Index du forum
Index du forum
« Toute l'actualité du Racing Club de Strasbourg Alsace vue par ses supporters »
Voir les messages sans réponses | Voir les sujets actifs Nous sommes le 18 Juin 2019 16:40



Répondre au sujet  [ 374 messages ]  Aller à la page Précédente  1 ... 34, 35, 36, 37, 38
 [Ex] Valérien Ismaël 
Auteur Message
Président@Directoire
Président@Directoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 8 Fév 2012 15:18
Messages: 15862
Localisation: Dorlisheim
dans tous les domaines en Allemagne n'importe niveau ou autres c'est mieux quand France


3 Juin 2014 18:23
Profil
Président@Directoire
Président@Directoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 8 Fév 2012 15:18
Messages: 15862
Localisation: Dorlisheim
dna a écrit:
« Un énorme enjeu »
Image
Valérien Ismaël (à droite) à la lutte avec le Lyonnais Sonny Anderson: l’image d’un Racing qui tutoyait les sommets.
Alors qu’il a franchi le Rhin pour achever une brillante carrière de joueur et y débuter celle d’entraîneur, Valérien Ismaël apprécie la renaissance du Racing, le club où tout a commencé pour lui.
Il ne sera pas aux premières loges, exilé volontaire en Allemagne dont il est devenu l’un des acteurs majeurs du foot (*). Valérien Ismaël sort d’une aventure qui s’est mal finie, à Wolfsbourg, dont il a été éjecté du banc, il y a trois mois. Mais il est resté outre-Rhin, près de Munich, en famille, et peut se replonger dans quelques souvenirs de son passé hexagonal.
« On ne pouvait parler qu’en mal du Racing »

En France, il a connu deux Racing, celui de son cœur, alsacien, et celui de son affranchissement, Sang et Or. Au moment d’envisager le Lens – Strasbourg de lundi, son sang ne fait qu’un tour. « J’ai vécu de très belles aventures à Lens, mais le club dont j’ai toujours suivi les résultats, c’est le Racing, souligne-t-il d’emblée. Je me suis fait du mauvais sang pour lui. Les deux clubs reviennent de l’enfer, mais j’ai ressenti vraiment une grosse douleur quand le club de ma ville de naissance s’est retrouvé au plus bas. » La distance n’a pas édulcoré l’attachement.

D’ailleurs, dans son parcours de footeux, Valérien Ismaël y est revenu deux fois. « C’est à Strasbourg que tout a commencé », précise l’incarnation d’une génération dorée avec Martin Djetou ou Olivier Dacourt. C’est donc là aussi qu’il a tenté de relancer la machine, de janvier à juin 2001, en 2002-2003 aussi.

L’armoire à trophées s’est enrichie grâce à lui, une Coupe de la Ligue en 1997, une Coupe de France en 2001. Mais les craintes par rapport à un fonctionnement spécifique ont aussi pu émerger assez tôt. « J’ai toujours gardé le contact avec le Racing. Et quand j’ai eu l’occasion d’échanger autour du club, au moment de sa chute, on se disait : “Quand toutes ces histoires s’arrêteront-elles ?” On ne pouvait parler qu’en mal du Racing et il ne méritait pas ça. »

Le retour de Marc Keller au club a permis de revoir la lumière. La renaissance en cours rappelle quelques réalités. « Il faut des amoureux du club à sa tête, considère le Strasbourgeois de naissance. Marc Keller a repris le Racing, qui a une identité régionale si forte, dans un état pas possible. C’était un patient qu’il fallait ranimer. Et aujourd’hui, c’est un club qui mérite de remonter. »
« Clairement une très belle affiche »

Le retour parmi l’élite, neuf ans après, passe par une terre qu’Ismaël connaît aussi en détail. À Lens, il a gagné une Coupe de la Ligue (1999) et vécu une formidable campagne européenne (demi-finale de la C3 face à Arsenal). Il prévient, lundi, à Bollaert, ça va souffler : « C’est un match à enjeu énorme. Lens joue quasiment sa dernière chance pour monter. Déjà, à mon époque, pour les Lens – Strasbourg et les Strasbourg – Lens, il y avait de sacrées ambiances. C’est clairement une très belle affiche. »

Depuis l’Allemagne, Valérien Ismaël va s’efforcer de suivre tout ça par écran interposé, le cœur battant à la chamade. L’ancien défenseur sortira peut-être, du fond d’une armoire, un maillot bleu. Car entre les deux Racing, il a fait son choix, celui de ne pas renier d’où il vient.

(*) : double champion d’Allemagne (2004 avec Brême, 2006 avec le Bayern), double vainqueur de la Coupe d’Allemagne (2004 et 2006), Valérien Ismaël a notamment entraîné Wolfsbourg et Nuremberg depuis sa retraite des terrains en 2009.


6 Mai 2017 5:07
Profil
Président@Directoire
Président@Directoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 8 Fév 2012 15:18
Messages: 15862
Localisation: Dorlisheim
dna a écrit:
Dans le rétro - La victoire en 1997, un des sommets de la carrière de Valérien Ismaël Le mont de Valérien
Image
Pour Valérien Ismaël, ici lors de sa dernière saison au Racing en 2002, la Coupe de la Ligue 1997 « fait partie des souvenirs qui restent gravés à jamais ».

Valérien Ismaël n’a pas oublié le premier trophée qu’il a remporté chez les professionnels, qui plus est avec le Racing, son club formateur. Cette victoire en Coupe de la Ligue, en 1997, reste un moment à part dans sa carrière.
À l’autre bout du fil, la voix est posée, le ton serein. Comme pouvait l’être déjà, un soir d’avril 1997, le jeune (21 ans) Valérien Ismaël au moment d’aller frapper le quatrième tir au but strasbourgeois en finale de la Coupe de la Ligue. Bordeaux avait un but d’avance et le Strasbourgeois n’avait pas flanché pour remettre son Racing à hauteur, avec un petit chambrage mains derrière les oreilles au passage.

« Faire partie des tireurs, c’est une situation que j’aimais, éclaire-t-il deux décennies plus tard. Aller vers le ballon, dans un stade (le Parc des Princes) plein, c’est un moment important qui procure une grosse motivation. Je savais comment je voulais le tirer : assez haut, assez fort. »
« On avait l’ambition de faire quelque chose de grand »


En verve tout au long de la séance fatidique, le portier girondin Gilbert Bodart ne pourra rien faire sur cet intérieur du droit en pleine lucarne. Le défenseur devra encore patienter quelques minutes dans « ce final à rebondissements » avant la délivrance sur l’ultime essai victorieux de Stéphane Collet.

Ce premier trophée sonnait, aussi, comme une petite revanche, deux ans après avoir été écarté au dernier moment, avec Olivier Dacourt, du groupe qui allait s’incliner en finale de la Coupe de France contre le PSG.

Mais avant tout, le Bas-Rhinois considère que cette première Coupe de la Ligue tombée dans l’escarcelle du Racing est venue récompenser toute une génération issue du centre de formation – celle des Dacourt, Roth, Keller – dont il faisait partie. Et Ismaël n’oublie pas non plus d’y associer Martin Djetou et Danielo Pierosara qui avaient quitté le club à l’orée de la saison 1996-1997.

D’ailleurs, ce mélange entre la fraîcheur des néo-pros et l’expérience des Nouma, Baticle, Raschke, Zitelli et consorts a été l’une des clés de la réussite d’un exercice achevé à quatre points du podium de ce qu’on appelait encore la Division 1.

« On avait l’ambition de faire quelque chose de grand, de marquer l’histoire du club. On voulait aller au bout des choses, reprend Valérien Ismaël. Pour beaucoup d’entre nous, il s’agissait de notre première finale. C’était particulier mais on est resté décontracté. Il y avait de la concentration mais on continuait à blaguer. On était sûr de notre force, on voulait rester nous-mêmes. » Avec le succès que l’on connaît.

C’est donc à l’issue d’un « match pas spectaculaire mais d’une séance de tirs au but exceptionnelle, digne d’un film », que le Racing a regoûté au succès, 18 ans après son titre de champion de France. Pas anecdotique, ni pour les supporters, ni pour les minots du club.
« Le Racing est un club particulier, qui s’est toujours relevé »

L’Alsacien a eu le temps de connaître d’autres joies durant sa riche carrière. En 1999, il remportait à nouveau la Coupe de la Ligue, cette fois avec le RC Lens, dans un Stade de France rendu mythique par la bande à Zidane à l’été 1998. Et en Allemagne, deux doublés Coupe-Championnat, avec le Werder de Brême (2004) et le Bayern Munich (2006), sont encore venus enrichir un palmarès plus qu’honnête si on lui ajoute la Coupe de France soulevée avec le… Racing en 2001 !

Et pourtant, ce premier trophée conserve ce goût de l’inédit propre aux premières fois. « Cela fait partie des souvenirs qui restent gravés à jamais. Gagner avec son club formateur, dans la ville où tu es né, marquer l’histoire du club, c’est une grande fierté, insiste celui qui, de temps en temps, tient le rôle de consultant outre-Rhin sur Eurosport ou Sky Deutschland. En 2001, avec les problèmes internes et la relégation (en D2) , les émotions étaient moins fortes. Surtout que notre victoire en Coupe de la Ligue a été suivie d’un joli parcours européen (*).»

Connaître cette extase, c’est tout le mal que souhaite le quadragénaire à ses lointains successeurs dont il suit les résultats attentivement. Parfois, même, depuis la Meinau où il a tout le loisir d’observer « le travail fantastique » abattu par Marc Keller et son équipe ainsi que par Thierry Laurey.

« Le Racing est un club particulier, qui s’est toujours relevé et qui a un capital sympathie, estime celui qui esquive le jeu des comparaisons. À l’époque, on avait quelques joueurs revanchards, des noms reconnus. Les individualités étaient plus fortes alors qu’aujourd’hui c’est avant tout un collectif. Je leur souhaite d’aller chercher cette qualification européenne. »

Invité au stade Pierre-Mauroy de Villeneuve-d’Ascq, Valérien Ismaël ne pourra être présent en tribune ce samedi. « Ça aurait été fantastique mais j’ai dû décliner pour des raisons privées. » Ce qui ne l’empêchera pas de vibrer derrière son écran.

(*) Élimination en 8es de finale de la Coupe de l’UEFA contre l’Inter de Ronaldo après avoir sorti les Glasgow Rangers et Liverpool.


26 Mar 2019 17:49
Profil
Président@Directoire
Président@Directoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 8 Fév 2012 15:18
Messages: 15862
Localisation: Dorlisheim
equipe a écrit:
Valérien Ismaël devrait entraîner le club autrichien de Linz
Image
L'ancien défenseur devrait poursuivre sa carrière d'entraîneur avec le club autrichien, qui évolue en Première Division.
Après des expériences en Allemagne, sur le banc de la réserve de Wolfsbourg ou d'équipes premières (Wolfsbourg, Nuremberg), Valérien Ismaël devrait poursuivre sa carrière d'entraîneur en Autriche. L'ancien défenseur (43 ans) est en contacts avancés avec Linz, actuel deuxième du Championnat d'Autriche.


23 Mai 2019 19:37
Profil
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Répondre au sujet   [ 374 messages ]  Aller à la page Précédente  1 ... 34, 35, 36, 37, 38

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 5 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Rechercher:
Aller à:  
Développé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Designed by ST Software for PTF.
Traduction par phpBB-fr.com