Index du forum
Index du forum
« Toute l'actualité du Racing Club de Strasbourg Alsace vue par ses supporters »
Voir les messages sans réponses | Voir les sujets actifs Nous sommes le 26 Avr 2019 11:38



Répondre au sujet  [ 56 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5, 6
 Salaire des joueurs 
Auteur Message
Sélectionneur@InfosRacing
Sélectionneur@InfosRacing
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 11 Fév 2003 21:07
Messages: 16887
Localisation: Strasbourg
Pour ceux qui ont L'Equipe, on se situe où par rapport aux autres équipes ?

_________________
"Il n'est pas concevable que Strasbourg, capitale européenne, n'accueille pas l'Euro-2016" (Roland Ries, Jacques Bigot, juillet 2009)


8 Fév 2019 15:47
Profil
Entraineur@Staff
Entraineur@Staff

Inscription: 12 Juil 2008 16:39
Messages: 2330
Localisation: Saint Herblain - 44
Its_me a écrit:
Pour ceux qui ont L'Equipe, on se situe où par rapport aux autres équipes ?

But a écrit:
Si le RC Strasbourg réalise une saison exceptionnelle en Ligue 1, le club alsacien le fait avec des salaires relativement modestes. En effet, que ce soit Thierry Laurey (15e coach français avec 45 000€ brut par mois) ou les joueurs (15e salaire brut moyen avec 35 000€), ces derniers sont davantage dans des rémunérations d’équipes jouant le maintien.

Au Racing, on a pourtant fait beaucoup d’efforts cette saison avec une augmentation de 40% de la masse salariale. « On savait que pour nous pérenniser en L1, il fallait sensiblement augmenter notre masse salariale et donc opérer un rattrapage indispensable », a fait savoir le président Marc Keller dans l’enquête de L’Equipe.

Source


8 Fév 2019 15:56
Profil
En ligne
Manager général@Directoire
Manager général@Directoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 24 Déc 2004 1:21
Messages: 14649
Koné est à 40 000 + 60 000 pris en charge par Sunderlan
Lienard et Mothiba à 45
COrgnet et Thomasson à 50

Lequipe a écrit:
Le Racing, qui a augmenté sa masse salariale de 40 % cet été, se voit récompensé au-delà de ses espérances sur le plan sportif.

Dix-huitième de notre classement des masses salariales la saison dernière, Strasbourg est grimpé à la 15e place grâce à un effort conséquent. Il est ainsi passé d’une moyenne de 25 000 à 35 000 € mensuels brut hors primes. Mais jusqu’ici, cet investissement s’avère fructueux sportivement. Il pourrait déboucher sur une inattendue qualification européenne, grâce à la Coupe de la Ligue (finale le 30 mars contre Guingamp), voire à la L 1, où le Racing, sixième, n’a pas été aussi bien classé à ce moment depuis 1980.

En attendant, pour garder sa cinquième place dans le classement des Strasbourgeois les mieux payés, Kenny Lala, défenseur le plus prolifique des cinq grands Championnats européens (quatre buts, sept passes décisives), a dû passer de 35 000 à 55 000 €, grâce à sa prolongation jusqu’en juin 2021, signée en janvier. Il symbolise l’augmentation de la masse salariale du club.
Sels, un gros salaire venu d'Angleterre

Le président, Marc Keller, explique ci-contre comment le Racing Club de Strasbourg s’y est pris pour proposer des salaires de plus en plus attractifs. Et donc, par exemple, attirer deux joueurs ayant disputé les huitièmes de finale de la Ligue des champions, avec La Gantoise (BEL) en 2015-2016 : le défenseur serbe Stefan Mitrovic (28 ans) et le gardien belge Matz Sels (26 ans). Ce dernier vient de surcroît de Premier League (Newcastle), où les salaires sont très élevés. Ils se retrouvent logiquement en haut du top 10.

Mais le Racing a surtout bien su panacher son recrutement estival. Non seulement au niveau des indemnités de transfert, en acquérant sept joueurs (Sels, Mitrovic, Carole, Sissoko, Thomasson, Ajorque et Mothiba), presque grâce à la seule vente à Monaco de Jean-Eudes Aholou (à 1,5 M € près), mais aussi des négociations salariales. Le rapport qualité-prix de deux éléments arrivés de L 2, Ibrahima Sissoko (Brest) et Ludovic Ajorque (Clermont), qui émargent tous deux en dessous des 30 000 €, apparaît exceptionnel.

Enfin, il a aussi été malin, en se faisant prêter Lamine Koné (Sunderland, D 3 ANG) cet été, puis Samuel Grandsir (Monaco) et Sanjin Prcic (Levante, ESP) cet hiver. Car une partie importante du salaire de ces trois éléments est pris en charge par leur club prêteur. Ainsi, contrairement au défenseur ivoirien, présent de justesse dans le top 10, l’attaquant international Espoirs et le milieu bosnien n’y figurent pas.


8 Fév 2019 19:46
Profil
En ligne
Manager général@Directoire
Manager général@Directoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 24 Déc 2004 1:21
Messages: 14649
et l'article de Keller :
Lequipe a écrit:
Le président du Racing explique pourquoi et comment son club a nettement augmenté sa masse salariale cette saison.

Depuis 2012 et sa reprise du club alsacien (alors tout juste remonté du CFA 2 en CFA ) avec un groupe d’investisseurs qui a épongé une dette de 1,4 M€, le président Marc Keller a impulsé un redressement spectaculaire. Revenu en L 1 dès 2017, il a connu cet été un tournant important, détaillé ici.

« Quel est le point de départ de votre politique salariale ?

Il faut bien prendre en compte qu’on était encore en National il y a trois ans et qu’on a traversé notre première année parmi l’élite, la saison dernière, avec la dix-huitième masse salariale de L 1. Vu d’où on revenait, ce n’était pas illogique. Puis on s’est sauvés à l’avant-dernière journée et on a réussi à finir quinzième, alors qu’on avait budgété la dix-septième place. Mais on savait que pour nous pérenniser en L 1, il fallait sensiblement augmenter notre masse salariale et donc opérer un rattrapage indispensable.

Votre gestion des transferts estivaux, avec une balance de – 1,5 M€, soit 14 M€ de vente, grâce au seul Jean-Eudes Aholou (à Monaco), pour 15,5 M€ d’achats, y a-t-elle contribué ?

Non, ce sont deux éléments distincts. À l’été 2017, on avait investi 6,5 M€ en transferts et on avait prévu de dépenser environ 9 M€ en 2018, mais la vente d’Aholou, justement, nous a permis d’avoir une marge de manœuvre supérieure. Pour les salaires, c’est davantage grâce une gestion de plus en plus pointue de nos charges et de nos recettes, anticipée en amont, qu’on a pu changer de catégorie. C’était indispensable de passer des trois derniers de L 1 à un groupe de clubs situés entre la 12e et la 17e masse salariale. Car même si, parfois, on “surperforme”, comme en ce moment, on se rend compte que, sur la durée, la puissance financière, et donc la masse salariale, se reflète sur le classement sportif.

Alors comment le club est-il passé de 25 000 à 35 000 € brut mensuels en moyenne ?


On a un budget de 40 M€, soit 20 M€ grâce aux droits télé et 20 M€ de recettes naturelles. Sur 2017-2018, on a dégagé un résultat positif d’exploitation hors ventes de joueurs. On ne voulait alors pas prendre de risques financiers, pour reconstruire une situation la plus saine possible. On avait limité la masse salariale chargée à 46 % de nos recettes hors transferts, alors que les clubs situés entre la 12e et la 20e place dépensent en moyenne 70 % de leurs recettes.

Cette saison, on a donc décidé d’augmenter notre masse salariale, qui représente désormais 65 % de nos recettes hors transferts. On est maintenant dans la moyenne de ces clubs entre la 12e et la 17e place, mais il y a encore un “gap” important avec les clubs stables de L 1 (Saint-Étienne, Nantes, Bordeaux, Lille, Nice, Rennes…). Malheureusement, on a atteint le plafond de recettes possibles, car le stade est exploité à son maximum, avec 99 % de taux de remplissage, hors parcage visiteurs.

Ainsi, l’agrandissement de la Meinau (de 26 000 à 32 500 places entre 2020 et 2023) s’avère indispensable…


Absolument. Une enceinte rénovée devrait permettre d’augmenter de manière significative nos recettes liées à celle-ci et, mécaniquement, d’augmenter notre masse salariale. Notre objectif est de rejoindre le cercle de ces clubs stables, pour pérenniser de façon plus certaine le club en L 1.

Par ailleurs, comment veillez-vous à la répartition équitable de la masse salariale ?

Tous les clubs essaient de faire très attention à cette répartition pour parvenir à une sorte de justice. Dans notre cas, nous avons trois catégories de joueurs : les expérimentés, ceux à potentiel, qu’on a recrutés, et ceux issus de notre centre de formation. Il faut se montrer hyper-cohérents avec chacun au moment de la négociation des salaires.

Ou des revalorisations, qui viennent récompenser une progression, comme celle de Kenny Lala ?

Tout à fait. Les équipes qui réussissent une bonne saison sont souvent celles qui parviennent à maintenir une logique financière et sportive tout au long de celle-ci. »


8 Fév 2019 19:48
Profil
Manager général@Directoire
Manager général@Directoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 9 Nov 2003 22:26
Messages: 10251
Localisation: Longjumeau
Merci :)


8 Fév 2019 20:39
Profil
En ligne
Responsable marketing @Directoire
Responsable marketing @Directoire

Inscription: 27 Mai 2005 11:39
Messages: 4095
J'y crois pas trop à cet article... Le PSG, l'OL, le TFC et le SRFC (au moins) ont contesté les chiffres annoncés.

Et franchement, Guitane à 100 k€, personne ne peut y croire !


9 Fév 2019 1:46
Profil
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Répondre au sujet   [ 56 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5, 6

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 9 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Rechercher:
Aller à:  
Développé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Designed by ST Software for PTF.
Traduction par phpBB-fr.com