Index du forum
Index du forum
« Toute l'actualité du Racing Club de Strasbourg Alsace vue par ses supporters »
Voir les messages sans réponses | Voir les sujets actifs Nous sommes le 17 Oct 2019 4:46



Répondre au sujet  [ 62 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivante
 [19/20] 5ème J : Paris / Strasbourg - 1/0 
Auteur Message
Président@Directoire
Président@Directoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 8 Fév 2012 15:18
Messages: 16804
Localisation: Dorlisheim
dna a écrit:
Le Racing crucifié au Parc des Princes
Face à un PSG qu'on avait connu plus inspiré, le Racing a fait un match extrêmement sérieux et a bien cru repartir en Alsace avec un très bon point. Mais un geste de génie de Neymar dans le temps additionnel l'a privé de ce bonheur. Voilà les Strasbourgeois barragistes avec trois points au compteur.
Ce ne sera pas encore pour cette fois. Le Racing n'a toujours pas gagné au Parc des Princes mais là n'était pas sa principale ambition cet après-midi. Un point aurait suffi aux bonheur des Alsaciens qui n'ont pas été loin d'arriver à leurs fins.

Comme souvent face aux grosses cylindrées du championnat, Thierry Laurey avait choisi d’aligner un bloc compact, en 5-4-1, pour laisser le moins d’espace possible aux artistes parisiens. Un schéma qui avait déjà fait ses preuves contre le PSG puisque depuis sa remontée en Ligue 1, en 2017, le Racing possédait un bilan équilibré (1V, 2N, 1D) face à l’ogre du championnat.

Les 45 premières minutes ont d’ailleurs été au diapason avec deux formations qui se sont parfaitement neutralisées. Recroquevillé dans sa moitié de terrain, le RCS a subi sans être non plus acculé devant son but, profitant à plein du rythme faiblard imprimé par le champion de France.

Face à Neymar, visé par les sifflets des ultras franciliens, et consorts, ce sont même les Bas-Rhinois qui se sont créé la meilleure opportunité de la première période. Bien servi par Simakan, Ajorque a allumé un pétard à l’entrée de la surface que Navas est allé chercher du bout des gants (18e).

Un peu emprunté, quatre jours avant son entrée en lice en Ligue des champions contre le Real Madrid, le PSG ne s’est signalé que sur une ouverture en direction de son maître à jouer que Neymar a caviardé en ratant son lointain lob (31e). A ce rythme-là, les Bleus pouvaient espérer refaire le coup du printemps quand ils avaient quitté la scène parisienne avec un point en poche (1-1).
La bicyclette fatale de Neymar

Une seconde période tout aussi soporifique a facilité les desseins bas-rhinois qui n’étaient pas montés à la capitale pour se jeter dans la gueule du loup. Et Ajorque a même encore eu l'occasion de frapper mais Navas s'est à nouveau interposé (76e).

Ce coup de chaud a fait sortir les Parisiens de leur réserve. Neymar a immédiatement chauffé les gants de Sels (76e). Icardi a bien cru marquer pour sa première au Parc mais Koné a surgi au dernier moment (81e). Quant à Herrera, il a vu Sels dévier sa frappe au dernier moment (84e). Et alors que l'on s'acheminait vers un nul logique, Neymar a eu une inspiration géniale en reprenant d'une bicyclette un centre de Diallo. Un geste magnifique qui a crucifié le Racing (1-0, 90e+2).

Pas payés, les Alsaciens n'ont pas pris le point qui leur aurait permis de s'extirper de la zone rouge. Après cinq journées de championnat, et trois points au compteur, le bilan chiffré n'est pas en adéquation avec ce qui a été montré cet après-midi sur la pelouse parisienne.


15 Sep 2019 6:30
Profil
Président@Directoire
Président@Directoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 8 Fév 2012 15:18
Messages: 16804
Localisation: Dorlisheim
dna a écrit:
Un plan bien ficelé qui a failli fonctionner
S’il n’y avait eu la classe de Neymar, auteur d’un geste de grande classe dans les arrêts de jeu, le plan du Racing aurait parfaitement fonctionné. Les Strasbourgeois n’ont pas grand-chose à se reprocher. Il faudra s’en souvenir pour ne pas nourrir trop de regrets.
Le Racing, solidement organisé et parfois même dangereux, tenait le point du match nul. Mais un éclair de génie lui a été fatal. Rageant…

❏ SELS (6). Une première période tranquille pour le portier belge, qui n’a connu qu’une petite frayeur en voyant Neymar tenter un lob, alors qu’il s’était aventuré loin de sa ligne (31e ).

A été bien plus sollicité au retour des vestiaires et s’est montré décisif en trois occasions sur la fin : un duel en tête à tête contre Neymar (76e ), une lourde frappe de Herrera (84e ) et un tir de Di Maria (89e ).

Las, il ne peut rien sur la reprise acrobatique de Neymar, un geste qu’il vient saluer en félicitant la star brésilienne… La grande classe.

❏ SIMAKAN (6). Pour sa quatrième titularisation de rang en Ligue 1, le longiligne défenseur a crevé l’écran dans le premier acte. Sur son flanc droit, il a muselé Sarabia et s’est montré entreprenant sur le front offensif, à l’image de cette percée tranchante, entamée de la ligne de touche et conclue dans l’axe, qui débouche sur la grosse occasion d’Ajorque (18e ).

C’est encore lui qui délivre une bonne balle au géant de l’attaque au retour des vestiaires (51e ), avant de lever doucement le pied. Victime de deux coups sur les chevilles, il est remplacé par LIENARD (74e ).

❏ KONÉ (6). Sur le côté droit de la charnière à trois, le massif Ivoirien a joué les costauds, reprenant notamment Choupo-Moting, finalement signalé hors-jeu (37e ). Sa tête dans les arrêts de jeu de la première période, sur un coup franc de Lala, n’était pas cadrée.

De plus en plus entreprenant, à l’image de son débordement côté droit qui a failli profiter à Ajorque (76e ), il a sauvé un ballon de but dans les pieds d’Icardi (81e ).

❏ MITROVIC (5). Le capitaine serbe a rempli son rôle de patron de la défense, tirant presque jusqu’au bout le rideau devant Neymar et l’attaque parisienne en entraînant Koné et Djiku dans le mouvement pour jaillir à bon escient. Jusqu’à cette fatidique 90e +2, tout était parfait...

❏ DJIKU (5). Malgré quelques sueurs face au virevoltant Di Maria, l’ex-Caennais s’est hissé au niveau de ses partenaires de la charnière. Sa passe en profondeur à l’adresse de Thomasson a failli surprendre toute la défense du PSG (25e ). À plus souffert dans le second acte, sans pour autant s’affoler. Au marquage de Neymar sur l’action fatidique, il n’a pu que constater les dégâts.

❏ CAROLE (4). Avec un client comme Di Maria, le latéral gauche a été bien occupé en termes de travail défensif. A en outre eu du mal à combiner avec Lala, perdant notamment deux ballons en première mi-temps. Par la suite, il a montré le nez en attaque mais a manqué de précision.

❏ LALA (4). Dans un rôle plus offensif qu’à l’accoutumée, comme électron libre du milieu de terrain, il a haussé le curseur en termes d’intensité. Las, il n’a que rarement fait les bons choix dans la dernière passe. Et a même multiplié les mauvais à la reprise. Après la sortie de Simakan, il a récupéré son poste de latéral. On ne pourra que constater que le centre de Diallo sur le but de Neymar est venu de son côté.

❏ BELLEGARDE (7). Une entrée en matière enthousiasmante pour le jeune Franco-Haïtien, son aisance technique permettant de bonifier quelques ballons dans l’entrejeu. S’est montré par la suite moins entreprenant mais toujours aussi appliqué pour limiter le rendement de Verratti. Averti pour un pied un poil haut sur Neymar avant la pause. Constant de bout en bout, il a fini par une frappe trop croisée (90e ).

❏ SISSOKO (6). Au côté du “petit” Bellegarde, le “grand” milieu de terrain a formé une paire assez efficace, apportant sa densité physique et une présence globalement dissuasive. Avec un poil de vitesse en plus, il aurait pu en outre se montrer plus dangereux à l’approche du but de Navas.

❏ THOMASSON (5). A tenté de semer la zizanie entre les lignes parisiennes, ce qu’il est parvenu à faire avec constance. Repris par Thiago Silva (25e ) sur sa seule situation dangereuse. Remplacé par PRCIC (85e ).

❏ AJORQUE (6). Seul en pointe, le colosse du Racing ne s’est pas seulement compté d’un rôle ingrat de point de fixation. Il a aussi su se créer trois belles occasions : une grosse frappe à l’entrée de la surface qui contraint Navas à sortir la balle au ras de son poteau gauche (18e ), une frappe un peu molle (51e ) et surtout un tir en taclant sur un centre de Koné (76e ). Averti par ailleurs pour un tacle sur Gueye (70e ). Remplacé par MOTHIBA (78e )


15 Sep 2019 6:35
Profil
Manager général@Directoire
Manager général@Directoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 17 Juin 2004 13:10
Messages: 10608
Localisation: Knackiland, Oberhausbergen
on a loupé une occasion en or de ramener des points (et même 3 pts) du parc hier, car ils étaient prenables.

on a réussi à les endormir tout le match, mais on a trop mal joué les quelques coups offensifs qu'on a réussi à générer, notre finition a été dégueulasse. C'est vraiment les boules de repartir de là bas avec 0 pt, et ce match fera mal dans la tête des joueurs je pense.


15 Sep 2019 8:46
Profil ICQ
Président@Directoire
Président@Directoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 8 Fév 2012 15:18
Messages: 16804
Localisation: Dorlisheim
C'est un problème récurrent ce début de saison , pas de réel buteur, il faudra quand même voir au mercato d'hiver.


15 Sep 2019 11:32
Profil
Président@Directoire
Président@Directoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 8 Fév 2012 15:18
Messages: 16804
Localisation: Dorlisheim
dna a écrit:
Zoom sur… | Le milieu de terrain du Racing Bellegarde-Sissoko, association de bienfaiteurs
Samedi au Parc des Princes, Ibrahima Sissoko et Jean-Ricner Bellegarde ont pour la première fois fait la paire en Ligue 1 pour cadenasser le milieu de terrain et ressortir proprement les ballons. Avec une réussite certaine. L’association semble prometteuse.
Vingt-trois centimètres les séparent. L’athlétique Ibrahima Sissoko (1,93m) et le poids plume Jean-Ricner Bellegarde (1,70m) ne boxent pas dans la même catégorie. Ce qui n’empêche pas les deux garçons âgés de 21 ans d’être complémentaires.

Là où le premier apporte sa densité physique et son envergure, à la faveur de ses grands compas qui ratissent large et permettent de sauter haut, le second mise sur sa vitesse et sa technique, histoire de harceler les adversaires et de briser les lignes défensives, balle au pied et regard porté vers l’avant.

« Il y a toujours des points à prendre si tu veux te maintenir »


Jamais encore Thierry Laurey ne les avait associés dans l’entrejeu. Le départ de Jonas Martin pour Rennes et l’arrivée tardive de Sanjin Prcic a contraint l‘entraîneur strasbourgeois à chambouler son organisation.

Il n’est toutefois pas évident de confier les clés de la boutique à deux minots forcément perfectibles et à la courbe de performances sinusoïdale. Avec une reprise décalée, en raison de sa participation à l’Euro Espoirs en juin, puis d’un adducteur qui “siffle”, Sissoko n’a pas pu poursuivre sur sa lancée de la saison passée, où l’ex-Brestois s’était imposé pour sa première année en Bleu et en élite.

Quant à Bellegarde, arrivé de Lens et de la Ligue 2 cet été, il a déjà dû s’habituer au niveau et comprendre ce que l’on attendait réellement de lui.

Du coup, leur baptême du feu à Paris, face à Idrissa Gueye et Marco Verratti, et avec un Neymar qui croise dans les parages, s’annonçait redoutable.

Mais le duo s’en est sorti avec les félicitations du jury, le plan étant sans accroc jusqu’à l’éclair de génie du Brésilien.

« On a peut-être fait notre meilleur match de la saison, mais on perd à la fin, regrette “Ibou” Sissoko. Contre Paris, c’était particulier parce qu’il fallait miser sur un jeu de contre-attaque et de défense. On n’a pas eu beaucoup de ballons. Or, quand on est footballeur, on préfère avoir le ballon… »

“Jean-Jean” Bellegarde l’avait entre les pieds, le ballon, à la 90e et à 0-0, quand il a placé une frappe trop croisée à l’entrée de la surface. « J’aurais pu mieux faire, avancer un peu, je n’ai pas fait le bon choix », déplore le timide Franco-Haïtien, qui n’a cependant rien d’autre à se reprocher.

Au bout du compte, les duettistes sont partagés entre le sentiment du devoir accompli et la frustration d’une issue fatale, à la suite du numéro de soliste de Neymar. « Il y avait un point à prendre ici, peste Sissoko. Il y a toujours des points à prendre si tu veux te maintenir. Même si c’est Paris en face, je n’aime pas perdre. »

« Obligé de faire un très bon résultat »


C’est avec cet état d’esprit que les Strasbourgeois entendent aborder le prochain match, dès vendredi (20h45) contre Nantes. « On n’est pas très bien au classement, on est obligé de faire un très bon résultat, confirme Sissoko. Il faut poursuivre dans notre progression, en se reposant sur ce match assez consistant, où il y a eu beaucoup de bonnes choses. »

Face à des Canaris qui restent sur trois succès de rang, l’entente entre le petit Bellegarde et le grand Sissoko sera encore nécessaire pour, enfin, accrocher ce premier succès en championnat.


16 Sep 2019 5:36
Profil
Manager général@Directoire
Manager général@Directoire

Inscription: 26 Jan 2008 19:21
Messages: 11799
Localisation: HAGUENAU
après coup on a ce qu'on mérite et c'est plutôt rageant que d'avoir laissé échapper ce point du nul qui aurait été largement mérité
avec un peu plus de conviction Ajorque aurait pu et du en claquer au moins celui qui aurait fait pencher la balance à 3 points, ça commence à bien faire...
nous avons parfaitement bien quadrillé le terrain, mis sou l'éteignoir des cadors du PSG, bien fait circuler le ballon sans jamais paniquer, et puis et puis : pan.
j'en veux tout particulièrement à celui qui m'a été présenté ici en ayant effectué 100 apparitions en L1 et qui était complètement absent sur cette fameuse bicyclette de Neymar durant les arrêts de jeu.
regarder le ballon lui filer sous son nez et laisser à un Neymar autant de place pour réaliser ce genre d'exercice est pour moi une grosse faute professionnelle.
j'espère que TL l'a recadré !!!
un gâchis de plus, il va falloir se réveiller maintenant :twisted:


16 Sep 2019 9:46
Profil
Président@Directoire
Président@Directoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 8 Fév 2012 15:18
Messages: 16804
Localisation: Dorlisheim
Il y a encore pas mal de point à prendre, déjà contre Nantes 3 points, en plus nous ne sommes qu'à la cinquième journée.


16 Sep 2019 10:41
Profil
Président@Directoire
Président@Directoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 8 Fév 2012 15:18
Messages: 16804
Localisation: Dorlisheim
dna a écrit:
Dans le parcage visiteur du Parc des Princes Racing, version Paname
Image
C’est un drôle de match, entre solidarité avec les interdits de stade et dénouement cruel, qu’ont vécu les membres de la dynamique section Paname du Racing dans le parcage visiteur du Parc des Princes.
« Là, forcément, j’ai les boules. » Mathieu, l’un des membres historiques de la section Paname du Racing, qui compte aujourd’hui 180 encartés, a du mal à encaisser la défaite sur le fil de son équipe de cœur sur la pelouse du Parc des Princes. La seule vertu qu’il trouve à l’arabesque géniale de Neymar dans le temps additionnel, c’est d’avoir montré la versatilité du public parisien. À l’exception notable des ultras.

« On commençait vraiment à y croire, même si sur la fin on attendait surtout que ça se termine, avoue le journaliste d’Europe 1 originaire de Koenigshoffen. Et puis ce but de Neymar a montré à quel point le public du Parc est nul. Il l’a sifflé toute la rencontre avant de l’acclamer comme si de rien n’était… »

Au moins, les supporters alsaciens se sont montés constants. En l’absence des “UB”, qui manifestaient un peu plus tôt à Strasbourg, et en solidarité avec les 49 interdits de stade, ils n’ont pas donné de la voix depuis leur quart de virage.

« On aurait bien aimé chanter mais il fallait soutenir les nôtres, confirme Julien qui avait connu une ambiance autrement plus brûlante lors du barrage retour de Ligue Europa à Francfort. C’était exceptionnel. Ce soir (samedi) , c’est ce retourné qui est exceptionnel. Un but de fou. »

« C’est très agréable de partager ça tous ensemble »


La journée avait pourtant parfaitement commencé pour la section Paname qui s’était retrouvée dans une brasserie de Boulogne-Billancourt dans une ambiance familiale. Ensuite, les 100 titulaires de billets avaient pris la direction de la Porte de Saint-Cloud.

« Je ne m’attendais pas à ce que notre association connaisse un tel succès après neuf mois d’existence. Le bouche-à-oreille a bien fonctionné, apprécie Christophe, le président. En comptant les sympathisants, on doit être pas loin de cinq cents. » L’Alsace, comme le montrent les noms des fidèles (Bock, Spreng, Wahl…), est bien représentée dans la capitale.

Alysé a rejoint Paris début 2017 pour ses études. C’est d’abord dans les bars qu’elle est allée soutenir les Bleus. Avant de se laisser prendre au jeu au contact de ses camarades. Elle était de la finale de la Coupe de la Ligue à Lille. Et au Parc ce samedi.

« J’étais complètement happée par le match. J’y croyais à fond donc c’est la douche froide, sourit celle qui a ses attaches à Schweighouse et Haguenau. Après, l’ambiance dans le parcage était vraiment chouette. C’est très agréable de partager ça tous ensemble. »

Mobiles, les “Parisiens” du Racing, dont certains sont abonnés à la Meinau, vont continuer à suivre les hommes de Thierry Laurey au fil des déplacements. Bien intégrés à la cohorte des supporters alsaciens.

« On reste à notre place car on est encore petit », souligne Mathieu. Ce qui n’empêche pas la section Paname de rêver en grand à une future victoire historique des Strasbourgeois au Parc des Princes.


16 Sep 2019 13:03
Profil
Responsable marketing @Directoire
Responsable marketing @Directoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 15 Juin 2004 17:17
Messages: 4914
Localisation: paris
au moins deux membres du forum en font partie! :!:

_________________
Si un problème a une solution, il ne sert à rien de s'inquiéter. S'il n'en a pas, s'inquiéter n'y changera rien


16 Sep 2019 14:30
Profil
Sélectionneur@InfosRacing
Sélectionneur@InfosRacing
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 11 Fév 2003 21:07
Messages: 17257
Localisation: Strasbourg
On avait eu Christophe, le président de la section Paname, à la radio en janvier et il avait l'air cool. Leurs intentions sont vraiment basiques (rassembler les supporters parisiens du Racing) et ça fait plaisir de voir encore des gens se réunir (je parle physiquement) autour d'une même passion et sans avoir de revendications particulières.

_________________
"Il n'est pas concevable que Strasbourg, capitale européenne, n'accueille pas l'Euro-2016" (Roland Ries, Jacques Bigot, juillet 2009)


16 Sep 2019 22:00
Profil
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Répondre au sujet   [ 62 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivante

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 2 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Rechercher:
Aller à:  
Développé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Designed by ST Software for PTF.
Traduction par phpBB-fr.com