Index du forum
Index du forum
« Toute l'actualité du Racing Club de Strasbourg Alsace vue par ses supporters »
Voir les messages sans réponses | Voir les sujets actifs Nous sommes le 13 Déc 2017 4:45



Répondre au sujet  [ 99 messages ]  Aller à la page Précédente  1 ... 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivante
 [17/18] Matchs amicaux 
Auteur Message
Manager général@Directoire
Manager général@Directoire

Inscription: 26 Jan 2008 18:21
Messages: 10312
Localisation: HAGUENAU
PoY a écrit:
Mangane latéral ? :extasy: Ou alors c'est Seka qui est passé latéral à l'entrée de Mangane ?


ni l'un ni l'autre possède les qualités pour jouer au poste de latéral, pour moi c'est une certitude faudra trouver une autre alternative et vite ;)


22 Juil 2017 21:04
Profil
Responsable marketing @Directoire
Responsable marketing @Directoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 26 Jan 2007 20:39
Messages: 3118
pekser a écrit:
C'est là o mon avis diffère du tien et que eacoup reproduisent, Liénard n'est pas
monsieur CPA, il est plus que ça, ce n'est pas à moi de le défendre il le fera sur le
terrain
On en reparlera
onne soirée à toi


J'ai dû mal m'exprimer. Je voulais dire que, même dans ses mauvais jours, Liénard restait une valeur sûre comme tireur de CPA.


23 Juil 2017 1:01
Profil
Manager général@Directoire
Manager général@Directoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 8 Fév 2012 14:18
Messages: 12881
Localisation: Dorlisheim
Citation:
Du bon et du perfectible
Le Racing s’en est sorti sans dommage d’une première heure ratée face à Sochaux, avant-hier, à Colmar. Il a confirmé quelques lacunes, a exprimé certaines forces et garde en tête quelques chantiers à mener à bien jusqu’à la reprise de son championnat.

À chaque jour suffit sa peine et à chaque rencontre, même amicale, la révélation ou la confirmation de certaines réalités et son lot d’enseignements.

Le promu strasbourgeois s’efforce de construire quelques certitudes, depuis la reprise de l’entraînement, qui remonte à quatre semaines déjà. Les qualités héritées du passé, entretenues avec application, lui permettent d’afficher un bilan plutôt intéressant dans sa série de matches amicaux (deux victoires, deux nuls).
Des ratés à l’allumage qui ne dépendent pas du onze de départ

En revanche, il n’a pas réussi à effacer des lacunes qui pourraient se révéler rédhibitoires puisque le niveau va s’élever sensiblement. Il en est le premier à en avoir conscience ? Sans doute. Mais cela ne s’avère pas complètement rassurant pour autant.

Demain, le Racing entrera dans la dernière ligne droite de sa préparation estivale, après sa journée des supporters dominicale qui peut faire l’effet d’un bain de jouvence. Samedi, il se consacre à son dernier rendez-vous majeur de pré-saison, samedi, à Dijon, avec « l’attention à intégrer les nouveaux, à amener les joueurs qu’il y avait en National, mais aussi les jeunes à un niveau satisfaisant ». Ensuite, les Strasbourgeois auront Lyon pour horizon, le théâtre de leur grand retour en Ligue 1, où cela s’annonce coton face à l’un des favoris d’un championnat perdu de vue en Alsace depuis neuf ans.

Pour l’heure, les débuts de match sont, en général, problématiques. Face à Sochaux, « passées dix minutes intéressantes », selon le coach, c’est comme si la bande à Laurey avait connu une énorme panne. Une semaine avant, face à Nancy, la première période, sans rythme, avait été longue comme un jour sans pain. Face à Lucerne, à Vittel, les Bleus étaient menés 4-2 à la pause.

On notera que les ratés à l’allumage ne dépendent pas du onze de départ, seul l’attaquant Stéphane Bahoken ayant été du coup d’envoi des deux derniers matches amicaux. Au rayon des constantes, un brin inquiétantes, la fébrilité défensive constitue une piste de progression manifeste.

Entre les quatre buts encaissés face à Lucerne et les deux marqués par Sochaux vendredi, ce n’est pas que le Racing organise des journées portes ouvertes alors que les soldes viennent de prendre fin.

« On se fait punir sur deux erreurs », a constaté l’entraîneur strasbourgeois après le match à réaction réalisé par ses protégés, menés de deux buts. Face à Lucerne, ce sont sur les coups de pied arrêtés que ses joueurs en avaient bavé.

Mais même lors du match achevé sans que l’adversaire n’ait marqué, face à Nancy, le Racing avait tremblé, notamment en fin de match.
Une puissance de feu intacte

Il faut croire que le penchant à prendre des risques, le « caractère joueur » des Strasbourgeois, fait partie de l’ADN d’une équipe qui a retrouvé l’élite avec la meilleure attaque du championnat de L2 et la… 12e défense. Cela n’interdit pas de se soigner et le recrutement d’un véritable patron de la défense ne serait pas un luxe. Le Racing est en quête d’un homme d’expérience qui pourrait changer (un peu) la donne en la matière.

Pour nourrir la confiance, les Strasbourgeois néanmoins peuvent se nourrir à quelques sources d’optimisme. En dépit des départs de ses deux meilleurs buteurs de la saison passée, Baptiste Guillaume et surtout Khalid Boutaïb, ils peuvent s’appuyer sur une puissance de feu intacte, sur une maîtrise affirmée dans l’art du déséquilibre. Et au passage, la signature d’Idriss Saadi est susceptible d’ajouter de l’eau au moulin offensif alsacien.

En cette période estivale, Jérémy Grimm et ses copains se sont également efforcés d’entretenir les bonnes vieilles habitudes en se montrant des ennemis irascibles de la défaite.

Ils ont parfois vacillé, face à Sochaux, face à Lucerne, mais ont à chaque fois su s’arracher pour rétablir l’équilibre ou faire pencher la balance de leur côté. Assurément, cela ne se terminera pas à chaque fois aussi bien en championnat. Mais le mental paraît solide et des adversaires à l’affût d’un succès face à un club de l’élite hexagonale en ont été pour leur frais.
« On a pu s’appuyer
sur la fraîcheur »


« On a renversé la tendance quand Sochaux a fait entrer ses jeunes et on a pu s’appuyer sur la fraîcheur pour revenir dans le match », a admis avec humilité Thierry Laurey. Il a au moins la satisfaction de disposer de solutions de rechange et de pouvoir compter sur des équipes capables de finir fort.

À compter du 5 août, il n’aura pas droit à onze changements, comme lors de certaines rencontres amicales, ni même sept comme vendredi.

Mais sur une feuille de match où 18 noms seront couchés, pour la rencontre du Parc OL, l’entraîneur du Racing pourra toujours se dire qu’au premier coup de sifflet de la saison, il disposera encore de quelques arguments dans sa manche. Et certains seront assis à ses côtés.



23 Juil 2017 4:19
Profil
Manager général@Directoire
Manager général@Directoire

Inscription: 3 Juin 2004 12:56
Messages: 10674
Localisation: Mont-de-Marsan - Landes
il est toujours plus facile pour un entraîneur de régler les problèmes défensifs que les offensifs :!:


23 Juil 2017 12:34
Profil
Manager général@Directoire
Manager général@Directoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 8 Fév 2012 14:18
Messages: 12881
Localisation: Dorlisheim
dna a écrit:
Match amical : Dijon – Racing (19h)
Ce soir, c’est générale

Même s’il y aura un dernier match amical, demain, face aux chômeurs de l’UNFP, le Racing s’attaque au principal test de sa présaison, ce soir. À Dijon, sur la pelouse d’un pensionnaire de Ligue 1, il vaut mieux ne pas se rater.
Son vainqueur ne fera pas tomber trois points dans son escarcelle et il serait, dans tous les cas, présomptueux, déraisonnable voire complètement loufoque de se réjouir ou de se lamenter devant le résultat à venir. Ce soir, Dijon comme le Racing tirent à blanc et il n’y aura pas d’autre intérêt que psychologique à réussir sa sortie en Bourgogne.
« On est à quatorze matches sans défaite »
Mais pour un promu, ayant gravi les échelons à grande vitesse, à une semaine de la reprise en L1, il est encore l’heure d’asseoir ses repères tout en entretenant une vieille et bonne tendance. La saison passée, celle d’avant ou encore l’été actuel n’ont eu de cesse de donner au Racing une bonne tête de vainqueur. Plus tard le masque, si c’en est un, tombera, mieux ce sera. Thierry Laurey et ses hommes en sont convaincus.
« Ce serait bien que l’on reste invaincu, souligne l’entraîneur qui a fait ses comptes. Même si cela reste un match amical, il faudra se bouger pour y réussir, car Dijon est remarquable à domicile. Mais si on compte la fin de saison passée et les quatre matches de préparation, on est à quatorze matches sans défaite. » Et cela fait toujours moins tache que le contraire, en tout cas moins mal.
Alors qu’en 2008, il avait achevé son bail dans l’élite sur une humiliante série de onze défaites de rang qui initiait un grand plongeon, le Racing a appris à détester la défaite. Cela peut l’aider dans son entreprise de maintien, la seule qui l’obsédera pendant quelques mois.
Le match du jour et celui un brin moins clinquant de demain entrent dans un processus qui doit permettre aux joueurs de réaliser une première cohérente, à Lyon, pour un baptême du feu face à un redoutable adversaire. « On va donner du temps de jeu, il faut que les dix-huit joueurs qui seront à Lyon aient 90 minutes dans les jambes après ce week-end », indique l’entraîneur.
Ce ne sera pas tout à fait le cas car Pablo Martinez, la solution pour occuper le flanc gauche de la défense jusqu’à ce qu’Abdallah Ndour soit d’aplomb, est surveillé comme le lait sur le feu en raison d’une douleur au dos. Et il est au repos pour le week-end.
« On doit éviter la blessure, c’est sûr, parce qu’on a la compétition en tête, mais ce match de Dijon est important pour la confiance et tout le monde va se donner à 100 % pour donner des solutions au coach à Lyon », indique Kader Mangane, qui devrait hériter du brassard à Gaston-Petit annoncé peu garni. Il y a en effet une hiérarchie à imposer ou à contester, des places à prendre, à perdre et tout le monde est à l’affût.
Hier, pour une séance ensoleillée, la foule des grands jours, 300 personnes au bas mot, s’est agglutinée le long de la main courante. Ce n’était pas pour fêter la prolongation du contrat de Laurey encore que, comme à son habitude, l’entraîneur a pu mesurer son degré de popularité. Mais c’est comme si la Meinau, ses habitués et les fadas de la cause « ciel et blanc » avaient basculé, ces derniers temps, dans la nouvelle dimension qu’ont ouverte ses favoris.
La Ligue 1 est là, tout près, dans sept dodos comme disent les enfants. En réussissant leur sortie dijonnaise, les joueurs strasbourgeois assureraient quelques sommeils sereins.


29 Juil 2017 4:27
Profil
Secrétaire général@Directoire
Secrétaire général@Directoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 9 Nov 2003 21:26
Messages: 9438
Localisation: Longjumeau
Score finale 0-0


29 Juil 2017 20:04
Profil
Recruteur@Staff
Recruteur@Staff

Inscription: 13 Aoû 2013 15:21
Messages: 911
Je n'ai pas eu d'écho du déroulement du match, je retiens le score final qui plaide
forcément en faveur de la défense, soi-disant point faile de l'équipe
C'était, il ne faut pas l'oulier une confrontation avec une équipe de L1, ce n'est pas
mauvais signe
Martinez était asent, mais il est clair qu'il manque un défenseur de valeur, on va faire
confiance aux décideurs pour trouver une " perle " rare
Les match préparatoires sont ce qu'ils sont, leur importance est relative mais permet, sinon
de révéler le niveau d'une équipe, au moins de constater qu'il n'est pas si mauvais
On verra ien , j'ai une onne impression, je me ferai comme tout le monde une véritale
opinion plus tard, raison pour laquelle je ne me hasarde pas à faire de pronostic
Je visite les forum, celui-ci et un autre, je constate que malgré les divergences d'opinion
les avis favorales sont majoritaires, on est plus ou moins d'accord à penser que cette
équipe a un potentiel
Je n'ai pas l'haitude de flatter les ego, surtout celui des entraîneurs mais je crois que depuis
longtemps le Racing n'a pas eu un leader de la qualité de Laurey


29 Juil 2017 23:40
Profil
Manager général@Directoire
Manager général@Directoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 8 Fév 2012 14:18
Messages: 12881
Localisation: Dorlisheim
dna a écrit:
Dijon 0
Racing 0


Stade Gaston-Gérard. Temps chaud, bonne pelouse. 3 500 spectateurs. Arbitre : M. Wattelier.

Avertissements : Rüfti (54e ), Lang (79e ) à Dijon; Lala (75e ), Gonçalves (82e ) au Racing.


DIJON : Reynet (cap.) – Rosier (Rüfli, 46e ), Yambéré (Lang, 71e ), Lautoa, Haddadi (Bouka Moutou, 81e ) – Kwon, Marié (Benet, 81e ), Amalfitano (Balmont, 59e ), Sammaritano (Varrault, 59e ) – Saïd (Sliti, 46e ), Jeannot (Bahamboula, 81e ). Entraîneur : Olivier Dall’Oglio.


RACING : Kamara (photo) – Seka, Mangane (cap.), Salmier, Lala – Aholou – Da Costa (Bahoken, 81e ), Martin (Gonçalves, 76e ), Lienard, Corgnet (Sacko, 76e ) – Saadi (Caci, 87e ). Entraîneur : Thierry Laurey.
Nul et pas nul
Si Dijon et le Racing se sont quittés sans avoir marqué hier, les deux prochains concurrents en Ligue 1 ont pu être rassurés. Le promu alsacien notamment, qui a aligné six de ses recrues, a un peu plus le sentiment qu’il peut tenir la route dans un championnat qu’il redécouvre dans moins d’une semaine.

C’était une soirée de première à plus d’un titre pour l’avant-dernière sortie amicale du Racing en cette intersaison. Idriss Saadi et Jonas Martin, les deux recrues à avoir signé le plus récemment, débutaient sur le pré leur aventure en bleu tandis que le promu strasbourgeois se frottait à un adversaire de son prochain championnat, ce qui était inédit.
Le Racing continue de progresser

Si le résultat n’a aucune incidence sur la saison à venir, la soirée a permis de tirer quelques enseignements. Le collectif est bien huilé, certaines des recrues ne sont pas encore au top de leur forme (voir ci-dessous) , ce qui n’a rien d’une infamie, et le Racing garde la bonne habitude de ne pas perdre.

En revanche, élément nouveau dans le panorama de l’intersaison, le capitaine Mangane et ses copains n’ont pas trouvé l’ouverture dans la défense adverse. « Je trouve qu’on a fait des choses cohérentes, on ne s’en est pas trop mal sorti, a apprécié l’entraîneur, Thierry Laurey. Le seul regret, c’est le 0-0. Le nul n’est pas illogique, mais ça aurait pu faire 2-2. »

Effectivement, les Strasbourgeois ont eu la réussite derrière dont ont manqué (un peu) les attaquants. Mais il n’y a pas non plus eu un tombereau d’occasions à se mettre sous la dent. Certains ont cherché leurs marques, d’autres ont un évident retard physique, d’autres ont montré leur capacité à apporter un gros plus et le gardien, Bingourou Kamara, n’est pas le dernier en la matière.

Et pour nourrir la confiance et chasser les complexes, l’esprit de corps permet, ce matin, d’envisager voyager loin. Ce ne sera pas toujours évident, il y aura quelques tempêtes et notamment dans six jours, à Lyon, mais cela entretient l’espoir de ne pas dépareiller dans l’élite.

Un gros raté de Lala, qui a failli ouvrir la marque contre-son-camp, a ouvert une jolie séquence strasbourgeoise ponctuée d’une tentative de lob lointaine et inspirée de Saadi au terme d’une contre-attaque jouée juste (7e ) et une tête de Aholou, sur le corner qui a suivi, repoussée par Reynet (8e ).

Le schéma bourguignon, à géométrie très variable, n’a pas perturbé la marche en avant alsacienne. Il y a bien eu un mouvement côté gauche, conclu d’une tentative à ras de terre de Haddadi que Kamara a repoussée en allant vite au sol dans les pieds d’un Jeannot buteur mais hors-jeu (37e ).

L’invincibilité du Racing n’a pas été préservée en fumant la pipe et Kamara a dû s’interposer avec inspiration devant Jeannot, lancé dans la profondeur (47e ), ou encore Lang à la retombée d’un corner (85e ), étant sauvé au passage par son poteau lorsque Kwon a conclu un raid solitaire d’un tir venimeux (79e ).

Mais le Racing a rendu une copie tout à fait respectable, ses duos attitrés cherchant à trouver des automatismes, ses joueurs offensifs à créer des décalages et la panique dans le camp d’en face. Si la récolte d’occasions n’a pas été démentielle, la bande à Laurey a eu le mérite d’être (assez) rassurante derrière.

La dernière ligne droite a été aussi intéressante qu’un bouchon sur l’A7. En tenant tête à un futur concurrent pour le championnat de L1 des “petits” chez lui, le Racing a encore emmagasiné. « Il y a cinq jours, des joueurs ne se connaissaient pas et je suis plutôt satisfait, a conclu Thierry Laurey. Les choses se mettent en place petit à petit. » Ses protégés sont contraints de grandir à vitesse grand V, mais à la faveur du match d’hier, ils ont montré qu’ils continuaient à progresser.


30 Juil 2017 4:33
Profil
Manager général@Directoire
Manager général@Directoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 8 Fév 2012 14:18
Messages: 12881
Localisation: Dorlisheim
dna a écrit:
Gros plan sur les recrues Corgnet monte en puissance
Six des sept recrues de l’intersaison du Racing ont été alignées au coup d’envoi, hier soir à Dijon. Benjamin Corgnet s’est montré particulièrement à son avantage dans l’entrejeu.
Hormis le défenseur Pablo Martinez, touché au dos et laissé au repos ce week-end, toutes les recrues estivales du Racing étaient titulaires pour ce dernier match amical, laissant clairement supposer qu’il en sera de même samedi prochain à Lyon, pour le coup d’envoi de la saison en L1. Globalement, ils s’en sont bien sortis.

BINGOUROU KAMARA.
– L’ancien gardien de Tours s’est montré rassurant à tous les niveaux, et notamment sur sa ligne au travers de deux parades remarquables, d’abord sur une frappe sèche de Haddadi (37e ), puis en jaillissant dans les pieds de Jeannot (47e ). Il a encore sauvé son camp en fin de match en stoppant une reprise de Lang (85e ). À son aise également dans le jeu aérien, le nouveau portier du Racing (20 ans) semble prêt à découvrir la L1 le week-end prochain.

KENNY LALA.
– Son match a très mal démarré, avec une drôle de passe en retrait aérienne qui a bien failli se muer en but contre son camp dès la 6e. Mais par la suite, le latéral gauche a su mettre le pied quand il le fallait, n’hésitant pas à filer dans son couloir quand l’occasion se présentait. Premier transfert de l’été alsacien, dès le 12 juin, l’ancien Lensois peut certainement apporter plus encore offensivement. Gageons que ce n’est qu’une question de temps.
Da Costa marqué des points

JONAS MARTIN.
– Pour son premier match sous le maillot strasbourgeois, la recrue phare du Racing a été plutôt discrète en première période, conséquence logique d’un manque d’automatismes avec ses nouveaux partenaires. Mais le milieu de terrain de 27 ans est affûté physiquement et a été plus en vue après la pause, se montrant beaucoup plus disponible et se projetant volontiers vers l’avant.

BENJAMIN CORGNET. – C’est l’homme du match côté Racing. Bien dans ses crampons dans son ancien jardin du stade Gaston-Gérard, le milieu offensif strasbourgeois a été quasiment dans tous les bons coups, alternant passes précises et dribbles bien sentis, symboles d’une montée en régime à la fois physique et technique. Mis au placard à Saint-Etienne avant de rallier l’Alsace cet été, Corgnet n’a visiblement rien perdu de son talent. Ce garçon a du ballon et la Meinau devrait s’en rendre compte très rapidement.

NUNO DA COSTA. – L’ancien Valenciennois ne réussit pas tout ce qu’il entreprend, mais c’est le lot de tous les attaquants : qui ne tente rien n’a rien ! Da Costa a frappé au but à plusieurs reprises, manquant de peu d’ouvrir le score à la 68e d’une reprise en extension dans un angle fermé. Très remuant, pas vilain techniquement et auteur de quelques coups reins étonnants, l’international cap-verdien a marqué des points en Côte d’Or.

IDRISS SAADI. – Il s’agissait de sa première avec le Racing et il est évidemment beaucoup trop tôt pour tirer des conclusions à son sujet. De la prestation du nouveau n°9 strasbourgeois, on retiendra d’abord son envie de bien faire, même s’il a été malheureux dans la plupart de ses choix, et ses appels en profondeur. Si ses coéquipiers l’ont rarement trouvé, Saadi s’est néanmoins procuré l’une des plus belles occasions du match en tentant un lob audacieux de 20 bons mètres, sauvé sur sa ligne par Yambéré (7e ).
Retrouvailles pour Dall’Oglio

Acteur majeur de la remontée du Racing en D1 au terme de barrages épiques en 1992, Olivier Dall’Oglio a depuis fait son petit bonhomme de chemin. Entraîneur en chef du Dijon FCO depuis 2012 après avoir été l’adjoint de Patrice Carteron, l’ancien latéral droit du RCS a fait remonter le club bourguignon dans l’élite en 2015-2016 avant de l’y maintenir de haute lutte l’an dernier (16e ). Hier soir, il rencontrait pour la première fois son ancien club en tant que coach. S’il n’a pas spécialement coché la date de ses retrouvailles avec la Meinau (le 20 janvier prochain lors de la 22e journée de Ligue 1), le technicien de 53 ans avoue qu’il y retournera « avec un immense plaisir », après y avoir vécu « l’une des plus belles émotions de [sa] carrière ».
Corgnet de retour au pays

De retour à Dijon, le club qui l’a révélé au plus haut niveau, Benjamin Corgnet a été accueilli comme il se doit par son ancien public et par quelques figures déjà présentes du temps où il évoluait en Côte-d’Or. Le milieu de terrain strasbourgeois y a joué de 2010 à 2012, avec notamment la montée en L1 en 2011, avant de prendre de la direction de Lorient puis de Saint-Etienne, pour atterrir cet été en Alsace.


30 Juil 2017 4:38
Profil
Manager général@Directoire
Manager général@Directoire

Inscription: 26 Jan 2008 18:21
Messages: 10312
Localisation: HAGUENAU
je pense que TL reconduira la même équipe à Lyon en ouverture, on verra bien si ça tiendra mais ce qui est certain, ce sera un match d'un autre calibre que celui à Dijon :arrow:


30 Juil 2017 8:32
Profil
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Répondre au sujet   [ 99 messages ]  Aller à la page Précédente  1 ... 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivante

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 3 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Rechercher:
Aller à:  
Développé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Designed by ST Software for PTF.
Traduction par phpBB-fr.com