Index du forum
Index du forum
« Toute l'actualité du Racing Club de Strasbourg Alsace vue par ses supporters »
Voir les messages sans réponses | Voir les sujets actifs Nous sommes le 16 Aoû 2018 14:09



Répondre au sujet  [ 116 messages ]  Aller à la page Précédente  1 ... 8, 9, 10, 11, 12  Suivante
 Football Alsacien 
Auteur Message
Manager général@Directoire
Manager général@Directoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 23 Aoû 2005 16:52
Messages: 12091
Localisation: expatrié à Los Angeles ...
Message 
Dropsy a écrit:
j'espère vraiment que le FCM retrouve un jour sa place au moins en L2.

Aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaahhhhhhhhhh les beaux derbies entre le racing et mulhouse, avec la lacrymo des CRS dans les quarts de virages du stade de l'ill !!!!!!

ils avaient aussi de bons joueurs lors de leur séjours en D1.


ça paraît tellement loin les derbys en première division FCM-RCS :roll:

_________________
"Tout ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort" Nietzsche.
Image


12 Oct 2006 14:15
Profil
Sélectionneur@InfosRacing
Sélectionneur@InfosRacing
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 16 Mai 2003 23:27
Messages: 37505
Localisation: Strasbourg
L'es joueur de Mulhouse Youssef Adnane est meilleur buteur de National !

_________________
L'histoire est en marche ...


11 Mai 2008 8:25
Profil Site Internet
Responsable marketing @Directoire
Responsable marketing @Directoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 17 Aoû 2007 18:14
Messages: 3406
Localisation: Paris
On le verra peut-être en L2 (là  aussi ça va se jouer à  la dernière journée).

Sinon, le Racing aime bien les meilleurs buteurs de National, non ? ;) ;)


11 Mai 2008 9:41
Profil
Sélectionneur@InfosRacing
Sélectionneur@InfosRacing
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 16 Mai 2003 23:27
Messages: 37505
Localisation: Strasbourg
DNA a écrit:
Biesheim : huit points de perdus ?

L'affaire pourrait faire du bruit et.. relancer le suspense en Division d'honneur. Deux clubs, le FR Haguenau II et Bartenheim, ont fait appel semblerait-il (évocations plutôt puisque c'est le terme juridique approprié), dans les délais impartis, de leurs défaites face à  Biesheim car un de ses joueurs (Rachid Barkat) était sensé ne pas les disputer. Un rappel des faits s'impose : le 14 mars, Rachid Barkat, joueur de plein air de Biesheim, dispute un match du championnat de France de futsal (sous les couleurs de la MJC Pfastatt cette fois) face à  l'ASC Union Garegoise. Le joueur haut-rhinois est expulsé et, en sortant du terrain, tient « des propos injurieux envers l'arbitre ». Lors de sa réunion du 19 mars, la commission centrale de discipline de la Fédération Française lui inflige quatre matches de suspension, la sanction prenant effet le 23 du même mois. Cinq jours plus tard, en toute bonne foi, il est aligné par Vincent Milliet, l'entraîneur de Biesheim, pour la rencontre face à  Bartenheim (2-1), puis le 5 avril à  Haguenau face à  la réserve du FRH. Là -aussi, les Rhénans s'étaient imposés (0-1).

Ce que dit le règlement du championnat de France de futsal

Le hic, c'est que les règlements indiquent plus ou moins clairement que Rachid Barkat ne pouvait pas être aligné lors de ces deux matches-là . En effet, dans le règlement du championnat de France de futsal, à  l'article 18, alinéa 6 est stipulé : « Les sanctions prononcées lors des matchs de futsal n'ont pas d'incidence sur le football de plein air et réciproquement, sauf cas pouvant entraîner de la part de la Commission de discipline des sanctions à  temps ou supérieures à  2 matchs. » C'est clair tout en ne l'étant pas. Rachid Barkat, qui possède la double licence (c'est autorisé), même s'il a été sanctionné avec la MJC Pfastatt, aurait dû purger le début de sa suspension avec Biesheim tant que son club de futsal n'avait pas de rencontre. C'est le licencié qui est en cause pas le club avec lequel il joue. Toute l'ambiguïté de l'affaire ! Ce sera à  la commission de la Ligue d'Alsace (Lafa) compétente d'en juger dans les prochains jours. Si la Lafa donnait raison aux deux clubs plaignants, Biesheim, qui était dans la course à  la montée au début de la semaine dernière, se battrait désormais pour ne pas descendre. L'équipe de Vincent Milliet perdrait huit points dans l'affaire et se retrouverait avec 47 points à  la 9e place. Brunstatt (46) serait rejoint par Bartenheim qui en récupérerait trois (46) et ne serait plus relégable, Haguenau passerait 12e (44), Koetzingue (43) et le Mars Bischheim (41) fermant la marche. Pour l'instant, ce n'est que du football-fiction. Et dans quelques jours ?

_________________
L'histoire est en marche ...


29 Avr 2009 8:24
Profil Site Internet
Manager général@Directoire
Manager général@Directoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 8 Fév 2012 15:18
Messages: 14269
Localisation: Dorlisheim
dna a écrit:
Changements en vue au FRH
Suite aux deux défaites inaugurales, Cyril Giesi et le FRH ont dû se contenter du partage des points, mercredi contre Sarre-Union. Après des matches amicaux probants, il ne faudrait pas que le doute s’installe au sein d’un groupe de joueurs qui devrait évoluer.

Ça y est , les vacances sont déjà oubliées et le championnat a repris sa course effrénée. Haguenau, que beaucoup voyaient tout en haut, est retombé sur terre en ne confirmant pas sa très bonne série de matches amicaux. Contre Sarre-Union, la victoire était décrétée impérative, mais ça n’a pas suffi pour venir à bout d’un adversaire coriace.
« C’est une mauvaise affaire pour nous, confirme l’attaquant Cyril Giesi. Eux s’en tirent bien avec le nul, mais pour nous, c’est un résultat au goût amer. On a réalisé une très bonne première période avec un pressing haut, et à ce moment-là, ils ont eu du mal à jouer. Après la pause, on est retombé dans nos travers. On a reculé, on n’arrivait plus à poser le jeu. »
Quels enseignements tirer de ces trois rencontres sans victoire ? Pour le capitaine du FRH, chaque match a sa vérité et il est donc trop tôt pour tirer des plans sur la comète.
« À Prix-lès-Mézières, on y est allé un peu trop sûr de nos forces. Suite à la préparation que l’on avait réalisée, on pensait qu’on allait gagner, puis on est passé totalement à côté, résume-t-il. À Troyes, on fait une bonne prestation, mais on a dormi cinq minutes et ils nous ont “planté” deux buts. Le nul n’aurait pas été volé. »
Un défenseur va arriver
Pour remettre tout ce petit monde dans le bon sens, Jean-Luc Kleinmann, le directeur sportif, et tout le staff haguenovien multiplient les réunions. Résultat, l’effectif devrait connaître quelques ajustements dans les prochains jours.
Un défenseur central en provenance d’un club haut-rhinois est sur le point de signer, quand un attaquant du FRH est en partance. De plus, l’entraîneur Claude Spreng, qui se plaignait d’avoir un effectif trop important, continue de chercher la bonne formule pour que la motivation reste intacte au sein d’un groupe qui pourrait être réduit.
« On s’entend tous bien, mais c’est sûr que le coach a le souci d’avoir des choix à faire. Plusieurs joueurs qui sont chez nous seraient titulaires dans d’autres équipes de National 3, mais là, tu es obligé de te priver de certains. On a été gourmand niveau recrutement, il va falloir que le coach fasse avec pour que le groupe n’explose pas par rapport aux choix. »
Au repos ce week-end
Le départ surprise de Philippe Knobloch a également pu déconcerter certains joueurs qui doivent apprendre à travailler avec une méthode différente. « Moi, ça fait six ans que j’étais avec Philippe. Ça nous est tombé dessus, on était parti pour repartir une saison avec lui. Après, je pense qu’on n’est pas un groupe difficile à gérer. Il faut qu’il prenne un peu ses repères. C’est sûr que ce n’est pas facile de s’adapter à un groupe qui était habitué au même coach depuis plusieurs années. On ne peut pas juger quelqu’un après quelques matches, ce n’est pas évident pour lui de s’intégrer à l’équipe. »
Avant de croiser Weyersheim en Coupe de France et d’affronter Pagny en championnat, les Haguenoviens seront au repos ce week-end. Malgré la grosse séance d’entraînement de ce soir, il y aura comme un petit air de vacances, ce qui n’est pas forcément pour déplaire à Cyril Giesi, à sa compagne Romy et à leurs enfants Noam et Louis.
« J’ai de quoi faire, sourit l’attaquant de 28 ans. On restait quand même sur deux longs déplacements. Là, je vais m’occuper de ma famille, ils seront contents que je sois à la maison ce week-end… »


1 Sep 2017 5:58
Profil
Manager général@Directoire
Manager général@Directoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 8 Fév 2012 15:18
Messages: 14269
Localisation: Dorlisheim
dna a écrit:
National 3 -
Haguenau – Biesheim (3-2) -
Football À un point du bonheur !
Image
Bousculé durant la première période, Haguenau a fini par renverser Biesheim. Il ne manque plus qu’un point au FRH pour valider sa montée en N2.

Le FR Haguenau du duo Spreng/Catalano a remporté le match au sommet contre une équipe de Biesheim qui n’a pas démérité tout au long de la rencontre.

Et s’il manque encore un petit point pour fêter officiellement le titre et la montée en National 2, dans le vestiaire du FRH, hier, c’était la fiesta avant l’heure avec l’inimitable Pierre Ebede aux manettes.

Cette victoire était savourée avec d’autant plus de vigueur qu’elle a été acquise dans la douleur, contre un adversaire haut-rhinois valeureux, qui avait fait le déplacement avec une cohorte de supporters particulièrement bruyants.

Marco Rosenfelder avait promis un football offensif et sans calcul et le milieu offensif haguenovien n’avait pas menti.

Dès l’entame, les deux équipes vont de l’avant et se rendent coup pour coup pour forcer leur destin.
Giesi-Weissbeck, duo infernal

Après quelques escarmouches de part et d’autre, ce sont les Biesheimois qui trouvent l’ouverture grâce à Bruno Charoy, déjà buteur la semaine passée à Prix-lès-Mézières. L’attaquant trompe Pierre Ebede d’une reprise pleine de sang-froid suite à un centre au cordeau (0-1, 22e ).

Haguenau est mené au score et l’intensité baisse. Si l’on ajoute la sortie de Dylan Bey sur blessure, on comprend que l’ambiance n’est pas des plus festives, sauf pour Biesheim, évidemment.

Les supporters haguenoviens commencent à se diriger vers les merguez avec le moral dans les chaussettes, lorsque l’inévitable Cyril Giesi surgit sur un centre tendu de Rachid Hayef pour remettre les deux équipes à égalité (1-1, 44e ).

Dans la foulée, Giesi lance Gaëtan Weissbeck dans la profondeur sur contre-attaque. Le milieu offensif du FRH emmène parfaitement son ballon pour tromper Kehi à bout portant d’une belle frappe du droit qui fait rugir de plaisir le Parc des Sports (2-1, 45e +2).

Au retour des vestiaires, Haguenau va continuer de jouer l’offensive pour inscrire le 3e but, alors que du côté de Biesheim, on n’a plus le choix. Il y aura des ballons chauds dans la surface de Pierre Ebede : pour Mathieu Wagner en bonne position, mais lui-même surpris (50e ), pour Julien Jacquat, dont la frappe est trop croisée (65e ), puis pour Bruno Charoy, qui manque d’un rien sa reprise de la tête (77e ). En face, les fulgurances de Rachid Hayef font des ravages, tandis que la frappe de Marco Rosenfelder passe de peu à côté (75e ).

Il faudra attendre le 22e but de celui que l’on reconnaît sans le nommer, qui marque d’une frappe monstrueuse du gauche suite à un service de Gaëtan Weissbeck, le “monsieur plus” de cette équipe (3-1, 82e ). Juste avant la fin, Charoy se trouve à point nommé pour reprendre le ballon après une parade de Pierre Ebede, mais ça ne changera plus rien (3-2, 90e +2).
Spreng : « Le sentiment du devoir accompli »

« On a le sentiment du devoir accompli, lâchera Claude Spreng, l’entraîneur haguenovien, toujours aussi calme à l’issue de la rencontre. Aristote a dit que nous sommes ce que nous faisons à plusieurs reprises. L’excellence n’est donc pas un acte, mais une habitude. Cela fait trois mois qu’ils ont (les joueurs, ndlr) une cadence de champions, c’est exceptionnel ce qu’ils font, même si nous nous devons de rester prudents parce qu’il nous manque encore un point. »

Ce point, c’est à Tremery, déjà condamné à la relégation, que les Haguenoviens tenteront d’aller le chercher dès samedi. Le point final d’une saison pleine et réussie qui sera aussi le point du bonheur…


7 Mai 2018 6:17
Profil
Manager général@Directoire
Manager général@Directoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 8 Fév 2012 15:18
Messages: 14269
Localisation: Dorlisheim
dna a écrit:
NationaL 3 - Trémery - FR Haguenau (1-5) Haguenau champion !
Image
En déplacement à Trémery pour prendre le petit point qui manquait encore à son bonheur, le FR Haguenau n’a pas tremblé à l’heure de conclure une affaire qui était particulièrement bien emmanchée.
Les Mosellans ont pourtant opposé une belle résistance, mais en deuxième période les jambes étaient trop lourdes. C’est là, à l’issue d’un premier acte assez terne, que la différence s’est fait grâce notamment à Thomas Bierry qui a distillé de très bons centres tout au long du match et qui trouvait Quentin Bur posté au deuxième poteau pour l’ouverture du score (0-1, 53e ).

À ce moment du match, on se dit que le plus dur est fait pour Haguenau et ça se vérifie rapidement, puisqu’après l’expulsion de Tozzini, Robin Binder double rapidement la mise d’un petit lob bien senti (0-2, 59e ).

L’équipe de Stéphane Léoni ne rend pourtant pas les armes et au bout d’un raid en solitaire, Maurice réduit le score d’une bonne frappe (1-2, 61e ).
La domination est totale

Mais ce n’est qu’un feu de paille. Sur l’engagement, une très belle ouverture de Marco Rosenfelder permet à Wacim Tine de servir Gaëtan Weissbeck pour le troisième but (1-3, 62e ).

Il n’y a désormais plus qu’une seule équipe sur le terrain. La domination est totale et Weissbeck d’une superbe frappe enroulée (1-4, 76e ), puis David Mastronardi après une frappe sur le poteau de Robin Binder (1-5, 85e ) établissent le score final.

« C’est acquis avant la fin, ça fait vraiment plaisir à tout le monde, dira Thomas Bierry après la rencontre. Il fallait continuer sur les bases sur lesquelles on était depuis mars et aller chercher le titre à l’extérieur ça fait du bien. On va profiter cette semaine à l’entraînement et fêter ça comme il faut la semaine prochaine à domicile. »
« Notre objectif c’est de gagner ce dernier match à domicile et d’être un beau champion »

La dernière étape contre Prix-lès-Mézières comptera pour du beurre mais Claude Spreng n’en a cure. « Notre objectif c’est de gagner ce dernier match à domicile et d’être un beau champion » conclut le coach avant de rejoindre le vestiaire chaud bouillant d’une équipe haguenovienne qui pouvait relâcher la pression avant de finir une saison qui marquera l’histoire du club…


Voila Tenor c'est fait .


14 Mai 2018 6:04
Profil
Manager général@Directoire
Manager général@Directoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 8 Fév 2012 15:18
Messages: 14269
Localisation: Dorlisheim
dna a écrit:
Le chantier est ouvert
Le FR Haguenau a validé à Trémery son ticket pour le National 2 au terme d’une deuxième partie de saison de folie.
Tout pourrait donc aller pour le mieux dans le meilleur des mondes, mais Jean-Luc Kleinmann et le staff haguenovien n’ont pas vraiment le temps de savourer car le chantier est immense au moment de construire la prochaine saison.

Les joueurs haguenoviens, privés de Cyril Giesi, n’ont donc pas douté à l’heure de boucler l’affaire.

Accompagné d’une bonne cinquantaine de supporters, le FRH était largement supérieur à des Mosellans courageux, mais trop limités pour empêcher le sacre annoncé.
Trois questions en suspens

La montée étant officiellement actée, il convient désormais de parler d’avenir dans un club qui ne sait pas vraiment où il va, ni avec qui.

Trois interrogations principales sont ouvertes avant d’aborder la suite. Qui sera le président du club ? Quels seront les moyens ? Qui sera l’entraîneur ?

Concernant le dossier du président, Michel Anthoni, qui n’avait pas fait le déplacement à Trémery, a clairement annoncé qu’il voulait prendre du recul.

Celui qui a pris la présidence en novembre 2010, alors que le club était en DH, pourra se targuer d’un excellent bilan.

Son investissement a été énorme, dans tous les sens du terme, et personne, à l’heure qu’il est, ne sait qui pourra lui succéder.

« On est toujours un peu en stand-by, on espère toujours un peu que Michel (Anthoni ndlr) continuera dans ses fonctions », indique à ce sujet Jean-Luc Kleinmann, alors qu’aucun, parmi les successeurs potentiels, n’a réussi à faire l’unanimité.

Le nerf de la guerre, c’est le volet financier et on imagine aisément que le budget devra être revu à la hausse.

Pour jouer en National 2, les joueurs vont demander une “rallonge”, les recrues seront plus gourmandes et les déplacements seront plus chers. Mais le FRH a-t-il les moyens de dépenser plus ?

« On va faire un gros travail au niveau de nos sponsors, mais on sait que pour y arriver au niveau au-dessus on aura besoin d’un réel soutien politique », souligne Jean-Luc Kleinmann, mais là aussi, le club attend des réponses.

Enfin, concernant l’entraîneur, rien n’a encore été décidé non plus.

Claude Spreng et Lucas Catalano ont posé leurs conditions pour rester en place, mais la réunion qui a eu lieu cette semaine n’a rien donné.

Plusieurs options sont actuellement à l’étude, le problème c’est que personne ne tranche.

« Pour moi, cette décision doit être prise par le président avec son staff, mais là on est un peu dans le flou, explique le directeur sportif. La décision devrait tomber dans les quarante-huit heures. »
Tout devrait se décanter cette semaine

C’est donc au courant de cette semaine que tout devrait se décanter. L’objectif c’est qu’au moment de la réception de Prix-lès-Mézières samedi, les bases soient posées pour que la fête soit totale et que le club puisse sereinement préparer le défi que représente une montée en National 2…


14 Mai 2018 6:09
Profil
Manager général@Directoire
Manager général@Directoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 8 Fév 2012 15:18
Messages: 14269
Localisation: Dorlisheim
dna a écrit:
National 3 -
FR Haguenau - Prix-lès-Mézières (1-2)
La fête avant le National 2

Le FR Haguenau a remporté son dix-huitième match de la saison en championnat en venant à bout d’une équipe ardennaise qui a joué le jeu jusqu’au bout.
Si la rencontre , qui était sans enjeu pour les deux équipes, n’avait pas l’intensité qu’on avait l’habitude de voir au Parc des Sports depuis quelques mois, la qualité technique et footballistique était encore une fois au rendez-vous.

La pelouse avait de nouveau été arrosée pour accélérer le jeu et Gaëtan Weissbeck va mettre le turbo au milieu pour déclencher l’action menant au premier but. Après un relais avec Marco Rosenfelder, le milieu offensif centre fort pour un ballon repoussé sur Rosenfelder qui l’expédie au fond des filets d’une grosse frappe du gauche (1-0, 14e’ ).

Prix-lès-Mézières que certains annonçaient forfait pour cette dernière rencontre avait finalement fait le déplacement avec l’ambition d’opposer une belle résistance malgré un effectif recomposé. Les visiteurs se sont donc placés en bloc bas: tout le monde défend et part en contre dès que l’opportunité se présente.
«Un grand bravo»

Haguenau, de son côté, a comme souvent monopolisé le ballon. Une série de crochets de Robin Binder et un petit centre en retrait pour Quentin Bur permettent à ce dernier de se retrouver en position idéale face au but. Il ne trouve que la transversale mais Gaëtan Weissbeck, le deuxième meilleur buteur du championnat est le plus prompt pour reprendre doublant ainsi la mise (2-0, 32e’ ).

Juste avant la pause, Houlot obtient un penalty qu’il transforme lui-même, montrant ainsi que les visiteurs avaient l’intention de s’accrocher (2-1, 40e’ ).

La deuxième période n’apportera rien de plus et l’on attendait impatiemment le coup de sifflet final pour que la fête puisse commencer. La coupe du champion a été remise par Albert Gemmrich avant les habituels discours au cœur d’une tribune qui applaudissait à tout rompre.

«Un grand bravo aux joueurs pour cette belle saison, je remercie de tout cœur les coaches Claude Spreng et Lucas Catalano. Un grand merci également au public ainsi qu’à tous nos partenaires», dira le président Michel Anthoni au terme d’une saison qui marquera les annales d’un club, lequel va devoir travailler dur pour relever le défi du National 2…


20 Mai 2018 19:37
Profil
Responsable marketing @Directoire
Responsable marketing @Directoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 23 Déc 2003 10:17
Messages: 4384
Localisation: Strasbourg
liberation.fr a écrit:
En Alsace, le football amateur en flagrant déni

«Si Kerfalla était mort, ils auraient donné son nom à un tournoi.» Cette phrase, terrible, est de l’entraîneur de Kerfalla Sissoko. A mesure qu’on s’immergeait dans le contexte, elle devenait une ritournelle lancinante. Le contexte ? Sympathique, a priori : le foot des patelins, le foot à la bonne franquette. Quand le village se retrouve le dimanche au match, assis sur des chaises en plastique dépareillées, à prendre des nouvelles des voisins, de la famille, du boulot. Kerfalla Sissoko, joueur amateur de l’équipe de Benfeld, a failli y laisser sa peau début mai. Sa peau noire, sur le terrain de Mackenheim, village alsacien de 800 habitants, qui a placé Marine Le Pen en tête au second tour de la présidentielle avec 54 % des suffrages. C’est l’histoire d’un racisme ordinaire, d’une violence extraordinaire. Un racisme qui se murmure, qui se banalise, qui s’institutionnalise. Kerfalla Sissoko a été coursé avec un couteau de cuisine, roué de coups… puis suspendu par les instances du football.

Coups de crampons

Fin mai, sur le parvis du District de football d’Alsace à Strasbourg, Kerfalla Sissoko, 25 ans, est silencieux. Il est convoqué en commission de discipline. Lui et son coéquipier Moudi Laouali, aussi victime de coups et d’injures racistes, ont été suspendus à titre conservatoire. A leurs côtés, les membres de leur club, l’AS Benfeld, petite ville de 6 000 habitants située à 30 kilomètres au sud de Strasbourg, sont plutôt confiants. Là, ils vont avoir l’opportunité de refaire ce match chaotique à tête reposée. En attendant leur tour, ils nous livrent le récit de ce dimanche 6 mai.

Le match oppose deux équipes de D3, la plus basse division en football amateur. L’enjeu pour Benfeld est quasi nul. Tout ce qu’ils peuvent décrocher, c’est le titre du fair-play : ils n’ont reçu aucun carton rouge de la saison. Dès le coup d’envoi, la tension est palpable. «Nos trois joueurs d’origine africaine sont tout de suite pris pour cible par l’équipe adverse, qui les avait repérés au match aller, et leur a réservé un traitement de faveur au retour», raconte l’entraîneur Gérald Cimolaï. Sur le terrain, les contacts sont de plus en plus violents, assortis d’insultes et de menaces chuchotées : «On en a encore pour toi», «ça ne fait que commencer». L’autorité de l’arbitre est continuellement mise à l’épreuve. «Ça pouvait dégénérer à tout moment. Et il a suffi d’une toute petite étincelle», ajoute le coach. Elle se produit à la 43e minute. Alors que Mackenheim mène 1 à 0, Kerfalla Sissoko, milieu défensif, est sifflé. Faute, carton jaune. Le jeu reprend jusqu’au choc entre Moudi Laouali et un joueur de Mackenheim. Immédiatement, les supporteurs descendent des gradins, envahissent le terrain pour se ruer sur les joueurs noirs. Kerfalla Sissoko et Loïc Huinan, le troisième joueur d’origine africaine, dégagent Moudi, qui s’en sort avec des blessures superficielles. Ils essuient des coups, s’échappent en courant. Tentant de fuir vers les vestiaires, au pied de la tribune, Kerfalla Sissoko se retrouve nez à nez avec un grand couteau de cuisine. Le supporteur armé le prend en chasse, ainsi que Moudi Laouali qui parviendra finalement à se réfugier au vestiaire. Kerfalla Sissoko, lui, fait demi-tour, traverse le terrain dans l’autre sens. Mais un autre groupe l’attend, mêlant joueurs et supporteurs. Là aussi, il y a un couteau. Traqué, piégé, Sissoko retourne au centre. Il est frappé au visage. Il s’effondre et reçoit encore des coups de crampons dans le dos et les côtes. «Ils sont à quatre ou cinq sur lui», se souvient le coach, qui se précipite à son secours avec le capitaine, Guillaume Paris. Sissoko convulse. Paris plonge ses mains dans la bouche du joueur qui est en train d’avaler sa langue. Il le met en position latérale de sécurité. C’est «le seul moment» où il s’est «senti en danger», «parce qu’agenouillé à côté de Kerfalla», dit-il. L’arbitre distribue les cartons, deux pour Benfeld, deux pour Mackenheim. Sissoko, inconscient, reçoit le premier carton rouge de sa vie de footballeur. A la 45e minute, la fin du match est sifflée. «Les gars en face enlevaient leurs maillots pour ne pas être reconnus», se souvient Gérald Cimolaï, qui les fait reculer en dégainant son portable pour filmer.

Le président du club, Jean-Michel Dietrich, accourt sur le rond central, demande que quelqu’un appelle les secours. Personne ne bouge au club-house. C’est la secrétaire de l’AS Benfeld, venue assister à la rencontre, qui passera l’appel depuis son portable. Quand les secours arrivent, «les supporteurs s’évaporent dans la nature tandis que le staff de Mackenheim discute avec l’arbitre», observe le coach, aussitôt entraîné à l’écart par trois hommes. Encerclé, il doit montrer son téléphone. «J’ai dû effacer toutes les vidéos devant eux, sinon je ne repartais pas», dit-il. Les gendarmes, arrivés avec les pompiers, n’embarquent personne. Kerfalla Sissoko est évacué en urgence. Il a une fracture ouverte de la tempe, trois autres au niveau de la pommette, un traumatisme crânien, la mâchoire déplacée, des hématomes dans le dos, sur les côtés… Le lendemain, le président de l’AS Benfeld publie sur son compte Facebook une lettre adressée au District d’Alsace de football, «pour le mettre face à ses responsabilités». Les médias relaient. Kerfalla Sissoko et ses deux coéquipiers noirs ont déposé plainte à la gendarmerie de Marckolsheim pour violences et injures racistes.

Le dimanche suivant, Jean-Michel Dietrich est convoqué à la gendarmerie. Pour témoigner, pense-t-il. Il emmène son fils, cela ne devrait pas être long. Finalement, il y passera la matinée. Le club de Mackenheim, qui n’a jamais formulé d’excuses ni pris des nouvelles des joueurs blessés, l’attaque pour diffamation. En cause, une menace de mort. Pas sur le terrain de foot. Non, dans un commentaire sur Facebook. Jean-Michel Dietrich doit retirer le texte, se plier au relevé d’empreintes, aux photos. Pendant qu’il est fiché, un gendarme promène le fils, histoire de faire diversion. «Je me suis senti humilié», dit-il. Il a «honte», envie de tout arrêter.

«Reste dans ta brousse»

A Strasbourg, le jour décline. Une petite agitation sur le parvis du siège du District indique que notre présence dérange. Kerfalla Sissoko, convoqué par la commission de discipline, est appelé à se présenter. Le groupe s’engouffre dans le bâtiment. Nous nous sommes procuré un enregistrement sonore de l’audience. Le président ouvre la séance en affirmant que le dossier est vide, qu’il n’y a aucun élément concret. L’avocate de Sissoko produit les plaintes, les certificats médicaux, les dix jours d’ITT. Le capitaine de l’équipe de Mackenheim, récidiviste, déjà suspendu pour violences, reconnaît avoir porté des coups mais parle de légitime défense et nie les propos racistes. Comment pourraient-ils être racistes puisqu’eux-mêmes ont des joueurs d’origine étrangère ? Les membres du district se penchent sur la liste de noms, ils n’ont pas que des consonances alsaciennes, effectivement. L’argument semble convaincre. L’arbitre a vu le couteau de cuisine dans la main d’un homme à capuche. Mackenheim ne sait pas de qui il s’agit. Mais sait que ce n’est pas un licencié. Sissoko tente d’expliquer sa version des faits. On lui coupe la parole. Idem pour le témoignage de la secrétaire du club qui a entendu une dame marteler : «Mettez les Noirs dehors, ils n’ont rien à faire sur le terrain.»

Du racisme, l’arbitre n’a rien entendu. Kerfalla Sissoko explique que ce sont des insultes qui fusent dans un contact ou quand l’arbitre tourne le dos. «Reste dans ta brousse, c’est chez toi», lui lance-t-on, par exemple, alors qu’il va chercher un ballon sorti du terrain. Sissoko aurait dû aller se plaindre à l’arbitre, lui dit-on. Il objecte que s’il allait se plaindre à chaque fois, il ne toucherait plus le ballon… Parce que «c’est tout le temps». Et puis, seul le capitaine est en droit de s’adresser à l’arbitre et le capitaine de Benfeld est gardien de but… Qu’importe. Kerfalla Sissoko est sommé de s’expliquer. Parce que les insultes, finalement, il n’y a «que lui qui les a entendues», résume le président de la commission de discipline, qui balance : «Le racisme est devenu accessoire dans cette affaire.» A la sortie, une heure plus tard, les membres de l’AS Benfeld sont sidérés par tant de «légèreté». «Ce sont des juges qui décident de tout, même de ce qu’ils veulent entendre, s’étrangle Gérald Cimolaï. Et c’est à nous de prouver le racisme. Si on ne peut pas, c’est que cela n’existe pas.» C’est alors que l’entraîneur prononce cette phrase terrible, mais plausible : «Si Kerfalla était mort, ils auraient donné son nom à un tournoi.» Kerfalla Sissoko, lui, paraît hagard, sonné par ce «racisme accessoire». «Comme si le racisme, on pouvait le porter sur soi, l’enlever, selon les jours…» se désole-t-il.

Kerfalla Sissoko, joueur de footbal de l'équipe de Benfeld sortant de la commission de discipline du District d'Alsace de Football, suite à l'agression dont il a été victime à Mackenheim par les joueur et les supporter de Mackenheim. Strasbourg, 24 mai 2018 COMMANDE N° 2018-0636Kerfalla Sissoko à la sortie de la commission de discipline, le 24 mai à Starsbourg. Photo Pascal Bastien

On le retrouve début juin, au bord du terrain, à Benfeld (ses copains disputent le ballon aux joueurs d’Hipsheim). L’équipe est convalescente. Kerfalla Sissoko ne les regarde pas vraiment. Il explique être sans cesse assailli par les images de son agression, ce moment où il s’est vu mourir. Il n’arrive pas à rechausser les crampons. De toute façon, il a interdiction de jouer. Le District vient de rendre son verdict. Kerfalla Sissoko a été sanctionné, comme son coéquipier Moudi Laouali, comme les deux joueurs de Mackenheim. Même tarif, pour tous : dix matchs de suspension, pour le banal motif de «brutalité à l’égard d’un joueur». Tout le monde au piquet, en somme comme pour une chamaillerie de cour d’école. Le club de Mackenheim a été condamné pour l’envahissement du terrain : «menace avec arme de la part d’un spectateur». Il devra payer une amende de 60 euros. Jean-Marie Dietrich a fait appel, pour «sortir du déni de racisme», pour réhabiliter ses joueurs. Peine perdue. Le 5 juillet, le District a maintenu les sanctions contre eux, se fondant sur «les conclusions de l’instructeur», un membre du District, envoyé enquêter sur place. Elles «permettent d’écarter la notion de comportement collectif systématique à caractère raciste ou discriminatoire de la part du club de l’AS Mackenheim», et si «des propos de cette nature ont pu être tenus, ils l’ont été par des personnes isolées», indique le PV de la commission. Quant à «l’agression subie par le Kerfalla Sissoko»,elle trouve «son explication dans le comportement violent de ce dernier qui asséné le premier un coup-de-poing». Mot pour mot les arguments de l’AS Mackenheim, inlassablement démentis par l’AS Benfeld. Le traumatisme crânien, les multiples fractures au visage ne sont que les séquelles d’une légitime défense. Affaire classée. Circulez, il n’y a rien à voir. Seul changement, pour manquement à la sécurité, l’AS Mackenheim est suspendue de terrain pour quatre matchs, son amende relevée à 100 euros… «Ils ne veulent pas parler de racisme de peur que cela les salisse», estime Jean-Michel Dietrich. L’essentiel des débats s’est d’ailleurs concentré sur lui, le District estimant «particulièrement regrettable» qu’il «se permette de dénoncer médiatiquement» les faits. Assigné en justice pour diffamation, le président de l’AS Benfeld passera en correctionnelle le 31 juillet.

«Le foot c’est un système féodal, c’est de la politique, des discours, des réunions organisées par des carriéristes avides de pouvoir qui nous ridiculisent, méprisent la réalité, déplore Jean-Michel Dietrich. Ce sport doit se poser des questions, avoir le courage de sanctionner une équipe pour son comportement, même si elle gagne.» Pour Gérald Cimolaï, il y a deux poids, deux mesures, entre foot des villes et foot des champs : «Ils crachent sur les clubs des quartiers, mais dans les villages, rien n’est grave.»

Le «foot des champs», c’est pourtant là que se concentrent désormais les problèmes, assure un ancien arbitre. «Longtemps, les clubs des quartiers faisaient peur quand ils venaient jouer dans les patelins. Maintenant, c’est l’inverse. Ce sont ces clubs qui ont peur d’aller à la campagne, parce qu’ils vont être provoqués, poussés à bout, jusqu’au basculement dans la violence.»Du coup, «les noms de villages chauds circulent», ceux où l’ambiance autour des matchs est connue pour être raciste, indique un entraîneur d’origine africaine. «Des villages où soit tu te bats, soit tu pleures», résume un joueur. Zone urbaine ou rurale, le racisme est partout, d’après Jean-Marie Dietrich. Mais il a différents visages : «En ville, le foot est un prétexte pour un affrontement entre communautés. On se mesure, on se fait peur. A l’écart, c’est la xénophobie, la peur de l’autre qui s’exprime. Le foot des campagnes, c’est la guerre des clochers. Ne pas être du village, c’est déjà compliqué…»

Equipes monochromes

Outre le contexte de chaque village, sa coloration plus ou moins frontiste, pourquoi l’ambiance sur les terrains est-elle devenue si délétère ces dernières années ? «Les joueurs qui posent problème dans les grands clubs saturés des villes sont virés. Ils échouent dans les basses divisions qu’ils gangrènent», explique le président du FC Hipsheim, Nicolas Smargiassi. Malgré leur comportement agressif, comme ils ont plutôt un bon niveau et la peau plutôt claire, ils atterrissent là où on veut bien d’eux, là où on est même parfois prêt à les rémunérer, souvent dans les petits villages qui peinent à trouver suffisamment de jeunes pour constituer une équipe. Des clubs ruraux qui ne sont pas trop regardants, puisqu’il en va de leur survie même. D’autres clubs, pourtant confrontés au même déficit de jeunes, ont une autre réponse : ils fusionnent avec le club voisin, choisissent la mixité… A la campagne, il y a donc les équipes monochromes, et les autres. Quand elles se rencontrent, ce ne sont pas seulement des profils de joueurs différents qui se font face, mais deux visions du foot qui s’affrontent.

A Benfeld, «le ménage a été fait», affirment plusieurs dirigeants de club du même groupe (G de la troisième division). Quand Jean-Michel Dietrich a repris le club voilà deux ans, il avait mauvaise réputation. «Un petit groupe de jeunes du coin se l’accaparait, les autres ne pouvaient pas évoluer», assure-t-il. Il monte alors un nouveau projet, qui prône la diversité, l’acceptation de l’autre, va chercher des joueurs de toutes origines, crée une équipe féminine. Ceux qui ne voulaient pas se mélanger ont été invités à prendre une licence ailleurs. Voilà pourquoi Kerfalla Sissoko, technicien d’usinage à Strasbourg, est prêt à quitter le quartier populaire de Cronenbourg, où il vit avec ses parents, et à faire trente minutes de voiture pour venir s’entraîner le soir. A Benfeld, il s’est senti «bien accueilli». Aujourd’hui, le club fait corps autour de lui, monte au créneau pour le défendre.

Dans les clubs urbains, saturés, les places sont plus chères. «En ville, ça devient le business», confirme un autre joueur noir. A la campagne, ce n’est pourtant pas toujours la panacée. Certains clubs de village ont des équipes colorées mais cela résulte davantage d’une mixité concédée, non encouragée. «Mal classées, les équipes sont boudées par les jeunes blancs du village qui préfèrent jouer ailleurs, alors elles prennent des joueurs noirs par défaut. Ils ont besoin de nous pour constituer une équipe mais, en même temps, on les dérange», remarque un entraîneur.

Seul joueur noir dans un club rural, Francis Mante dit des autres joueurs et des habitants du village qu’il «croyai[t] qu’ils [l]’aimaient». Jusqu’au jour où, ayant changé de formation, il est revenu dans le village disputer un match sous d’autres couleurs : «A chaque coin du terrain, des supporteurs sifflaient et m’insultaient…» Dans sa nouvelle équipe, il est de nouveau le seul noir. Un coéquipier l’a traité de «sale singe» lors d’un match, devant l’entraîneur et le président. Francis Mante a déposé plainte, le club lui a demandé de la retirer, sans quoi ils ne pouvaient pas le garder. «Je l’ai retirée et je me suis fait jeter», assure-t-il. Il a arrêté le foot.

Match de foot Benfeld - Hipsheim. Joueurs de l'equipe de Benfeld, (en noir) Kerfalla Sissoko, joueur victime d'une agression à Mackenheim le 6 mai 2018 par les joueurs et les supporters. Benfeld, 3 juin 2018 COMMANDE N° 2018-0711Kerfalla Sissoko et l'un de ses coéquipiers. Photo Pascal Bastien

Aujourd’hui, la parole des joueurs, entraîneurs, arbitres noirs se libère si on garantit leur anonymat. Autour et sur le terrain, «sale nègre» et sa variante «sale noir», demeurent des grands classiques avec «sale bougnoule». On entend parfois des «Elsass frei» («Alsace libre», slogan autonomiste régulièrement repris par l’extrême droite identitaire), ou «retournez chez vous, ici c’est le FN». Un joueur d’un club de la banlieue de Strasbourg raconte qu’un jour, son équipe a été accueillie par «la musique de Hitler», le Horst Wessel Lied, l’hymne officiel nazi. C’était il y a dix ans. Aucun des joueurs de cette équipe métissée n’a oublié.

«Le racisme, c’est courant», soupire un arbitre d’origine somalienne, habitant de Strasbourg, qui a officié sur des matchs amateurs dans tout le Bas-Rhin pendant sept ans. L’histoire de Kerfalla Sissoko l’épouvante. Lui-même craint de se retrouver face à un semblable déchaînement de violences, sans personne pour le défendre, sans vestiaire pour se replier… L’arbitre est seul. Et quand il est noir, il se retrouve souvent soupçonné d’incompétence : «C’est la première fois que vous arbitrez ?» «Vous êtes sûr que vous en êtes capable ?» entend-t-il souvent. Ou, venant des supporteurs : «Vous êtes chez nous», quand ce n’est pas juste des «bananes» qui fusent. Il a fini par raccrocher, «par lassitude». Même son fils ne fait plus de foot. Sa mère l’a inscrit au karaté, «là où on apprend le respect», a-t-elle dit.

Raccrocher les crampons, Francis Mante aussi l’a fait, voilà deux ans. Devenu arbitre, il s’est fait alpaguer à la fin d’un match début mai par une dame lui reprochant d’avoir mal sifflé. Le mari de celle-ci surenchérit et balance «va manger ta banane». L’arbitre lui demande de répéter. L’homme blanc le fait, devant tout le monde. Francis Mante le gifle. Deux joueurs s’en mêlent, l’insultent et lui donnent un coup. «C’est la première fois que j’en venais aux mains… Hélas, mais il faut un acte, sinon c’est parole contre parole, improuvable.» Francis Mante apprendra plus tard que l’homme giflé s’avère être le président du club, qui avait appelé le District d’Alsace pour demander qu’on ne lui envoie plus d’arbitres noirs. Après l’incident, il porte plainte contre Francis Mante, qui est suspendu. Devant la commission de discipline, l’homme tutoie Francis Mante (le PV l’atteste), reconnaît ses propos mais ne voit pas le problème. «Je rigolais», a-t-il déclaré, faisait «de l’humour». La Commission l’a suspendu dix mois de ses fonctions. Les joueurs qui s’en sont pris à Francis ont, eux, été privés de quelques matchs.

Vent de révolte

Un dimanche de juin, on a rendez-vous pour une rencontre dans un patelin figurant sur la fameuse «liste des villages chauds». L’entraîneur est noir, une bonne partie de l’équipe aussi. Il les a «briefés» toute la semaine. Il leur a répété de «faire profil bas», quoi qu’il arrive. L’entraîneur de l’équipe adverse les avait traités de «négros» au match aller. Ambiance. Alors ils ont rempli des voitures de supporteurs. Les gens du village sont venus encourager leurs joueurs et empêcher tout dérapage. Du système D, qui fonctionne. «Des délégués représentant le district assistent parfois aux matchs, explique le coach, mais ils ne réagissent jamais aux insultes racistes. Ils s’assurent juste que les arbitres sont payés, les cotisations à jour. Dans le foot pro, il y a un peu plus de réactions, parce qu’il y a beaucoup d’argent en jeu. Si un club est connoté raciste, il vendra moins de maillots. Nous, on peut crever.»

Un vent de révolte souffle contre le district. «On va prendre les mesures qui s’imposent puisqu’ils ne font rien», lâche le président du FC Hipsheim, Nicolas Smargiassi. Plusieurs clubs du groupe ont décidé de boycotter Mackenheim. Ils lui donneront leurs points, mais n’iront plus. Les joueurs d’Hipsheim ne veulent plus y mettre les pieds de toute façon, tant le match aller fut houleux : insultes et crachats. Le président a écrit au district pour dénoncer le climat d’insécurité. Lettre morte. Pour son match retour face à Mackenheim, le club de Duppigheim n’a pas hésité à payer deux juges de touche supplémentaires, pour protéger ses joueurs. Plusieurs dirigeants de club s’indignent : «Le District aurait dû rayer Mackenheim de la carte.»

Le président du District d’Alsace, René Marbach, le plus grand de France avec 80 000 licenciés, est bien embêté avec cette affaire : «Cela défraye la chronique parce que c’est croustillant. Mais cela fout en l’air tout le travail !» Ce qui l’ennuie surtout, c’est «le buzz». Alors qu’il y a «2 000 matchs chaque week-end en Alsace, et [que] tout va bien», même si «ce printemps a été le plus chaud qu’[il] ait connu», admet-il. «Il n’y a pas que des blessés physiques dans cette affaire. Il faut penser aussi à tous ces blessés moraux, ces milliers de bénévoles, d’éducateurs, qui œuvrent et se battent pour des valeurs», poursuit-il, dépité. Rayer des clubs de la carte semble impensable alors que le foot amateur est en voie d’extinction dans les campagnes. René Marbach pronostique «la disparition de 200 clubs sur les 600 que compte l’Alsace d’ici cinq ans». «Voilà le vrai problème», d’après lui.

Concernant les incidents du 6 mai, «les sanctions n’ont été prononcées que pour les choses avérées», insiste René Marbach. Le racisme n’en fait pas partie. De son côté, la gendarmerie de Marckolsheim, chargée de l’enquête préliminaire suite aux plaintes des joueurs noirs, renvoie vers la compagnie de Sélestat, qui gère la communication pour le secteur. Au bout du fil, un gendarme soupire. L’enquête sera bientôt bouclée. Les principaux intéressés, les joueurs, n’ont toujours pas été entendus. Le gendarme nous prévient que «quand tout sera fini, va falloir débriefer avec les journalistes, parce qu’il y a eu de l’emballement». Quand l’avocate de Kerfalla Sissoko a tenté d’obtenir des nouvelles, le son de cloche a été similaire : «Ça se dégonfle comme un soufflé cette affaire», aurait lâché un gendarme. Me Caroline Bolla s’inquiète que l’enquête de la gendarmerie, comme l’instruction conduite par le district, repose entièrement sur le rapport d’arbitrage, rédigé par l’arbitre, «un ancien gendarme», précise-t-elle, sous-entendant que puisqu’il s’agit d’un ex-collègue, qui dit n’avoir rien entendu, sa parole pourrait ne pas être mise en doute. Une insinuation qui irrite l’avocat du club de Mackenheim, Me Grégoire Mehl, qui rétorque : «L’arbitre est la seule personne neutre dans l’histoire.» D’autant que «c’est déjà monté quand même très haut, à partir d’éléments non avérés», insiste-t-il.

Le président du club de Mackenheim, qui n’a pas voulu répondre à nos questions, a reçu fin mai une lettre de Frédéric Potier, le délégué interministériel à la lutte contre le racisme. Il le prie de préciser son point de vue sur les faits et les mesures qu’il compte prendre. Du côté de Kerfalla Sissoko, ça ne va pas fort. Il va devoir être opéré de la tempe et du tympan.

:-|

_________________
Matthieu


28 Juil 2018 13:53
Profil Site Internet
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Répondre au sujet   [ 116 messages ]  Aller à la page Précédente  1 ... 8, 9, 10, 11, 12  Suivante

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 2 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Rechercher:
Aller à:  
Développé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Designed by ST Software for PTF.
Traduction par phpBB-fr.com