Index du forum
Index du forum
« Toute l'actualité du Racing Club de Strasbourg Alsace vue par ses supporters »
Voir les messages sans réponses | Voir les sujets actifs Nous sommes le 2 Mar 2021 14:30



Répondre au sujet  [ 38 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4  Suivante
 [20/21] 26ème J : Strasbourg / Angers - 0/0 
Auteur Message
Manager général@Directoire
Manager général@Directoire

Inscription: 26 Jan 2008 18:21
Messages: 12681
Localisation: HAGUENAU
ah bon on parle de moi ? :lol:

oui Kaniber, avec moi sur le terrain il y a 40 ans, on ne perdait jamais : doo esch gebeckelt woche :!: :lol:


19 Fév 2021 14:01
Profil
Président@Directoire
Président@Directoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 8 Fév 2012 14:18
Messages: 20002
Localisation: Dorlisheim
Citation:
doo esch gebeckelt woche

Ce n'est pas faux . :D :D


19 Fév 2021 14:05
Profil
Entraineur@Staff
Entraineur@Staff

Inscription: 16 Juin 2005 7:46
Messages: 2487
Localisation: Strasbourg
Une époque où le ballon passait peut-être, mais pas l’attaquant :lol: :lol: :lol: ;)
Dess sinn noch anderi Zite g’sen 8) ;)


19 Fév 2021 14:07
Profil
Minime@Amateur
Minime@Amateur

Inscription: 23 Nov 2020 20:32
Messages: 55
Lol j espère que tu as raison Kaniber et un coucou à Dorlisheim .


19 Fév 2021 15:55
Profil
Président@Directoire
Président@Directoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 8 Fév 2012 14:18
Messages: 20002
Localisation: Dorlisheim
dna a écrit:
Racing : vous avez dit milieu en losange ?
Repassé à un système en 4-4-2 avec un milieu en losange dimanche à Metz (1-2), le Racing a mis fin à sa série de quatre matches sans victoire, la précédente remontant au 17 janvier contre Saint-Étienne (1-0) dans un schéma de jeu similaire.
Alors que le milieu en losange dans un système en 4-4-2 avait été l’un des schémas préférentiels du Racing la saison passée – Thierry Laurey l’utilisant en début de match à dix reprises en 27 journées (pour six victoires) –, le coach strasbourgeois a plus souvent opté pour un choix en 4-2-3-1 depuis août dernier.
Les Strasbourgeois ont en effet commencé 13 de leurs 25 rencontres dans cette configuration cette saison, pour trois succès, tous en déplacement (4-0 à Nantes, 2-0 à Angers, 1-0 à Lens). Pourtant le recours au 4-4-2 en losange n’est pas moins prolifique, au contraire.
Le système a permis au Racing de s’imposer quatre fois, soit la moitié de ses victoires après 25 journées (1 ) : 13 points (avec le nul contre Rennes) sur les 18 mis en jeu dans des matches débutés avec ce fameux milieu en losange derrière un duo d’attaquants, ce n’est pas vraiment négligeable.

Le Racing a joué trois de ses huit matches de championnat en 2021 dans ce système, pour autant de victoires (Nîmes, Saint-Étienne et Metz). Ce n’est pas un système de jeu qui a été emporté par le courant du Krimmeri en changeant d’année, et, pourtant, on a eu l’impression dimanche lors du succès à Saint-Symphorien qu’il n’avait plus servi depuis belle lurette.
« C’est l’animation du jeu, pas celle du système, qui m’a plu »

Sans doute parce qu’entre le derby victorieux et le court succès glané contre Saint-Étienne (1-0), les hommes de Thierry Laurey ont partagé les points à deux reprises (à Dijon et contre Brest) et ont fait chou blanc trois fois (contre Reims, avec des excuses contre Lyon et en Coupe de France contre Montpellier) en jouant en 4-2-3-1.

La victoire tardait. Celle qui a permis de mettre fin à 13 ans de disette en terre messine a, du coup, un peu plus mis en lumière le choix tactique d’un Thierry Laurey qui ne se la joue pas pour autant fin stratège sur ce coup-là.

« L’organisation de départ, c’était cela. Mais quand tu regardes le match, on n’a pas toujours joué en losange non plus, pointe le tacticien. On sait qu’on ne va pas respecter géométriquement le losange tout le match et il y a eu des déplacements qui ont fait que ce n’était pas toujours le cas. Quoi qu’il en soit, c’est l’animation du jeu, pas celle du système, qui m’a plu. »

Ce système de jeu n’est de toute façon pas établi prioritairement pour coller à un schéma adverse type (2 ). Thierry Laurey a aussi su y avoir recours en cours de match comme devant Lyon à l’aller avec l’entrée en jeu de Diallo à la 37e alors que le Racing prenait l’eau dans un 4-1-4-1 que l’on n’a plus revu depuis.

Le choix, pour Thierry Laurey, dépend avant tout de son groupe et des états de forme respectifs de ses joueurs. « Je ne pense pas que ça soit un problème de système. On a voulu mettre les meilleurs joueurs du moment sur le terrain (à Metz) et quand tu veux le faire, il faut trouver une animation qui leur correspond », assure-t-il.

Le recours au milieu en losange a aussi permis d’associer de nouveau Ludovic Ajorque et Habib Diallo sur le front de l’attaque, alors que le Sénégalais était plus souvent replacé sur le côté droit sur les phases défensives. Mais là encore, ce n’est pas la volonté de recentrer Diallo qui a primé.

« Habib, on ne l’a pas mis à côté du juge de touche non plus (sur les matches précédents, NDLR). Il a le droit d’être deuxième attaquant tout le temps, on lui demande simplement, comme à Ludo, de se repositionner sur un côté », s’agace un Thierry Laurey lequel estime que le Sénégalais a « eu plus de solutions en étant “sur le côté” que quand il joue dans l’axe ».

Le retour d’un Diallo en pointe – et donc moins responsabilisé dans le couloir droit sur les phases défensives avec la pointe droite du losange (Ibrahima Sissoko en l’occurrence) dans son dos – est aussi dû à la bonne forme actuelle d’un Dimitri Liénard que le coach voulait donc lancer dès le coup d’envoi.

« Si tu mets Habib sur le côté droit (en 4-2-3-1, NDLR) , il faut mettre un pendant sur le côté gauche. A priori, ça va être “Dim”. Donc, tu as Habib qui n’est pas forcément dans le registre qui lui plaît le plus et “Dim” pas dans le rôle qui lui convient le plus. Alors tu essaies de faire quelque chose où chaque joueur est dans son meilleur rôle, souligne Thierry Laurey. Et, encore une fois, l’important ce n’est pas tellement le losange ou le joueur à tel poste, mais l’animation globale. Et elle m’a plu. »

Tout système de jeu dépend de ce que les joueurs en font. Dimanche, les Strasbourgeois ont de nouveau montré qu’en 4-4-2 avec un milieu en losange, ils peuvent faire de bonnes choses. De là à l’installer durablement, on comprend que cela dépendra avant tout de qui est en forme pour le magnifier.

(1 ) Le Racing a décroché son 8e succès à Brest (3-0) en 5-3-2. (2 ) Il a été utilisé face à un 4-3-3 (2x), un 4-2-3-1 (2x), un 4-4-2 à plat ou un 3-4-2-1.
Le chiffre
6

Comme le nombre de matches commencés par le Racing en 4-4-2 avec un milieu en losange. Il s’est imposé à quatre reprises (1-0 contre Dijon, 5-0 contre Nîmes, 1-0 contre Saint-Étienne, 2-1 à Metz) et menait 1-0 contre Rennes avant d’être réduit à dix et de tenir le nul (1-1). Il s’est incliné à Monaco (3-2) en finissant la rencontre à onze contre neuf.


20 Fév 2021 6:12
Profil
Préparateur physique@Staff
Préparateur physique@Staff

Inscription: 7 Jan 2018 17:46
Messages: 1008
Au vu des résultats de Vendredi et de cet après midi, le nul de Nantes et surtout celui de la rencontre ASSE REIMS, une victoire demain est impérative, cela nous ferais bondir de 3 ou 4 places au classement , suivant le résultat de Nice face à Metz et surtout de prendre le large face à la 17 ème place des Nantais, avant un calendrier assez compliquer.
Ce match est vraiment très important pour le maintiens.


20 Fév 2021 21:42
Profil
Président@Directoire
Président@Directoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 8 Fév 2012 14:18
Messages: 20002
Localisation: Dorlisheim
dna a écrit:
Le Racing met Angers en joue
Victorieux 2-0 à l’aller mi-décembre en Anjou, les Strasbourgeois, toujours 16es malgré leur historique succès à Metz (1-2), espèrent enchaîner et franchir la barre des 30 points ce dimanche (15h) à la Meinau contre un SCO moins fringant en ce moment.
Depuis quelque temps, Thierry Laurey s’est fait le chantre d’une formule rhétorique dont l’un de ses prédécesseurs à Strasbourg, Jean-Marc Furlan (2007-2009), était adepte à chaque fois qu’un obstacle de taille se dressait sur la route de son équipe : « La peur n’évite pas le danger ».
Pour un Racing rasséréné par son succès, inédit depuis 2007, dans le derby dimanche dernier à Metz (1-2), cette citation de l’écrivaine belge Misha Defonseca mériterait d’être adaptée au rendez-vous du jour : « La confiance permettra-t-elle d’éviter Angers ? »
Ce dimanche (15h), pour la 26e journée de Ligue 1, un SCO « difficile à manœuvrer, même s’il est peut-être un peu moins bien », selon l’entraîneur bas-rhinois, posera ses valises à la Meinau.
Le Racing cinquième depuis le 27 novembre

Il débarquera avec l’espoir et la volonté de ne pas en prendre une, de valise, alors qu’il vient de subir deux échecs contrariants – 3-0 à Nice et 1-3 devant Nantes – qui ont d’ailleurs contrarié son coach Stéphane Moulin, isolé chez lui toute la semaine non par dépit, mais parce qu’il était cas contact Covid.

« Cette défaite à domicile contre le voisin nantais fait mal, mais je n’ai pas envie d’aller au-delà de ce qu’elle représente. Il faut maintenant se pencher sur le prochain match. »

Et donc sur ce voyage en Alsace où les Angevins tenteront d’enrayer une série comptable assez médiocre : 1 succès, 1 nul et 5 défaites en 7 journées, avec, tout de même, entre les ratés de Nice et Nantes, une qualification pour les 16es de finale de la Coupe de France aux dépens de Rennes (2-1).

Après cinq matches sans victoire (3 revers, dont un 0-2 en Coupe contre Montpellier, et 2 nuls), le Racing s’est remis en selle à Saint-Symphorien. Mais plus que sur ce derby générateur de confiance, Thierry Laurey préfère s’attarder sur le début d’année de ses joueurs.
« Si vous prenez le classement en 2021, vous regarderez combien on est et derrière qui, surtout ! On aurait peut-être pu avoir un ou deux points supplémentaires, mais on peut difficilement faire plus quand même. Ça ne veut pas dire qu’on est au taquet, mais ça veut dire qu’on est dans une bonne période. Malheureusement, on doit rattraper un début de championnat catastrophique. C’est ce début de saison qui nous a plombés, pas notre période actuelle. »

Le classement 2021, avant le 26e acte lancé vendredi, met en lumière le redressement alsacien : 1. Monaco 22 points ; 2. Paris et Lille 19 ; 4. Lyon 16 ; 5. Strasbourg 14. Seul le quatuor de tête devance le Racing cette année, ce qui soutire au technicien bas-rhinois ce commentaire teinté d’ironie : « On ne va pas au même rythme que les quatre premiers ».

La cadence des Bleus leur vaut même d’occuper ce 5e rang depuis le nul arraché, à 10 contre 11 durant plus d’une mi-temps, le 27 novembre contre Rennes à la Meinau (1-1, 12e journée), avec 22 points, derrière le même carré d’as, dans un ordre différent. Elle ne leur a cependant pas permis d’assurer définitivement leurs arrières et leur avenir.

« Angers est emmerdant à jouer quand tu le reçois »

D’où l’importance du duel contre Angers. « C’est l’opportunité d’enchaîner après une victoire à l’extérieur, n’élude pas un Laurey qui se méfie de la réaction des Angevins. J’aurais préféré qu’ils fassent un nul contre Nantes. Ça nous aurait arrangés et, surtout, ils ne seraient peut-être pas venus chez nous avec l’obligation de se reprendre. C’est ce qui m’inquiète. »

« Quand une équipe comme Angers figure presque toute la saison dans les dix premiers, c’est qu’elle est à prendre très au sérieux, poursuit-il. Les Angevins ont la capacité, notamment à l’extérieur (où ils ont engrangé 18 de leurs 34 points, NDLR) , de poser des problèmes à beaucoup d’équipes. Je n’oublie pas que début janvier, ils sont allés gagner à Lille, où peu d’équipes gagnent. Ils ont également gagné à Lens et Rennes (Nîmes et Dijon aussi). C’est une équipe emmerdante à jouer quand tu la reçois. »

Pour un Racing resté maître trois fois seulement sur douze à la Meinau (3 nuls, 6 défaites), l’avertissement est à prendre au sérieux. Quand bien même la peur n’évite pas le danger…
Mêmes joueurs jouent encore ?

Thierry Laurey, qui avait légèrement élargi son groupe avant le déplacement à Metz dimanche dernier en retenant 21 joueurs, l’a cette fois réduit à 20 unités.

Sanjin Prcic et Kevin Zohi, privés du derby à cause de pépins physiques, y font leur retour tandis que Mehdi Chahiri a été laissé au repos. C’est la première fois que le milieu de terrain ne sera pas sur une feuille de match en Ligue 1 cette saison. Idriss Saadi, qui n’avait pas été retenu entre la 6e journée (le 4 octobre contre Lille) et le derby à Metz dimanche dernier, va, lui, enchaîner un second match dans le groupe des 20.

Il y a toutefois peu de chances de voir l’attaquant international algérien – entré en jeu en Coupe de France contre Montpellier le 10 février – dans le onze de départ.

Thierry Laurey devrait en effet reconduire les mêmes onze joueurs qui ont débuté le match à Metz. Comme lors du derby – où il a surtout apprécié « l’animation du jeu » –, le technicien devrait plébisciter un système en 4-4-2 avec un milieu en losange.

Devant Kawashima, on devrait retrouver le quatuor défensif Guilbert, Mitrovic, Djiku, Caci. Le losange Aholou (pointe basse), Sissoko (droite), Liénard (gauche), Thomasson (pointe haute) a plutôt donné satisfaction, donc pourquoi le changer ?

Devant, Ajorque et Diallo, qui avaient fait basculer la rencontre à l’aller (un but et une passe chacun) voudront retrouver le chemin des filets, eux qui n’ont plus marqué dans le même match depuis le 6 janvier contre Nîmes.

➤ Absents : Simakan (genou), Sels, Mothiba (reprise), Aaneba (genou), Lebeau (Covid), Chahiri, Ousmane (choix) au Racing ;

Bahoken (mollet), Cabot (genou), Ebosse (genou), Petkovic (g), Alioui, Ould Khaled, Boma (choix) à Angers.


21 Fév 2021 5:32
Profil
Président@Directoire
Président@Directoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 8 Fév 2012 14:18
Messages: 20002
Localisation: Dorlisheim
Comme pressenti, Thierry Laurey alignera les vainqueurs de Metz au coup d'envoi, à savoir :
Kawashima ; Caci, Djiku, Mitreovic (cap.), Guilbert; Aholou, Liénard, Sissoko, Thomasson; Ajorque, Diallo.


21 Fév 2021 14:25
Profil
Secrétaire général@Directoire
Secrétaire général@Directoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 20 Jan 2005 15:00
Messages: 8118
Localisation: Mulhouse
A la mi-temps : 0-0. Match très engagé physiquement, le Racing est pas mal mais quand même très embêté par Angers (comme souvent à la Meinau). Techniquement, il faut qu'on passe un cran au-dessus si on veut marquer.


21 Fév 2021 15:52
Profil
Président@Directoire
Président@Directoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 8 Fév 2012 14:18
Messages: 20002
Localisation: Dorlisheim
Je pensais quand même un autre résultat à la mi-temps, mais bon il reste encore 45 minutes pour bien faire .


21 Fév 2021 16:05
Profil
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Répondre au sujet   [ 38 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4  Suivante

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 6 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Rechercher:
Aller à:  
Développé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Designed by ST Software for PTF.
Traduction par phpBB-fr.com