Index du forum
Index du forum
« Toute l'actualité du Racing Club de Strasbourg Alsace vue par ses supporters »
Voir les messages sans réponses | Voir les sujets actifs Nous sommes le 22 Juil 2018 16:04



Répondre au sujet  [ 268 messages ]  Aller à la page Précédente  1 ... 22, 23, 24, 25, 26, 27  Suivante
 [Ex] Les Anciens Joueurs 
Auteur Message
Sélectionneur@InfosRacing
Sélectionneur@InfosRacing
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 16 Mai 2003 23:27
Messages: 37505
Localisation: Strasbourg
Le but de Gueye : 2ème MT - 45min de la vidéo

A noter l'horrible blessure d'Oviedo :help:

_________________
L'histoire est en marche ...


28 Jan 2014 18:58
Profil Site Internet
Sélectionneur@InfosRacing
Sélectionneur@InfosRacing
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 11 Fév 2003 21:07
Messages: 16314
Localisation: Strasbourg
Pour Oviedo, j'ai rien compris à sa blessure. :lol:

_________________
"Il n'est pas concevable que Strasbourg, capitale européenne, n'accueille pas l'Euro-2016" (Roland Ries, Jacques Bigot, juillet 2009)


29 Jan 2014 0:23
Profil
Responsable marketing @Directoire
Responsable marketing @Directoire

Inscription: 31 Jan 2012 21:24
Messages: 4348
Citation:
ZENKE BOUGE ENCORE

L’attaquant nigérian Simon Zenke, âgé de 25 ans, formé au Racing (42 matches, 5 buts) et passé par l’AS Nancy-Lorraine (2012-2013), vient de signer pour un an et demi au Sanliurfaspor, actuellement en milieu de tableau de deuxième division turque.

Zenke poursuit donc sa carrière en Turquie où il a déjà évolué dans les clubs de Samsunspor (2010-2012) et d’Istanbul Büyüksehir Belediyespor (depuis janvier 2013).

TSLA


5 Fév 2014 23:22
Profil
Sélectionneur@InfosRacing
Sélectionneur@InfosRacing
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 16 Mai 2003 23:27
Messages: 37505
Localisation: Strasbourg
Chaque semaine on fait le point sur les résultats des anciens Bleus ICI ;)

_________________
L'histoire est en marche ...


6 Fév 2014 13:57
Profil Site Internet
Responsable marketing @Directoire
Responsable marketing @Directoire

Inscription: 31 Jan 2012 21:24
Messages: 4348
Merci :yes:

Éternel apprenti, je découvre chaque jour un peu plus les potentialités de ce forum.


6 Fév 2014 18:40
Profil
Responsable marketing @Directoire
Responsable marketing @Directoire

Inscription: 31 Jan 2012 21:24
Messages: 4348
Citation:
TOURS DE MAGIE POUR KETKEO

Il est l’une des grandes révélations de cette saison de L2 avec le Tours FC. A bientôt 24 ans, Billy Ketkeophomphone, plus connu sous le nom de Ketkeo, a un parcours aussi atypique que son patronyme. Lumière sur un vrai talent en pleine éclosion, et un homme qui a les pieds sur Terre.

Né le 24 mars 1990 à Champigny sur Marne, Billy Ketkeophomphone a grandi dans une famille nombreuse composée de cinq enfants. D’origine Laotienne, il n’a pourtant jamais vu les rives du Mékong, un projet qui lui tient à cœur. Il aurait d’ailleurs volontiers porté le maillot de l’équipe nationale du Laos, mais cela lui est impossible : «La double nationalité n’existe pas là-bas», nous déclare-t-il. Dommage, il est Franco-Laotien. Après avoir été à l’école à Bussy (et évolué dans le club de football local), il rejoint l’INF Clairefontaine à l’âge de 13 ans. C’est dans ce centre, qui a notamment vu sortir Nicolas Anelka et Thierry Henry, que l’histoire du jeune Ketkeo a commencé.
De l’INF à Strasbourg, des débuts et des promesses

Au même titre que ses camarades de la promo 1990 (dont Yacine Brahimi et Sébastien Corchia), Billy a choisi le football pour le meilleur et pour le pire. Cette voie de l’excellence en a pourtant laissé plus d’un sur la route. Qu’importe, Ketkeo a un seul projet : celui d’être footballeur. Plein d’insouciance, il n’a prévu ni plan de secours, ni alternative. A ce sujet, il déclare aujourd’hui : «Je ne suis pas un exemple». Pourtant l’avenir lui donnera raison. Tout du moins au début.
A la fin de sa formation de 3 ans à l'INF, le rapide ailier rejoint Strasbourg. Malgré sa position excentrée, il se montre prolifique devant le but. De cette jeunesse dans la réserve Strasbourgeoise, Billy garde de bons souvenirs : «J’ai vécu des très bonnes années entre mes 16 et mes 18 ans. On avait un très bon groupe et j’ai beaucoup marqué». Mais à l’âge de 19 ans, son travail paye enfin : Le 1er décembre 2009, il entre en cours de jeu, à la mi-temps d’un match de Ligue 2 contre Bastia. Billy Ketkeophomphone vient de faire son entrée dans le football professionnel. «Pas ma meilleure apparition, j'étais trop timide» se souvient-t-il. Le match se terminera sur le score de 2-2. Ce sera sa seule apparition lors de cette saison 2009-2010, qui verra le Racing descendre en National. Mais la carrière de Billy est désormais lancée.
C’est en National que le parcours du Franco-Laotien débute réellement. Il inscrit en effet 5 buts en 29 matchs. Mais pendant que Ketkeo est en train de s’imposer en Alsace, le Racing meurt à petit feu…Le club subit en 2011 une liquidation judiciaire qui le plonge en CFA2. Billy a alors 21 ans. Il est désormais urgent de trouver une porte de sortie pour demeurer dans le monde prol et ne pas se faire aspirer par la rétrogradation du Racing. C’est de Suisse, à Sion, que la lumière va apparaître. Du moins le croit-il…

Sion, la galère…

Il fallait vite rebondir, et le projet de Sion était, en apparence, séduisant : «J’avais besoin d’un nouveau projet sportif, et Sion jouait cette saison l’Europa League», nous déclare-t-il, avant d’avouer : «Je ne vais pas mentir, l’aspect financier a aussi pas mal compté». Mais de cette expérience en Suisse, l'actuel attaquant tourangeau ne garde clairement pas un bon souvenir. Il fait en effet partie des 6 joueurs qui ont signé à Sion alors que le club était interdit de recrutement. Temporairement autorisé à être aligné, il est ensuite snobé par son entraîneur. Il demande ainsi à son agent de lui trouver une porte de sortie. De son escapade sédunoise, il ne se rappelle que d'une défaite 4-0 lors de sa première sortie. Peu emballant. Elles sont alors loin les belles années avec les potes de Strasbourg. A-t-il eu raison de se lancer les yeux fermés dans le foot ? La situation est critique pour le jeune Billy. Mais il ne sait pas encore que sa chance se rapproche à grand pas…

Et son Tours vint…

En Janvier 2012, c’est à Tours que le natif de Champigny sur Marne pose ses valises. Le temps de jeu famélique dont il a bénéficié à Sion, son niveau de confiance et son manque d’expérience ne lui permettent pas de s’imposer immédiatement. Mais petit à petit, il se fait une place dans l’effectif. Il joue de plus en plus et la saison 2012-2013 est celle de la révélation. Et alors que le Tourangeau est en pleine bourre, des blessures récurrentes l’éloignent régulièrement des terrains…jusqu’à cette saison 2013-2014 où il explose. Cela coïncide avec une nouvelle ère dans l’histoire du club marquée par l’arrivée de Jean-Marc Ettori (président) et Olivier Pantaloni (entraîneur). Le jeune ailier inscrit 3 buts et délivre 2 passes décisives lors des 6 premiers matchs de la saison. Il ne cesse de progresser et est même nominé pour le trophée UNFP de joueur du mois en Janvier. Son ascension lui donne de l'ambition. Il s’est fixé l’objectif de «10 buts et 10 passes décisives» pour cette saison. Objectif qui devrait être atteint assez rapidement, vu sa dynamique actuelle. Collectivement, Ketkeo n’a pas dit adieu à cette montée dont rêvent tous les supporters Tourangeaux. Mais aujourd’hui quand on parle avec Billy Ketkeophomphone, on ne parle pas que de foot.

Le foot, mais pas que

L'enfant qui ne rêvait que de football a changé. Aujourd’hui, il rêve de simplicité,d’écouter du RNB en mangeant les plats de sa maman,de jouer de la guitare avec ses amis Tourangeaux, comme avait coutume de le faire le milieu brésilien Diego Rigonato (aujourd’hui à Reims) et, surtout, du bonheur des siens. Billy est un gentil, «parfois trop » déclare-t-il. Mais ses qualités humaines n’ont surement pas été de trop au fil de ce parcours pour le moins atypique qui ne fait que débuter. Déjà Papa, il a aussi bien connu les galères suisses et les deuils familiaux que l’amour, la stabilité et la fierté d’une carrière prometteuse, le tout à même pas 24 ans. Pas de sorties nocturnes, ni d’alcool, pas de vagues ni de péripéties extra-sportives. A l’aube de sa jeune carrière, Ketkeo est déjà dans le bon train, en direction de la Ligue 1. Avec un petit détour par le Laos ?

Sport 24


26 Fév 2014 12:57
Profil
Responsable marketing @Directoire
Responsable marketing @Directoire

Inscription: 31 Jan 2012 21:24
Messages: 4348
SCHNEIDERLIN a marqué le premier but de SOUTHAMPTON qui a gagné 4-2 contre NORWICH CITY.


17 Mar 2014 7:45
Profil
Responsable marketing @Directoire
Responsable marketing @Directoire

Inscription: 31 Jan 2012 21:24
Messages: 4348
Citation:
BOUDEBOUZ BAT WEBER

Les deux Alsaciens de la Ligue 1 étaient opposés ce week-end. Ryad Boudebouz a battu Anthony Weber. Ou plutôt Bastia a pris le meilleur sur Reims.

À l’occasion de la 30e journée, Boudebouz était peut-être remplaçant mais il est rentré à 20 minutes de la fin, pour son 189e match en L1, pour verrouiller le succès corse. Anthony Weber, titulaire, a donc lui connu la défaite pour sa 63e sortie parmi l’élite.

À l’étranger, Jonathan Schmid a vécu une 189e rencontre de Bundesliga fructueuse. Fribourg a décroché une importante victoire face au Werder Brême qui lui offre une petite marge sur la zone rouge.

DNA


24 Mar 2014 10:57
Profil
Manager général@Directoire
Manager général@Directoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 8 Fév 2012 15:18
Messages: 14125
Localisation: Dorlisheim
dna a écrit:
Un ancien Strasbourgeois s’est confié sur un trépidant passé Larios dans tous ses états
Image
Avec un parcours aussi brillant sur le terrain qu’agité en dehors, l’ancien milieu de terrain du Racing a vécu sans limite, avec excès. À 61 ans, un peu rangé des voitures, Jean-François Larios a décidé de s’arrêter sur ses trépidations innombrables. Sans langue de bois, il décrit un passé où il ne s’est pas ménagé.

Sa voix éraillée, son visage éprouvé mais un éternel sourire au bord des lèvres, Jean-François Larios ne peut pas se cacher. D’ailleurs, il ne le tait pas. La chandelle, il l’a grillée par les deux bouts.
« On mange quand même sacrément bien en Alsace »

Et dans le livre qu’il a commis en collaboration avec Bernard Lions, journaliste à l’Équipe , l’ancien milieu de terrain, formé à l’ombre de Geoffroy-Guichard, ne tourne pas autour du pot. Dans le titre, tout est dit : « J’ai joué avec le feu, le foot, le fric, le dopage, mes amours, mes emmerdes ».

Dans le détail, les épisodes sont savoureux et rappellent tout de même la stature d’un international, au palmarès long comme un jour sans pain. Jean-François Larios a décidé de tout dire et les raisons qui ont conduit à ne pas faire partie de l’histoire officielle, dans toute sa splendeur, apparaissent.

C’était un fêtard, c’était un flambeur, c’était un tombeur et ses travers ont pu le conduire dans quelques impasses. L’homme de 61 ans aujourd’hui a été chassé de la maison verte parce qu’il ne fallait pas toucher à Michel Platini, ni à sa femme. Le talentueux garçon s’est vu conseiller quelques produits illégaux lors de matches d’importance. Son corps a parfois dit stop alors que les blessures liées à une vie dissolue ont pu s’accumuler.

Mais y a-t-il de quelconques regrets ? A priori non, car la frénétique existence a été ponctuée d’amitiés vraies. Ainsi, son année alsacienne n’a pas été la moins intéressante en la matière.

« C’est vrai, je n’ai joué qu’une vingtaine de matches avec le Racing (1985-1986), admet-il. Mais je m’y suis bien éclaté. On mange quand même sacrément bien en Alsace et puis il y a la bière Fischer. Sportivement, cela a été un échec avec une descente à la fin. » Physiquement, Larios est déjà sur la jante, a les genoux qui sifflent, quand il déboule à Strasbourg.
« Piasecki ? Une tête de lard »

Mais il retrouve avec plaisir Georges van Straelen sous le maillot bleu et découvre Rémy Vogel. L’homme aux quatre titres de champion avec l’AS Saint-Étienne pratique également allègrement Jean-Henri Jaeger, l’émérite chirurgien qui a reconstruit tant de footballeurs.

Parmi les épisodes contenus dans le livre, l’agitation historique autour du Racing trouve quelques illustrations emblématiques. « Francis Piasecki avait une frappe de mule, c’est un joueur que j’admirais, l’un des grands artisans du titre de 1979, mais sur le banc, avec moi, ce n’était pas ça, souligne le pied-noir demi-finaliste de la Coupe du monde en 1982. Il m’a mis sur le banc, il ne m’a pas fait jouer dans les meilleures conditions. C’était une tête de lard. »

Après sa saison strasbourgeoise, il se contentera d’une trentaine de matches en pro avant une forme de descente aux enfers. Pour un footballeur, la retraite sportive correspond à une petite mort.

Larios, lui, est passé par les stades les moins marrants d’un quotidien en manque d’adrénaline. La dépression, le divorce, les problèmes avec le fisc, les condamnations dans le procès des comptes de l’OM puisque son activité d’agent l’a amené à quelques pratiques suspectes, constituent le chapelet des maux si caricaturaux qui l’ont frappé.

« J’ai eu des problèmes de santé aussi, les médecins m’ont ouvert trois fois le ventre mais ça va, je ne me plains pas, souligne-t-il. J’ai vécu des ruptures, nombreuses, je suis tombé, je me suis relevé, j’ai payé pour ce que j’ai fait. » Un peu comme le Racing finalement, dont il se réjouit de la renaissance. « Strasbourg, c’est Strasbourg, bon sang, lâche-t-il dans un éclat de rire. Ce que font Keller et Laurey, c’est extraordinaire.

Entre Perpignan et Paris, lui vit désormais plus modestement entre quelques amis de longue date, sa sœur.

« Suis-je devenu un clochard ? conclut-il dans le livre. Mais alors un clochard de luxe, je n’appartiens à personne, je suis un homme libre. » Et à l’écouter, il n’a pas nécessairement l’air d’un homme malheureux.

« Jean-François Larios : j’ai joué avec le feu », Solar Éditions


25 Déc 2017 15:05
Profil
Manager général@Directoire
Manager général@Directoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 8 Fév 2012 15:18
Messages: 14125
Localisation: Dorlisheim
dna a écrit:
Piasecki n'est plus
Image
Piasecki en action sous le maillot du Racing Image
Image
L'ancien numéro 10 du Racing Francis Piasecki, est décédé dans la nuit de lundi à mardi.

L'ancien meneur de jeu du Racing, Francis Piasecki, 66 ans, est décédé dans la nuit de lundi à mardi. Il avait été champion de France avec le Racing en 1979.

Ce Mosellan d'origine polonaise a débuté sa carrière sous le maillot du FC Metz, avant de passer par Sochaux, Valenciennes puis Paris avant d'arriver en Alsace, en 1977, année où le Racing est promu en Ligue 1.

Réputé pour son caractère irascible, le meneur de jeu réalise sa meilleure saison en 1978/1979, en disputant 38 matches et en inscrivant 14 buts sous le maillot du Racing. Cette année là, le meneur est même appelé à trois reprises en Equipe de France.

Ce passionné de chasse jouera au Racing jusqu'à la saison 1984/1985. Il fera ensuite brièvement partie du staff du Racing aux côtés de l'entraîneur Jean-Noël Huck avant de quitter définitivement le monde du football.

Francis Piasecki est le deuxième joueur champion de France en 1979 avec le Racing qui disparait, après le gardien Dominique Dropsy en octobre 2015.

Carrière

1969-12/1970 : FC Metz
01-06/1971 : US Valenciennes-Anzin
1971-1973 : FC Metz
1973-1975 : FC Sochaux
1975-1977 : Paris SG
1977-1985 : RC Strasbourg1

478 matches et 96 buts marqués en Division 1


6 Mar 2018 19:14
Profil
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Répondre au sujet   [ 268 messages ]  Aller à la page Précédente  1 ... 22, 23, 24, 25, 26, 27  Suivante

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Google [Bot] et 2 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Rechercher:
Aller à:  
Développé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Designed by ST Software for PTF.
Traduction par phpBB-fr.com