Index du forum
Index du forum
« Toute l'actualité du Racing Club de Strasbourg Alsace vue par ses supporters »
Voir les messages sans réponses | Voir les sujets actifs Nous sommes le 6 Déc 2019 22:02



Répondre au sujet  [ 45 messages ]  Aller à la page 1, 2, 3, 4, 5  Suivante
 [19/20] 15ème J : Strasbourg / Lyon - 1/2 
Auteur Message
Président@Directoire
Président@Directoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 8 Fév 2012 14:18
Messages: 17116
Localisation: Dorlisheim
Citation:
Racing-Olympique Lyonnais le samedi à 17h30
Image
La Ligue de Football Professionnel a fixé la programmation TV de la 15e journée de Ligue 1 Conforama.
Le Racing recevra l’Olympique Lyonnais le samedi 30 novembre prochain au stade de la Meinau. Le coup d’envoi de la rencontre est programmé à 17h30. La rencontre sera diffusée en intégralité sur Canal +.

On verra Samedi si le racing était trop fort où Amiens trop faible, je verrais bien un 2-1.


25 Nov 2019 11:11
Profil
Entraineur@Staff
Entraineur@Staff

Inscription: 12 Juil 2008 15:39
Messages: 2754
Localisation: Saint Herblain - 44
Et c'est le bon moment pour jouer les lyonnais. Ils ont pas mal de blessés et ils auront joué en ligue des champions mercredi un match capital contre le Zenit.


25 Nov 2019 11:45
Profil
Professionnel@Pro
Professionnel@Pro

Inscription: 7 Jan 2018 17:46
Messages: 494
Puis un match très important le Mardi qui suit contre Lille.
Garcia fera surement tourner son effectif, une bonne chose vu l'état de forme de nos joueurs.
Jamais deux sans trois!!!!


25 Nov 2019 21:27
Profil
Sélectionneur@InfosRacing
Sélectionneur@InfosRacing
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 11 Fév 2003 20:07
Messages: 17331
Localisation: Strasbourg
Mouais je n'en suis pas convaincu. Ils sont un peu largués en championnat et une défaite pourrait potentiellement les mettre à 8pts du podium.

_________________
"Il n'est pas concevable que Strasbourg, capitale européenne, n'accueille pas l'Euro-2016" (Roland Ries, Jacques Bigot, juillet 2009)


26 Nov 2019 9:13
Profil
Manager général@Directoire
Manager général@Directoire

Inscription: 26 Jan 2008 18:21
Messages: 11834
Localisation: HAGUENAU
JM BUTTERLIN : d'accord avec lui ;)

Et ça tombe bien. Car c’est Lyon qui s’annonce, au dernier jour de novembre, avant que ne débute le marathon de décembre et ses 5 matches en 18 jours. C’est une affiche majeure de la saison et la promesse d’une immense bataille. Les deux dernières ont été bouleversantes. Des montagnes d’émotions où culminent la trajectoire irréelle d’un coup-franc légendaire puis un doublé d’Ajorque en l’espace d’une minute pour échapper à la défaite.

Et c’est pour ça, encore, que nous marcherons vers la Meinau, samedi, quand la nuit, à peine, sera venue. Lyon sera de retour de son périple à St-Pétersbourg, trois jours avant. Nous ne saurons qu’à l’heure du dîner si cela aura été un avantage pour le Racing. L’OL est une grosse machine. Construite pour courir plusieurs lièvres à la fois. Mais aussi les aiglons, les ours et les cigognes s’il le faut. On n’attrape pas le Lyon sans le chasser chaque minute, chaque seconde qui font un match.

Plus de 250 millions de budget mais un seul point au classement séparent le Racing de Lyon à cet instant de l’histoire. Dans ce choc des mondes, le temps d’un soir d’automne, gagner ressemblerait à un compte de fée.


26 Nov 2019 10:54
Profil
Entraineur@Staff
Entraineur@Staff

Inscription: 12 Juil 2008 15:39
Messages: 2754
Localisation: Saint Herblain - 44
Tenor a écrit:
Mais aussi les aiglons, les ours et les cigognes s’il le faut.
Les aiglons et les cigognes je vois bien mais c'est qui les ours?


26 Nov 2019 11:29
Profil
Manager général@Directoire
Manager général@Directoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 9 Nov 2003 21:26
Messages: 10696
Localisation: Longjumeau
Les russes ?


26 Nov 2019 17:57
Profil
Président@Directoire
Président@Directoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 8 Fév 2012 14:18
Messages: 17116
Localisation: Dorlisheim
dna a écrit:
Racing : cinq bonnes raisons d’y croire face à Lyon
Sur la lancée de ses succès contre Nîmes et à Amiens, le Racing vise la passe de trois, ce samedi (17h30) à la Meinau. Mais c’est l’Olympique lyonnais qui se présente en face. Oui, et alors ?
À écouter Matz Sels, le Racing est actuellement dans un « bon flow ». Entendez par-là une bonne dynamique, que le gardien du Racing apprécie pleinement depuis deux matches, lui qui n’a eu à ramasser qu’une seule fois la balle au fond des filets alors que ceux d’en face ont tremblé à huit reprises.

Ce samedi (17h30), dans une Meinau que l’on n’imagine pas autrement qu’à guichets fermés, les Bleus vont donc tenter d’imiter Montpellier, Saint-Étienne et Marseille, soit le trio qui a fait vibrer son public en battant Lyon cette saison à domicile. Le Racing sera-t-il le quatrième de cordée ?
Parce que les habitudes sont bonnes

Depuis que le Racing est remonté en Ligue 1, le public de la Meinau ne l’a plus vu perdre contre Lyon. Personne n’oubliera la soirée magique de mai 2018, quand le maintien a été arraché lors de l’avant-dernière journée (3-2) dans un stade en transe. Ni le renversement de situation de la saison passée, avec un doublé d’Ajorque en une minute pour effacer celui de Dembélé (2-2).


Lors de son précédent bail en élite, le menu des soirées alsaco-rhodaniennes était la soupe à la grimace. Sur la dernière décennie, celle qui a vu les Gones remporter sept titres de suite, il y a eu une série de… six défaites strasbourgeoises, et pas que des petites (deux fois 0-4, une fois 0-3) !

Les temps ont changé. « À domicile, on arrive bien à embêter les gros », synthétise Matz Sels, rappelant que la saison dernière « ni Paris, ni Lille, ni Lyon n’ont gagné à la Meinau (trois matches nuls) ». Et pour ce qui est de s’imposer ? « Ah, ça, c’est autre chose, répond le Belge. Pour battre une équipe comme Lyon, il faut que tout fonctionne à merveille, avec un brin de réussite, voire de chance. »

Parce que Lyon peine après la Ligue des champions


Après avoir assuré le minimum samedi dernier contre Nice (2-1) en Ligue 1, les Lyonnais ont basculé sur leur objectif de la semaine, à savoir chercher leur qualification en 8e de finale de Ligue des champions, ce mercredi soir au Zenit Saint-Pétersbourg. Sans Memphis Depay ni Houssem Aouar, tous deux touchés à une cuisse, la troupe de Rudi Garcia va, quoi qu’il arrive, laisser du jus dans la froidure russe.

Cet été, le Racing a payé un lourd tribut à l’enchaînement des matches européens et domestiques, mettant près de deux mois à « retrouver de la fraîcheur qui amène la réussite », comme le disait encore Thierry Laurey samedi dernier à Amiens.

Et même si l’effectif lyonnais est sans commune mesure avec celui du club alsacien – un budget à 310 millions d’euros autorise plus de liberté que celui du Racing à 43 millions d’euros – les lendemains de Ligue des champions sont difficiles.

Après quatre matches de C1, Lyon ne s’est imposé qu’une fois le week-end d’après (2-0 aux dépens de Metz), contre trois défaites (PSG, “Sainté”, OM).

Parce que Thierry Laurey a de riches idées


L’entraîneur du Racing a une semaine pour trouver les moyens idoines qui doivent lui permettre de contrer les forces protéiformes du 4-2-3-1 lyonnais.

Depuis le retour d’une défense à quatre et d’un milieu en losange, le Racing a remporté trois matches en cinq journées sans que son équipe ne soit pour autant figée. Hormis l’attaque, où Mothiba et Ajorque sont devenus indissociables, le coach adapte son système au gré des adversaires. Sa dernière trouvaille ? Lancer le défenseur axial Djiku en sentinelle à Amiens, pour limiter le rendement de Kakuta et de Guirassy, avec la réussite que l’on sait (0-4).

Ce samedi, d’autres idées ne sont pas à exclure, d’autant que l’effectif est désormais au grand complet.

Parce que le vent souffle dans leur dos


Quand on vient d’inscrire huit buts en deux matches, la dynamique est forcément porteuse. On le voit aux sourires qui fleurissent sur les visages aux entraînements, à la saine émulation qui berce le groupe, à l’intensité mise sur chaque exercice. Même les joueurs qui sont moins utilisés – Koné, N’Dour, Corgnet, Zohi, Da Costa – ces temps-ci ne lâchent rien. À l’image de Da Costa, buteur en Picardie une minute après être entré en jeu, tout le monde reste concerné.

Et pour finir de se convaincre que Lyon n’a rien d’un ogre, il suffit de jeter un œil au classement : seule une unité sépare l’OL (9e , 19 pts) du Racing (12e , 18 pts). C’est quoi, un point ?
Parce que… Dimitri Lienard !

Enfin, comment ne pas parler de “Dim” quand on évoque les chances d’exploit alsaciennes ? À tout jamais, le « paysan belfortain » restera le héros de cette folle soirée de mai 2018 qui avait vu le Racing assurer son maintien en Ligue 1, en nettoyant la lucarne de Gorgelin dans les arrêts de jeu.

Malade en fin de semaine dernière, il a manqué le festival amiénois. Mais Lienard est de retour. Il va bien, il a faim. Tous les rêves sont permis…


27 Nov 2019 6:10
Profil
Président@Directoire
Président@Directoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 8 Fév 2012 14:18
Messages: 17116
Localisation: Dorlisheim
dna a écrit:
Avant Racing – Lyon, samedi à la Meinau : cinq dates pour l’Histoire
Le grand feuilleton des confrontations entre Strasbourg et Lyon, dont le prochain épisode aura lieu samedi à la Meinau, a été marqué par quelques faits d’armes, heureux ou non pour le club alsacien, qui ont fait date dans son histoire plus que centenaire.
Le choix est forcément subjectif, mais il fallait bien trancher. Dans la longue série des duels entre le Racing et l’Olympique Lyonnais, lancée le 7 décembre… 1924 par un succès strasbourgeois à la Meinau en 32es de finale de la Coupe de France (3-0), certaines dates ont imprégné l’histoire du club alsacien. En voici cinq incontournables.

1er juin 1979


Pour la 38e et dernière journée de Division 1, le Racing s’impose 3-0 à Gerland face à Serge Chiesa, Jean Tigana et consorts. Il décroche ainsi son premier et seul titre de champion de France.

Roland Wagner, auteur d’un doublé, et Yves Ehrlacher, qui ajoute le troisième but, scellent son triomphe. Le président de la Ligue du Grand Est, Albert Gemmrich, se souvient comme si c’était hier de « l’un des moments les plus forts » de sa carrière d’attaquant.

« Il fallait gagner pour être sûrs d’être champions. Un nul nous aurait finalement suffi. Mais avant le match, nous n’avions que la victoire en tête. Nous étions tellement motivés que s’il y avait eu en face le Barça, le Real ou le PSG d’aujourd’hui, nous aurions gagné aussi. Pour la plupart d’entre nous, c’était le premier titre de notre carrière. »

« Alain Giresse me disait encore la semaine dernière que nous avions la meilleure équipe de France, qu’elle jouait un football moderne, avec un entraîneur en avance sur son temps (Gilbert Gress, ndlr) et des joueurs complémentaires. Un sacre en Coupe peut être une loterie, mais pas un championnat sur trente-huit journées. Un titre de champion, c’est le Graal. »

1er avril 2001


En quarts de finale de la Coupe de France, les Bleus d’Yvon Pouliquen, condamnés à la Ligue 2 en fin de saison, terrassent 3-0 à la Meinau un OL qui finira 2e du championnat et enlèvera la Coupe de la Ligue avant d’annexer la Ligue 1 de 2002 à 2008 (sept titres d’affilée). Moins de deux mois plus tard, le Racing s’adjuge sa troisième Coupe de France, après 1951 et 1966, contre Amiens aux tirs au but (0-0, 5-4).

Face aux “Gones”, le trio Pascal Johansen, Danijel Ljuboja, Peguy Luyindula, buteur aux 79e , 84e et 89e minutes, est le détonateur d’une « qualification méritée », selon l’entraîneur breton, désormais agent de joueurs.

« On ne partait vraiment pas favoris face au futur vice-champion de France (avec les Grégory Coupet, Sidney Govou ou Sonny Anderson, ndlr) , mais on a fait un match plein, avant de sortir en demi-finale le futur champion Nantes (4-1, à la Meinau également). »

« C’est un très bon souvenir, parce qu’une victoire en quart t’ouvre les portes du dernier carré. Tu te dis alors que le Stade de France n’est plus très loin. Mais quand on voit ce qu’on a été capables de faire en Coupe, on ne peut qu’avoir des regrets sur l’issue funeste en championnat. »

5 août 2017


Plus de neuf ans après son dernier match de Ligue 1 et près de six après sa liquidation judiciaire, un Racing ressuscité retrouve l’élite. Son baptême a lieu au Parc OL en ouverture de la saison 2017-2018.

Depuis le quart de Coupe de France 2001 évoqué ci-dessus, il a enchaîné douze échecs face aux Lyonnais. Le treizième tourne à la fessée (4-0).

Une déculottée sévère, mais salutaire, aux yeux du capitaine Kader Mangane, devenu depuis coordinateur sportif : « La plupart de mes coéquipiers découvrait la Ligue 1 et la découvrir à Lyon n’avait rien d’évident. On a regardé jouer les Lyonnais et le score final a été lourd. C’était douloureux. Mais nous en avons tiré un enseignement majeur : il ne faut jamais regarder jouer ce genre d’équipe ».

« Quelques mois plus tard, nous avons battu le PSG à la Meinau (2-1) parce que nous avons “agressé” les Parisiens, dans le bon sens du terme. Nous avons aussi vaincu Lyon dans un match dont tout le monde se souvient (voir ci-dessous). C’est la leçon à retenir pour ce samedi : ne pas laisser jouer les manieurs de ballon lyonnais, sinon, ils vont te faire la musique. »

12 mai 2018


Le RCS devenu RCSA reste donc sur treize défaites face à Lyon, mais aussi douze matches sans victoire pour sa première année en Ligue 1 post-liquidation judiciaire.

La relégation le guette alors qu’il est mené 2-1 à la 88e par l’OL à la Meinau. Nuno Da Costa égalise de la tête. Mais ça ne suffit pas. Sur un coup franc somptueux dans la lucarne à la 94e , Dimitri Lienard inscrit son nom en lettres d’or dans l’histoire du club, maintenu avant même le dernier match à Nantes.

Un an et demi plus tard, le héros en éprouve toujours des frissons. « Sauver un club sur un seul geste, même s’il y a eu tout le match avant et même s’il restait ce déplacement à Nantes, c’est un moment unique dans une carrière. Celui-ci restera gravé à jamais dans la mienne et dans mon cœur, dans celui des Strasbourgeois aussi. Certaines personnes me disent que parfois, lorsqu’elles ont un coup de blues, elles vont le regarder sur le web et que ça leur met tout de suite du baume au cœur. Ce coup franc a fait le tour du monde. Il a même été remixé avec de la musique et des t-shirts ont été imprimés pour le célébrer. Incroyable ! »

8 janvier 2019


Après s’être qualifié au tour précédent à Marseille (0-0, 4-2 aux tirs au but), le Racing retrouve le Parc OL en quarts de finale de la Coupe de la Ligue. Grâce à un penalty de Ludovic Ajorque et une tête de Lamine Koné, les hommes de Thierry Laurey signent un nouvel exploit (2-1) qui conduira le club strasbourgeois à son troisième sacre (après 1997 et 2005) le 30 mars à Lille contre Guingamp (0-0, 4-1 aux tirs au but).

Trois semaines avant cette finale dans le Nord, Ludovic Ajorque inscrira, au match retour en championnat, un doublé en une minute synonyme de nul à domicile face aux “Gones” (2-2).

« Ce quart à Lyon était le premier match de l’année 2019, rappelle l’avant-centre réunionnais. Tout nous a réussi, avec un grand “Bing” (Bingourou Kamara dans le but) et les poteaux pour nous. On marque sur un “péno” et un coup de tête de Lamine. Après, c’est vrai, j’ai inscrit un doublé qui nous a permis de faire 2-2 en championnat. Mais à choisir, je retiens le match de Coupe qui a prolongé l’épopée jusqu’au sacre. »


28 Nov 2019 6:09
Profil
Entraineur@Staff
Entraineur@Staff

Inscription: 16 Juin 2005 7:46
Messages: 2176
Localisation: Strasbourg
Match difficile.

Si en plus Lyon devait récupérer tous ses blessés qui n’ont pas joué contre le zénith (et donc frais) ça deviendrait mission impossible : aouar, Depay, terrier, ...


28 Nov 2019 7:22
Profil
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Répondre au sujet   [ 45 messages ]  Aller à la page 1, 2, 3, 4, 5  Suivante

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Rechercher:
Aller à:  
Développé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Designed by ST Software for PTF.
Traduction par phpBB-fr.com