Index du forum
Index du forum
« Toute l'actualité du Racing Club de Strasbourg Alsace vue par ses supporters »
Voir les messages sans réponses | Voir les sujets actifs Nous sommes le 16 Jan 2019 13:25



Répondre au sujet  [ 462 messages ]  Aller à la page Précédente  1 ... 43, 44, 45, 46, 47
 Dimitri Lienard 
Auteur Message
Président@Directoire
Président@Directoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 8 Fév 2012 14:18
Messages: 15142
Localisation: Dorlisheim
dna a écrit:
« Je m’accroche »
Pour sa sixième saison au Racing, Dimitri Lienard traverse sa première vraie passe délicate. Le milieu gauche travaille sans bouder et donne tout quand on fait appel à lui, comme mardi en 16es de finale de Coupe de la Ligue où il a marqué contre Lille.

Il est avec Jérémy Grimm le dernier rescapé des années passées dans le monde amateur. Mais comme son pote ostheimois qui joue moins depuis un an et demi, Dimitri Lienard a perdu sa place cette saison. Le héros du maintien contre Lyon le 12 mai n’a foulé le gazon que 24 minutes lors des cinq dernières journées de Ligue 1. Titularisé mardi contre Lille en Coupe de la Ligue (2-0), le milieu relayeur s’est livré sans retenue et été récompensé par un but. Porte-étendard du Racing post-liquidation judiciaire, le Belfortain ne se plaint pas de son sort.

– Vous n’avez pas marqué mardi contre Lille le plus beau but de votre carrière (du genou), mais on imagine qu’en cette période délicate pour vous, vous vous en souciez peu…
– C’est clair (sourire). J’étais déjà content de rejouer à la Meinau, dans mon jardin, avec des supporters que je remercie d’avoir répondu présent un mardi à 21h05. Ce qu’ils font est énorme. Sans dénigrer personne, j’ai pu voir un bout de Montpellier-Nantes avant : c’est compliqué de jouer dans un stade à moitié plein où il y a peu d’ambiance (en fait, aux trois-quarts vide, avec 6 774 spectateurs à la Mosson, ndlr). Ici, le public est magnifique. Il me porte. Marquer m’a fait plaisir. La Meinau est particulière pour moi. J’ai été récompensé en inscrivant ce deuxième but qui nous a mis à l’abri quand Lille poussait. Du genou ou du tibia, peu importe. Depuis le temps que mon fils voulait que je lui fasse Spiderman quand je marque, j’ai pu le lui faire. Il est content (rires).

– Comment vivez-vous votre nouvelle condition de remplaçant ?
– Bien. Il n’y a pas de souci. Je prends mes responsabilités dans le groupe et le vestiaire quand il y a des choses à faire, des messages à passer. Ça fait bientôt six ans que je suis ici. C’est la première fois que je traverse une phase un peu compliquée et que je joue peu. Mais je m’accroche. Je suis un battant. Rien n’a jamais été facile pour moi. Je viens de loin. La saison est longue et le coach aura besoin de moi un jour ou l’autre. Pour l’instant, l’équipe tourne très bien. Tant mieux. En ce moment, je suis un peu en-dessous de mon niveau, j’en suis conscient. Mais j’ai prouvé mardi que je répondrai toujours présent lorsque le coach fera appel à moi. Il connaît mon état d’esprit. Il sait qu’il peut compter sur moi et que je m’arracherai à chaque fois que je serai sur le terrain. Je donne le maximum, même si ce n’est pas toujours du grand Lienard. Je suis heureux de notre classement pour mes coéquipiers, le club et cette ville. Pour le coach aussi, après tout ce qu’il a fait ici…

– Vous parle-t-il de temps en temps ?
– Oui. Mais ces jours-ci, il n’en a pas besoin. Il sait que je ne vais pas faire le cirque parce que je joue moins, que je ne ferai pas passer mon ego avant tout. Je travaille pour l’équipe. Quand on est compétiteur, on a toujours envie de jouer. Mais quand les choses tournent dans le bon sens pour le club, il n’y a rien à dire. Juste à bosser. La seule solution pour ceux qui jouent peu, c’est d’être performants quand ils sont alignés, malgré le manque de rythme. À Strasbourg, il n’y a pas de Messi, Ronaldo ou Mbappé. Seul le travail compte. Je pense souvent à Jonas (Martin) qui a vécu une première année pas simple et brille cette saison. Il joue presque au même poste que moi, mais nous sommes potes et je me réjouis de le voir rayonner. J’ai 30 ans. Personne ne m’enlèvera ce que j’ai vécu ici depuis 2013. Je ne dis pas que je n’ai plus rien à prouver, mais les gens savent le respect que j’ai pour ce maillot. Pour 15 minutes ou un match entier, je me livrerai à fond.

– Les bons résultats aident-ils à faire passer la pilule ?
– C’est certain. Contre Lille, avec une équipe remixée face à un adversaire lui aussi remanié, mais qui n’est pas 2e de L1 pour rien, nous avons prouvé que nous n’étions pas des tocards. Si nous restons dans l’esprit, tout le monde aura un rôle à jouer et nous pourrons faire une belle saison. Ne croyez pas que je fais la gueule ! La seule chose qui m’embête, c’est de ne pas pouvoir faire lever la Meinau tous les week-ends (sourire).

– Elle se lève souvent, puisque le Racing y reste sur quatre succès. Peut-être un cinquième contre Toulouse ?
– J’espère. Ce serait une bonne opération. Nous n’avons pas le couteau sous la gorge, mais on marquerait les esprits en l’emportant. On confirmerait que nous sommes l’équipe en forme et on pourrait se rendre à Lille vendredi prochain sans pression, dans un rôle d’outsiders parfait.


Dernière édition par PoY le 2 Nov 2018 17:39, édité 2 fois.

Mise en forme



2 Nov 2018 12:34
Profil
Président@Directoire
Président@Directoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 8 Fév 2012 14:18
Messages: 15142
Localisation: Dorlisheim
dna a écrit:
zoom sur Dimitri Lienard avant le match contre Nîmes (samedi, 20h) Racing:
bleu de chauffe

Remplaçant au pied levé le 9 novembre à Lille (0-0), Dimitri Lienard devrait prolonger son intérim au poste de latéral gauche ce samedi (20h) à la Meinau contre Nîmes pour la 14e journée de Ligue 1.
La scène date du vendredi 9 novembre à Lille, sitôt l’échauffement. Dimitri Lienard, qui figure sur la feuille de match comme remplaçant, vient de regagner les vestiaires.

« J’ai commencé à m’habiller pour m’installer sur le banc et j’ai vu Lionel ( Carole ) rentrer, rembobine-t-il. Il avait ressenti une pointe à la cuisse sur sa dernière accélération. C’était trop méchant pour jouer. Je n’ai pas eu le temps de réfléchir. J’avais fait le foufou à l’échauffement ( sic ) ! J’aime bien multiplier les transversales, frapper. Donc, sans être à fond, j’étais chaud. Pas froid comme peuvent parfois l’être certains remplaçants qui font un peu la gueule. Bon, j’ai quand même eu chaud sur le premier ballon ( sourire ). »

Un nouveau poste pour ce joueur polyvalent


Le héros du maintien contre Lyon le 12 mai (3-2), auteur du magistral et vital coup franc de la 94e minute qui, dans une vidéo diffusée aux invités, a égayé la croisière Racing le week-end passé, a ainsi honoré au pied levé sa 5e titularisation de la saison (pour huit apparitions), un mois et demi après la précédente, contre Amiens.

En Ligue 1 du moins, car il avait intégré le onze de départ dix jours plus tôt en Coupe de la Ligue contre… Lille (2-0). Le voilà reconverti latéral gauche, lui qui ne s’était essayé qu’une fois à ce poste, contre… Lyon le 12 mai. Le couteau suisse de l’effectif strasbourgeois se dote du même coup d’un nouvel outil. « Je complète ma pince multifonctions, plaisante-t-il. Contre Lyon, j’avais eu à faire à ( Bertrand ) Traoré. À Lille, j’ai eu droit à ( Nicolas ) Pépé. En termes de qualité, ça ne change pas grand-chose ( il rit ). C’était assez compliqué de prendre mes repères, mais avec mon expérience – j’ai connu un peu tous les postes dans ma carrière, milieu gauche, numéro 10, milieu axial –, j’ai réussi à être cohérent dans l’ensemble. »

L’appelé de dernière minute au stade Pierre-Mauroy a sans hésiter mis son ego de côté. « Tant que je peux aider l’équipe, je l’aiderai. Ce n’était pas simple face à un trio d’attaquants très rapides et percutants ( Bamba, Ikoné, Pépé ). Il a fallu que Pablo ( Martinez ) me couvre un peu. J’ai aussi demandé à Mitro ( Stefan Mitrovic ) de ne pas trop monter parce que je savais que si nous laissions des espaces dans notre dos, je serais en difficulté. Comme je ne suis pas un joueur de vitesse, j’ai essayé d’être malin dans l’alignement. »
Des qualités offensives à tempérer

Hormis dix minutes initiales sur le fil du rasoir, il a convenablement rempli une mission d’autant plus ingrate que le LOSC a confisqué le ballon.

« Il a fallu faire le boulot dans un match chiant, il faut le dire, parce qu’on préfère toujours avoir le ballon et qu’on ne l’avait pas. Mais le point pris là-bas (0-0) est un vrai motif de satisfaction. » ‘‘Dim’’ s’est concentré sur les tâches défensives qui ne sont pas son menu préféré, mais qu’il a ingurgitées sans haut-le-cœur. « Quand on est joueur, on préfère certains postes. L’intérêt de celui-ci, c’est de te projeter très vite vers l’avant quand tu as la possession. On ne l’a pas eue à Lille, mais j’espère que contre Nîmes, où j’ai de grandes chances de jouer de nouveau latéral gauche, nous l’aurons davantage pour pouvoir apporter des centres avec mon pied gauche et de la folie devant. »

Le Franc-Comtois promet néanmoins de ne pas se laisser emporter par ses goûts offensifs.


« J’aime aller de l’avant, comme l’équipe aime le faire à domicile, mais il faudra faire attention. Comme Lille, Nîmes possède des joueurs de couloir très intéressants et un compartiment offensif dangereux. »

Dans les faits, peut-être devra-t-il revêtir une fois encore une tenue moins clinquante que les habits de lumière enfilés un soir de coup franc qui claque. Il ne s’en plaindra pas : il a toujours pensé que même de chauffe, le Bleu lui allait bien au teint.


22 Nov 2018 13:12
Profil
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Répondre au sujet   [ 462 messages ]  Aller à la page Précédente  1 ... 43, 44, 45, 46, 47

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 2 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Rechercher:
Aller à:  
Développé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Designed by ST Software for PTF.
Traduction par phpBB-fr.com