Index du forum
Index du forum
« Toute l'actualité du Racing Club de Strasbourg Alsace vue par ses supporters »
Voir les messages sans réponses | Voir les sujets actifs Nous sommes le 25 Nov 2017 0:51



Répondre au sujet  [ 1279 messages ]  Aller à la page Précédente  1 ... 122, 123, 124, 125, 126, 127, 128  Suivante
 Le Fil Rouge 
Auteur Message
Manager général@Directoire
Manager général@Directoire

Inscription: 3 Juin 2004 12:56
Messages: 10618
Localisation: Mont-de-Marsan - Landes
Laurey choisit l'hôtel : l' orée :lol:


12 Juil 2017 13:17
Profil
Manager général@Directoire
Manager général@Directoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 8 Fév 2012 14:18
Messages: 12736
Localisation: Dorlisheim
dna a écrit:
Partenariat Racing/SR Colmar
En marge de la conférence de presse qui s’est tenue hier matin au Stadium de Colmar, une semaine avant le match Racing - Sochaux, le président du SR Colmar, Guy Meyer, entouré de son vice-président Raphael Carnovale, du chargé de communication Régis Schaeffer, du responsable du secrétariat Bernard Heberlé et de Guillaume Lenys, responsable des réseaux sociaux du club, a annoncé qu’une convention avec le club strasbourgeois va être signée le jour de la rencontre. « Ce contrat d’excellence, comme je l’appellerais, porte sur les différents aspects, financier, sportif et stratégique de développement. Il est bilatéral” donnant, donnant” et même” gagnant, gagnant” comme nous l’espérons tous, » a tenu à préciser le patron du club colmarien. « Nous avons travaillé, lors de nombreuses réunions, avec le président de la Ligue du Grand Est, Albert Gemmrich et René Marbach, président du District Alsace, qui nous ont beaucoup apporté pour ficeler ce projet qui nous tenait à cœur. »
PRÉVENTE. – RC Strasbourg - Sochaux, vendredi 21 juillet (19h) au stadium de Colmar. Prévente mercredi 17 juillet et jeudi 19 juillet de 17h à 20h. Tarifs : 15€ (tribune d’honneur), 10€ (tribune Est), 8€ (pelouse).


14 Juil 2017 4:27
Profil
Poussin@Amateur

Inscription: 17 Juil 2017 8:48
Messages: 1
Le site Stadito.fr vous propose une mise en lumière du Racing à l'occasion de son tour de France des clubs de Ligue 1

https://stadito.fr/2017/07/16/summerito ... istorique/


17 Juil 2017 8:53
Profil
Manager général@Directoire
Manager général@Directoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 8 Fév 2012 14:18
Messages: 12736
Localisation: Dorlisheim
dna a écrit:
Martin, l’attente
D’aucuns ont pu croire que les pluies récurrentes sur Strasbourg hier ont invité une personne en provenance d’Andalousie à rechigner un contrat en Alsace. Il n’en est rien. Jonas Martin était bien à la Meinau, hier, jusque dans la soirée, avec la ferme intention de signer son engagement pour trois ans au Racing Club de Strasbourg.

Mais la conclusion du dossier a tiré en longueur sans que l’arrivée du milieu de terrain qui évoluait au Betis Séville la saison dernière n’envisage jamais de faire faux bond.
Présent ce matin à l’entraînement

Du côté du Racing, il n’était question que de détails administratifs, de la nécessité de réunir toutes les pièces pour officialiser l’arrivée du joueur de 27 ans dans l’effectif de Thierry Laurey. On n’écartait pas, un long temps, de la possibilité que l’affaire se règle définitivement dans la nuit même si l’espoir s’est évanoui à 21h. Dans tous les cas, la présence de Jonas Martin à l’entraînement de ce matin était garantie.
L’OL battu

Les nombreux supporters présents lors de la séance de l’après-midi en ont été quittes pour assister aux premiers pas d’Idriss Saadi, l’attaquant qui a signé, lui, son contrat vendredi. Ils ont également pu noter l’absence de Vincent Nogueira, Ihsan Sacko et Pablo Martinez, ménagés dans cette dernière ligne droite de la préparation. Le dernier, touché au dos, pourrait prendre un peu plus de temps pour être absolument prêt pour la première journée de championnat, programmée à Lyon, le 5 août. À noter que l’OL a concédé sa première défaite, hier à Nankin, face à l’Inter Milan (1-0). Il disputera son ultime match amical de l’intersaison dimanche, à Sète, face à Montpellier.



25 Juil 2017 4:30
Profil
Manager général@Directoire
Manager général@Directoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 8 Fév 2012 14:18
Messages: 12736
Localisation: Dorlisheim
dna a écrit:
L’effectif strasbourgeois à huit jours du début du championnat de Ligue 1 Le jeu est ouvert
Les 27 pros strasbourgeois, pour l’heure sous contrat avec le Racing, ne seront pas de trop pour envisager la saison en Ligue 1 qui s’ouvre dans une semaine. Il n’apparaît même pas superflu d’envisager de recruter, notamment en défense.
Depuis quelque temps, Thierry Laurey se prête à un jeu amusant, au terme de l’entraînement. Une gamine l’attend systématiquement, au retour de la séance, aux grilles du stade. L’entraîneur du Racing lui a donné la possibilité de lui poser une question, chaque jour.

Hier, l’interrogation juvénile a concerné le recrutement en cours, au Racing, et le nombre attendu de renfort(s) pour savoir combien de dessins de bienvenu il fallait prévoir. Alors que sept nouveaux joueurs ont d’ores et déjà rejoint l’Alsace, le responsable sportif strasbourgeois lui a garanti que moins de dix de ses œuvres seraient nécessaires. Il y aura encore au maximum deux éléments à intégrer dans le groupe.

Il y aura donc 26, 27 ou 28 pros candidats à une présence sur la feuille de match rédigée à Lyon, dans huit jours. D’ailleurs, pour les dernières échéances amicales, demain à Dijon (19h), le test face à une autre équipe de Ligue 1 en cette intersaison, et après-demain, la dernière sortie face aux chômeurs de l’UNFP à Illkirch (18h30), l’entraîneur ne tourne pas autour du pot. « Les dix-huit joueurs qui seront présents à Lyon devront avoir quatre-vingt dix minutes dans les jambes », souligne-t-il.
Assez derrière ?

Le Racing rentre dans le (très) grand monde avec le retour en Ligue 1 qui impose d’envisager non pas le match à 16, comme la saison passée, mais un de plus. Aussi s’agit-il d’être pourvu dans toutes les lignes. Dans la cage, au milieu, devant, le matériau ne manque pas. Mais derrière ?

Alors que Bingourou Kamara, le jeune gardien recruté au FC Tours pour 700 000 euros, apparaît comme le titulaire désigné, Alexandre Oukidja semble en mesure de jouer les doublures, comme Landry Bonnefoi, titularisé un temps la saison passée, qui ne ménagera pas son énergie pour faire le match.

En revanche, devant eux, le staff technique doit composer avec un peu plus d’embarras. À droite, Kenny Lala est un titulaire en puissance. L’ancien Lensois prend la place d’Éric Marester, non prolongé. Il n’y a guère qu’Ernest Seka, qui avait d’ailleurs refusé d’évoluer à cette place la saison passée, en mesure ponctuellement de le suppléer.

Dans l’axe, la concurrence ne s’annonce pas non plus échevelée. Kader Mangane, du haut ses 34 ans et de ses 155 matches en Ligue 1, apparaît comme le plus rassurant des axiaux. À ses côtés, Yoann Salmier a su s’imposer, s’appuyant sur son identité de gaucher, sobre, sérieux. L’ancien capitaine, dont l’étoile a pâli en fin de saison passée, Ernest Seka, a du retard à rattraper. Et tout ce petit monde devra a priori convaincre d’être préféré à la dernière recrue envisagée. C’est sur ce poste de défenseur central que la cellule recrutement, le staff technique et la direction planchent pour trouver l’oiseau rare.

Pablo Martinez, débarqué d’Angers, sera également un concurrent dans ce secteur. Mais l’ancien du Gazélec Ajaccio va débuter la saison sur le flanc gauche où Abdallah Ndour réapparaîtra, à terme. Le latéral gauche sénégalais s’est cassé la jambe en mai et son retour n’est pas envisagé avant septembre.

Parmi les recours ultimes que le Racing se garde dans la manche, Ismaël Aaneba, capable d’évoluer à droite mais surtout axe droit, Anthony Caci, dans l’axe défensif, Mayoro Ndoye, aligné à gauche, voire Jérémy Grimm, en redescendant d’un cran, incarnent des solutions.
Lienard, un niveau toujours plus haut

Mais pour ce dernier, l’idée est assurément de s’imposer au poste de récupérateur. Thierry Laurey privilégiant un schéma en 4-1-4-1, il ne devrait y avoir qu’une sentinelle devant la défense. A priori, Jean-Eudes Aholou part avec une (petite) longueur d’avance. Mais Jérémy Grimm a su renverser plus d’une tendance défavorable. Sachant que les blessures et les suspensions peuvent frapper les détenteurs du poste, le jeune Anthony Caci et le plus expérimenté Mayoro Ndoye peuvent se tenir prêts en cas de coup dur.

Un cran devant, la ligne de quatre devrait constituer l’originalité de la saison alsacienne. Le milieu en losange sera abandonné pour une occupation exhaustive de la largeur du terrain. Dans l’axe, Benjamin Corgnet et Jonas Martin seront dans le onze au regard des 250 matches dans l’élite cumulés à eux deux et la nécessité de s’appuyer sur quelques joueurs expérimentés, même si Vincent Nogueira a repris le cours d’un parcours européen et a le profil de 8-10 requis.

Sur le côté droit, Stéphane Bahoken et Anthony Gonçalves devraient donner à l’équipe un profil plus ou moins offensif. À gauche, Dimitri Lienard n’en finit pas de se mettre à un niveau toujours plus haut en dépit de ses 30 ans. L’ailier semble en mesure d’évoluer dans le cœur du jeu et donc de faire une place à Nuno Da Costa sur le côté, voire à Kévin Zohi.

En pointe, avec son profil de petit taureau et ses 16 buts en championnat de Belgique la saison passée, Idriss Saadi devrait débuter avec la pancarte de titulaire. Il aura quelques doublures pour le seconder, Jérémy Blayac, prêt à se rappeler au bon souvenir de la Ligue 1 sept ans plus tard, Stéphane Bahoken, lui aussi capable d’être fort puissant devant, Nuno Da Costa, parfois seul en pointe à Valenciennes, ou encore Ihsan Sacko, dont la polyvalence peut finalement s’imposer aux cinq postes de devant.


28 Juil 2017 4:40
Profil
Recruteur@Staff
Recruteur@Staff

Inscription: 13 Aoû 2013 15:21
Messages: 860
Comme quoi je ne suis pas le seul à croire en Lienard, je ne dois pas être un ovni


28 Juil 2017 15:28
Profil
Manager général@Directoire
Manager général@Directoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 8 Fév 2012 14:18
Messages: 12736
Localisation: Dorlisheim
dna a écrit:
Ligue 1 : le Racing retrouve l’élite après neuf ans d’absence Au pied de la montagne
Image
Neuf ans après sa dernière apparition, au terme d’un long tunnel qui l’a vu plonger jusqu’au cinquième échelon national, le Racing aborde sa saison parmi l’élite sur la pointe des pieds, mais avec la ferme et cruciale envie de s’y installer. Cela passera par une lutte de tous les instants.

L’élite, c’est un peu politique. Entre la guerre des étoiles organisée autour de l’axe Paris-Lyon-Marseille avec Monaco comme satellite, la course des outsiders au budget replet – Bordeaux, Saint-Etienne, Rennes et Lille – et la bataille des petits qui cherchent avant tout à recroiser au plus vite les vaisseaux amiraux dont ils admirent la richesse et l’effectif, la Ligue 1 est aussi un championnat à deux vitesses. Il y a ceux qui regardent avec confiance vers le haut et les autres avec le regard dans le rétroviseur un peu craintif.

Au final, sur la ligne de départ, l’objectif de tout ce petit monde est grosso modo le même. Comme un élu a (presque) toujours l’objectif de remporter l’élection d’après, les plus hauts dans la hiérarchie ont d’abord l’obsession de rétamer toute envie de révolution. Il y en aura deux, voire trois, qui ne répondront pas à cette ambition, c’est garanti.
Les bleus d’Alsace ont et auront une obsession : le maintien

Bastia, désormais menacé de disparition, Nancy, un ambitieux de la Ligue 2, et Lorient, surprenant piégé dans le tapis d’un barrage, ont cédé la place à Strasbourg, Amiens et Troyes cet été au sein du G20 français. En Alsace, en Picardie et dans l’Aube, des terres privées d’élite la saison passée, on ne se prépare pas une saison de tout repos, mais on nourrit l’espoir de s’installer durablement à la table des gros bras, en premier lieu parce que la soupe est bonne et le niveau de jeu alléchant.

Dans ce cadre, en dépit de son douteux nom de baptême, un marchand de meubles bon marché, le championnat de L1 ne risque pas d’être d’un confort de canapé pour un club renaissant, pas loin de disparaître, mais qui ne se fait aucune illusion, le Racing fort de ses deux montées en deux ans et d’un soutien populaire ahurissant. Les puissants risquent de ne laisser que des miettes et Thierry Laurey n’a pas tourné autour du pot à l’heure de la reprise : « Si on finit 17e , je paye le champagne ».

Quelques semaines auparavant, il avait jeté un œil sur le socle du trophée de champion de Ligue 2. La liste des prédécesseurs a des allures de cimetières des éléphants que le Racing n’entend surtout pas rejoindre. Sur les dix derniers lauréats du trophée, six sont immédiatement retournés à l’étage inférieur, trois, l’année qui a suivi. Autant dire que Monaco, champion de L2 en 2013, a des allures d’exception, un peu à l’image de son portefeuille.

Néanmoins, le titre glané au mois de mai dernier a fait chaud au cœur de son entraîneur. Malgré des dizaines d’années de présence dans le foot pro, Thierry Laurey n’avait rien gagné. Sa prochaine bataille ne laissera pas de trace dans le palmarès. Car tous les hommes bleus d’Alsace ont une obsession cet été et l’auront encore à l’automne, à l’hiver et probablement au printemps prochain, le maintien.
Le président Marc Keller a joué les archanges Gabriel tandis que le club strasbourgeois avait un avant-goût de l’enfer


Par ici, on ne sait que trop bien combien une chute peut parfois ne jamais s’arrêter. Comme un match dépend souvent de détails, la solidité d’un club s’appuie sur pas grand-chose et d’abord quelques hommes. Le président Marc Keller a joué les archanges Gabriel en montrant la voie tandis que le club strasbourgeois avait un avant-goût de l’enfer en retournant dans le monde amateur.

En souquant ferme, en se réorganisant de fond en comble, en s’appuyant sur son incroyable environnement qui a prié et s’est décarcassé pour qu’il ne meurt pas, le Racing s’est extirpé des profondeurs. Il a laissé derrière lui sa saison passée juste au-dessus du championnat régional, trois ans en National, l’incarnation parfaite de la compétition bâtarde, nécessitant tant de dépenses pour si peu de revenus. Et puis, comme un miracle pour un malheureux qui avait tellement souffert, le club strasbourgeois n’a vraiment pas fait de vieux os en L2. Il a désormais l’obsession de durer à l’échelon du dessus.

La logique budgétaire lui imposera une lutte hebdomadaire pour accumuler le total nécessaire pour en laisser trois derrière. Il ne faut pas rêver. Si Angers ou Guingamp ont pu apparaître dans la première partie de tableau en fin de saison récemment, c’est que d’autres n’ont (vraiment) pas été à la hauteur de leurs ambitions et de leurs moyens. Pour le Racing, il s’agira d’avancer de telle sorte que son parcours en pousse quelques-uns dans l’ascenseur. Il y a des proies dans le viseur, six sans doute – Caen, Amiens, Troyes, Metz, Toulouse, Dijon –, huit, peut-être, en y incluant Montpellier, Guingamp ou un costaud supposé en perdition.

Il paraît important d’y parvenir. C’est seulement après s’être installés une année, une deuxième, un peu plus dans l’élite, que Strasbourg et l’Alsace pourront se considérer à nouveau comme terres de foot de haut niveau.

Pour revenir au terrain politique, s’il doit y avoir des révolutions dans l’Hexagone du ballon rond, elles se concrétisent, souvent, sur le long terme. Une preuve ? Lors de l’ultime saison en Ligue 1 du Racing, à une époque où « Bienvenue chez les Ch’tis » cartonnait au box-office et Pascal Sevran venait de casser sa pipe – mais si, souvenez-vous, « La chance aux chansons » –, le PSG finissait... 16e et Nancy 4e.
Le dernier des 3367 jours de désert sans Ligue 1 n’est pas loin


Le Mans constituait l’une des forces émergentes admirées de l’élite. D’un autre côté, c’était il y a neuf ans, le club strasbourgeois s’éclipsait sur une défaite à Marseille (4-3), la 11e de rang dans une fin de championnat catastrophique, et personne n’imaginait que le retour prendrait tant de temps.

Le dernier des 3367 jours de désert sans Ligue 1 n’est pas loin. Et ce n’est pas une illusion liée aux chaleurs estivales. Même si ça s’annonce coton, samedi, les Strasbourgeois sont à Lyon. Et il semble interdit de bouder son plaisir.


31 Juil 2017 4:15
Profil
Manager général@Directoire
Manager général@Directoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 8 Fév 2012 14:18
Messages: 12736
Localisation: Dorlisheim
dna a écrit:
Les échos de la Meinau
Un engouement constant


ENGOUEMENT. – L’engouement autour du Racing ne faiblit pas, à quelques jours du premier match de Ligue 1 des “Bleus” à Lyon.

Hier, plus de 300 personnes faisaient déjà la queue vers 9h, devant les caisses du Racing. Le but ? Obtenir une place dans le parcage visiteurs du Parc OL (désormais appelé Groupama Stadium). A priori, les 2 900 places dédiées aux supporteurs strasbourgeois ont trouvé preneur.

Selon les observateurs du club, entre 4 et 5 000 Alsaciens devraient être présents samedi dans le Rhône, certains supporteurs alsaciens ayant acheté des places ailleurs dans le stade.

Quant au premier match à la Meinau face à Lille, fixé dimanche 13 août à 15h, il devrait vraisemblablement se jouer à guichets fermés ou pas loin.

ENGOUEMENT, II. – Le Racing compte près de 15 000 abonnés pour la saison à venir, soit un record à Strasbourg. Lors de la dernière saison des “Bleus” en Ligue 1, il y avait en effet moins de 11 000 abonnés recensés.

ENGOUEMENT, III. – S’il attire les foules lors de ses sorties en compétition, le Racing aimante aussi les gens… à l’entraînement.

Plus d’une centaine de supporteurs étaient ainsi présents hier matin, lors de la séance de mise en place tactique. Idem la veille, pour les oppositions du mardi.

LE COUP DE LA GLACIÈRE. – Thierry Laurey accueillera à la Meinau son fantasque homologue Marcelo Bielsa pour le compte de la 2e journée de Ligue 1.

Hasard ou pas, hier matin, le coach alsacien l’a joué comme l’Argentin, en s’installant de temps en temps sur une… glacière.

Mais, comme pour son collègue passé sur le banc de l’OM, cela ne l’a pas empêché de recadrer (parfois avec véhémence) ses joueurs lors de la mise en place tactique.
Quel onze à Lyon ?

ABSENT.
– Le jeune défenseur Duplex Tchamba, touché aux adducteurs la semaine passée, est de retour aux entraînements collectifs.

Hier, seul le jeune défenseur Ismaël Aaneba a fait un travail spécifique – du fractionné – pendant que ses coéquipiers alternaient jeu et travail physique avec Florian Bailleux.

Le seul joueur toujours aux soins est le latéral gauche Abdallah Ndour, qui a entamé sa rééducation après sa fracture de la jambe.

QUI SUR LE PRÉ SAMEDI ?
– L’ossature du onze strasbourgeois commence à prendre forme, même si quelques interrogations subsistent. Notamment à l’arrière.

Hier, Kenny Lala, recrue en provenance de Lens, a pris le côté gauche de la défense – lui qui évolue plutôt à droite – et Ernest Seka a occupé le flanc droit, avec la paire Kader Mangane/Yoann Salmier titulaire en défense centrale.

L’autre option, déjà testée à plusieurs reprises par Thierry Laurey, est de titulariser Pablo Martinez à gauche, Lala retrouvant alors son côté droit.

Un petit doute existe aussi à l’avant, côté droit, où Nuno Da Costa et Stéphane Bahoken seraient en balance.

Jean-Eudes Aholou, Jonas Martin, Dimitri Lienard et Benjamin Corgnet devraient par contre, sauf surprise, être alignés tous les quatre au milieu de terrain.

BAHOKEN SUR LE DÉPART ? – Selon de nombreux sites internet et le journal l’Équipe , Stéphane Bahoken intéresserait quelques clubs à l’étranger, dont Gérone (Espagne) et Osmanlispor (Turquie). Mais hier, le Racing a refusé de commenter cette information, un proche du club expliquant même qu’il n’y aurait plus de départ. Alors info ou intox ? À suivre…

INVINCIBLES LYONNAIS ?
– La rencontre face à l’OL s’annonce compliquée pour les Strasbourgeois et ce n’est un secret pour personne.

Les statistiques ne plaident d’ailleurs pas en faveur des Alsaciens. Cela fait en effet 13 ans que l’OL est invaincu lors du premier match de la saison de Ligue 1 (10 victoires et 3 nuls).
Sevré de victoire depuis 28 ans

Autre statistique défavorable : les Alsaciens ne se sont plus imposés dans le Rhône depuis… 28 ans. Il faut en effet remonter à la saison 1979/1980 pour voir une victoire alsacienne sur le terrain de l’OL.

Quant au dernier passage des Alsaciens à Gerland, en 2007/2008, sous l’ère Furlan, il a été très compliqué : face à Juninho et les autres, le Racing de Guillaume Lacour avait encaissé un sévère 5-0.

Autre point qui incite à la prudence, la campagne “amicale” des joueurs de Bruno Genesio a été plus que correcte. Le club rhodanien possède en effet un bilan de trois victoires (face à Bourg-Péronnas, au Celtic Glasgow et l’Ajax Amsterdam), un nul (face à Montpellier) et une seule défaite (contre l’Inter Milan).
dna


3 Aoû 2017 4:44
Profil
Manager général@Directoire
Manager général@Directoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 8 Fév 2012 14:18
Messages: 12736
Localisation: Dorlisheim
dna a écrit:
Quel impact pour la suite ?
Les joueurs de Thierry Laurey ont conscience d’avoir manqué de répondant dans les duels avant-hier au Groupama Stadium, surtout lors d’une première période au cours de laquelle ils n’ont paradoxalement encaissé qu’un seul de leurs quatre buts.

Thierry Laurey ne l’a pas dit exactement comme ça, mais son message ressemblait étrangement à ce constat samedi soir dans la zone mixte du Parc Olympique Lyonnais : pour les retrouvailles de leur club avec la Ligue 1 après plus de neuf ans d’absence et, donc, d’abstinence, les Strasbourgeois sont allés au rendez-vous tels de jeunes damoiseaux réservés à leur premier rencard avec une femme mûre. Sur la pointe des pieds, le rouge aux joues d’abord, aux fesses ensuite après ce qui a fini par ressembler à une déculottée (4-0).
« J’espère que les gars ont pu mesurer le fossé »


Le nouveau tourtereau enamouré de la L1 y a subi un dépucelage dont il gardera longtemps la trace un brin douloureuse. Bien moins agréable en tout cas qu’il ne l’espérait.

Chez l’un des cadors du championnat de France, d’autres que lui auraient perdu leurs moyens. Une heure et demie avant la rencontre, les écrans de contrôle installés en tribune de presse en montraient certains en train de faire des selfies dans la superbe arène rhodanienne qu’ils n’avaient jusque-là vue qu’à la télé. À l’arrivée, il n’y a pourtant pas eu photo entre le septuple champion de France de L1 (2002-2008) et le champion de France de L2 2017.

Comme le suggère à juste titre son coach, le Racing n’est pas passé si loin de rapporter quelque chose du Groupama Stadium. À ce détail près tout de même que la proie strasbourgeoise, longtemps timorée, a grandement facilité la traque d’un Lyon aux crocs déjà acérés.

Thierry Laurey estime que son escouade a été « trop timide » en première période. « En fait, nous sommes entrés dans la 2e mi-temps comme nous aurions dû entrer dans la 1re. On sait qu’on ne peut pas laisser les Lyonnais jouer sans les agresser dans le jeu. Sinon, on le paie. Ce n’est pas une bonne, ni une belle soirée. Mais il y a beaucoup d’enseignements à tirer. Nous allons analyser tout ça pour tenter de prendre des points le plus vite possible. Par séquences, nous avons pu rivaliser avec Lyon. Mais on aimerait plus de régularité. J’espère pour eux que les gars ont pu mesurer le fossé qui sépare la L1 de la L2. »

Si la défense, qui porte certes sa part de responsabilité, a tellement souffert face à Mariano, Fekir, auteurs d’un doublé chacun, et leurs acolytes, c’est aussi parce que le milieu de terrain s’est fait manger, à l’image d’un Jean-Eudes Aholou bien trop esseulé dans son rôle de sentinelle.

L’ancien Orléanais ne pouvait évidemment colmater toutes les brèches. Sa soirée délicate n’est que le reflet des difficultés du collectif et d’un déficit d’engagement.

Benjamin Corgnet appuie là où ça fait mal. « Ce résultat va montrer à beaucoup l’exigence de la L1, lâche l’ex-Stéphanois sans faire le procès de quiconque. Il est clair que pour nous en sortir, nous allons devoir jouer avec nos armes, notamment l’agressivité dans le bon sens. Nous n’avons pas la qualité de l’effectif de Lyon, ni de son jeu. À nous d’apprendre vite et de nous remettre debout. Cette première défaite n’est pas dramatique. »

Sûrement pas, non. Elle a même le mérite de rappeler aux doubles promus strasbourgeois ce qu’ils savaient déjà : s’ils veulent sauver leur peau, ils vont devoir cravacher tous les week-ends.

Pour le 2e acte d’un début de saison marqué par trois voyages (à Montpellier le 19 août, puis à Guingamp le 27), la venue de Lille dimanche (15h) pour la première à la Meinau ne s’annonce pas non plus de tout repos.

Les Dogues nordistes, “dressés” par Marcelo Bielsa, ne seront sans doute pas moins féroces que ce Lyon aux dents longues. La façon dont ils ont croqué les Canaris nantais hier au stade Pierre-Mauroy (3-0) atteste de leur appétit retrouvé, après un exercice 2016-2017 bouclé hors du Top 10 (11e ) pour la première fois depuis neuf ans.



7 Aoû 2017 4:14
Profil
Manager général@Directoire
Manager général@Directoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 8 Fév 2012 14:18
Messages: 12736
Localisation: Dorlisheim
dna a écrit:
Les échos de la Meinau
Ndour peaufine son retour


❏ REPRISE. – Abdallah Ndour, le latéral gauche du Racing, fait peu à peu son retour sur les terrains.

Le Sénégalais avait été victime d’une double fracture tibia péroné début mai, lors d’un choc à l’entraînement. Titulaire indiscutable sur le flanc gauche strasbourgeois, il avait manqué les trois dernières rencontres de la saison de Ligue 2.

Mardi, il a fait son retour à l’entraînement… en solo, en compagnie de Florian Bailleux, le préparateur physique. Le défenseur est encore trop juste pour jouer avec le groupe pro et se cantonne à un travail physique.
«Tout le monde m’a soutenu»

« Actuellement, je fais beaucoup de musculation et d’appuis. Il faut que je reprenne des forces, notamment dans la jambe », a souligné le joueur formé à Metz, qui a retrouvé le sourire après des moments difficiles.

« Mentalement, c’était compliqué, même si tout le monde au club et les supporteurs m’ont bien soutenu. Heureusement que les gars ont réussi à atteindre l’objectif (la montée en Ligue 1) , ça m’a aidé à garder le moral », a encore exposé le joueur, qui a aussi passé une quinzaine de jours au Sénégal, en famille, pour se ressourcer. Même si aucune date n’est avancée, Abdallah Ndour devrait retrouver les terrains à l’automne.

« Là j’ai vu le chirurgien qui m’a dit que c’était bien consolidé, mais pour retrouver le groupe il faut encore attendre. Je veux bien me soigner, bien récupérer les sensations », a encore exposé le défenseur arrivé au Racing en 2014.

❏ DOUBLE DOSE. – Les Strasbourgeois ont eu une double dose d’entraînement hier, puisque deux séances étaient programmées, une le matin l’autre l’après-midi. Les joueurs seront au repos et aux soins aujourd’hui et reprendront le chemin du Krimmeri vendredi.

❏ SOUVENIRS, SOUVENIRS…
– La dernière venue du LOSC à la Meinau en Ligue 1 remonte à la saison 2007/2008.

Le 22 mars 2008, les hommes de Jean-Marc Furlan s’étaient inclinés (0-1) face aux Lillois, sur un but en toute fin de rencontre, signé Rio Mavuba. Rencontre que les Alsaciens avaient d’ailleurs terminé à dix après l’expulsion du milieu récupérateur Rodrigo.

Les Alsaciens avaient été plus inspirés lors du match aller, en octobre 2007. Ils s’étaient en effet imposés au Stadium de Villeneuve-d’Ascq 3-0, grâce à des buts de Mouloungui, Rodrigo et Johansen.

❏ TRAVAUX. – Des travaux d’aménagement sont toujours en cours à la Meinau, notamment devant la grille de la porte d’entrée principale, où un algeco a été installé.

Des plots rétractables ont aussi été installés pour éviter toute circulation rue de l’Extenwoerth, les soirs de match.

❏ À 21. – Vingt et un joueurs de champ étaient présents hier matin, auxquels s’ajoutent les trois gardiens (Kamara, Oukidja, Bonnefoi).

Les 21 : Salmier, Martinez, Aaneba, Lala, Mangane, Seka, Tchamba - Corgnet, Lienard, Caci, Aholou, Martin, Grimm, Gonçalves, Nogueira - Saadi, Bahoken, Sacko, Da Costa, Blayac, Zohi.

❏ PARTENAIRES. – Le Racing Club de Strasbourg a enregistré cette semaine l’arrivée de deux nouveaux partenaires majeurs, Hager Group (Partenaire Principal), le groupe Boulanger (Partenaire Officiel) et le renforcement du dispositif d’un troisième partenaire, le groupe Severin, qui devient Partenaire Officiel.

❏ CARTON RETIRÉ ? – Buteur pour le LOSC dimanche contre le FC Nantes (3-0) lors de la première journée de Ligue 1, Anwar El Ghazi, l’attaquant lillois, a souhaité afficher son soutien à Abdelhak Nouri, ex-partenaire à l’Ajax Amsterdam victime d’un malaise cardiaque, en dévoilant un t-shirt floqué au nom de son ami au moment de la célébration de son but.

Au regard du contexte dramatique qui a justifié ce geste d’Anwar El Ghazi, le LOSC a demandé, à titre exceptionnel, l’annulation du carton jaune reçu par son joueur (au motif du retrait de son maillot) auprès de la commission de discipline de la LFP. À suivre, donc…



10 Aoû 2017 4:43
Profil
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Répondre au sujet   [ 1279 messages ]  Aller à la page Précédente  1 ... 122, 123, 124, 125, 126, 127, 128  Suivante

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Rechercher:
Aller à:  
Développé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Designed by ST Software for PTF.
Traduction par phpBB-fr.com