Index du forum
Index du forum
« Toute l'actualité du Racing Club de Strasbourg Alsace vue par ses supporters »
Voir les messages sans réponses | Voir les sujets actifs Nous sommes le 27 Mai 2018 5:24



Répondre au sujet  [ 1617 messages ]  Aller à la page Précédente  1 ... 158, 159, 160, 161, 162
 Marc Keller 
Auteur Message
Entraineur jeunes@Staff
Entraineur jeunes@Staff

Inscription: 13 Aoû 2013 16:21
Messages: 1379
En toute subjectivité je trouve que c'est mérité. Son action a été déterminante. Heureusement qu'à un moment donné il a dit oui " sans vraiment réfléchir ". Il fallait un homme du cru, un alsacien pure souche ( je sais je fais hurler certains ) mais pas n'importe lequel. Marc Keller n'est pas n'importe qui et il le démontre. Quel pied de nez à Ginestet ! et surtout à tous ceux qui ( je pense notamment à un site fameux dont je tairai le nom ) n'ont cessé de le traîner dans la boue. Il lui appartient maintenant de ne pas nous décevoir, le maintien sera une autre étape en attendant plus.
J'espère en tout cas que les " fameux " UB auront enfin l'intelligence ( sic ) en cas de maintien de présenter une banderole en son honneur.


27 Déc 2017 3:55
Profil
Secrétaire général@Directoire
Secrétaire général@Directoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 9 Nov 2003 22:26
Messages: 9745
Localisation: Longjumeau
Image
Image
Si quelqu'un trouve le reste :!:


29 Déc 2017 14:06
Profil
Président@Directoire
Président@Directoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 23 Mai 2003 8:21
Messages: 15481
Localisation: Saujon (17)
Manque la question de Eyraud "vous avez pris Saadi, on a pris Mitroglou. Peut on être aussi con et bon président ?" ;)

_________________
Vade retro Rudi Garcia...bouh t'es moche quand tu chouines


29 Déc 2017 14:26
Profil
Manager général@Directoire
Manager général@Directoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 8 Fév 2012 15:18
Messages: 13896
Localisation: Dorlisheim
dna a écrit:
Le bilan à mi-saison de Marc Keller, président du Racing
« Confiant, mais prudent »

Marc Keller, le président du Racing Club Strasbourg, dresse un bilan positif de la première moitié de saison. Mais même si le maintien en Ligue 1 est en bonne voie, celui qui dirige le club depuis 2012 se veut prudent. Entretien.
Arrivé à la tête du Racing en 2012 alors que l’équipe venait d’être promue en CFA, Marc Keller a gravi les échelons avec ses troupes, pour se retrouver aujourd’hui à la tête d’un club de Ligue 1. Alors que la mini-trêve de Noël s’achève demain, avec la réception de Dijon en 32es de finale de Coupe de France, le président dresse un bilan d’étape de cette saison 2017/2018.

– Quel bilan sportif faites-vous de cette première moitié de saison de Ligue 1 ?


– Si on nous avait dit qu’on aurait 24 points à la trêve, on aurait signé tout de suite. On est content, mais je ne regarde pas le classement, car aujourd’hui, ce qui est important, c’est qu’il manque 18 points pour rester en Ligue 1.
« Il ne faut pas oublier qu’il y a un écart colossal entre la Ligue 2 et la Ligue 1 »

Cette saison, le maintien se jouera certainement à 40, 41, voire 42 points et cette deuxième partie de saison sera difficile.


– Si l’on entre un peu plus dans le détail, qu’est ce qui vous a plu, et moins plu, lors de cette première partie de saison ?

– Jusqu’en octobre, j’étais frustré. L’équipe et le staff n’étaient pas récompensés. Je pense notamment aux matches de Nantes (défaite 1-2 à la Meinau) ou Guingamp (défaite 2-0) , où on aurait dû faire mieux en termes de points.

Après, ces résultats n’étaient pas illogiques non plus, car il fallait réapprendre la Ligue 1. Il ne faut pas oublier qu’il y a un écart colossal entre la L 2 et la L 1 et il fallait un peu de temps pour s’adapter. Il faut plus de concentration, plus d’engagement… La L1 est vraiment beaucoup plus difficile.

– Cet automne, le Racing peinait à prendre des points. Avez-vous été inquiet ?


– Je n’étais pas inquiet en octobre et je ne suis pas euphorique aujourd’hui. En L1, on sait que parfois, il y a trois ou quatre défaites d’affilée, qu’il y a des moments difficiles. Mais je pense que la rencontre face à Marseille a été un déclic (3-3, à la Meinau). Les joueurs et le staff se sont dits : “On peut le faire”.

– Gardez-vous à l’esprit un moment particulier depuis le retour en Ligue 1 du Racing ?


– D’une manière générale, cela fait six mois que l’on a beaucoup d’émotions. Il se passe vraiment quelque chose à la Meinau, même s’il y a eu quelques matches décevants, comme Amiens ou Caen…

Après, s’il fallait ressortir un match, c’est celui du Paris-SG bien sûr. Notre victoire a dépassé Strasbourg, la région, pour faire le tour du monde. Ce n’est qu’un match, mais ça fait plaisir pour le club, la Ville et la région.

– Au-delà des résultats sportifs, plutôt positifs, beaucoup d’observateurs louent la qualité du jeu strasbourgeois…


– Thierry (Laurey) insiste beaucoup sur le jeu, la progression individuelle des joueurs et surtout la progression collective de l’équipe.

On a un entraîneur qui cherche à jouer, mais qui est aussi capable de s’adapter aux joueurs et au contexte. Après, c’est vrai que le Racing est une équipe généreuse, qui aime aller de l’avant… C’est son ADN.
« Une des meilleures ambiances de France »

– Êtes-vous encore étonné par l’engouement populaire qui ne cesse de croître autour du Racing ?


– On a redémarré tout en bas et on a su transformer un dépôt de bilan en opportunité. Mais à chaque saison, on a été au-delà de nos espérances.

Cette saison, on tablait sur 12 000 abonnés et on en a 16 000 (15 650 exactement, ndlr). On est à 24 300 spectateurs de moyenne, soit le 2e taux de remplissage de Ligue 1 après le PSG.

Et il faut aussi parler de l’ambiance. Actuellement, à la Meinau, c’est une des meilleures ambiances de France. Il y a tout un nouveau public de jeunes, d’étudiants, de femmes…

Et le déménagement du Kop a été une réussite fantastique. J’espère qu’on restera dans cet élan positif et qu’on gardera cet esprit populaire, familial et convivial.


6 Jan 2018 6:05
Profil
Manager général@Directoire
Manager général@Directoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 8 Fév 2012 15:18
Messages: 13896
Localisation: Dorlisheim
dna a écrit:
Le président, Marc Keller, dresse le bilan de la saison du retour en Ligue 1 « Améliorer l’équipe »
En gardant sa place dans l’élite française, le Racing a réussi sa saison. En dépit des formidables images forgées, notamment à la faveur de succès à la Meinau, Marc Keller veut tirer tous les enseignements de l’exercice écoulé pour s’éviter quelques angoisses.
« Q uel bilan faites-vous de la saison qui vient à peine de s’achever ?

– Je retiens d’abord la fin de saison, d’une intensité folle, ce match incroyable contre Lyon (3-2). On aurait pu, on aurait dû se sauver avant ce match dans la saison, quand je songe à ceux à Toulouse (2-2) , face à Metz (2-2) ou Saint-Étienne (0-1). Finalement, on a décroché le maintien au moment le plus improbable. J’ai suivi le dernier match à domicile en compagnie de Frank Leboeuf. Il m’a dit que 26 ans après, Dimitri Lienard avait inscrit un but à la Keshi ( ndlr : le Nigérian avait marqué d’un tir surpuissant lors du barrage retour qui envoyait le Racing en Ligue 1 face à Rennes ). D’ailleurs, le fait que ce soit Dimitri Lienard qui marque ce but si important, c’est symbolique, c’est significatif. Il rappelle que l’on vient de National et que tout se joue souvent à la dernière minute pour le Racing ces dernières saisons.
« Une génération Racing est née »

– N’y a-t-il pas, une nouvelle fois, l’immense fierté d’avoir contribué à ces grands moments, notamment à la Meinau ?


– Il y a eu énormément de plaisir et des émotions. On se retrouve avec un mélange heureux dans notre public, des fidèles, des enthousiastes, des familles, toutes les générations. La Meinau, c’est là où bat le cœur de l’Alsace. On est ancré dans un territoire. Il y a une génération Racing qui est née, qui a accompagné l’équipe dans sa remontée depuis six ans. Et cela s’organise sans aucun problème, à domicile comme à l’extérieur.

– Dans le détail de la saison, on ne peut pas taire le passage à vide de l’équipe, de février à mai, avec une grosse pression sur le groupe voire l’entraîneur. Quel regard portez-vous sur cette période ?


– La saison extrêmement difficile de Ligue 1 que nous venons de vivre est riche en enseignements. Passer du National à la Ligue 1 ne se fait pas en un claquement de doigt. Entre le National et la Ligue 2, il y a quelques différences. Entre la Ligue 2 et la Ligue 1, il y a un gouffre. Avec 24 points à la trêve, on était sur une bonne dynamique. Elle l’a été moins après avec un gros passage à vide. Mais je m’étais préparé à ce que ça se joue sur la dernière journée, je me préparais même au barrage.

Il ne faut pas oublier aussi qu’on a eu notre lot de blessures, Terrier, Da Costa, Lala, Foulquier, Mangane, Corgnet, sans parler de Ndour. À cette période, on ne jouait pas bien, on était sûr de perdre, on jouait bien et on n’était pas sûr de gagner.

J’ai toujours été convaincu qu’on allait se maintenir, même si je pensais qu’on aurait plus de marge. Pendant cette période de onze matches sans victoire, il y a eu des discussions avec le coach, avec les joueurs, on a cherché des solutions. Mais je retiens que l’on s’en est sorti en restant uni, en interne comme en externe.

– Thierry Laurey a-t-il pu être en danger ?

– Il n’y a pas eu débat. Il devait assurer une bonne saison en Ligue 2 et on est monté. Il devait assurer le maintien et l’objectif a été atteint. Il y a quelques jours, on a eu une réunion pour préparer la prochaine saison, près de trois heures. Et la seule question qui nous a motivés, c’était : que peut-on faire pour améliorer les choses ?

– Et avez-vous des réponses ?

– J’ai le sentiment que le club a grandi vite alors que le rythme de la Ligue 1 est très élevé et pas seulement sur le terrain. On est en mode start-up avec nos 19 salariés administratifs à qui je veux rendre hommage. On avait tout de même 25 000 personnes à accueillir à chaque match.
« Un budget de l’ordre de 35 millions d’euros »

– Au terme de cette saison dantesque et finalement réussie, quelles sont les perspectives que vous avez en tête ?


– J’ai toujours l’ambition en premier lieu de pérenniser le club en Ligue 1. Dès lors, l’obsession c’est d’améliorer l’équipe avec le même objectif du maintien. Pour continuer de grandir, il faut qu’on s’inscrive dans la durée car en termes de droits télé notamment, le calcul sur l’historique des cinq dernières années compte beaucoup.

Après, la photo globale de la Ligue 1 se confirme. Il y a les quatre gros (PSG, Lyon, Monaco, Marseille), il y a les cinq ou six qui suivent (Rennes, Bordeaux, Nice, Saint-Étienne, Nantes et Lille) et il y a les dix autres qui cherchent à se maintenir. Dans ce cadre, et sachant qu’une deuxième année en Ligue 1 n’est jamais évidente, nous pourrons nous appuyer sur un budget de l’ordre de 35 millions d’euros. Avec les départs, nous pourrons dégager de la masse salariale et nourrir l’ambition première, améliorer l’équipe.


26 Mai 2018 5:39
Profil
Manager général@Directoire
Manager général@Directoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 8 Fév 2012 15:18
Messages: 13896
Localisation: Dorlisheim
dna a écrit:
Du neuf sous diverses formes
Dans le souci d’améliorer la performance de l’équipe ce qui ne passera pas uniquement par le recrutement, le Racing a programmé des investissements humains et matériels.

1,5 million d’euros sera débloqué à ce dessein. « On va se renforcer de manière raisonnée, précise le président sur le sujet. Avec le coach, on veut rapidement pouvoir compter sur un préparateur physique supplémentaire. Après, la forme du contrat est en réflexion. »

Une cuisine, une salle de musculation

Les autres axes susceptibles d’améliorer le volet sportif concernent la diététique. Une nouvelle cuisine sera installée pour les repas des joueurs, une nouvelle salle de musculation sera aménagée au centre de formation que le club strasbourgeois veut voir réapparaître en catégorie 1.

Enfin, et ce n’est pas le chapitre le plus anodin : la nomination d’un coordinateur sportif est à l’étude.


« Cela ne remettra pas en cause le lien que je peux avoir avec l’entraîneur, indique Marc Keller. Dans l’organisation sportive, je fonctionne avec Thierry (ndlr : Laurey) , comme je fonctionnais avec mon frère (François) ou Jacky (Duguépéroux). Pour le recrutement, il y a également le rôle de Loïc Désiré qui dirige la cellule, un lien direct qui restera entre tous les responsables. Mais en termes d’administration sportive, pour faire le lien avec le centre de formation par exemple, quelqu’un pourrait effectivement nous rejoindre. » Le nom de l’élu n’a pas été divulgué.
Un million pour une pelouse hybride

Il reste qu’un chantier sera concrètement mené à bien durant cette intersaison. La pelouse fait peau neuve et sera hybride, avec un tout nouveau drainage ce qui offrira un confort de jeu assurément à la hausse. Les travaux débuteront le 4 juin et dureront sept semaines. Le coût de l’opération est estimé à un million d’euros. On se souvient qu’en janvier et février, certains matches se sont déroulés dans des conditions à la limite de l’acceptable.


26 Mai 2018 5:51
Profil
Manager général@Directoire
Manager général@Directoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 8 Fév 2012 15:18
Messages: 13896
Localisation: Dorlisheim
dna a écrit:
Un groupe en reconstruction
Le président est sur la même longueur d’onde que son entraîneur qui avait fait un premier point sur son effectif en début de semaine. Des propositions de prolongation seront adressées à quatre joueurs en fin de contrat, Alexandre Oukidja, Landry Bonnefoi, les gardiens n°2 et n°3 en début de saison, Stéphane Bahoken, le meilleur buteur du club, ainsi qu’Anthony Gonçalves, le milieu droit. Ils auront le loisir de l’accepter, discuter ou signer où bon leur semble.

Les trois joueurs prêtés, Bakary Koné, Dimitri Foulquier et Martin Terrier, sont amenés à partir définitivement, tandis que quatre éléments ne resteront pas, Jérémy Blayac, Vincent Nogueira, Kader Mangane et Steve Solvet.
Ce matin, le Racing compte 19 joueurs sous contrat mais la direction et le staff technique envisagent une demi-douzaine de prêts. Dans cette catégorie, on trouve Moataz Zemzemi, Anthony Caci, Kevin Zohi, Ismaël Aaneba, Mohamed Simakan, de jeunes pros. Mais cela pourrait également concerner des pros “un peu moins jeunes”. Outre Bingourou Kamara, l’idée de garantir à Yoann Salmier, 14 matches de Ligue 1 lors de l’exercice écoulé, une saison pleine fait son chemin. « On en a discuté avec lui, indique Marc Keller. C’est une possibilité, d’autant qu’il a encore deux ans de contrat avec nous. Un club dans lequel il aurait plus d’assurance de jouer pourrait être une solution. »

Dans tous les cas, le Racing dispose d’un budget de recrutement pour les « sept à neuf postes à pourvoir », précise Marc Keller.

Au rayon infirmerie, Nuno Da Costa a été opéré hier de l’adducteur et sera absent pour quatre semaines. Il devrait être prêt pour reprendre avec ses petits camarades à la fin du mois de juin.


26 Mai 2018 5:56
Profil
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Répondre au sujet   [ 1617 messages ]  Aller à la page Précédente  1 ... 158, 159, 160, 161, 162

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 3 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Rechercher:
Aller à:  
cron
Développé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Designed by ST Software for PTF.
Traduction par phpBB-fr.com