Index du forum
Index du forum
« Toute l'actualité du Racing Club de Strasbourg Alsace vue par ses supporters »
Voir les messages sans réponses | Voir les sujets actifs Nous sommes le 15 Sep 2019 12:52



Répondre au sujet  [ 314 messages ]  Aller à la page Précédente  1 ... 28, 29, 30, 31, 32
 François Keller 
Auteur Message
Responsable marketing @Directoire
Responsable marketing @Directoire

Inscription: 31 Jan 2012 21:24
Messages: 4348
Ça peut toujours aider si un futur entraîneur n'a pas le diplôme.

Je suis d'ailleurs surpris que GARDE ne l'avait pas.


14 Mai 2014 19:19
Profil
Président@Directoire
Président@Directoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 8 Fév 2012 15:18
Messages: 16574
Localisation: Dorlisheim
Pour FK oui tu a raison , pour Garde effectivement je pensais aussi qu'il avait sont brevet


15 Mai 2014 9:45
Profil
Manager général@Directoire
Manager général@Directoire

Inscription: 3 Juin 2004 13:56
Messages: 11755
Localisation: Mont-de-Marsan - Landes
quelle crédibilité peut'il avoir comme directeur du centre lors des discussions avec les parents des futures recrues :?:
la seule justification à sa nomination pourrait être de ne pas payer des indemnités de licenciement :idea:


4 Juin 2014 14:05
Profil
Président@Directoire
Président@Directoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 8 Fév 2012 15:18
Messages: 16574
Localisation: Dorlisheim
dna a écrit:
Dans le rétro -
Coupe de la Ligue 1997 François Keller ne voulait pas rentrer

Image

François Keller (à droite) avoue avoir préféré voir entrer son pote Vincent Petit que lui en prolongation…


Le coach de la réserve du Racing François Keller, remplaçant contre Bordeaux à Paris en 1997, a presque été soulagé de rester sur le banc. Il raconte pourquoi ce sentiment paradoxal l’a envahi en ce jour de gloire.
Avec le deuxième gardien David Klein, il est le seul Strasbourgeois à n’avoir pas directement participé au sacre du 12 avril 1997 contre Bordeaux au Parc des Princes.

À l’époque, François Keller fait partie intégrante du groupe de Jacky Duguépéroux. Il en est l’un des plus jeunes, sans être tout à fait un gamin (23 ans).
Il joue peu. En Coupe de la Ligue, il est entré à la 73e minute en 16e de finale contre Saint-Etienne (3-0), puis à la 86e en demi-finale face à Monaco (2-1). C’est tout.

« J’étais tout le temps dans le groupe de 18 qui jouait régulièrement, même s’il n’y en avait que 16 sur la feuille de match. J’ai lu dans vos colonnes les déclarations de Gérald (Baticle, capitaine en 1997). C’était exactement ça : la Coupe de la Ligue a été une très belle aventure humaine parce que sur le papier, nous n’étions pas destinés à la gagner. Ça n’a pas été une grande finale, mais l’important, c’est de l’avoir remportée, car aujourd’hui, on en parle encore. J’ai été content et fier d’appartenir durant deux ou trois ans à un effectif de qualité suffisante pour se l’offrir. »
« J’aurais tremblé d’être le 11e tireur »

L’entraîneur de la réserve du Racing est de fait l’exemple vivant qu’à 23 ans, on n’a pas toute sa carrière devant soi. Il n’a joué ni cette finale, ni aucune autre ensuite. Aussi partage-t-il aujourd’hui son vécu avec tous ceux qu’il a en partie façonnés au centre de formation qu’il dirige.

« Je n’arrête pas de répéter aux jeunes qui ont la chance de s’entraîner en équipe “une” qu’ils doivent absolument arriver, comme Caci, Zohi ou Fofana, à avoir du temps de jeu et le bonifier. Je leur dis : “Vous êtes là aujourd’hui, mais il ne faudrait pas que vous vous aperceviez à la fin de votre carrière que c’était votre apogée.” Une aventure comme celle-là est forcément un très beau souvenir et crée des liens inaltérables avec ses partenaires. »

Il avoue néanmoins « garder moins de souvenirs de ce match que de la Coupe d’Europe » de l’automne suivant contre les Glasgow Rangers, Liverpool et l’Inter Milan. Sauf un qui l’amuse rétrospectivement.

« Quand, comme moi, tu n’es pas un titulaire indiscutable, tu espères entrer à tous les matches. Mais là, j’étais content que Vincent (Petit) soit lancé en prolongation plutôt que moi, parce que j’aurais tremblé d’être le 11e tireur aux tirs au but. Je n’aurais pas voulu avoir une telle pression sur les épaules. »

Lui qui, à l’été 2011, a repris une équipe première rétrogradée en CFA2 au sein d’un club en faillite mesure-t-il le chemin parcouru en si peu de temps ?

« Non, je ne me rends pas compte qu’à peine huit ans après le dépôt de bilan, le Racing peut gagner la Coupe de la Ligue et se qualifier en Coupe d’Europe, avoue le premier coach de l’ère post-liquidation judiciaire. J’ai arrêté en 2014 (remplacé par Jacky Duguépéroux) et j’ai vraiment l’impression que c’était il y a quinze ans, pas cinq. C’était il n’y a pas longtemps et en même temps, c’était il y a une éternité. »

Depuis, le Racing a évité sur tapis vert une descente en CFA et gravi deux échelons pour frapper aujourd’hui à la porte de l’Europe. « Ce sera du 50-50, mais j’espère qu’on aura la chance de gagner. Ce serait la cerise sur le gâteau de la très belle saison que réalisent Thierry Laurey et son groupe. »


29 Mar 2019 18:12
Profil
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Répondre au sujet   [ 314 messages ]  Aller à la page Précédente  1 ... 28, 29, 30, 31, 32

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 3 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Rechercher:
Aller à:  
Développé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Designed by ST Software for PTF.
Traduction par phpBB-fr.com