Index du forum
Index du forum
« Toute l'actualité du Racing Club de Strasbourg Alsace vue par ses supporters »
Voir les messages sans réponses | Voir les sujets actifs Nous sommes le 13 Avr 2021 1:01



Répondre au sujet  [ 1826 messages ]  Aller à la page Précédente  1 ... 179, 180, 181, 182, 183
 Le Fil Rouge 
Auteur Message
Président@Directoire
Président@Directoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 8 Fév 2012 15:18
Messages: 20239
Localisation: Dorlisheim
dna a écrit:
Le Racing entre jurisprudence et prudence
La défaite des Strasbourgeois dimanche à Rennes (1-0) est venue leur rappeler, après une période porteuse (2 victoires, 2 nuls), que leur maintien reste en suspens. S’il n’est pas question de céder à la panique, l’histoire récente de leur club doit renforcer leur vigilance.
À neuf journées de la fin, l’énigme à deux inconnues n’est toujours pas résolue : le Racing a-t-il le potentiel cette saison pour faire mieux que la précédente, comme chaque année depuis sa remontée en Ligue 1 (*), ainsi qu’il l’a prouvé en quatre jours à Lille (1-1 le 28 février) et contre Monaco (succès 1-0 le 3 mars) ?

Ou le coronavirus qui s’est invité dans son vestiaire fin juillet et l’a vite précipité dans les abysses du classement n’a-t-il été que le marqueur instantané de ses insuffisances, criantes dimanche à Rennes lors d’une défaite à encéphalogramme plat (1-0) ?
« On ne peut pas faire des erreurs comme ça »

Comme à chaque fois – et elles n’ont pas été nombreuses – qu’ils ont eu l’occasion de se rapprocher du top 10, les hommes de Thierry Laurey ont raté la marche au Roazhon Park. Ils n’ont même pas eu besoin d’y être bousculés par des Rennais guère souverains après leurs six revers d’affilée (dont un en Coupe de France).

Car ils se sont pris les pieds dans le tapis tout seuls comme des grands lorsqu’Anthony Caci, à qui il serait injuste de faire supporter tout le poids d’une sortie collective manquée, s’est emmêlé les pinceaux sur l’unique but de la partie.

À l’évidence, l’entraîneur strasbourgeois n’a pas aimé ce moment d’égarement : « On ne peut pas faire des erreurs comme ça au niveau où on est, surtout face à des équipes comme Rennes dont on sait que si on leur laisse une occasion, elles vont savoir la saisir. Même s’ils n’ont peut-être pas toute la confiance voulue, les Bretons ont du talent et sont capables de marquer un but quand on leur donne. Nous savions que nous ne devions pas les mettre en confiance. Malheureusement, ce qui ne devait pas arriver est arrivé : une erreur de concentration, un très mauvais choix et une offrande à des Rennais qui n’attendaient que ça. On a offert un but gratuitement à l’adversaire. Nous, personne ne nous en offre. »

Ce but cadeau encaissé dès la 25e minute a ruiné les plans qu’il avait échafaudés. « Avec tout le respect que j’ai pour les Rennais, tu sentais chez eux peut-être pas de la fébrilité, mais qu’ils n’étaient pas libérés, rappelle le technicien. L’objectif était de rester le plus longtemps possible dans le match pour les obliger à sortir. Sur la fin, à 0-0, on aurait peut-être pu jouer différemment et profiter de leur situation pour arracher la donne. »

Par la faute d’un râteau raté, sa stratégie a fait plouf dans la Vilaine. Rappelé à l’ordre en Bretagne, le club strasbourgeois aborde tout de même les neuf dernières échéances avec un matelas de six points sur le barragiste et sept sur le premier relégable. Pas de quoi paniquer.
« Il ne s’agit pas de trembler, simplement d’être sérieux »


Mais faute de s’être donné le droit, du moins pour le moment, de regarder plus haut, il se doit encore d’assurer ses arrières. Au risque, sinon, de se faire botter l’arrière-train par son technicien, un peu chagrin.

« La dixième place reste envisageable, mais avant d’y penser, il va falloir prendre des points. À 33, nous ne sommes pas maintenus, répète inlassablement Thierry Laurey. Il ne s’agit pas de trembler, loin de là. Il s’agit simplement d’être sérieux. Ce que je demande à mes joueurs, c’est du sérieux. »
L’histoire du Racing au XXIe siècle est d’ailleurs de celles qui invitent à garder les pieds sur terre. Lors de la sinistre saison 2007-2008, il pointait au 11e rang avec 35 points après 27 journées, six de plus que le 18e. Il venait de gagner au Mans, 4e (1-0), et personne ne lui prédisait un funeste destin. Il avait pourtant enchaîné 11 défaites et était descendu en Ligue 2.

Puis en 2009-2010, alors – c’est vrai – qu’une crise profonde touchait toutes ses strates, il pensait de nouveau avoir fait le plus dur en l’emportant 3-1 à la Meinau contre Dijon pour la 33e journée de L2. Il possédait ainsi six points d’avance sur la zone rouge. Mais trois échecs et deux nuls plus tard, il tombait au troisième échelon national pour la première fois en 77 années de professionnalisme.

Ces deux exemples se suffisent à eux-mêmes : à Strasbourg plus qu’ailleurs, jurisprudence doit être mère de prudence.

(*) 15e en 2017-2018, 11e en 2018-2019 et 10e en 2019-2020


16 Mar 2021 6:03
Profil
Président@Directoire
Président@Directoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 8 Fév 2012 15:18
Messages: 20239
Localisation: Dorlisheim
equipe a écrit:
Stefan Mitrovic (Strasbourg) a pu rejoindre la sélection de Serbie
Comme le troisième gardien alsacien Bingourou Kamara, déjà autorisé à rejoindre la sélection du Sénégal, le défenseur central et capitaine de Strasbourg, Stefan Mitrovic, a pu partir en sélection de Serbie grâce à la dérogation accordée par la France pour l'exempter d'isolement à son retour.
Il y aura donc finalement deux internationaux de Strasbourg concernés par leur sélection durant la fenêtre internationale qui vient de s'ouvrir. En plus du Sénégalais Bingourou Kamara, devenu troisième gardien du RCSA et autorisé par son club à rejoindre sa sélection avant même la dérogation accordée par la France samedi, Stefan Mitrovic a bénéficié de celle-ci pour rejoindre sa sélection de Serbie.
Habib Diallo et Eiji Kawashima, eux, sont restés à Strasbourg


Après les trois matches de qualification pour la Coupe du monde contre l'Eire mercredi, le Portugal samedi 27 mars et en Azerbaïdjan mardi 30, le capitaine et défenseur central strasbourgeois (30 ans, 21 sélections) rentrera en jet privé et sera exempté de la période d'isolement de sept jours.
En revanche, en vertu d'un accord préalable entre le club et les Lions de la Teranga, l'attaquant Habib Diallo n'avait pas été retenu avec le Sénégal et pourra donc disputer le match amical du RCSA programmé à Nancy (L 2) ce vendredi (13 heures), tout comme un autre attaquant, l'international malien Kévin Zohi, non retenu par anticipation. Le gardien japonais Eiji Kawashima est aussi resté à Strasbourg, comme le défenseur central ghanéen Alexander Djiku, blessé à l'adducteur droit.


23 Mar 2021 16:21
Profil
Président@Directoire
Président@Directoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 8 Fév 2012 15:18
Messages: 20239
Localisation: Dorlisheim
dna a écrit:
Quel gardien pour le Racing à Bordeaux? Cassard prône le dialogue
À l’heure où la question du retour de Matz Sels, absent depuis bientôt neuf mois, dans la cage du Racing se pose, le coach des portiers Stéphane Cassard mise sur une communication permanente pour assurer une transition pas si simple, après les bonnes prestations du Japonais Eiji Kawashima.
Jouera, jouera pas ? On ne s’attendait pas à ce que Stéphane Cassard révèle en ce milieu de semaine si Matz Sels, victime d’une rupture du tendon d’Achille gauche mi-juillet, gardera la cage du Racing ce dimanche (15h) à Bordeaux pour la 31e journée de Ligue 1.
A fortiori après l’expulsion du portier belge vendredi en amical à Nancy, pour son premier match avec les pros depuis son retour à l’entraînement (défaite des Bleus 2-0).
Au stade Marcel-Picot, son retour a en effet tourné court : auteur de deux parades sur des tirs de Bassi (5e ) et Scheidler (24e ), le Diable rouge, qui ne pouvait rien sur la tête victorieuse de Wooh (25e ), a ensuite déséquilibré hors de sa surface un Rocha plus prompt que lui. Expulsé dès la 34e , il a regagné les vestiaires tête basse. Qui sait si le timing de sa rentrée officielle n’a pas changé ?

« Trois grands pros qui connaissent le métier par cœur »


Son entraîneur spécifique préfère cependant dédramatiser et voir dans cette péripétie un coup de frein plutôt qu’un coup d’arrêt. « C’est juste une situation de jeu à gérer. Avec du rythme et des enchaînements de matches, tu apprends à gérer ce type de situation. »

« Le problème, comme le disait le coach en chef Thierry Laurey le 19 mars, c’est que Matz n’a pas le temps de jeu nécessaire pour quelqu’un qui revient d’une si longue indisponibilité. »

Kawashima a souvent été décisif


Toute l’ambiguïté de la situation des portiers alsaciens est là. Car en l’absence de Sels, Eiji Kawashima, qui avait débuté 2020-2021 comme n°3, mais a détrôné la doublure internationale sénégalaise Bingourou Kamara, a fait le boulot. Et plutôt bien, si l’on excepte sa sortie aérienne ratée l’autre dimanche à la Meinau devant Lens (1-2).

Contre Metz le 13 décembre, son arrêt sur le penalty de Dylan Bronn épargne au Racing d’être mené 0-2 (2-2 au final). Trois jours plus tard à Angers (succès 2-0), l’international japonais (38 ans) sort, à 0-0, une tête à bout portant de Romain Thomas.

Contre Nîmes début janvier (5-0), il évite le retour des Gardois à 2-1 en gagnant son duel avec Moussa Konaté. Enfin, à Lens dans la foulée, il évite l’égalisation artésienne d’une main ferme sur un tir puissant de Florian Sotoca et préserve la victoire 1-0.

D’où la volonté, pour Cassard, Laurey et le staff, de faire preuve de doigté à l’heure de redonner la main à Sels.

Malgré sa longue expérience de joueur (247 matches de Ligue 1, 194 de Ligue 2) et d’entraîneur des gardiens (depuis l’arrêt de sa carrière en 2011, à 38 ans passés), Stéphane Cassard l’admet : « Cette situation, liée à une blessure de très longue durée, est inédite pour moi. Pour un joueur qui a besoin de jouer, comme Matz ou, bientôt, Lebo (Mothiba, l’attaquant sud-africain en reprise après son opération du genou en août, NDLR), l’interruption du National 3 ne simplifie pas les choses ( Sels a tout de même joué deux matches amicaux avec la réserve ). La trêve internationale était une possibilité de le relancer à Bordeaux. Mais il faut rester flexible autour d’une date envisagée. »

« Leurs relations n’ont pas changé »


Le coach des portiers bas-rhinois se donne donc le temps de la réflexion et s’appuie sur son passé pour ménager sensibilités et susceptibilités.

« Mon expérience, ma carrière, mon vécu aident à trouver les bons mots. J’ai cinq gardiens, Matz, Eiji, Bingourou, plus les jeunes du centre Alexandre Pierre et Alaa Bellaarouch, qui s’entendent très bien et bossent en se tirant la bourre pour être le meilleur possible. Quand tout le monde travaille dans une bonne ambiance, ça rend les échanges plus simples. »

Celui qui a notamment encadré Steve Mandanda à Marseille adapte sa méthode et son discours à chaque personnalité. « Il faut passer du temps avec chacun, sachant que ce sont cinq garçons aux profils variés. L’échange quotidien est primordial et permanent. Sur le terrain, il est surtout collégial. Il est plus individuel à d’autres moments de la journée. »

« Pour moi, c’est du pur bonheur »

Un détour par la salle de musculation lui suffit à deviser avec Eiji Kawashima. Un passage aux vestiaires lui permet de recueillir les impressions de Matz Sels.

Il s’isole aussi de temps à autre avec Bingourou Kamara. « Sans langue de bois, l’important, c’est que nos gardiens soient performants pour l’équipe, car on sait le poste très particulier et décisif. Sans passer de la pommade, j’ai à ma disposition, en plus des deux jeunes, trois grands pros avec des vécus différents. Ils sont expérimentés, chacun à leur manière, et connaissent le métier par cœur. Ils s’entendaient déjà très bien avant ma venue l’été dernier. En dépit de ce qui a pu arriver cette saison, leurs relations n’ont pas changé. Les mecs sont toujours là, avec un état d’esprit positif, de travail et d’échanges. Pour moi, c’est du pur bonheur. »

À ceci près que contrairement aux joueurs de champ, un seul gardien joue. Et que la déception est forcément plus grande pour ceux qui restent sur le banc ou en tribune.

À l’OM entre 2014 et 2019, Stéphane Cassard avait coutume de dire qu’il gardait la main sur le choix du titulaire. Et à Strasbourg ? « On est dans l’échange », élude-t-il d’une pirouette et dans un sourire.

On saura dimanche à Bordeaux si cet échange se double d’un changement.
La phrase

Après sa très grave blessure, la priorité était de respecter les délais et le protocole de soins. C’est ce que nous avons fait. Aujourd’hui, Matz va de mieux en mieux, mais tout dépend de ses sensations. Il faut savoir être à l’écoute et ne pas se focaliser sur une date de retour.

Stéphane Cassard


1 Avr 2021 13:22
Profil
Président@Directoire
Président@Directoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 8 Fév 2012 15:18
Messages: 20239
Localisation: Dorlisheim
dna a écrit:
Racing : ces gardiens passés de l’infirmerie au placard
Avant qu’Eiji Kawashima ne relaie Matz Sels cette saison, d’autres gardiens du Racing ont pris la place du titulaire blessé. Mais eux ne la lui ont jamais rendue. Dans le dernier quart de siècle, Thierry Debes et… Stéphane Cassard sont les plus marquants.
Les exemples de gardiens n°2 propulsés n°1 à la faveur d’une blessure du titulaire et qui se sont installés dans la durée ne sont pas si nombreux dans l’histoire récente du Racing. Mais durant le dernier quart de siècle, deux ont particulièrement frappé les esprits.
Cassard efface Vercoutre


A l’été 2004, Rémy Vercoutre (24 ans), alors doublure de Grégory Coupet à Lyon, est recruté – en prêt – comme n°1. Parallèlement, Stéphane Cassard (32 ans) arrive de Troyes comme n°2. Le Franc-Comtois n’a plus joué en Ligue 1 depuis un an et demi.

La hiérarchie, établie par le coach de l’époque, Antoine Kombouaré, est claire lors des trois coups du championnat. Vercoutre dispute donc les quatre premières journées, mais se fissure le 5e métatarse gauche à l’entraînement le 3 septembre.

Sa doublure doit enfiler les gants de titulaire, comme à Montpellier quelques années plus tôt où les deux hommes se sont connus. Cassard était alors n°1 et Vercoutre, son remplaçant.

Le longiligne “Steph” se montrera performant et Vercoutre ne retrouvera jamais le statut qui lui avait été promis lors de sa signature. Le natif de Montbéliard restera six saisons à Strasbourg et y disputera 213 matches officiels (95 en L1, 109 en L2).
Vencel méritait un autre départ

Quelques années plus tôt, à la fin du 20e siècle, une autre doublure a détrôné le n°1 désigné après une blessure de ce dernier. Le 11 décembre 1999, l’emblématique Alexander Vencel se distend les ligaments d’un genou à Montpellier.

Thierry Debes hérite du poste et multiplie les prouesses, notamment en 16es de finale de la Coupe de la Ligue contre Metz où il stoppe trois tirs au but lorrains (0-0, 2-0). Le destituer au retour du Franco-Slovaque aurait été quelque peu inique. Ça n’arrivera pas.

D’autant moins que celui qui est devenu une icône depuis son arrivée de Bratislava en 1994 entretient des relations conflictuelles avec l’entraîneur de l’époque. Alex Vencel restera dans l’ombre de l’Alsacien jusqu’à son départ au Havre à l’intersaison 2000 et n’aura pas la sortie qu’il méritait. Mais les supporters ne l’ont jamais oublié.


1 Avr 2021 13:27
Profil
Manager général@Directoire
Manager général@Directoire

Inscription: 26 Jan 2008 19:21
Messages: 12791
Localisation: HAGUENAU
pour moi tout cet article de Cassard est du pipeau,il brosse un tableau bisou-nounours, ça lui ressemble

n'importe lequel des 3 gardiens malgré la bonne entente n'aspire qu'à jouer et sont en concurrence en catimini entre eux, même s'ils sont en bons termes, il y a de l'hypocrisie dans cet entretien que je n'aime pas. Je préfère qu'il tranche que de passer de la crème ou du savon :twisted:


1 Avr 2021 13:31
Profil
Entraineur adjoint@Staff
Entraineur adjoint@Staff

Inscription: 10 Avr 2004 22:53
Messages: 1670
Localisation: Colmar
Je pense plutôt qu'il essaye de ménager les 3 : il ne peut pas dire de but en blanc, Kamara est clairement le moins bon des 3, et Sels et le numéro 1 un point c'est tout. (ce serait moralement très mauvais, et pas que pour les gardiens ! )

Gérer un groupe c'est aussi de la communication :!: (je sais de quoi je parle, pendant 2 ans j'avais un très mauvais manager à mon travail : il ne communiquait pas, il faisait juste courroie de transmission, donc rien...)

Pour revenir à nos gardiens, je pense que Cassard ne triche pas : Sels est intrinsèquement le meilleur, et tout le monde le sais, MAIS comme il n'a pas fait de match officiel depuis 9 mois, difficile de savoir s'il est à 100%, alors que Kawashima, lui, l'est)

Mais j'opterai quand même pour le retour du belge, il faut bien le relancer à un moment.

_________________
- C'est pas parce qu'on à rien à dire qu'il faut la fermer
- Et vous vous en pensez quoi ?
- Moi ? Oh rien..


1 Avr 2021 19:32
Profil
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Répondre au sujet   [ 1826 messages ]  Aller à la page Précédente  1 ... 179, 180, 181, 182, 183

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 4 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Rechercher:
Aller à:  
Développé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Designed by ST Software for PTF.
Traduction par phpBB-fr.com