Index du forum
Index du forum
« Toute l'actualité du Racing Club de Strasbourg Alsace vue par ses supporters »
Voir les messages sans réponses | Voir les sujets actifs Nous sommes le 5 Aoû 2020 23:40



Répondre au sujet  [ 86 messages ]  Aller à la page Précédente  1 ... 5, 6, 7, 8, 9  Suivante
 Anthony Caci 
Auteur Message
Président@Directoire
Président@Directoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 8 Fév 2012 15:18
Messages: 18518
Localisation: Dorlisheim
butfootball a écrit:
un joueur du RC Strasbourg sur la liste de Juninho ?
Auteur d’une belle fin de saison au RC Strasbourg, Anthony Caci ferait partie des joueurs ciblés par Juninho pour renforcer l’OL.

A l’image du RC Strasbourg, Anthony Caci a très bien fini l’année 2019. Le latéral, auteur notamment d’une passe décisive pour Ludovic Ajorque lors de la victoire du Racing contre l’ASSE (2-1), disposerait selon Le 10 Sport de plusieurs touches en France et à l’étranger.
Monaco et Wolfsburg également sur Caci

Caci, formé au club et auteur d’1 but et 4 passes décisives en un mois, serait notamment pisté par l’OL, où Juninho cherche un latéral, et par l’AS Monaco, mais aussi par les Allemands de Wolfsburg. A deux ans de la fin de son contrat, Caci (22 an n’aurait toutefois pas l’intention de partir dès cet hiver. Mais un changement de club pourrait se préciser en fin de saison.


27 Déc 2019 19:24
Profil
Président@Directoire
Président@Directoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 8 Fév 2012 15:18
Messages: 18518
Localisation: Dorlisheim
equipe a écrit:
Anthony Caci absent deux mois
Le défenseur strasbourgeois souffre d'une déchirure au niveau de l'adducteur gauche.
Sorti après sept minutes de jeu samedi face au Portel en Coupe de France (victoire 4-1), Anthony Caci a passé des examens complémentaires mardi qui ont confirmé que le défenseur polyvalent était victime d'une déchirure de l'aponévrose de l'adducteur gauche.
La durée de son indisponibilité est estimée à deux mois par les dirigeants strasbourgeois précisent les Dernières Nouvelles d'Alsace.


8 Jan 2020 13:55
Profil
Vétéran@Pro
Vétéran@Pro
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 20 Mai 2007 0:30
Messages: 664
Ca craint

_________________
Lovely day for a Guinness


8 Jan 2020 20:35
Profil
Secrétaire général@Directoire
Secrétaire général@Directoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 20 Jan 2005 16:00
Messages: 7519
Localisation: Mulhouse
C'est moche pour lui :(


8 Jan 2020 21:09
Profil
Vétéran@Pro
Vétéran@Pro

Inscription: 7 Jan 2018 18:46
Messages: 712
Vraiment dommage, il était en pleine forme.


8 Jan 2020 22:22
Profil
Président@Directoire
Président@Directoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 8 Fév 2012 15:18
Messages: 18518
Localisation: Dorlisheim
dna a écrit:
Le retour à l’entraînement collectif du défenseur strasbourgeois Anthony Caci (Racing) : « Je suis très excité »
Blessé à l’adducteur gauche le 4 janvier, le jeune défenseur strasbourgeois Anthony Caci a repris l’entraînement collectif ce mardi matin.
Il avait attendu le 20 octobre pour débuter à Marseille sa saison 2029-2020 dans un rôle peu habituel de latéral droit (défaite 2-0). Après cette première délicate, Anthony Caci avait, dès le match suivant, retrouvé le flanc gauche de la défense du Racing.

Lui qui avait raté la préparation estivale, l’épopée européenne et le premier quart du championnat pour un genou puis une cuisse récalcitrants, en a délogé Lionel Carole.

« C’était long, mais il fallait bien me préparer pour être à fond dès mon retour »

En huit matches, il a inscrit son premier but en Ligue 1 (contre Amiens le 23 novembre) et distillé quatre passes décisives. Mais le 4 janvier à Calais contre Le Portel en 32e de finale de Coupe de France, il a, quelques instants après son entrée à la 71e minute, de nouveau été stoppé net par une lésion à l’adducteur gauche.

Alors, ce mardi, “Titi” Caci a repris l’entraînement collectif avec un bonheur non dissimulé. « Je suis très excité. En me levant, je n’avais qu’une envie : venir à la Meinau, même plus tôt, pour commencer vite sur le terrain. J’achève un mois de préparation individuelle. C’était long, mais il fallait bien me préparer pour être à fond dès mon retour. »

Il le dit avec un sourire jusqu’aux oreilles, alors que le chariot de matériel qu’il pousse n’avance guère dans la boue saupoudrée de sable à l’entrée du terrain annexe. Il reconnaît se sentir « un peu essoufflé », pas seulement à cause de ce dernier effort de la matinée.

« C’est normal, c’est ma première. Mais le rythme va venir. À moi de travailler plus pour améliorer mon cardio. Je savais que ma blessure allait prendre du temps. L’adducteur, c’est toujours compliqué. Il faut que ce soit bien cicatrisé pour reprendre. »

« Ça a pété sur un geste anodin »


Deux mois après, il cherche toujours vainement une explication à sa blessure à Calais. « Peut-être que psychologiquement, je n’étais pas prêt à entrer dans ce match. Mais ça a pété sur un geste un peu anodin et on ne peut pas tout expliquer dans le football. Maintenant, c’est du passé. Je vais essayer de bien revenir, comme cet automne, et faire encore mieux pour bien finir la saison. »

Une saison qui aurait pu être la sienne, mais que les blessures ont hachée et gâchée. « Elles ont coupé mon élan. J’avais commencé à être décisif. C’était très bien pour l’équipe et moi. C’est dommage et frustrant. Mais l’important aujourd’hui, c’est de retrouver ma lancée. »


3 Mar 2020 21:01
Profil
Vétéran@Pro
Vétéran@Pro

Inscription: 7 Jan 2018 18:46
Messages: 712
Hâte de le revoir sur le terrain, peut être des la réception de Dijon….


3 Mar 2020 22:25
Profil
Manager général@Directoire
Manager général@Directoire

Inscription: 26 Jan 2008 19:21
Messages: 12161
Localisation: HAGUENAU
Tenor a écrit:
le fait d'être polyvalent ne lui donne aucun passe droit, et c'est plutôt mauvais signe pour un joueur qu'on appelle pour boucher les trous même s'il possède des compétences défensives. Une telle position le dessert plus qu'autre chose car dans la tête du joueur il ira gamberger tôt ou tard, c'est bien pour le club maios pas forcément pour lui car il va falloir se poser réellement sur un poste oû il excelle le mieux. Au racing de lui trouver le sien.. il n'a que 20 ans et peut se donner encore un peu de temps :roll:


ce que j'avais écrit pour Caci en mars 2019 est revenu au grand jour, mais ça concerne maintenant Djiku, bizarre ces polyvalences au racing :lol:


4 Mar 2020 11:55
Profil
Président@Directoire
Président@Directoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 8 Fév 2012 15:18
Messages: 18518
Localisation: Dorlisheim
dna a écrit:
Le journal d’un confiné au Racing, épisode 3
Anthony Caci, défenseur du Racing : «Un dîner presque parfait puis les zombis»

Durant la période de confinement, trois joueurs du Racing parlent à cœur ouvert de leur quotidien loin des terrains. Troisième épisode avec le cadet de la bande, Anthony Caci (22 ans), qui s’occupe avec des tartes aux pommes et des zombis…
Adrien Thomasson est à la montagne, Dimitri Liénard à la campagne et Anthony Caci en ville. Des trois Racingmen qui tiennent leur journal de bord dans ces colonnes, le jeune défenseur est celui qui dispose du moins de mètres carrés pour respirer, dans son appartement d’Illkirch qu’il partage avec sa copine.

« J’ai l’impression que chaque jour, on revit toujours la même chose », dit-il après bientôt deux semaines de confinement. Dans ce remake du film Un jour sans fin , “Titi” Caci trouve des occupations pour échapper à la monotonie de la boucle temporelle. Voici ses recettes, livrées ce vendredi en fin d’après-midi.

« Là, je reviens des courses au supermarché. Le truc d’habitude chiant pour tout le monde est quasiment devenu un événement que tu attends avec impatience !

Au départ, je le vivais bien, ce confinement. Tu as le temps de faire des choses auxquelles tu ne penses même pas d’habitude. Mais là, je commence à tourner un peu en rond. Il n’y a rien à faire, on est dans la répétition.

Et encore, je passe à la Meinau les matins pour des soins (juste avant le début du confinement, Caci revenait d’une blessure aux adducteurs contractée début janvier). Je ne suis pas le seul à y aller, mais je ne croise jamais mes coéquipiers. C’est chacun à son tour pour éviter tout risque de contamination.

Au stade, il y a le docteur Piétra et les deux kinés. Pendant une heure et demie, tu peux discuter avec des gens, ça fait du bien ! Bon, sur la télé de la salle de massage, il y a les images de BFM qui passent en boucles. Et les nouvelles sont toujours mauvaises actuellement alors qu’on aimerait juste en entendre de bonnes…

« J’ai encore attrapé deux petits poissons aujourd’hui »


Le staff médical est à l’affût pour voir si on n’est pas contaminé ou déprimé. Et Florian, le préparateur physique, nous appelle presque tous les jours pour voir si on ne rencontre pas trop de difficultés dans notre programme de maintien en forme qu’il nous a laissé dans les premiers jours du confinement.

Au début, je pouvais encore faire mon footing sans soucis. Mais depuis les restrictions, c’est plus compliqué. Un coéquipier a d’ailleurs été contrôlé par la police alors qu’il courait à la limite du rayon d’un kilomètre autorisé. Il n’a pas eu d’amende, mais on lui a dit de ne pas s’éloigner.

J’ai dû modifier mon parcours, le parc que je traversais étant fermé. C’est moins bien : il n’y a que du macadam, deux lignes droites et quelques zigzags entre les deux. Cela fait très exactement 27 minutes de course. C’est comme ça, on n’a pas le choix. De toute façon, il faut faire attention à ne pas se mettre dans le rouge au niveau pulmonaire pour ne pas s’affaiblir par rapport au virus.

J’attends aussi avec impatience la livraison de quelques accessoires de musculation que j’ai commandés en ligne. Pour moi comme pour ma compagne, qui suit ses cours de biologie à distance, la matinée passe assez vite. Mais l’après-midi est bien plus longue...

Sur Snapchat, on échange quelques conneries entre potes pour se marrer. Et avec ma copine, on est devenu accro à The Walking Dead, la série de morts-vivants. On se prépare à la fin du monde ! Mais ça ne va pas durer : on est déjà à la saison 9 sur 10…

Après, je descends dans mon jardin pour aller pêcher dans l’Ill. J’ai encore attrapé deux petits poissons aujourd’hui. Bon, je les ai remis à l’eau, parce qu’avec ça, on n’a pas mangé !
Le jardin, on dirait Versailles!

Deux ou trois fois par semaine, les soirs, on appelle nos parents sur Skype. Ça permet de se voir, même si on préférerait les avoir en face de nous en vrai. Les miens sont à Forbach. Ils gardent mon chien, Liro, un “Amstaff” que je leur ai laissé avant le confinement et que je n’ai pas pu rechercher. Mon père s’occupe aussi de la terrasse et du jardin comme jamais il ne l’a fait. Il m’a envoyé des photos : on dirait Versailles !

Là, on va se mettre à la cuisine. J’aime ça. À midi, j’ai fait des haricots, de la purée de patate douce et du poulet. Bon, ma vraie spécialité, ce sont les pâtes. Et les sauces qui vont avec. Mais on ne peut pas en manger tous les jours. Je fais quand même attention à mon poids. Par habitude, je me pèse tous les jours. Au début, j’ai pris 800 grammes, que j’ai reperdus rapidement. J’ai la chance de pouvoir manger à volonté sans grossir…

Pour avoir de l’inspiration, on va regarder ensemble l’émission Un dîner presque parfait, avant de le faire nous-mêmes. Ensuite, un peu de télé puis au lit. On va s’endormir avec nos zombis de The Walking Dead !


28 Mar 2020 14:16
Profil
Président@Directoire
Président@Directoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 8 Fév 2012 15:18
Messages: 18518
Localisation: Dorlisheim
dna a écrit:
Chronique d’un confiné au Racing, : Anthony Caci
Image
Au 26e jour de confinement, Anthony Caci prend le temps de mesurer le chemin parcouru et de se projeter sur l’avenir. Mais aussi de pêcher au bord de l’Ill, de défier des potes à distance via la console de jeu ou d’apprendre à partager le quotidien avec Margot…
À force, le confinement le rend philosophe. S’il reste hyperactif quand il s’agit de s’entretenir physiquement sur la terrasse de son rez-de-jardin, avec du matériel « digne d’une salle de fitness » commandé sur internet, “Titi” Caci se prend aussi le « temps de la réflexion, sur ce que l’on a fait et ce que l’on va faire ». En voici les fruits…
« D’habitude, en pleine saison, on n’a jamais le temps pour penser à ce genre de choses. Mais là, il n’y a quasiment que ça à faire ! Donc je cogite beaucoup, sur le passé, sur les projets d’avenir, pour moi, la famille…

« Devenir pro, ce n’était pas gagné ! »


Je suis déjà content d’être arrivé là où j’en suis aujourd’hui, à savoir être footballeur professionnel au Racing. J’y ai repensé ces derniers jours : ce n’était pas gagné !

Je suis arrivé au centre de formation à l’âge de 14 ans. Avant, j’ai joué dans six clubs différents dans la région de Forbach. À chaque fois, c’est mon père (Raphaël) qui m’entraînait. Débarquer à la Meinau, ça a été un saut dans l’inconnu. Mais je me suis fait à ce nouveau monde. Jusqu’aux U17 Nationaux…

Ça a été une des pires années de foot pour moi. En tout cas au début. Les résultats ne suivaient pas et le coach, Giorgio Spinella, a décidé de chambouler l’équipe. Je me suis retrouvé sur le banc et elle s’est mise à gagner sans moi… Mon père, qui a toujours été très exigeant, et ma mère (Laurence) , n’ont jamais loupé un seul de mes matches. Même quand j’étais petit et quand il y avait des anniversaires dans la famille, ils disaient : “On ne peut pas venir, il y a Titi qui joue…” Et là, ils se tapaient une heure et demie de route pour me voir sur le banc.

J’ai compris que si je n’agissais pas, c’était fini pour moi. Mais pour faire quoi d’autre ? Je me suis posé la question et je n’avais pas de réponse. Devenir pro était la seule issue ! Je me suis dit : “Titi, là, il faut te bouger le c…”

Mon père a insisté auprès du coach pour que j’aie une dernière chance. Je l’ai eue. Je suis passé d’un poste offensif de n°10 à celui de n°6, en vraie sentinelle, à la Sergio Busquets. Ça a été le déclic. J’ai enchaîné les bonnes performances et j’ai été totalement transformé, avec un autre état esprit. Tout s’est alors accéléré : j’ai été surclassé en U19 par Éric Ziegelmeyer, j’ai dépanné en réserve, alors entraînée par Pascal Droenhlé, puis j’ai commencé à m’entraîner avec les pros.

Jusqu’à ma première titularisation, en août 2016 à Auxerre, en Coupe de la Ligue. Quand j’ai vu que Thierry Laurey a inscrit “Anthony” sur le tableau, je pensais qu’il faisait référence à Gonçalves. Mais c’était bizarre de le voir jouer en “six”. Puis j’ai compris que c’était moi, Anthony ! Bon, on avait perdu (2-0) mais je n’en m’étais pas trop mal sorti…

De ces premières années au Racing, j’ai gardé pas mal de potes. À cause d’eux, j’ai même dû rallumer la “play” (PlayStation) cette semaine, celle qui était éteinte depuis six mois. On joue à FIFA, forcément. Là, j’ai fini une partie en réseau avec Guillaume Jacquat, mon premier colocataire au Neudorf qui joue à Biesheim, et Gaëtan Weissbeck, copain de chambre qui est passé pro à Sochaux. Lui, il n’a jamais réussi à me battre à la “play”. Et dire qu’il retente toujours et encore sa chance !

J’essaye aussi de me projeter sur mon avenir. Je n’ai pas encore 23 ans (le 1er juillet) , mais j’aimerais préparer sereinement l’après-carrière. Peut-être dans l’immobilier ou quelque chose comme ça, maintenant que j’ai quasiment fini les plans de ma maison de rêve (lire l’épisode précédent) ! Avant cela, il faut déjà réaliser une belle carrière, en devenant indiscutable au Racing et peut-être dans un plus grand club plus tard. Il ne faut rien s’interdire !

C’est pour cette raison que je ne me vois pas encore avoir des enfants, ni même me marier. Ma compagne Margot y pense un peu plus ! On est pacsé, c’est déjà un bon début…

« Je me fais engueuler pour le rouleau de PQ ! »


Pour l’instant, comme elle poursuit ses études à Nice dans le domaine de la recherche médicale – avec sa mère, on la chambre souvent pour qu’elle se dépêche de trouver le vaccin au coronavirus – on ne se voyait que les week-ends et durant les vacances. Mais avec le confinement, on vit ensemble vingt-quatre heures sur vingt-quatre. C’est un bon test pour voir si on est fait l’un pour l’autre !

Il arrive que l’on se prenne un peu la tête, mais que pour des conneries. Par exemple, je me fais engueuler quand je finis le rouleau de PQ et je laisse le tube en carton sur le dévidoir ! Pour me faciliter la tâche, on a acheté le PQ avec le rouleau qui se dissout dans les toilettes. Eh bien ça ne suffit toujours pas pour que je l’enlève !

Bref, ce n’est pas bien grave. Bien moins que la situation de nombreuses personnes à cause de la crise. Au début, j’ai aidé ma famille parce que les salaires n’étaient plus versés. Et je suis prêt à me montrer solidaire, comme nous le suggère l’UNFP (Union nationale des footballeurs professionnels). J’espère qu’on va bientôt voir le bout du tunnel… »


12 Avr 2020 5:37
Profil
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Répondre au sujet   [ 86 messages ]  Aller à la page Précédente  1 ... 5, 6, 7, 8, 9  Suivante

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 2 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Rechercher:
Aller à:  
Développé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Designed by ST Software for PTF.
Traduction par phpBB-fr.com