Index du forum
Index du forum
« Toute l'actualité du Racing Club de Strasbourg Alsace vue par ses supporters »
Voir les messages sans réponses | Voir les sujets actifs Nous sommes le 20 Juil 2019 7:20



Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer de messages ou poster d’autres réponses.  [ 32 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4  Suivante
 [18/19] 31ème J : Paris / Strasbourg - 2/2 
Auteur Message
Responsable marketing @Directoire
Responsable marketing @Directoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 26 Jan 2007 21:39
Messages: 3603
Nos p'tits Bleus sont capables de tout quand ils jouent libéréééés, délivréééés...


7 Avr 2019 17:09
Profil
Entraineur jeunes@Staff
Entraineur jeunes@Staff

Inscription: 10 Avr 2004 22:53
Messages: 1477
Localisation: Colmar
Après une victoire 4-0, une défaite sur le même score ? Espérons que non vu les absents coté parisien.

Mais vu qu'ils peuvent fêter le titre ce soir, ils vont absolument vouloir gagner donc on va certainement souffrir.

J'aimerais bien un 5-3-2 avec, comme au match aller, Fofana titulaire, avec Prcic et Sissiko derrière Ajorque et Mothiba.

_________________
- C'est pas parce qu'on à rien à dire qu'il faut la fermer
- Et vous vous en pensez quoi ?
- Moi ? Oh rien..


7 Avr 2019 19:16
Profil
Président@Directoire
Président@Directoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 8 Fév 2012 15:18
Messages: 16065
Localisation: Dorlisheim
equipe a écrit:
Compositions de PSG - Strasbourg : Kylian Mbappé est remplaçant
L'attaquant du PSG va débuter sur le banc le match du titre contre les Strasbourgeois, ce dimanche (21 heures).
Privé d'Angel Di Maria, Edinson Cavani, Neymar ou encore Moussa Diaby, Thomas Tuchel a laissé Kylian Mbappé sur le banc dimanche (21 heures) pour le match du titre contre Strasbourg au Parc des Princes. Eric Choupo-Moting sera donc le seul attaquant de métier sur la pelouse. Il sera entouré par Christopher Nkunku et Daniel Alves. Marquinhos blessé à une cuisse, Thiago Silva sera entouré par Presnel Kimpembe et Colin Dagba. Attendu dans le onze, Thilo Kehrer est remplaçant. Au milieu, Marco Verratti est associé à Leandro Paredes. Un autre Italien est titulaire : Gianluigi Buffon.
Côté strasbourgeois, Thierry Laurey a également aligné une défense à trois, avec le polyvalent Anthony Caci au poste d'axial droit. Anthony Gonçalves, qui avait exprimé son sentiment sur Neymar sans mettre de pincettes - « Quand tu veux jouer comme ça, ne viens pas te plaindre si tu prends des coups derrière. Qu'il ne vienne pas chouiner » - est titulaire au milieu. Il reste sur un doublé en Ligue 1, mercredi contre Reims en Ligue 1 (4-0).
La composition du PSG
Buffon - Dagba, Thiago Silva (cap.), Kimpembe, L. Kurzawa - Verratti, Paredes, Bernat - Daniel Alves, Choupo-Moting, Nkunku.
La composition de Strasbourg
Sels - Lala, Caci, S. Mitrovic (cap.), Martinez, Carole - A. Gonçalves, Prcic, I. Sissoko - Da Costa, Ajorque.
Sont sur le banc, côté strasbourgeois: Kamara, Ndour, Zemzemi, Lienard, Fofana, Grandsir, Mothiba


7 Avr 2019 20:27
Profil
Manager général@Directoire
Manager général@Directoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 9 Nov 2003 22:26
Messages: 10454
Localisation: Longjumeau
Le Racing mène 2-1 a la mi-temps ! Merci a Chupo-Moting pour son bel arrêt sur la ligne :lol:


7 Avr 2019 21:59
Profil
Manager général@Directoire
Manager général@Directoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 9 Nov 2003 22:26
Messages: 10454
Localisation: Longjumeau
2-2 score final :rcs:
Le Racing est la seule équipe a n'avoir pas perdu contre le PSG en championnat cette saison !


7 Avr 2019 22:52
Profil
Président@Directoire
Président@Directoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 8 Fév 2012 15:18
Messages: 16065
Localisation: Dorlisheim
dna a écrit:
Le Racing, un épatant trouble-fête
Le Racing n’en finit pas de repousser ses limites, devenant la première équipe à ne pas perdre au Parc en championnat à la faveur d’un nul héroïque et intelligent. Il a empêché les Parisiens de fêter le 8e titre de leur histoire et prolonge sa saison qui se transforme un peu plus chaque semaine en rêve.
allait pas les inviter. A force, le PSG va finir par se faire du mouron à chaque fois qu’il croise le Racing. Alors que l’affiche du dimanche sur la chaîne cryptée pouvait prendre des allures de la chronique d’un sacre annoncé, les Parisiens ont raté une première balle de match face au Racing qui ne lui a pas, mais alors pas du tout facilité la tâche. Ils avaient l’occasion de fêter leur huitième titre de champion, officiellement à la maison. Et bien c’est raté.

«On a respecté le plan de jeu»


D’un autre côté, Thomas Tuchel n’avait pas nécessairement lancé d’entrée de jeu ses forces de destruction massives. Kylian Mbappé, était sur le banc, Julian Draxler, de retour de blessure, aussi. Sur le papier, l’escouade offensive parisienne n’avait rien d’ébouriffant avec l’attaquant au nom de sucette, Eric Choupo-Moting, en pointe.

Les choix de l’entraîneur allemand, qui n’a de cesse de réclamer trois ou quatre renforts à l’été, avaient peut-être quelque chose de politique. Toujours est-il qu’il n’y avait que 16 pros disponibles à Paris et pas que des stars sur le terrain.

L’atmosphère du Parc conduit néanmoins à débuter, un peu, avec le frein à main et l’une ou l’autre ouverture de début de match auraient pu être exploitées avec plus de conviction, côté strasbourgeois. Et la mécanique du futur champion de France reste bien huilée avec des séquences de possession assez longue, d’entrée. Mais, le Racing avait bel et bien une idée derrière la tête et a cherché à multiplier les schémas pour enquiquiner l’ogre du coin.

Kenny Lala à droite, Nuno Da Costa à gauche, avaient la charge de veiller sur les deux latéraux parisiens, Layvin Kurzawa et Colin Dagba, comme le lait sur le feu. Le plan initial a fonctionné un petit quart d’heure, le temps pour Paredes de lancer le second dans un fauteuil. Choupo-Moting a été à la réception du centre et il a fallu pencher un peu plus vers l’avant pour renverser la table.

Forts de la confiance accumulée depuis une semaine et la victoire en coupe de la Ligue, depuis août et les matches réussis en rafale et depuis 18 mois en étant toujours capables de contrarier, au moins un peu, le PSG, les Bleus ne se sont pas résignés et se sont mis à briller. Un centre de Gonçalves et un tir de Da Costa ont annoncé un temps fort alsacien concrétisé d’une splendide égalisation. Le plat du pied du Cap-Verdien, pour son troisième but personnel en quatre jours, sur un centre de Carole a rimé avec efficacité.

Et comme il n’y avait aucune raison de se gêner, le Racing a insisté en se déployant avec tonicité à chaque ballon de contre exploitable. La suite ne s’est pas construite dans un fauteuil. Matz Sels a pu remercier Choupo-Moting d’avoir stoppé le petit lob de Nkunku que le Belge n’avait pu que freiner sur la ligne de but strasbourgeoise pour que Martinez sauve le coup en catastrophe. Gonçalves a fait preuve de bien de moins de maladresse pour inscrire… son troisième but personnel en quatre jours, à la réception d’un corner renvoyé à l’entrée de la surface par la défense parisienne.

Incroyable mais vrai. En 12 minutes, le Racing avait marqué deux fois au Parc ce qu’aucune équipe de L1 n’avait réussi à faire depuis le début de saison. Thierry Laurey a apprécié la période faste, avec une pointe de gourmandise.

« En première période, on a eu des ballons plus qu’intéressants à négocier, a indiqué l’entraîneur strasbourgeois. Face à un Paris qui n’avait pas son équipe type, il y avait manière à faire mieux. On a respecté le plan de jeu. Ici, tu défends 90% du temps et il faut bien exploiter les 10% où tu l’as. On aurait pu mieux profiter d’une ou de deux situations. Après, la seconde période, ça a été Fort Alamo. »
Si le Racing a d’abord habilement géré son avance, le PSG a progressivement fait le siège du camp strasbourgeois où la solidarité a longtemps repoussé le danger. Mais l’heure de jeu a un peu sonné la fin de la récréation. « Mbapele » est, hélas, bel et bien rentré pour le PSG et le Racing n’a eu d’autre alternative que de reculer, toujours plus près de Sels, pour réduire les espaces et rendre moins angoissante la vitesse de course et d’exécution du meilleur buteur de la Ligue 1. A force de subir, même intelligemment, le Racing a fini par craquer, sur un corner, que Kehrer a repris de la tête, en pleine lucarne.

Il restait dix minutes à tenir. Les Strasbourgeois y ont réussi en se serrant les coudes, en construisant un bloc en béton armé que les Parisiens ne sont pas parvenus à faire exploser. Une fois de plus, la bande à Laurey a été épatante d’efficacité et a respecté l’objectif de sa fin de saison, prendre et donner du plaisir. Au regard de sa sortie dans la ville lumière où Stefan Mitrovic et ses copains ont une nouvelle fois été à la hauteur, les sept matches qu’il reste au programme s’annoncent comme des régalades.


8 Avr 2019 5:43
Profil
Président@Directoire
Président@Directoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 8 Fév 2012 15:18
Messages: 16065
Localisation: Dorlisheim
dna a écrit:
Les héros renfilent le costume
Auteurs d’un doublé mercredi contre Reims, Nuno Da Costa et Anthony Gonçalves ont de nouveau marqué ce dimanche soir au Parc des Princes et permis aux Bleus de signer un nul aux allures d’exploit (2-2).
Après leur sacre en finale de la coupe de la Ligue et leur balade offensive de mercredi contre Reims, les Strasbourgeois ont bouclé une décade euphorique en étant les premiers à ne pas repartir bredouilles de Paris.

❏ SELS (8). – Il ne pouvait rien sur l’ouverture du score de Choupo-Moting à la 13e , mais est allé réconforter – remercier? – l’attaquant camerounais du PSG qui, de façon inexplicable, a stoppé sur sa ligne le but que Nkoukou avait – presque – marqué (28e ).
Après leur sacre en finale de la coupe de la Ligue et leur balade offensive de mercredi contre Reims, les Strasbourgeois ont bouclé une décade euphorique en étant les premiers à ne pas repartir bredouilles de Paris.
Sels, décisif, a préservé le nul

Suppléé par sa transversale sur une volée d’Alves (69e ), le Belge a sauvé le coup une première fois en gagnant son duel avec Mbappé (82e ). Mais la tête de Kehrer sur le corner qui a suivi ne lui a pas laissé la moindre chance sur le 2 partout (82e ). Encore décisif devant Mbappé (85e ), il a préservé le nul, avant d’écoper d’un carton jaune pour gain de temps (88e ).

❏ LALA (6). – Comme ses coéquipiers, le latéral droit a eu du mal à mettre en route. Mais il a ensuite régulièrement apporté le surnombre sur le côté droit. Du moins jusqu’à la pause. Car après le repos, il a, comme toute son équipe, supporté le poids de la rencontre. Averti à la 57e pour une faute sur Nkunku, il sera suspendu le 20 avril à la Meinau contre Montpellier.

❏ CACI (5). – Pris de vitesse par Bernat dès la 6e , ‘’Titi’’, qui retrouvait sa place d’axial droit, s’est vite ressaisi. Il s’est serré les coudes avec ses partenaires du trio défensif central pour colmater les brèches ouvertes par la flèche Mbappé. Avec, c’est vrai, plus ou moins de réussite.

❏ MITROVIC (5). – Devancé par la course croisée de Choupo-Moting qui a défloré son compteur buts au Parc des Princes (13e ), le capitaine a lui aussi resserré la garde, même si le jeu parisien dans un petit périmètre a continué à le gêner. Il a souffert sans se désunir.

❏ MARTINEZ (6). – Il a souvent jailli avec à-propos pour couper des ballons qui traînaient dans la surface, comme sur cette intervention décisive devant Mbappé qui venait d’entrer et de mystifier Mitrovic (62e ).

On n’oubliera pas qu’il avait aussi dégagé en catastrophe le ballon étrangement stoppé par Choupo-Moting sur la ligne de Sels.

❏ CAROLE (6). – Mercredi contre Reims, il avait distillé un centre parfait à Nuno Da Costa qui avait ouvert le score d’un magistral coup de casque (45e + 3). Le latéral gauche a servi hier son 2e caviar de la semaine au Cap-Verdien pour l’égalisation de la 26e. Il n’a en revanche pas passé une soirée confortable en défense. La faute ne lui incombe pas forcément, car il s’est très souvent retrouvé en infériorité numérique face à Dagba et Dani Alves.

❏ GONCALVES (6). – Sur un nuage depuis son doublé de mercredi contre Reims, ‘’Gonzo’’ a encore inscrit un but splendide d’une reprise pleine de spontanéité de 20 mètres après un renvoi de Dani Alves (38e ). Il n’a rien lâché jusqu’à ce que Thierry Laurey le rappelle sur le banc à la 65e pour lancer Dimitri Lienard.

❏ PRCIC (5). – Le milieu bosnien a joué son habituel rôle de rampe de lancement et de distributeur, sans jamais chercher à trop en faire. Dommage qu’il n’ait pas cadré sa tête sur un bon centre de Caci alors qu’il était seul au point de penalty (59e ). Il a un peu disparu dans une fin de match en apnée.

❏ SISSOKO (6). – Le grand Ibou, Ibrahima Sissoko, a parfaitement muselé le ‘’petit hibou’’, Marco Verratti, qui a souvent voleté dans sa zone. Même s’il n’a pas tout réussi, le milieu défensif s’est dépensé sans compter. Il le fallait pour contenir la furia parisienne en 2e période.

❏ AJORQUE (5). – Même quand il ne marque pas, il sait se montrer précieux. Sa passe instantanée et presque aveugle dans la course de Lala et Da Costa en atteste (22e ). Il sait aussi manier l’art de la feinte, comme sur ce délicieux ballon qu’il laisse filer pour Prcic (40e ). On ne l’a plus vu non plus après le repos, jusqu’à son remplacement par Lebo Mothiba (85e ).

❏ DA COSTA (7). – Il était censé filer un coup de main à Lionel Carole dans le repli défensif, mais ne l’a fait que parcimonieusement. Il est d’ailleurs pris à revers sur le ballon de Paredes pour Dagba, passeur décisif pour Chopo-Moting dès la 13e.

Mais comme son pote ‘’Gonzo’’, Nuno, auteur lui aussi d’un doublé contre Reims, a remis le couvert en égalisant du droit sur un service de Carole (26e ). Il a aussi fait chauffer le bout des gants de Buffon (29e ). Le voilà à huit buts. Il s’est effacé à la 73e au profit de Samuel Grandsir.


8 Avr 2019 5:51
Profil
Professionnel@Pro
Professionnel@Pro

Inscription: 7 Jan 2018 18:46
Messages: 342
Bravo aux bleus pour cet "exploit", la fin de saison doit être sereine et je pense qu'on aura encore de belles choses à voir grâce à et équipe.


8 Avr 2019 21:39
Profil
Président@Directoire
Président@Directoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 8 Fév 2012 15:18
Messages: 16065
Localisation: Dorlisheim
dna a écrit:
Après le match nul du Racing face au Paris-SG (2-2) : toujours plus grand
Auteur d’un véritable exploit en tenant tête au Paris-SG dans son antre, le Racing affiche des progrès constants qui ne sont pas loin d’apparenter la saison en cours à une forme d’accomplissement.
Depuis son retour en Ligue 1, le Racing prend un jubilatoire plaisir à transformer ses rendez-vous avec le Paris-SG en une parenthèse assez exceptionnelle.

Et le bilan de la saison actuelle, qui aurait pu s’achever en roue libre – avec plus de 40 points au fond de la poche et une coupe de la Ligue dans l’armoire à trophée – n’échappera pas à la règle.
Après le nul de dimanche (2-2) et celui du match aller (1-1), soit deux points, les Parisiens auront réalisé, quoi qu’il arrive jusqu’à la fin de saison, leur pire récolte face aux Strasbourgeois.

La bande à Laurey se plaît à manger régulièrement dans la gamelle de l’ogre, ce qui a quelque chose d’assez enthousiasmant au regard de la différence de moyens.

« Anthony Gonçalves et Nuno Da Costa sont dans l’esprit »


« On a fait deux gros matches contre Paris, a souligné Thierry Laurey, heureux, mais sans sauter au plafond à l’heure de commenter. Les joueurs ont fait le match qu’on attendait d’eux. »

Ils ont confirmé la fin du coup de mou de février, quand la venue d’Angers à la Meinau (1-2) et un déplacement à Saint-Etienne (2-1) avaient mis fin à un enchaînement assez époustouflant de six victoires en sept matches pour un cycle de trois défaites en cinq.

Aujourd’hui, le Racing est assis sur une série de cinq matches sans défaite, toutes compétitions confondues, et le résultat du Parc confirme sans doute le refus des Bleus d’achever une épatante saison en fumant la pipe.

D’ailleurs, ils n’ont pas ménagé leurs efforts pour contraindre les Parisiens à abandonner leurs deux premiers points sur leur pelouse cette saison en Ligue 1.

Mais les chiffres ne donnent pas non plus le tournis. Thiago Silva et ses compagnons ont possédé le ballon près de 70 % du temps. Néanmoins, les Strasbourgeois ont tiré neuf fois au but, dont quatre dans le cadre et ce malgré les changements dans l’équipe de départ.

En fait, la récolte du 43e point – qui permettrait de graver dans la pierre le maintien au prochain obtenu – a confirmé les ressources collectives de tout un ensemble.

Quatre changements de joueurs étaient intervenus dans le onze par rapport à celui victorieux de Reims qui avait été modifié aux… deux tiers par rapport à la finale de coupe de la Ligue.

Et dans la bande, deux larrons en profitent tout particulièrement. « Anthony Gonçalves et Nuno Da Costa sont dans l’esprit, apprécie l’entraîneur du Racing. Ils ont toujours donné le meilleur d’eux-mêmes et connaissent une période de réussite. Avant eux, il y a eu Lebo Mothiba, Ludovic Ajorque ou Adrien Thomasson qui ont connu leur période. »

Avec trois buts chacun en deux matches, l’ancien milieu de Laval et l’attaquant cap-verdien confirment que le Racing a plus d’un tour dans son sac et que la notion de collectif garde une cote élevée à l’ombre de la Meinau.

Ils sont au bas mot vingt à avoir connu dans la saison leur instant de gloire jubilatoire. Néanmoins, respectant le précepte, rappelé récemment par le sélectionneur national, que l’on n’est jamais autant en danger quand tout va bien, Thierry Laurey s’est bien gardé de chiper le champagne destiné aux Parisiens, qui auraient pu fêter leur titre en cas de victoire dimanche.

« Le plan de jeu était qu’on profite de leurs quelques largesses, sachant que leurs latéraux sont très hauts sur le terrain, a-t-il indiqué. Mais sur la seconde période, on a été ballotté. On a fait quelques prières. Matz Sels nous a sorti de gros arrêts (lire aussi ci-dessous). Après, Paris te pilonne. C’est peut-être un peu ballot de prendre un but à huit minutes de la fin. Mais cela aurait encore été plus ballot de perdre. »
« Un match qui nous fera gagner de l’expérience »

Finalement, le constat est que le Racing l’a échappé belle, mais peut aussi nourrir quelques regrets.

Dans la retenue d’après-match, comme dans la frustration de ne pas avoir pleinement profité d’une première période avantageuse se dessine peut-être tout le chemin parcouru.

« Je pense sincèrement que c’est un match qui nous fera gagner de l’expérience et pas seulement parce qu’on aura un match de championnat de plus au compteur, a conclu l’entraîneur. Je suis content des progrès des garçons. On a vendu chèrement notre peau. »

Et chaque semaine se confirme l’impression que le Racing 2018-2019 ressemble à un millésime précieux.

Le chiffre

20
Cela faisait 20 ans que le Racing n’avait pas fait nul au Parc des Princes. Il avait fait 0-0 en décembre 1998 et a donc mis fin à une série de huit défaites de rang lors de la 31e journée de Ligue 1.


9 Avr 2019 11:39
Profil
Trésorier@Directoire
Trésorier@Directoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 20 Jan 2005 16:00
Messages: 6934
Localisation: Mulhouse
Nos stats en Ligue 1 contre Paris depuis notre retour : 1 Victoire, 2 Nuls, 1 Défaite.
2 défaites de plus si l'on compte les matchs de Coupe. Aucune gifle (0-2, 3-5, 0-2).
Plus que réjouissant quand on compare avec la plupart des autres martyrs du PSG :D


10 Avr 2019 20:46
Profil
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer de messages ou poster d’autres réponses.   [ 32 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4  Suivante

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 2 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Rechercher:
Aller à:  
cron
Développé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Designed by ST Software for PTF.
Traduction par phpBB-fr.com