Index du forum
Index du forum
« Toute l'actualité du Racing Club de Strasbourg Alsace vue par ses supporters »
Voir les messages sans réponses | Voir les sujets actifs Nous sommes le 25 Fév 2021 17:17



Répondre au sujet  [ 14 messages ]  Aller à la page 1, 2  Suivante
 Mehdi Chahiri 
Auteur Message
Manager général@Directoire
Manager général@Directoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 9 Nov 2003 21:26
Messages: 11121
Localisation: Longjumeau
SO a écrit:
Mehdi Chahiri rejoint le Racing
Le milieu offensif du Red Star s'est engagé pour quatre ans et demi avec prêt au club Audonien jusqu'à la fin de la saison.

Mehdi Chahiri (1,80 m, 77 kg) est un joueur du Racing. Le droitier de 23 ans (il est né le 25 juillet 1996 à Grande-Synthe, dans les Hauts de France) a signé un contrat qui le lie jusqu’en juin 2024 au club alsacien.

Avant de rejoindre ses nouveaux coéquipiers, Mehdi va néanmoins terminer la saison avec le Red Star qui lutte pour monter en Ligue 2. Le milieu offensif a joué jusqu’à ses quinze ans à Grande-Synthe avant de passer par la réserve du FC Lorient. Un nouveau crochet par Grande-Synthe et il rejoint Dunkerque (National) en 2016.

Après trois saisons, il signe au Red Star en 2019 où il est, cette saison, un élément déterminant et prometteur, ayant inscrit à ce jour 13 buts en 19 matches (toutes compétitions confondues).

LA RÉACTION DE MEHDI CHAHIRI
« C’est un rêve d’enfant qui se réalise, confie Mehdi. Jouer au plus haut niveau, c’est le souhait de tout footballeur. Là, je saute deux classes d’un coup. Je suis déjà venu à la Meinau quand le club était en National, pour encourager mon ami Denis Bouanga qui était mon partenaire en jeunes à Lorient. Je viens pour apprendre, pour grandir, pour jouer. Je me réjouis de l’ambiance de ce stade. En attendant, je vais tout faire pour aider le Red Star à monter en Ligue 2. Ce serait magnifique avant de venir à Strasbourg… ».


31 Jan 2020 12:19
Profil
Entraineur@Staff
Entraineur@Staff

Inscription: 16 Juin 2005 7:46
Messages: 2481
Localisation: Strasbourg
Le deuxième joueur de l’histoire du racing Originaire de Grande Synthe. C’est amusant lorsqu’on sait que c’est un bourg de 20.000 habitants :lol:
Je lui souhaite néanmoins une plus belle carrière chez nous qu’à son prédécesseur :lol:


31 Jan 2020 12:47
Profil
Président@Directoire
Président@Directoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 8 Fév 2012 14:18
Messages: 19956
Localisation: Dorlisheim
dna a écrit:
Portrait de la recrue du Racing Mehdi Chahiri, au tout début du rêve
Après un parcours atypique, Mehdi Chahiri, acheté fin janvier au Red Star par le Racing et aussitôt prêté jusqu’en juin au club audonien, se prépare à réaliser son rêve: jouer en Ligue 1. L’ambitieux milieu offensif a quatre ans – la durée de son contrat – pour y creuser son sillon.
Il n’arrive pas en terrain conquis, mais au moins en terrain connu. Avec l’assentiment du Red Star auquel le Racing l’avait prêté jusqu’en juin après le lui avoir acheté en fin de mercato d’hiver, Mehdi Chahiri, l’une des deux recrues bas-rhinoises – avec le milieu défensif Mahamé Siby –, a en effet pu prendre ses marques à Strasbourg du 11 au 29 mai.

Thierry Laurey avait alors rappelé ses ouailles, éparpillées depuis le confinement mi-mars, pour leur permettre de retrouver quelques sensations lors de séances strictement encadrées.

Le Red Star, lui, était à l’arrêt et son déjà ex-joueur avait été autorisé à venir s’entraîner avec son nouveau club.

« Je me suis beaucoup amélioré devant le but »


Le milieu offensif à la trajectoire un brin atypique en avait profité pour trouver un appartement dans lequel il s’est installé en début de semaine. Une manière, pour lui, de tourner définitivement la page d’un Red Star qu’il n’avait rejoint qu’en 2019, mais où il s’est vraiment révélé avec 11 buts et 3 passes décisives en National (14 buts officiels au total).

Fin janvier, lorsque le Racing a déboursé un million (plus un peu moins de 500 000 € de bonus) pour s’attacher ses services jusqu’en 2024, le natif de Grande-Synthe a d’ailleurs dû se résoudre à y rester.

« Le président audonien voulait que je finisse la saison. Il était évident qu’il ne me laisserait pas partir. C’est normal. Lui aussi avait un projet. Au début, ç’a été un peu dur, mais en fait, ça ne m’a pas spécialement dérangé. J’étais concentré sur le challenge de la montée en Ligue 2. J’ai été bien plus frustré de ne pas aller au bout de la saison. Nous avons terminé quatrièmes, alors que tout restait possible. »

Avec quelques mois de “retard”, le néo-Racingman se prépare cette fois à découvrir une Ligue 1 qu’il n’avait fait qu’effleurer en 2014-2015 à Lorient.
Attaché au Nord

De retour dans son club de toujours, Grande-Synthe, en CFA2 après un bref intermède à Boulogne-sur-Mer, il avait cette année-là fait le grand saut pour aller se frotter une première fois au monde professionnel.

« A Lorient, j’ai joué la première moitié de saison avec les U19 nationaux et la deuxième avec la réserve en CFA. Je m’y sentais bien, mais le Nord me manquait. J’ai eu l’occasion de rejoindre Dunkerque et je suis rentré chez moi. »

Il attendra un an avant de gagner ses galons de titulaire à l’USLD et d’attirer les regards du Red Star. « J’avais déjà pas mal d’occasions, mais j’ai souvent manqué de réalisme. Je me suis beaucoup amélioré devant le but et suis devenu bien plus efficace au Red Star. »

Ce pur droitier qui préfère jouer à gauche ou en soutien des attaquants se met à empiler les buts à “l’Etoile rouge”. Le Racing, qui le suivait à Dunkerque, observe sa maturation, comme deux autres clubs de Ligue 1, Montpellier et Dijon.
« Denis Bouanga m’a conseillé de signer au Racing »

« Le National est très regardé. Quand tu fais une bonne saison, tu sais que tu peux être contacté. Ça fait toujours plaisir. »

Par l’un de ces clins d’œil du destin qui bouleversent parfois une carrière, son court passage à Lorient va faire pencher la balance du côté alsacien.

« J’ai appelé Denis Bouanga, l’attaquant de Saint-Etienne que j’ai connu au FCL et qui a joué à Strasbourg ( en prêt de janvier à juin 2016, NDLR ). Il m’a dit que le Racing était un bon club et que je devrais y signer. Le public a également été déterminant, car j’aime jouer devant du monde. Le discours du coach et des dirigeants a aussi pesé. Pour tout dire, la question ne s’est pas vraiment posée.

Mon choix a été rapide. »

L’aîné d’une fratrie de cinq enfants (trois frères, une sœur) compte ainsi poursuivre sa progression sur les rives du Krimmeri.

« J’ai confiance en mes qualités. J’aspire à jouer. J’espère gagner le maximum de temps de jeu, tout en continuant à apprendre. Lorsque j’ai quitté Lorient, je me suis dit qu’il allait être compliqué d’atteindre la Ligue 1. Mais je n’ai jamais rien lâché. Je savais qu’un jour ou l’autre, je réaliserais mon rêve. À moi de faire ce qu’il faut pour jouer. J’espère être aussi efficace que la saison passée. J’ai hâte d’attaquer les matches amicaux. »

Hâte, aussi, de découvrir une Meinau que la grande famille Chahiri a prévu, dès que ce sera possible, d’investir pour venir le soutenir. « À la maison, tout le monde aime le foot. »


2 Juil 2020 10:27
Profil
Président@Directoire
Président@Directoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 8 Fév 2012 14:18
Messages: 19956
Localisation: Dorlisheim
dna a écrit:
Chahiri, le tube de l’été
Alors que le Racing achève sa préparation par un dernier match contre Metz, ce samedi à Molsheim, Mehdi Chahiri entend poursuivre sa montée en régime. Le milieu offensif de 24 ans semble bien parti pour conserver sa place dans l’équipe, à une semaine de la reprise.
« Si on l’a pris, ce n’est pas pour compter les maillots à la fin du match ». Voilà comment Thierry Laurey, dans son langage parfois brut de décoffrage, a exprimé les grands espoirs qu’il place en Mehdi Chahiri.

C’était fin juillet du côté de Divonne-les-Bains, à l’issue du succès contre Montpellier (2-1) dans lequel il avait pris sa part lors de la seconde période. Le garçon ne faisait alors que confirmer les belles dispositions entrevues lors de la première sortie amicale, quelques jours plus tôt à Évian contre Nîmes (1-0), également l’espace d’une mi-temps.
Apprentissage à la vitesse grand V

Le transfuge du Red Star (National), recruté cet hiver contre un million d’euros – et 500 000 de bonus – mais laissé à la disposition du club de Saint-Ouen jusqu’à la fin d’une saison raccourcie, a tapé dans l’œil des suiveurs du Racing et de son entraîneur.

« On est satisfait de ce qu’il produit, même s’il a fini un peu cramé alors qu’il n’a joué que quarante-cinq minutes, remarquait alors Laurey. Il vient d’un championnat amateur où le rythme n’est pas le même. Il faut encore qu’il apprenne à mieux gérer ses efforts, à se positionner pour ne pas dépenser de l’énergie inutilement de façon à être performant avec le ballon sur 90 minutes. Si, durant la préparation, il arrive à nous prouver qu’il peut jouer, eh bien il jouera. Mais dans l’immédiat, il est plus là pour apprendre et observer. »

Ces deux dernières semaines, l’apprentissage et l’observation se sont accélérés à la vitesse grand V. À tel point que le Franco-Marocain est tout proche de faire ses grands débuts en Ligue 1, dimanche prochain (15h) à Lorient, dans le maillot d’un titulaire.

Comment expliquer cette ascension fulgurante ? Déjà parce que plus de la moitié de l’effectif – 14 joueurs sur 25 – a été éparpillée façon puzzle par le coronavirus et les blessures, seul un retour, celui d’Ibrahima Sissoko (lire par ailleurs) étant enregistré dans la semaine. Aussi et surtout en raison de son implication aux entraînements et de ses performances sur le pré.

Le Nordiste fait partie de ces « joueurs qui ont faim » et sur lesquels Laurey entend « capitaliser » à l’approche de la reprise du championnat dans le Morbihan.

Mardi à Vittel, contre Dijon (3-0), Chahiri a encore franchi un petit palier. Seul joueur de champ à avoir disputé l’intégralité de la rencontre, il a fait montre de ses qualités, subtil mélange entre bagage technique haut de gamme – crochet, roulette, petit pont et tout le toutim –, vitesse d’exécution et adresse.

Au passage, l’ailier gauche à l’ancienne – qui peut aussi dépanner à droite – a inscrit son premier but sous le maillot bleu, sur un penalty en début de match.
« Je me sens de mieux en mieux, tout le monde m’a bien accueilli, je me suis vite intégré », souffle timidement celui dont l’assurance à l’oral est inversement proportionnelle à l’aplomb qu’il affiche balle aux pieds.
Oublier l’échec lorientais

À déjà 24 ans, Mehdi Chahiri sait qu’il ne peut plus perdre de temps. Une première occasion de percer au haut niveau s’était présentée à lui voilà quelques années, du côté de Lorient, mais il n’a pas su la saisir.

« J’avais dix-huit ans, je me suis entraîné quelques fois avec les pros, mais il me manquait la maturité, reconnaît-il. C’est la première fois que je partais aussi loin de chez moi. Je n’étais pas prêt ».

L’expérience bretonne est écourtée. L’aîné d’une fratrie de cinq enfants rentre chez lui, à Grande-Synthe, en périphérie de Dunkerque, là où tout a commencé. D’abord dans le club de son enfance, puis chez les voisins de l’USLD, Chahiri repart de zéro mais renaît aux ambitions.

« C’est le coach de Dunkerque, Claude Robin, qui m’a redonné une chance », dit-il. Dans cette même division National (3e niveau français), mais un cran plus haut en termes d’objectifs, Vincent Bordot lui accorde sa confiance.

Chahiri s’impose alors dans l’effectif du Red Star, qui joue la montée en Ligue 2. Avec quatorze buts à son actif, il est paré au décollage vers les sommets.

Débarqué incognito en Alsace dès le mois de mai, quand le Racing avait repris le chemin de l’entraînement pour une session de trois semaines post-confinement, le milieu offensif ouvre yeux et oreilles en grand. « Au contact de joueurs installés en Ligue 1, je ne peux que m’améliorer, assure-t-il. Tactiquement, j’ai déjà progressé. J’ai aussi gagné en rapidité. C’est indispensable, parce que tout va plus vite à ce niveau. »

Mehdi Chahiri sait que le plus dur est à venir. Il accepte de relever le défi sans se mettre de pression inutile. « C’est ma première année en Ligue 1, je dois faire mes preuves, dit-il humblement. Le coach a raison quand il dit que je dois être plus régulier, plus efficace. J’y travaille et j’essaye de corriger mes défauts pour grappiller le plus de temps de jeu possible et me faire une place dans le groupe. »

Un destin à la Ribéry ?


Pour l’heure, le garçon ne souffre pas du mal du pays. « Ici, tout est carré, tout est cadré, apprécie-t-il. Et la famille est contente de mes performances. Ils ont vu les premiers matches en direct sur internet. »

Un destin à la Ribéry, autre enfant du Nord à la trajectoire contrariée et à l’épanouissement tardif – il avait découvert la Ligue 1 à 21 ans au FC Metz – est-il envisageable ? Chahiri se marre : « J’ai joué à Boulogne, comme lui, et je viens du National, mais la comparaison s’arrête là. Au mieux, je peux essayer de suivre ses traces… »

Le chemin commence à Strasbourg, où il s’agira déjà de se faire un nom au Racing. Le dernier match de préparation, ce samedi contre Metz, lui permettra d’accélérer le pas. « On veut être dans la continuité des matches précédents et proposer quelque chose de cohérent », dit-il.

Comme le dit Thierry Laurey, Mehdi Chahiri n’est pas venu pour compter les maillots. Bientôt, peut-être, faudra-t-il l’aider à compter les buts.


15 Aoû 2020 10:51
Profil
Président@Directoire
Président@Directoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 8 Fév 2012 14:18
Messages: 19956
Localisation: Dorlisheim
dna a écrit:
Chahiri, fine gâchette
Meilleur buteur du Racing avec deux réalisations, Mehdi Chahiri confirme, dans un championnat de Ligue 1 qu’il découvre, les bonnes impressions vues durant la préparation estivale du Racing. Mais le transfuge du Red Star n’oublie pas que les prestations collectives ne sont pas encore au rendez-vous.
Premier match de la saison, première fois en Ligue 1, première titularisation, première demi-heure de jeu… premier but ! Les débuts officiels de Mehdi Chahiri au plus haut niveau du football professionnel ont des allures de rêve éveillé.

En inscrivant le premier but du Racing en championnat cette saison – le dimanche 23 août sur la pelouse du promu lorientais, sur un ballon parfaitement décalé par la “tour de contrôle” Ludovic Ajorque –, le natif de Grande-Synthe a justifié les espoirs placés en lui par le club de la capitale alsacienne. Le choix de miser sur le milieu de terrain offensif, qui brillait avec le Red Star en National, lors du mercato hivernal (*) avait pu étonner.
« J’ai toujours cette envie de marquer, de tirer. Je suis un joueur offensif, quoi »


En une demi-heure dans le Morbihan, Mehdi Chahiri a montré que ce pari n’avait rien du coup de folie et que ses 11 buts inscrits (en 22 matches de National) avec le Red Star ne pouvaient être le fruit du hasard. Mais la suite de la rencontre à Lorient a aussi rappelé que le milieu est un néophyte en Ligue 1, sa perte de balle en début de seconde période étant à l’origine de l’égalisation morbihannaise.

Pour sa défense, il n’a pas été le seul Racingman à se noyer dans le port breton au retour des vestiaires. Mais forcément, ce revers (3-1) a gâché une prestation pourtant plus qu’encourageante pour une première à ce niveau.

« J’ai fait une erreur au premier match. J’apprends encore, plaide le joueur de 24 ans. C’est surtout la défaite qui gâche le tout. Si j’avais fait une erreur mais qu’on gagnait dernière, ça serait mieux passé. Mais là, on perd le match. »

Titulaire lors du match suivant contre Nice, il n’avait pas hésité à prendre sa chance de loin comme sur cet enroulé du droit qui avait léché la cage de Benitez (31e ).

« J’ai toujours frappé de loin. Des fois ça marche, des fois ça ne marche pas. Mais j’ai toujours cette envie de marquer, de tirer, de faire marquer. Je suis un joueur offensif, quoi (sourire). »

Le joueur est attiré par le but, ça se sent dans son jeu, dans ses coups de patte du droit. En Ligue 1, il doit aussi se mettre au niveau dans l’engagement physique. Cet impact, il le découvre sans que ce soit pour autant un aspect qu’on lui aurait caché.

« C’est intense dans les trente derniers mètres, c’est plus physique. On m’en avait déjà bien parlé, je m’y attendais donc je ne suis pas plus surpris que ça », assure Mehdi Chahiri.

De quoi se rassurer sur la bascule National/Ligue 1 ? « D’un point de vue personnel, je m’adapte bien. Mais après, d’un point de vue collectif, on n’a pas fait un très bon début de saison, on le sait tous », ne s’aveugle pas le milieu strasbourgeois.

Remplaçant lors des trois dernières journées de Ligue 1, Mehdi Chahiri essaie de montrer en match « ce qu’il fait à chaque entraînement ». « J’essaie de bonifier le temps de jeu que me donne le coach. J’arrive plutôt à bien à le faire en ce moment. Mais je ne me mets pas de pression, je monte sur le terrain comme je l’ai toujours fait. »
« La première fois que je marque aussi vite dans un match »

Dimanche à Monaco, il ne lui a fallu qu’une quinzaine de secondes après son entrée en jeu en début de seconde période pour inscrire son deuxième but en Ligue 1. « C’est la première fois que je marque aussi vite dans un match, en sourit-il. Ludo (Ajorque) est au duel avec le défenseur, j’ai un peu de chance que le ballon vienne vers moi, mais ça fait toujours plaisir de marquer même s’il n’y a pas le résultat derrière. »

Un résultat, c’est ce qu’il faudra chercher ce dimanche dans une Meinau qui va retrouver un peu de l’âme de son mur bleu. De quoi lui rappeler certains soirs d’un stade Bauer, l’antre du Red Star, qu’on sait parfois bouillant. « Il y avait de la ferveur, mais ce n’est pas de la Ligue 1. On m’a parlé du mur bleu et je suis pressé de pouvoir le découvrir ».

Le retour des supporters, Mehdi Chahiri l’attend avec la même impatience que tous les protagonistes des soirs de match. « Le foot sans les supporters, ce n’est pas du foot, lâche-t-il. Les supporters qui poussent derrière, ça donne plus de force, d’envie, de courage. »

Face à des Lillois invaincus, qui n’ont encaissé que deux buts, la voix des supporters ne sera pas de trop pour pousser les Racingmen. Fine gâchette, Mehdi Chahiri n’hésitera pas à dégainer pour faire rugir ce mur bleu. Même loin de déborder, la Meinau ne demande qu’à en profiter.

(*) Acheté pour un million d’euros (plus un peu moins de 500 000 € de bonus) au Red Star, il avait été prêté dans la foulée au club francilien


3 Oct 2020 4:32
Profil
Recruteur@Staff
Recruteur@Staff

Inscription: 7 Jan 2018 17:46
Messages: 994
Il va vite devenir indispensable.


3 Oct 2020 20:04
Profil
Président@Directoire
Président@Directoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 8 Fév 2012 14:18
Messages: 19956
Localisation: Dorlisheim
Indispensable je ne sais pas Matt, mais peut-être utile si TL en a besoin .


4 Oct 2020 10:48
Profil
Recruteur@Staff
Recruteur@Staff

Inscription: 7 Jan 2018 17:46
Messages: 994
Laisse lui prendre la mesure de la L1 et il le sera.
Je prends date.


4 Oct 2020 20:28
Profil
Président@Directoire
Président@Directoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 8 Fév 2012 14:18
Messages: 19956
Localisation: Dorlisheim
dna a écrit:
Chahiri rallume le feu
Mehdi Chahiri (24 ans) est revenu en pleine lumière à la faveur de deux matches aboutis, à Nantes et contre Metz. Et même s’il pourrait commencer sur le banc, ce mercredi à Angers, le milieu gauche est prêt à en surgir à tout moment pour mettre le feu.
Débarqué sur la pointe des pieds du Red Star, club de National (3e division), en plein confinement du printemps, Mehdi Chahiri a connu un baptême du feu tonitruant dans l’élite du foot français.

Certes, l’ailier gauche a un peu profité de la vague estivale de Covid qui avait submergé le Racing pour débuter sans tarder, inscrivant un but dès la première journée à Lorient (défaite 1-3). Mais il a enchaîné, trouvant encore le fond des filets à Monaco (revers 2-3, 5e journée), avant de rentrer dans le rang.
« J’essaye de donner à chaque fois le maximum, que je joue beaucoup ou peu »

« Quand c’est devenu plus compliqué pour lui, on a préféré lui laisser un peu de temps pour digérer tout ça, dit Thierry Laurey. Durant trois matches, le natif de Grande-Synthe ronge son frein sur le banc, puis revient en jeu à la faveur de trois apparitions en fin de partie.

« On est des compétiteurs, on veut tous jouer au maximum, commente le droitier au sujet de cette passe difficile. Je travaille la semaine à l’entraînement pour pouvoir progresser et combler mes lacunes. »

Que lui manque-t-il pour se rendre indispensable ? « Tactiquement, il faut que je m’améliore, insiste celui qui avait été recalé par Lorient voilà cinq ans. Par rapport au National, il faut aller plus vite dans les 30 derniers mètres, prendre l’information plus rapidement, lever la tête plus tôt. Mais j’ai progressé. Je me sens mieux, j’essaye de donner à chaque fois le maximum, que je joue beaucoup ou peu. »

À son retour de maladie, début novembre, Laurey a surtout retrouvé un joueur transfiguré en termes d’attitudes. « Mehdi était beaucoup plus concentré et décisif à l’entraînement. La technique et le niveau athlétique, il les a, pas de soucis. Le problème, c’est le mental pour être présent de bout en bout, avoir le bon positionnement, faire les bons déplacements, enfin toutes ces choses qui font qu’un joueur est capable de s’installer en Ligue 1. Il n’est pas encore suffisamment décisif mais montre de nets progrès. »

Le retour en grâce s’opère à Nantes (victoire 4-0), avec la bascule tactique dans un 4-2-3-1 qui lui permet d’arpenter son couloir gauche. « C’est un de ceux pour qui le changement a été le plus bénéfique, parce qu’il évolue dans sa zone », précise le coach.

« Je suis à ma place, même si le système n’est pas le plus important », abonde timidement l’intéressé.

Du mieux en défense


Libre de ses mouvements sur le front offensif, où ses dribbles courts et son entente avec Thomasson provoquent la zizanie dans les défenses adverses, Chahiri commence aussi à mieux défendre, sur les conseils et sous la pression permanente de son entraîneur.

Encore aligné d’emblée contre Metz (2-2), celui qui dit n’avoir « aucun modèle en Ligue 1, si ce n’est Neymar » espère vivre une troisième titularisation de rang à Angers. Et s’il doit se contenter d’un rôle de remplaçant, ce que le retour de Bellegarde peut laisser penser, il voudra « tout donner » au moment d’entrer en jeu.

« On est sur trois matches sans défaite, c’est très positif, mais dans notre situation, on se doit de prendre des points à chaque match, assène-t-il. On va à Angers pour continuer cette série, et si possible l’étirer jusqu’à la petite trêve de find’année. »

Si Mehdi Chahiri maintient son niveau de jeu à un degré élevé, le Racing a un peu plus d’atouts en mains pour ne pas rentrer fanny ce mercredi.


16 Déc 2020 5:51
Profil
Secrétaire général@Directoire
Secrétaire général@Directoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 20 Jan 2005 15:00
Messages: 8107
Localisation: Mulhouse
Entrée en jeu sérieuse contre Angers. Il a su dribbler/provoquer quand il le fallait, et s'abstenir ou retourner défendre quand il le fallait aussi. Je l'ai trouvé meilleur que contre Metz, plus "utile" au collectif :) A confirmer !


16 Déc 2020 22:14
Profil
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Répondre au sujet   [ 14 messages ]  Aller à la page 1, 2  Suivante

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 4 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Rechercher:
Aller à:  
Développé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Designed by ST Software for PTF.
Traduction par phpBB-fr.com