réglé la mire. « C’est une délivrance, parce qu’après une bonne préparation, avec 6 buts en 7 matches, j’avais de la frustration liée à l’accumulation des actions que j’ai eues, commentait l’Alsacien. Avec Stéphane, ça s’était déjà bien passé lors de la saison en National ( en 2010-2011). Sur les 11 buts que j’avais marqués, il m’avait fait plusieurs passes décisives. Mais il faut voir que cela de mieux en mieux avec Julien ( Perrin). Quand il va au duel, j’anticipe. Quand je vais au duel, c’est lui qui anticipe. Mais sur un match comme celui de Villefranche, c’est toute l’équipe qui a fait un gros boulot. Il y avait Antho ( ny Sichi) qui a fait un gros gros boulot. » Et le coach n’était pas loin de donner un satisfecit général en ne masquant pas sa joie devant la production individuelle des entrants : « Je pense aux joueurs qui n’avaient pas encore débuté » Billy Modeste et Abdoulaye Coulibaly ont connu leur première titularisation ce week-end. Ils n’ont pas dépareillé et peuvent revendiquer une bonne part du succès dans le succès face à un invaincu du championnat. Dans la course à la montée, ils ne sont plus que deux (Moulins et Lyon la Duchère), comme le Racing dans cette situation. Cela commence à être significatif.

_________________
"Il n'est pas concevable que Strasbourg, capitale européenne, n'accueille pas l'Euro-2016" (Roland Ries, Jacques Bigot, juillet 2009)


18 Sep 2012 8:10
Profil
Responsable marketing @Directoire
Responsable marketing @Directoire

Inscription: 10 Juin 2003 15:41
Messages: 3725
Localisation: WIEN
que noro ferait du bien à cette equipe...tout le monde le savait... :lol:

_________________
Code:
La L1 j y crois encore


On est en L1 ...on est en L1 ....lalalallalalalalalalallaalaaaaaa


18 Sep 2012 12:28
Profil
Sélectionneur@InfosRacing
Sélectionneur@InfosRacing
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 11 Fév 2003 20:07
Messages: 17331
Localisation: Strasbourg
L'Alsace a écrit:
La solidarité en primes

Les Strasbourgeois ont accepté cette saison la suppression de leurs primes de matches et instauré une distribution à parts égales entre tous des éventuelles primes de montée, sans distinction de statut, ni de performances. Un modèle innovant qui pourrait faire école.

En d’autres temps, l’affaire aurait sans doute fait grand bruit. Car elle est suffisamment inhabituelle dans un milieu du foot souvent jugé égocentrique pour étonner : les primes de matches (1) qui, pour certains joueurs, constituent un moteur supplémentaire ont été supprimées cette saison au Racing.

Le nouveau président Marc Keller a officialisé sa décision avant les trois coups en CFA, d’abord devant les représentants des Bleus, ensuite face à tout le groupe. « Nous avons repris le club dans un timing très serré. Pour tenir la perte de 300 000 euros dans le budget prévisionnel 2012-2013 (estimé à 3 millions), nous devons être attentifs à tout. Les primes de matches constituent une charge importante. Les joueurs se sont comportés en hommes responsables. Je leur ai dit qu’il ne me paraissait pas logique d’en distribuer si l’objectif fixé, l’accession en National, n’était pas atteint. »

Sur le moment, les Bleus ont été « déroutés par la proposition du président », de l’aveu même de Ludovic Golliard. « Personne n’avait jamais évolué dans un club où il n’y a pas de primes de matches », ajoute le capitaine, « Sur le coup, ça fait un peu bizarre. Cette nouvelle donne n’était pas évidente à intégrer. Mais le président ne serait pas revenu dessus et il était inutile d’aller au conflit. Pour être franc, j’ai quand même été étonné que tout le monde accepte aussi facilement. Peut-être parce que le discours présidentiel se comprend. Nous sommes partis du principe que le club avait consenti beaucoup d’efforts, encore récemment en engageant Stéphane Noro. Mais quoi qu’on en dise, ça représente une baisse du pouvoir d’achat des joueurs. Si nous tenons l’objectif de la montée, il y aura des primes. Sinon, non. »

Golliard : « Acté en cinq minutes »

Marc Keller a en effet proposé des primes d’accession supérieures, mais qui ne couvriront pas totalement le manque à gagner (voir encadré). Après une brève concertation, les Bleus ont retenu un mode de rétribution alternatif et plus équitable. De quoi laisser le président coi. « Les joueurs ont souhaité que le montant global de ces primes, à l’origine prévues pour 16 par rencontre et calculées pour chacun au prorata du nombre de matches joués, soit étendu aux 24 de l’effectif 2012-2013 et distribué à parts égales (2). La prime est désormais fixe et la même pour tous, alors qu’elle était auparavant variable. J’avoue avoir beaucoup apprécié leur démarche, mais je reconnais qu’elle m’a surpris. Cela dit, elle me paraît s’inscrire dans la décroissance générale que connaît le football actuel, à quelques exceptions près comme le PSG. A l’avenir, les joueurs seront, selon moi, davantage rémunérés au rendement et au mérite que par des salaires garantis. »

Même si le groupe a vite souscrit à l’idée, ceux qui y avaient le moins intérêt - les tauliers comme Donzelot, Sikimic, Sichi et Golliard notamment - en sont paradoxalement à l’origine. Le capitaine l’estime logique au sein d’un club qui a frôlé un nouveau dépôt de bilan fin juin. « Ceux qui jouent le plus auraient pu mettre leur veto. Ç’a été tout le contraire. Le principe a été acté en cinq minutes de discussions. J’ai été agréablement surpris. Je n’avais jamais vécu ça. Pour les joueurs les plus utilisés, ça représentera une baisse de 20 à 25 % de la prime de montée. Cette différence sera versée dans le pot commun. De fait, que tu joues ou pas, tu te sentiras concerné par l’accession. Cette décision collégiale récompensera tout le groupe si nous montons. Je trouve que ça en dénote l’état d’esprit et la solidarité. »

(1) 150 et 50 euros bruts en 2011-2012 au Racing, respectivement pour une victoire et un nul.

(2) Les deux entraîneurs, François Keller et Sébastien Roi, sont également concernés. L’an passé, le responsable du centre de formation, Jean-Marc Kuentz, l’était aussi.

** * ** * ** * ** * ** * ** * **

33 % d’économies au moins

À supposer que l’équipe de François Keller monte en fin de saison, le Racing devra débourser un peu plus de 100 000 euros bruts pour les primes collectives d’accession réparties équitablement entre les 24 joueurs et les deux entraîneurs. L’an passé, les primes de matches - dont celles de séries intégrées en 2e partie de saison - et de montée en avaient coûté environ 150 000 au RCSA. Les bonus d’accession 2012-2013 seront ainsi inférieurs aux seules primes de matches perçues par l’effectif en 2011-2012 et supprimées cette saison. Autrement dit : le rattrapage de mai prochain, pour l’heure encore virtuel, ne sera que partiel. La baisse du pouvoir d’achat des joueurs sera réelle dans tous les cas de figure.
Assuré d’économiser au minimum un tiers (50 000 euros à quelques unités près) du montant dévolu aux primes lors de l’exercice précédent, le club serait même dispensé de mettre la main au portefeuille si les Bleus devaient ne pas rejoindre le National. Mais dans l’encadrement, personne ne souhaite évidemment cette funeste issue.

_________________
"Il n'est pas concevable que Strasbourg, capitale européenne, n'accueille pas l'Euro-2016" (Roland Ries, Jacques Bigot, juillet 2009)


20 Sep 2012 9:09
Profil
Sélectionneur@InfosRacing
Sélectionneur@InfosRacing
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 16 Mai 2003 22:27
Messages: 37513
Localisation: Strasbourg
Info reprise par l'Equipe !

_________________
L'histoire est en marche ...


21 Sep 2012 7:33
Profil Site Internet
Trésorier@Directoire
Trésorier@Directoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 27 Oct 2003 1:44
Messages: 6371
Localisation: La Garenne Colombes (92)
Marrant, mon opinion a évolué au fil de l'article, d'abord j'étais pas trop pour un système qui ne récompense pas plus ceux qui font mieux, mais au final, comme la prime n'est qu'en cas de montée, celà stimule même le remplaçant de se bouger le cul afin de gagner et le taulier aussi sinon sa perte est bien grande.
Rapidement il faudra instaurer des primes collectives réparties également en fonction d'objectif du club et des primes de performances individuelles et effectivement réduire au minimum le salaire fixe

_________________
30/10/09 Ca y est le racing est en national
06/01/10 Euh c'est peut être la CFA
Mais heureusement sur FM 2010, on peut jouer de la CFA (même CFA 2, les gars on peut faire mieux!!)
Bon ça y est les conneries sont finies on est en L1!!!!!!!!!!!!!!!!!!


21 Sep 2012 8:56
Profil ICQ
Manager général@Directoire
Manager général@Directoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 23 Aoû 2005 15:52
Messages: 12122
Localisation: expatrié à Los Angeles ...
Ca fait 4000€ par joueur, dans le monde du football ca parait peu, quelqu'un a une idee des salaires?

_________________
"Tout ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort" Nietzsche.
Image


21 Sep 2012 15:01
Profil
Manager général@Directoire
Manager général@Directoire

Inscription: 26 Jan 2008 18:21
Messages: 11834
Localisation: HAGUENAU
urotsukidogi a écrit:
Marrant, mon opinion a évolué au fil de l'article, d'abord j'étais pas trop pour un système qui ne récompense pas plus ceux qui font mieux, mais au final, comme la prime n'est qu'en cas de montée, celà stimule même le remplaçant de se bouger le cul afin de gagner et le taulier aussi sinon sa perte est bien grande.
Rapidement il faudra instaurer des primes collectives réparties également en fonction d'objectif du club et des primes de performances individuelles et effectivement réduire au minimum le salaire fixe


Uro: tu me déçois car même les fonctionnaires n'ont plus droit à des primes collectives... :lol:
eh oui, ça s'appelle : Prime de Fonction et de Résultat PFR ;)
les idées de communisme t'ont gagné :?: :lol:


22 Sep 2012 14:49
Profil
Trésorier@Directoire
Trésorier@Directoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 27 Oct 2003 1:44
Messages: 6371
Localisation: La Garenne Colombes (92)
Communisme???? C'est de l'intéressement aux bénéfices en collectif et en individuel. Je suis complètement capitaliste rassure toi, par contre le capitalisme c'est que chacun gagne sa vie en récompensant ceux qui sont meilleurs, plus inspirés ou qui bossent plus que les autres, bref qu'il ait des riches et des moins riches. Je pourrai un jour te donner ma grille de décision des rémunérations.
Je dois avouer que je ne comprends pas que dans une entreprise il puisse ne pas exister un intéressement au CA ou aux bénéfices. Sinon pour revenir au racing, je me demande combien de temps durera ce beau consensus pécunier, pas sûr qu'en L2 ou L1 ça dure toujours...

_________________
30/10/09 Ca y est le racing est en national
06/01/10 Euh c'est peut être la CFA
Mais heureusement sur FM 2010, on peut jouer de la CFA (même CFA 2, les gars on peut faire mieux!!)
Bon ça y est les conneries sont finies on est en L1!!!!!!!!!!!!!!!!!!


23 Sep 2012 15:42
Profil ICQ
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Répondre au sujet   [ 1651 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5 ... 166  Suivante

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Stan et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Rechercher:
Aller à:  
Développé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Designed by ST Software for PTF.
Traduction par phpBB-fr.com