Index du forum
Index du forum
« Toute l'actualité du Racing Club de Strasbourg Alsace vue par ses supporters »
Voir les messages sans réponses | Voir les sujets actifs Nous sommes le 14 Déc 2019 15:09



Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer de messages ou poster d’autres réponses.  [ 25 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, 3
 [18/19] 34ème J : Amiens / Strasbourg - 0/0 
Auteur Message
Président@Directoire
Président@Directoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 8 Fév 2012 14:18
Messages: 17151
Localisation: Dorlisheim
Je viens de rentrée, et j'ai vu que le racing a fait 0-0, pour moi c'est un bon résultat,et ils sont toujours dixième.


28 Avr 2019 16:30
Profil
Vétéran@Pro
Vétéran@Pro

Inscription: 7 Jan 2018 17:46
Messages: 500
1 point de prix pas de but encaisse.
C était l objectif avouer du match.
Pour moi , ce sera les deux derniers à domicile ou on verra nos joueurs se "defoncer".
Pour les déplacements à Dijon et surtout Nantes, on risque de s ennuyer.


28 Avr 2019 21:37
Profil
Président@Directoire
Président@Directoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 8 Fév 2012 14:18
Messages: 17151
Localisation: Dorlisheim
dna a écrit:
Le Racing ramène un nul d’Amiens (0-0)
Venu à Amiens pour se rassurer défensivement, le Racing a réussi dans son entreprise en y arrachant un nul vierge hier après-midi (0-0). Mais c’est à peu près tout ce qu’il y a à retenir d’un match aussi soporifique qu’un somnifère.
Avec un déjeuner un peu plus copieux, il aurait sans doute été difficile de résister à la tentation d’une sieste digestive hier après-midi au stade de la Licorne. On ne saurait cependant prétendre que ce 34e rendez-vous de la saison 2018-2019 entre un Amiens SC menacé et un Racing libéré a été indigeste. Il serait même au contraire plus exact de dire qu’il n’a été qu’un aimable amuse-gueule et qu’on a vainement attendu le plat de résistance, encore plus la cerise sur le gâteau. Comprenez : ce but qui n’est jamais venu.

Car c’est peu dire que cette opposition, censée être de style(s), n’a pas été d’un grand niveau technique. Heureusement pour le “spectacle” – si l’on ose dire – qu’Adrien Thomasson côté strasbourgeois et Serhou Guirassy dans les rangs amiénois étaient là durant le premier acte pour éclairer les débats de l’un ou l’autre pétard. Mais les fusées trop enlevées du Racingman (19e , 30e ) et du Picard (38e ) ont davantage effrayé les pigeons ramiers qui ramaient derrière la verrière de la Licorne que les préposés aux cages Matz Sels et Régis Gurtner.
« Le nul est tout à fait logique »


C’est vrai, Moussa Konaté a bien, de la tête, trouvé le poteau du gardien belge du RCS. Mais le Sénégalais était hors-jeu (40e ). Il sera de nouveau pris par la patrouille en position illicite lorsque sa frappe du gauche trop croisée longera la ligne bas-rhinoise (48e ). Dans l’intervalle, les volatiles apeurés ont repris leurs esprits et leur vol. Pas pour longtemps. On le verra plus loin.

Blague à part, cette 34e rencontre est assez pauvre. En fait, le schéma strasbourgeois en 5-4-1, bâti par Thierry Laurey pour exploser vers l’avant à la récupération du ballon, se heurte aux insuffisances de la relance. Mais pas seulement, selon le coach alsacien.

« Les Amiénois étaient très actifs en première mi-temps. Ils avançaient beaucoup, n’hésitaient pas à venir nous chercher haut. Forcément, ça nous a posé des problèmes. On a eu plusieurs possibilités intéressantes en seconde période. Ç’a été un peu plus chaud sur leur but que le nôtre. Mais le nul est tout à fait logique. »

En ce dimanche passé – on l’aura compris – davantage en pantoufles confortables qu’en crampons acérés, l’ASC, privé en dernière minute de deux de ses cadres, son capitaine Prince Gouano et la bête noire du Racing Thomas Monconduit, malades, n’est en effet pas plus mordant. Et pour son galop d’essai en Ligue 1, Stéphanie Frappart a gagné le droit d’arbitrer un match joué au petit trot.

Au jeu du tir au pigeon, le grand fusil Sissoko fait “pull” à son tour et dézingue un étourneau étourdi (78e ). Il trouvera bien le cadre trois minutes plus tard, mais son tir s’apparentera surtout à une passe au portier alsacien d’Amiens (81e ). Juste après, une tête de Guirassy vers le poteau de corner après un coup franc de Ghoddos soulignera un peu plus en creux l’indigence offensive amiénoise (86e ).

Le nul (vierge) porte donc assez bien son nom et les deux camps s’en satisfont. Les hommes de Christophe Pélissier, qui enchaînent un sixième match sans défaite dans leur antre (3 victoires, puis 3 nuls), gardent leurs quatre points d’avance sur le nouveau barragiste, Caen. Le Racing, qui n’en a récolté que dix lors de ses douze derniers matches, mais a au moins rebouché ce dimanche les trous apparus dans ses filets contre Guingamp (3-3) et Montpellier (1-3), conserve son 10e rang.
« On n’avait pas envie de tendre la joue une seconde fois »

Son entraîneur ne pavoise pas, mais ne fait pas la fine bouche non plus. « Contre Montpellier, c’était une journée portes ouvertes. On n’avait pas envie de tendre la joue une seconde fois. On avait décidé de verrouiller autant que faire se peut. On sait qu’Amiens est une équipe difficile à manœuvrer à la maison. Il était hors de question qu’on vienne s’envoyer en l’air ici. Le foot, c’est comme dans un couple : parfois, c’est l’Everest, parfois, tu n’es pas performant et ça n’est pas l’Everest du tout. C’était un match assez fermé. On n’a surpris personne. Amiens n’a surpris personne non plus. Et quand aucun adversaire ne surprend l’autre, il y a normalement 0-0 à la fin. »

Ce qu’on pourrait résumer autrement : quand on n’atteint ni l’extase, ni l’Everest, on reste généralement sur sa faim…


29 Avr 2019 4:51
Profil
Président@Directoire
Président@Directoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 8 Fév 2012 14:18
Messages: 17151
Localisation: Dorlisheim
dna a écrit:
En manque de génie
Solide derrière, le Racing s’est montré sans inspiration en attaque. Et les joueurs subissent un jugement plus ou moins indulgent selon qu’ils sont concernés par l’une ou l’autre activité.
Le stade de la Licorne n’a pas été le théâtre d’un rendez-vous historique, ce dimanche, sauf pour l’identité de son arbitre. Aucun Strasbourgeois n’a vraiment brillé, quelques-uns ont déçu, certains n’ont rien à se reprocher.

❏ SELS (5). – Quelques dégagements au poing, un tir sans guère de puissance à stopper au retour des vestiaires (53e ), le Belge, qui a manqué quelques dégagements, aurait pu prendre froid à force d’inaction. Peut-être même qu’à un moment, il s’est ennuyé.
❏ LALA (5). – Un magnifique contrôle suivi d’une transmission vers Grandsir a plutôt avantageusement lancé son affaire (8e ). La suite a été moins brillante pour le latéral qui a cherché à perturber l’adversaire par ses déplacements. Néanmoins, il est à l’origine de la première bribe d’occasion sur une bonne… touche de sa part (19e ) et a encore distillé un bon centre à ras de terre (30e ). Sa seconde période a été plus neutre.

Martinez sobre et efficace

❏ CACI (5). – Le joueur formé au club a fait preuve de solidité pour sa première titularisation depuis trois semaines. Généralement bien placé, il a néanmoins été devancé par Guirassy sur un coup franc dangereux de Ghoddos (86e ) mais cela ne prête pas à conséquence.

❏ MITROVIC (5)
. – Une petite cagade sur un ballon plein axe (13e ), une bonne relance vers Carole au retour des vestiaires, le capitaine a pu souffler le chaud et le froid. Il a surtout veillé à ne pas s’enrhumer dans le vent picard pour contribuer à la récolte d’un point sans éclat.

❏ MARTINEZ (5). – S’il rattrape un coup foireux dans lequel son capitaine était mal embarqué (13e ), le préposé au côté gauche de l’axe défensif a fait dans le sobre et efficace pour verrouiller l’accès au but de Sels. Visiblement touché à une cuisse qui l’enquiquine depuis quelque temps, il a été remplacé par KONÉ (63e ).

❏ CAROLE (5). – Une mauvaise relance qui tombe directement dans les pieds picards (6e ) a matérialisé ses difficultés en début de match. Toutefois, le latéral gauche a su se reprendre, notamment après la pause quand son activité a permis de masquer de nombreuses erreurs techniques.

❏ GRANDSIR (3). – L’ailier droit a déçu, jamais dans le rythme, coupable d’un nombre incalculable de passes ratées. Le joueur prêté par Monaco n’a pas su s’affranchir de la médiocrité ambiante avant d’être remplacé par GONÇALVES (75e ).

❏ MARTIN (5).
– S’il a mis un peu de temps à se mettre en route, perdant notamment un ballon devant Blin (5e ), le vice-capitaine a su se remettre dans le sens de la marche à la faveur de quelques jaillissements. Ensuite, l’ancien du Betis Séville a donné le tempo et permis au Racing de refaire surface, en lui apportant de la sérénité comme sur une remise de la poitrine vers Sels sur un ballon chaud dans sa surface (35e ). De la générosité à revendre, il a un peu baissé de pied après l’heure de jeu, sans se cacher au point de récolter un petit carton au passage (84e ).

❏ SISSOKO (4)
. – Un peu en manque de vitesse dans le combat du milieu, l’ancien de Brest a essayé de faire parler sa puissance. Il n’a pas échappé à l’avertissement sur une obstruction sur Mendoza (29e ). Dans le collimateur de Madame Frappart, il a cherché à couper les lignes adverses sur des premiers contrôles ou quelques petits dribbles. Du déchet et de l’imprécision ont terni sa copie.
Thomasson s’est décarcassé

❏ THOMASSON (6). – Une première frappe au-dessus (19e ) a correspondu à la première escarmouche alsacienne. Encore dans les parages sur une remise dans l’axe d’Adenon mais sans parvenir à déclencher sa volée (28e ), il est encore l’auteur d’une tentative qui flirte avec le cadre (30e ). Moins judicieux dans son jeu de passes (31e ), coupable d’une glissade aux abords de sa surface qui a failli prêter à conséquence (40e ), il cadre encore un tir dans la foulée. Comme un célèbre marchand d’épices, il n’a eu de cesse de se décarcasser sans être récompensé avant de s’éclipser dans les arrêts de jeu au bénéfice de MOTHIBA (90e +1).

❏ AJORQUE (4).
– Un peu perdu, un peu esseulé, le Réunionnais a couru dans le vide, s’est battu de manière désordonnée à tel point qu’il écope du premier avertissement délivré par Mme Frappart dans sa carrière en Ligue 1 (14e ). Les ballons qu’il a pu toucher ont été rares et l’attaquant ne s’est illustré que sur une action, un appel côté gauche conclu d’un extérieur du droit vers Ibrahima Sissoko (55e ) dans un désert personnel, pas seulement de son fait, mais aussi en raison d’un collectif d’une prudence assez vilaine pour le spectacle. À son débit, il rate complètement une remise de la tête à l’entame des arrêts de jeu.


29 Avr 2019 4:57
Profil
Sélectionneur@InfosRacing
Sélectionneur@InfosRacing
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 11 Fév 2003 20:07
Messages: 17336
Localisation: Strasbourg
Un match nul dans tous les sens du terme au point qu'il est dur de faire ressortir un joueur que ce soit dans un sens comme dans l'autre. Les DNA incriminent Grandsir et Sissoko mais je trouve que le premier a eu le mérite d'être le seul à faire des appels en profondeur (sans réelle réussite) et le second a eu du déchet mais a été beaucoup plus présent dans les duels en comparaison à Martin qui nous a fait du Prcic avec un jeu très défensif.
Je retiens surtout que le match finit avec 1 tir cadré de chaque côté ... et c'est plutôt ça qui est navrant.

_________________
"Il n'est pas concevable que Strasbourg, capitale européenne, n'accueille pas l'Euro-2016" (Roland Ries, Jacques Bigot, juillet 2009)


29 Avr 2019 9:09
Profil
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer de messages ou poster d’autres réponses.   [ 25 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, 3

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 2 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Rechercher:
Aller à:  
Développé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Designed by ST Software for PTF.
Traduction par phpBB-fr.com