Index du forum
Index du forum
« Toute l'actualité du Racing Club de Strasbourg Alsace vue par ses supporters »
Voir les messages sans réponses | Voir les sujets actifs Nous sommes le 18 Juil 2019 13:03



Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer de messages ou poster d’autres réponses.  [ 62 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivante
 [18/19] 27ème J : Nice / Strasbourg - 1/0 
Auteur Message
Manager général@Directoire
Manager général@Directoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 14 Aoû 2002 21:22
Messages: 12969
Localisation: Madrid
Sur Caci ok c'est bien par contre en phase d'attaque c'est vraiment pas ça, il a perdu plusieurs ballons sur ses crochets trop lents ou trop prévisibles.


3 Mar 2019 22:12
Profil Site Internet
Président@Directoire
Président@Directoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 8 Fév 2012 15:18
Messages: 16050
Localisation: Dorlisheim
dna a écrit:
Le Racing pris au piège
Rapidement menés au score, les Strasbourgeois se sont logiquement inclinés (1-0) sur le terrain d’une équipe niçoise plus solide derrière et plus efficace devant.
Oublier février – deux défaites et autant de nuls – et retrouver l’allant du mois de janvier : tel était l’objectif strasbourgeois en ce premier match du mois de mars. Après un déplacement compliqué à Saint-Étienne (2-1) et une prestation solide à Caen (0-0), le Racing voulait repartir de l’avant sur le terrain de Nice, hier après-midi.

Approximations, mauvais choix


Une mission compliquée, face à une équipe invaincue sur sa pelouse depuis le mois d’octobre. Et une mission devenue impossible, passée la vingtième minute, quand Youcef Atal a ouvert le score en faveur des Aiglons.

« En première mi-temps, on a été approximatif, regrettait Thierry Laurey. Ensuite, on était plus porté vers l’avant, on a mis plus de cœur, mais ça n’a pas été suffisant face à une équipe qui a très bien défendu. »

Les dix premières minutes ressemblent à un round d’observation. Mais passé le quart d’heure de jeu, les Niçois accentuent leur pression. Les hommes de Patrick Vieira, organisés autour d’un milieu à cinq, se font plus dominateurs. Hormis cette accélération de Mothiba côté droit, sur laquelle Hérelle est “limite limite” (18e ), le Racing peine à s’approcher du but adverse.

« Ok, on ne méritait peut-être pas de mener au score, car on a fait beaucoup de mauvais choix et d’erreurs techniques lors de cette première mi-temps, pestait Laurey à ce sujet. Mais on aurait pu être devant. S’il y a penalty, il y a penalty. À vitesse réelle, ça me semble clair. Au ralenti encore plus. Et il y avait encore zéro à zéro ».

Une parité qui ne vaut plus deux minutes plus tard. Saint-Maximin déboule côté gauche, déborde Lala et centre au deuxième poteau. Lienard se fait mystifier par le très remuant Atal, qui trompe Sels (1-0, 20e ). On attend une réaction, mais elle ne vient pas. En tout cas, pas durant ces 45 premières minutes.

Au contraire, les Niçois continuent à pousser. Makengo frappe trop mollement (28e ), Sels sort du bout des doigts un centre de Saint-Maximin (29e ), Lienard contre un tir lointain de Cyprien (42e )… On est plus près du break que de l’égalisation quand M. Wattelier renvoie les équipes aux vestiaires.

Thierry Laurey procède à quelques ajustements tactiques à la pause. Lienard remonte d’un cran côté gauche, tandis que Thomasson se glisse au soutien du duo Mothiba-Da Costa.

La première opportunité est pour Saint-Maximin, qui ne cadre pas son coup de boule (49e ), mais les Alsaciens montrent enfin le bout de leurs crampons. Via Thomasson et cette frappe enroulée pas cadrée (54e ), puis Caci, qui fait le crochet de trop après avoir pénétré dans la surface (57e ). Cinq minutes plus tard, une longue ouverture de Prcic trouve Da Costa, qui donne en retrait pour Thomasson. Ce dernier est malheureusement trop court pour piquer son ballon devant Benitez. Bref, le Racing est plus fringant, mais il n’a toujours pas cadré un tir.
« Il va falloir être plus rigoureux »

Et à force de pencher vers l’avant, les Strasbourgeois laissent des espaces à l’arrière. Espaces dont Danilo ne profite heureusement pas en dévissant face à Sels, sur un centre “caviar” de Saint-Maximin (69e ).

Dans une fin de match débridée, Laurey lance Ajorque, puis Zohi, pour tenter de forcer le verrou. Mais le Racing manque de précision dans le dernier geste et d’un zest de réussite, comme sur cette tête de Mitrovic sauvée sur la ligne par Burner (80e ) ou cette frappe de Zohi qui file hors cadre (85e ). Et la fin de match tourne même au bouillon – ou plutôt, à la salade niçoise – pour Grandsir et Danilo, expulsés après un début de bagarre générale. Les six minutes d’arrêt de jeu n’y changent rien : le Racing s’incline pour la troisième fois en cinq rencontres.

« On a cherché à jouer, mais on a manqué de spontanéité, de simplicité, estimait Thierry Laurey en guise de conclusion. Il va falloir être plus rigoureux, même si la vie ne s’arrête pas ce soir. »

Sûr que la situation est loin d’être catastrophique pour les Alsaciens. Mais ce matin, ce sont bien les Niçois qui ont atteint la barre des 40 points, synonyme de maintien. Pour les Strasbourgeois, qui n’ont plus gagné en championnat depuis le 26 janvier et la venue de Bordeaux (1-0), il faudra encore patienter…


4 Mar 2019 6:32
Profil
Président@Directoire
Président@Directoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 8 Fév 2012 15:18
Messages: 16050
Localisation: Dorlisheim
dna a écrit:
Zoom - L’attaquant cap-verdien pas en verve offensivement Da Costa n’a pas pu doubler
Auteur d’un doublé la saison passée au stade de la Riviera, l’attaquant cap-verdien Nuno Da Costa, plutôt en jambes alors qu’il joue peu ces derniers temps, a longtemps été cantonné à des tâches défensives.
On l’avait senti venir. Irrésistible en janvier (5 buts et 2 passes décisives en 5 matches de Ligue 1), Ludovic Ajorque avait un peu pioché en février. D’ailleurs, samedi en conférence de presse, l’ancien Clermontois avait admis qu’il devait « marquer davantage, comme à Clermont ».

Il faut dire que dans un rôle pas simple, le grand Ludo avait laissé pas mal de gomme. Thierry Laurey a choisi de le faire souffler à Nice pour y relancer celui qui, la saison passée, y avait été le grand artisan du succès strasbourgeois (2-1). Nuno Da Costa avait signé son premier doublé en L1 sur la Côte d’Azur. Le seul à ce jour.

Cette année, l’attaquant a raté très peu de matches. Celui d’hier était son 24e en 27 journées, mais pour ‘’seulement’’ 14 titularisations. Depuis le nul face au PSG le 5 décembre, il n’avait figuré qu’une fois dans le onze de départ, le 13 février à Saint-Etienne où il avait inscrit son 5e but, égalant son record de 2017-2018, sans empêcher le revers des Bleus à Geoffroy-Guichard (2-1).
« Les Niçois nous ont mis en échec »

Comme dans le Chaudron, l’international cap-verdien, par ailleurs quadruple passeur décisif, faisait équipe en pointe avec son pote de l’époque valenciennoise, Lebo Mothiba.

Mais sur ce match, sa relation technique a été bien meilleure avec Adrien Thomasson. « Avec Lebo, on s’est retrouvés assez loin l’un de l’autre. En première mi-temps, on a dû faire beaucoup d’efforts défensifs parce que les Niçois nous ont posé beaucoup de problèmes, plaide-t-il. Et en deuxième, on a payé tous ces efforts. »

De fait, la vitesse conjuguée des deux Africains, privilégiée par Thierry Laurey pour faire mal à la défense niçoise, n’a que rarement pu s’exprimer. L’enfant d’Aubagne reconnaît que le Gym a su contrecarrer les desseins alsaciens : « Quand on se retrouve, comme en première mi-temps, à courir après le ballon et le score, ça change les plans collectifs. On voulait essayer de contrer. Malheureusement, on n’a pas eu beaucoup de ballons pour le faire. On a bien combiné sur certaines situations, mais sans réussir à aller au bout. Généralement, on se procure beaucoup d’occasions. Là, les Niçois nous ont mis en échec. »

Résultat : un 5e match sans victoire. Une série inédite pour le Racing en 2018-2019 au sujet de laquelle l’attaquant, qui ne s’est montré menaçant que sur une tentative acrobatique sans danger pour Benitez (41e ), puis un tir puissant, mais dévissé (67e ), se veut philosophe. « Dans le foot, il y a des périodes comme ça. On était bien en janvier. Aujourd’hui, on manque de justesse dans nos derniers choix. Mais notre équipe a du caractère et on va essayer de le montrer samedi contre Lyon à la Meinau. »

Dans cinq jours, la mission des Bleus sera encore plus ardue. Il leur faudra étouffer les velléités de la deuxième attaque de Ligue 1, celle d’un OL qui, ce dimanche, en a passé cinq à Toulouse (5-1).


4 Mar 2019 6:35
Profil
Président@Directoire
Président@Directoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 8 Fév 2012 15:18
Messages: 16050
Localisation: Dorlisheim
dna a écrit:
Ailes brûlées
Pris de vitesse par les insaisissables Saint-Maximin et Atal en première mi-temps, les Bleus se sont brûlé les ailes, même si leur deuxième période, bien meilleure, aurait pu leur permettre de rapporter un nul.

Saint-Maximin – Atal, Atal – Saint-Maximin : les Strasbourgeois ont sans doute passé une dernière nuit difficile, hantés par le cauchemar que leur a longtemps fait vivre, hier, l’intenable attelage du Gym.

Lala, Koné et Lienard dans le dur

❏ SELS (6).
Il ne pouvait rien sur le but d’Atal. Mais entre une double intervention sur une reprise de Makengo, puis un centre dangereux de Saint-Maximin (29e ), et trois nouvelles sorties devant l’ancien Monégasque (43e , 46e , 69e ), le Belge, ménagé dans la semaine pour une douleur à l’épaule, a été égal à lui-même : très sûr. Si le Racing a pu y croire jusqu’au bout, il y est pour beaucoup.

❏ LALA (4). Il avait pour mission de museler Saint-Maximin. Il en a au contraire subi l’impact, notamment sur le but vainqueur lorsque le virevoltant Azuréen a résisté à sa charge avant d’adresser un centre décisif à son comparse Atal (20e ). Seul l’Angevin Jeff-Reine Adelaïde lui avait fait autant de misères à l’aller en Anjou. À l’image du Racing, il a tout de même relevé la tête au retour des vestiaires.

❏ KONÉ (4).
Lui aussi a souvent vu débouler Saint-Maximin dans sa zone et lui aussi a souffert pour arrêter la fusée du Gym. Il a parfois compensé par son sens du placement, mais le solide Ivoirien a connu des jours meilleurs.

❏ MITROVIC (5)
. Le capitaine a écopé et essayé de colmater les brèches, comme sur cet excellent tacle devant Saint-Maximin (48e ). Mais l’ailier niçois l’a quand même laissé sur place dans les 16 m, comme Caci d’ailleurs, sur un double contact (69e ). Sa tête, avec le ballon sorti sur la ligne par Burner (70e ), aurait pu permettre aux siens d’arracher le nul.

❏ CACI (5). Auteur d’une sortie décidée devant Danilo (15e ), “Titi” Caci, repositionné axial gauche pour pallier la suspension de Pablo Martinez, a glissé au poste de latéral gauche après le repos, dans un schéma à quatre défenseurs testé dans les ultimes instants du premier acte. Ses quelques incursions n’ont débouché sur rien de très concret.

❏ LIENARD (3).
Comme Lala, il pouvait s’attendre à en baver des ronds de chapeau face à Youcef Atal, de retour après sa blessure à Lille le 1er février. Il l’a malheureusement pour lui vite vérifié à ses dépens en laissant à l’international algérien une trop grande liberté sur le seul but du match (20e ). Thierry Laurey l’a fait remonter d’un cran après la pause, sans résultat tangible, avant de le sortir dès la 68e pour lancer Ludovic AJORQUE.

❏ SISSOKO (4). Désarçonné d’entrée par un crochet de Saint-Maximin (12e ), l’ex-Brestois a peiné à s’exprimer au sein d’une équipe longtemps sevrée de ballons. Ses rares prises d’initiatives dans l’axe ont été vouées à l’échec.

❏ PRCIC (5). Dans son rôle habituel de plaque tournante, il a essayé de mettre de l’ordre. Une mission délicate dont il ne s’est que partiellement acquitté, mais qui, reconnaissons-le, n’était pas simple. Son implication offensive est néanmoins allée crescendo.

❏ THOMASSON (6). Ses combinaisons avec Nuno Da Costa resteront l’une des rares satisfactions du match. Trois remises du Cap-Verdien lui ont permis de déclencher une frappe contrée par Dante (13e ), d’en enrouler une autre assez largement au-dessus (55e ) et de s’infiltrer au cœur de la surface avant de buter sur Benitez (62e ). Vraiment intéressant par la variété de son jeu.

❏ MOTHIBA (3). Associé d’entrée à Da Costa pour la première fois depuis le revers à Saint-Etienne, le Sud-Africain a peiné à se mettre dans le sens du jeu. Il a beaucoup tourné sur lui-même et, donc, en rond. Légèrement touché à pleine vitesse par Hérelle dans la surface de réparation, il aurait pu bénéficier d’un penalty dès la 18e. Ça aurait un peu rehaussé sa prestation, plutôt à oublier. Logiquement remplacé à la 77e par Kevin ZOHI , à créditer d’une entrée percutante et de deux frappes trop enlevées (81e , 85e ).

❏ DA COSTA (6). Avec Adrien Thomasson, l’attaquant cap-verdien a pratiquement été à l’origine ou la conclusion de tous les bons mouvements alsaciens (voir par ailleurs). Son remplaçant de la 84e , Samuel GRANDSIR , n’a passé que 5 minutes sur le terrain, avant d’être expulsé, comme le Niçois Danilo, avec qui il avait déclenché une échauffourée. L’ex-Monégasque sera suspendu samedi contre Lyon.


4 Mar 2019 6:41
Profil
Manager général@Directoire
Manager général@Directoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 17 Juin 2004 13:10
Messages: 10476
Localisation: Knackiland, Oberhausbergen
on a eu un mois de janvier où on était en sur-régime, le mois de février on a été nettement moins bons mais au final ça équilibre ce mois de janvier, il n'y a effectivement pas lieu à dramatiser.

On est moins efficace devant, mais là où je vois un impact de la finale, c'est que les joueurs mettent moins d'intensité dans leurs matchs, peut être par peur de se blesser.... et c'est en cela que je serai content une fois la finale passée, qu'on puisse jouer les matchs restants à fond comme on le faisait les mois précédents.


4 Mar 2019 9:19
Profil ICQ
Entraineur adjoint@Staff
Entraineur adjoint@Staff

Inscription: 22 Sep 2015 15:54
Messages: 1705
Les joueurs ont joué à fond hier soir.
Il n'y avait pas de problèmes d'intensité.
Cette finale est une fausse excuse


4 Mar 2019 11:31
Profil
Manager général@Directoire
Manager général@Directoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 17 Juin 2004 13:10
Messages: 10476
Localisation: Knackiland, Oberhausbergen
ce n'est pas ce que j'ai vu.... surtout en première mi temps, c'était flagrant, mou, peu de courses, peu d'intensité dans les duels.


4 Mar 2019 11:43
Profil ICQ
Entraineur adjoint@Staff
Entraineur adjoint@Staff

Inscription: 22 Sep 2015 15:54
Messages: 1705
Oui, en première mi-temps les strasbourgeois se sont fait bouffer dans l'intensité et les duels.
Mais, c'est pas forcément du à la peur de blessures en vu de la finale.
c'est le genre de choses qu'on peut constater dans bien d'autres matchs.
Notamment celui d'hier soir entre l'OM et Sainté, où les stéphanois se sont fait bouffer dans l'intensité en première mi-temps.
Et eux, ils ne jouent pas la finale de CDL.
Et, les strasbourgeois ont mis plus d'intensité en deuxième mi-temps.

Maintenant, si après la finale, le Racing devait reprendre la dynamique de janvier, alors oui, le question pourrait se poser.

Ca arrive qu'une équipe connaisse un coup de mou dans une saison.
Surtout que Laurey demande beaucoup d'intensité à ses joueurs.


4 Mar 2019 12:08
Profil
Président@Directoire
Président@Directoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 8 Fév 2012 15:18
Messages: 16050
Localisation: Dorlisheim
Je pense aussi que cette finale doit jouer dans la tête de certains joueurs, mais ce n'est pas une raison de se relâcher en championnat, il faut quand même qu'ils se mettent dans la tête que le gagne-pain c'est le championnat .


4 Mar 2019 12:17
Profil
Manager général@Directoire
Manager général@Directoire

Inscription: 26 Jan 2008 19:21
Messages: 11619
Localisation: HAGUENAU
cette pauvre production n'a rien à voir avec la finale, faut pas déconner on ne fait pas l'impasse comme çà d'après moi
Le seul fait de l'absence de l'aboyeur Martin a déstabilisé l'ensemble de l'équipe. L'absence de Carole donc de l'arrire droit n'est pas résolu.
Je fais un reproche à TL pour ne pas avoir titularisé à ce poste, soit N'Dour dans un bon jour ça peut le faire il en est capable, soit le le fait d'avoir omis de mettre Caci à la place. En rajoutant Concalves juste devant lui ça, aurait équilibré et la défense et le milieu de terrain. On ne peut pas y arriver de la sorte, TL est en train de bricoler.
Enfin il y a l'excuse,...celle de la mauvaise production de l'arbitre il faut le souligner
Lyon ce sera encore 0 point, et je n'en compte pas davantage à Nimes. Nous ne sommes pas encore aux 40/42 points, c'est FuFu qui me l'a soufflé :lol:


4 Mar 2019 15:12
Profil
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer de messages ou poster d’autres réponses.   [ 62 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivante

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Exabot [Bot] et 4 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Rechercher:
Aller à:  
Développé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Designed by ST Software for PTF.
Traduction par phpBB-fr.com