Index du forum
Index du forum
« Toute l'actualité du Racing Club de Strasbourg Alsace vue par ses supporters »
Voir les messages sans réponses | Voir les sujets actifs Nous sommes le 17 Aoû 2018 15:11



Répondre au sujet  [ 30 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, 3  Suivante
 [18/19] Championnat L1 
Auteur Message
En ligne
Manager général@Directoire
Manager général@Directoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 8 Fév 2012 15:18
Messages: 14277
Localisation: Dorlisheim
dna a écrit:
Pour que l’aventure continue
Dans moins d’une semaine, le Racing retrouve le grand cirque de la Ligue 1. Après une saison rocambolesque pour son retour parmi l’élite, il aspire à éviter la sortie de piste dans un championnat dont il reste l’un des petits. C’est en y restant que le club strasbourgeois y deviendra plus grand.
Il est entré sur la pointe des pieds, a cherché à se faire une place à la table de ces grands dont certains n’ont guère envie de compter de significatifs voisins. Il a laissé les strapontins aux retardataires, aux orgueilleux surpris, à des concurrents mal fagotés, a vécu un sacré coup de mou et s’est réveillé, in extremis, droit sur ses ergots en un ultime coup de collier historique.

Lors des 38 épisodes de sa saison, le Racing avait achevé le repas le ventre vide en 18 occasions, souffrant sur un cycle retour à 3 victoires pour onze défaites. Mais il a aussi su mordre dans des quelques jarrets bien gras.

Taper l’incruste dans le top-20

Et en tordant Lyon, dans une enivrante soirée de mai, quelque temps après avoir renversé les princes parisiens, il a décroché la spéciale, la partie gratuite qui donne le droit de rejouer. Bref, le Racing est sorti indemne de son retour en Ligue 1, et, vu d’ici, c’est une bonne nouvelle.

Au regard de l’élite française, il ressemble au vieux copain que l’on avait perdu de vue, qui a peut-être un peu changé mais qui, surtout, ne ressemble pas à l’image que l’on se faisait de lui.

Dans ces cas-là, on lui laisse le canapé pour quelques nuits. L’idée, pour la bande à Laurey, est de taper l’incruste durablement dans le top-20 français, de poser de bien grosses valises et de faire partie du décor pour longtemps. Car il n’y a rien de mieux pourvu, de plus brillant que le championnat baptisé d’une enseigne d’ameublement. Il devrait y avoir moyen de trouver un lit à son goût dans cet environnement.

Ainsi, comme il y a un an, l’obsession unique s’apparente à une évidence : éviter de retrouver le niveau où se dépatouillent ceux de l’étage inférieur depuis trois semaines et pour quelques obsédés de la constance, comme Le Havre, depuis bientôt 10 ans.

La vue est toujours plus belle depuis le sommet. Mais quelques mois parmi les meilleurs n’apportent aucune garantie pour la suite. La Ligue 1 est une piscine à crocodiles dont deux reptiles seront assurément écartés du bassin au printemps prochain.

Or, sur les 20, ils sont sept à avoir leur rond de serviette assuré en 2019, les quatre premiers du dernier championnat, costaud de chez costaud (l’axe Paris-Lyon-Marseille avec son petit crochet par Monaco), ainsi que les trois outsiders à la gouvernance à peu près stable et à la dynamique positive (Saint-Etienne, Nice et Rennes).

Juste derrière eux, il y a d’autres gros bras mais qui semblent moins à l’abri d’une catastrophe industrielle – demandez un peu à Lille.

Le Racing fait partie des petits, malgré son budget un peu en hausse, même si son public est une source majeure de son dans le championnat.

L’intersaison et la campagne d’abonnement tendent à prouver que le soufflé n’est pas parti pour retomber. C’est tant mieux. Car en étant exposés, les joueurs strasbourgeois sont désormais fort sollicités.

Et il s’avère souvent impossible d’empêcher d’aller voir ailleurs où c’est plus fort, plus ambitieux et (surtout ?) plus lucratif. En vérité, la préparation de la saison à venir semble marquer le début d’une nouvelle ère. C’est comme si le Racing avait voulu tourner la page de ses rocambolesques malheurs. La traversée du désert a eu beau correspondre à une reconquête d’un public, elle n’a pas toujours rimé avec des splendeurs de jeu, si on s’écarte des émotions, peut-être plus pures, spontanées et innocentes dans les divisions inférieures.
Le Racing n’est pas le plus argenté de la bande mais il a
l’un des meilleurs publics

Pour continuer à vivre dans ce grand monde, il faudra faire avec la VAR à partir de la reprise et cela n’a pas nécessairement de quoi réjouir, sauf assurément les thuriféraires de plus de justice dans le foot. Quel programme ! N’est-ce pas la vocation unique du ballon rond que d’amuser plutôt que de rentabiliser ? Toujours est-il que pour Strasbourg, l’heure est de retrouver Bordeaux, Paris, Nantes ou Montpellier, six mois après, et non plus neuf ans.

Dans la construction de son effectif, c’est donc comme si le Racing avait voulu faire de la place, tourner la page de ses montées enchaînées, ouvrir la porte à ceux qui lui ont fait retrouver cette Ligue 1 si clinquante pour leur dire au revoir et parfois merci.

Jérémy Blayac, Stéphane Bahoken, Alexandre Oukidja, Ernest Seka ou encore Yoann Salmier ne jouent plus en bleu depuis cet été. Cela n’empêchera pas de conserver un souvenir immortel de leur apport dans la renaissance d’un club qui a failli disparaître.

Les responsabilités de leurs successeurs pèsent leur pesant de cacahuètes. Jusqu’en mai prochain, Thierry Laurey et ses protégés seront observés sous toutes les coutures par toute une région. Ils seraient inspirés cette fois de ne pas compter sur le rythme d’escargot qui a caractérisé l’avancée de nombre d’équipes de la seconde partie de tableau en 2017-2018. À 38 points, dans neuf mois, ils ne seront absolument pas sûrs de repartir pour un tour.

Mais dans tous les cas, ils s’inscriront dans une histoire chaotique, un feuilleton aux épisodes surprenants où ce n’est pas toujours le meilleur qui gagne mais où le plus souvent, à la fin, c’est le plus riche qui est devant.

Le Racing n’est pas le plus argenté de la bande mais il a l’un des meilleurs publics, il reste porté par un souffle, le projet de s’ancrer un peu plus dans l’identité locale, l’envie que la Meinau reste une église dont la chorale chante bigrement bien et devienne une cathédrale dont l’architecture sera fichtrement éblouissante.

En une terre brassicole, il n’est pas faux de constater que l’équipe strasbourgeoise aura la pression. Mais après ce qui s’est passé plus loin à l’Est, il n’est pas interdit non plus de penser que le bleu a de l’avenir.


6 Aoû 2018 10:28
Profil
Manager général@Directoire
Manager général@Directoire

Inscription: 3 Juin 2004 13:56
Messages: 11226
Localisation: Mont-de-Marsan - Landes
pour résumer l'article des DNA, le titre est suffisant
mais ce n'est pas parce qu'on a rien à écrire qu'il faut laisser tomber la plume :lol:


6 Aoû 2018 15:43
Profil
Entraineur adjoint@Staff
Entraineur adjoint@Staff

Inscription: 12 Juil 2008 16:39
Messages: 1909
Localisation: Saint Herblain - 44
Si on apprend que les DNA sont contre le fait d'avoir plus de justice dans le foot.


6 Aoû 2018 15:59
Profil
En ligne
Manager général@Directoire
Manager général@Directoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 8 Fév 2012 15:18
Messages: 14277
Localisation: Dorlisheim
dna a écrit:
Sous le feu des caméras
Le championnat de Ligue 1 innove cette saison. Dans le sillage de la Coupe du Monde, l’assistance vidéo sera organisée autour des terrains de l’élite. Cela induit-il du changement pour les Strasbourgeois ?
à partir de ce soir et du Marseille – Toulouse qui ouvre la 81e édition du championnat de France, la tenue des débats ne dépend plus seulement d’un trio d’arbitres. Après l’Allemagne, le Portugal, la Belgique, les Pays-Bas et l’Italie notamment, l’Hexagone a cédé à la mode de la « VAR », soit la Video Assistant Referee, en bon français.

Pour des litiges spécifiques liés à un but, un penalty ou un avertissement, l’arbitre pourra être averti par deux collègues scrutant les écrans ou demander à vérifier par lui-même la validité d’une décision à la faveur des images enregistrées.

Cette révolution a été préparée via la coupe de la Ligue, mais aussi des rencontres entre arbitres et joueurs. « On a échangé dès la fin de la saison dernière, précise ainsi Pablo Martinez, le défenseur du Racing. Sur le sujet, on peut dire que l’on est au point. »

« L’arbitre ne peut pas tout voir »


Les différents épisodes ayant marqué le récent Mondial ont assurément nourri la réflexion dans le vestiaire alsacien. Les positions ne sont pas tranchées, sur cette nouveauté. Mais il y a unanimité pour anticiper que le jeu risque bel et bien de changer.

«Moi, je suis pour l’assistance vidéo parce que cela permet de lutter contre certaines injustices, considère Jonas Martin, le milieu de terrain strasbourgeois. L’arbitre central doit garder ses responsabilités. Mais, sur un terrain, il y a 20 joueurs de champ, il y a des accrochages et l’arbitre ne peut pas tout voir. »

Grâce à la « VAR », les fautes passées inaperçues dans les surfaces risquent bel et bien de se raréfier. Les Bleus de Deschamps ont bénéficié de petits coups de pouce en l’occurrence, sur leur premier match, comme sur la finale au Mondial. Et les Bleus d’ici ?

Il s’agit de faire avec. « Cela peut être compliqué pour certains de défendre sans tirer le maillot », sourit Jonas Martin. Ainsi, les préposés à la protection du but devraient être les plus exposés.

«Il y a du positif, il y a du négatif, juge Pablo Martinez. Je suis mitigé. Ça peut servir, parfois. Mais cela risque également d’enlever un peu de vice alors qu’il y en a toujours eu dans le football et c’est un peu dommage. C’est clair qu’on ne défendra pas de la même manière. »
« La part d’interprétation n’est pas nulle »

Certains acteurs sont donc méfiants. L’entraîneur du Racing se fait philosophe. « Ça ne change absolument rien pour nous, précise Thierry Laurey. C’est toujours l’arbitre qui décide et ça ne dépend pas de nous. Cela peut peut-être contribuer à combattre le sentiment d’injustice même si on a vu pendant le Mondial que la part d’interprétation n’est pas nulle. »

En termes techniques, il faut croire que la nouveauté ne suppose pas de profonds bouleversements au stade comme à ses abords. Il y aura évidemment un écran de contrôle, au bord du terrain.

«Mais la Ligue prend tout en charge, indique un dirigeant du Racing. La fibre a été tirée il y a quelques semaines. A priori, deux arbitres visionneront les images dans une régie qui sera installée dans la zone technique ( ndlr : à l’arrière de la tribune présidentielle ). Cela ne va pas transformer énormément l’organisation au stade. »

La nouveauté semble abordée avec la plus grande sérénité du côté des organisateurs. Ainsi, le technicien en charge des dernières installations et vérifications n’est pas attendu avant lundi, soit six jours avant la première à la Meinau, face à Saint-Étienne.

Et, au final, la « VAR » apparaît dans l’ensemble comme une source de progrès à écouter les principaux intéressés. « Il faut bien constater que les arbitres étaient dans l’attente de cette assistance, conclut Thierry Laurey. Il y aura la possibilité de corriger et les joueurs comme les entraîneurs auront moins la possibilité de se plaindre. » Encore que le foot donne l’occasion de s’enflammer et de contester pour la moindre action, même anodine. La froide lecture d’image ne risque pas d’éteindre la passion.


10 Aoû 2018 6:15
Profil
En ligne
Manager général@Directoire
Manager général@Directoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 8 Fév 2012 15:18
Messages: 14277
Localisation: Dorlisheim
equipe a écrit:
Le classement des budgets des clubs de Ligue 1 en 2018-2019
Découvrez les budgets des vingt clubs de Ligue 1 cette saison. Un classement toujours dominé par le PSG.
Comme la saison passée, c'est le PSG qui domine outrageusement le classement des budgets des clubs de Ligue 1. Avec 500 M€, le club parisien devance Lyon et Monaco, tandis que Nîmes, promu dans l'élite, ferme la marche avec ses 20 M€.
Le classement complet :

1. Paris-SG, 500 M€
2. Lyon, 285 M€
3. Monaco, 215 M€
4. Marseille, 150 M€
5. Lille, 90 M€
6. Saint-Etienne, 74 M€
7. Bordeaux, 70 M€
8. Rennes, 68 M€
9. Nantes, 60 M€
10. Nice, 50 M€
11. Montpellier, 41, 4 M€
12. Reims, 40 M€
13. Strasbourg, entre 35 et 40 M€
14. Amiens, 36 M€
14. Dijon, 35 M€
16. Toulouse, 35 M€
17. Caen, 34 M€
18. Angers, 30 M€
19. Guingamp, 30 M€
20. Nîmes, 20 M€


10 Aoû 2018 17:02
Profil
Secrétaire général@Directoire
Secrétaire général@Directoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 9 Nov 2003 22:26
Messages: 9906
Localisation: Longjumeau
On aurait un budget plus élevé qu'Angers malgré les ventes de leurs joueurs :?:


10 Aoû 2018 19:07
Profil
Responsable marketing @Directoire
Responsable marketing @Directoire

Inscription: 10 Juin 2003 16:41
Messages: 3418
Localisation: WIEN
Toulouse a fait un bon match defensivement jusqu'au penalty

en 2eme mi-temps ca a été la cata.....

de 45 à la 60e min.....aucune reaction toulousaine.....ils jouaient comme si ils gagnaient 2-0
Après le 2 eme but marseillais à la 60eme....reaction tactique de l'entraineur....aucune influence sur le jeu
à la 70e minutes... Toulouse laisse filer le match
A noter le bon match de leur gardien reynet

Je sais que sur un match on ne peut pas juger une equipe, que le recrutement n'est pas fini, mais hier soir Toulouse a montré ses limites tactiques, techniques, pas de hargnes...à tous les niveaux derrieres, au milieu, devant.........rien de rien

et quand je lis que Casanova dit que le score est sevère..........Toulouse a tiré une fois sur le but de Pelé......et soyons honnete hier soir ce n'etait pas l'om des grands soirs.......

On etait tres proche du 6-0..........


11 Aoû 2018 9:12
Profil
Trésorier@Directoire
Trésorier@Directoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 20 Jan 2005 16:00
Messages: 6482
Localisation: Mulhouse
PoY a écrit:
On aurait un budget plus élevé qu'Angers malgré les ventes de leurs joueurs :?:


C'est clair que c'est étonnant, et même réflexion pour Toulouse : avec les départs de Diop et de Lafont, ils ont enregistré 32 millions d'euros de recettes :!: Et ils auraient quasiment le même budget que la saison passée :shock: Il y a peut-être quelque chose qui nous échappe en termes d'écritures comptables ...


11 Aoû 2018 10:21
Profil
Responsable marketing @Directoire
Responsable marketing @Directoire

Inscription: 10 Juin 2003 16:41
Messages: 3418
Localisation: WIEN
plusieurs solutions
- le club avait peut etre des pertes
- il y avait peut etre des emprunts pour le stade......
- augmentation de capital
- reversement d'une partie des gains pour les actionnaires...........


11 Aoû 2018 10:27
Profil
Trésorier@Directoire
Trésorier@Directoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 20 Jan 2005 16:00
Messages: 6482
Localisation: Mulhouse
Ça paraît énorme d'absorber autant d'argent :shock: Même au Racing, le compte n'y est pas. On affiche un budget à peine supérieur par rapport à la saison passée, alors qu'on a rentré 14 millions pour Aholou et qu'on a un excédent structurel lié à la billetterie.

Autre idée d'explication : le budget d'un club de foot est peut-être à l'image de celui d'un service public, avec une section "fonctionnement" et une section "investissement" ? A ce moment, les ventes et achats de contrats de joueurs seraient considérés comme des investissements ? Cela signifierait que le classement de l'Equipe ne tient pas compte des enveloppes allouées aux indemnités de transfert :idea:


11 Aoû 2018 10:30
Profil
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Répondre au sujet   [ 30 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, 3  Suivante

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 2 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Rechercher:
Aller à:  
Développé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Designed by ST Software for PTF.
Traduction par phpBB-fr.com