Index du forum
Index du forum
« Toute l'actualité du Racing Club de Strasbourg Alsace vue par ses supporters »
Voir les messages sans réponses | Voir les sujets actifs Nous sommes le 20 Juil 2018 14:04



Répondre au sujet  [ 63 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5 ... 7  Suivante
 [17/18] 34ème J : Amiens / Strasbourg - 3/1 
Auteur Message
Aspirant@Pro
Aspirant@Pro

Inscription: 7 Jan 2018 18:46
Messages: 139
Mangane sera trop juste par manque de compétition.
Après ce match il serait hyper important de revoir Da Costa et Lala pour le sprint final et notamment le match de Nice.


15 Avr 2018 20:56
Profil
Manager général@Directoire
Manager général@Directoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 8 Fév 2012 15:18
Messages: 14119
Localisation: Dorlisheim
dna a écrit:
zoom sur les blessures à répétition au Racing avant le déplacement crucial à Amiens, samedi (20h)
« Ça fait partie du jeu »

Alors que les pépins physiques s’accumulent cette saison et que l’infirmerie est encore bien remplie, l’entraîneur du Racing Thierry Laurey ne se réfugie pas derrière ces contrariants contretemps avant le déplacement capital, samedi (20h), à Amiens.
Stade de la Meinau, mardi 10 avril, peu après midi. Martin Terrier, victime d’une lésion à l’adducteur droit le samedi précédent à Angers, s’éclipse après avoir déjeuné au salon des présidents. Thierry Laurey l’apostrophe. « Tu as mangé, Martin ? Fais gaffe à ton alimentation. Elle ne te réussit pas. Tu es tout le temps blessé. Tu devrais changer ton régime de croquettes », plaisante le coach.

Pas sûr que la boutade amuse l’attaquant international espoirs dont la deuxième partie de saison a été hachée et gâchée par divers soucis musculaires et qui a peu de chances de rejouer avant son départ à Lyon.

Pas sûr non plus, en réalité, qu’elle amuse son entraîneur. Car depuis l’été dernier, l’infirmerie meinovienne n’a guère été déserte qu’une dizaine de jours, début février.

En 39 rencontres officielles, les Bleus ont dû déclarer forfait à 123 reprises sur pépin physique (maladies non incluses). Soit 3,2 par match. Un chiffre impressionnant qui n’intègre pas la très longue indisponibilité d’Abdallah Ndour, victime d’une fracture tibia-péroné le 3 mai et de retour en équipe première début mars, ni celles des jeunes pros peu utilisés (Tchamba, Aaneba, Zohi, Caci, Zemzemi).

Aujourd’hui encore, Terrier, Nuno Da Costa, Kenny Lala, Vincent Nogueira, Zohi et Zemzemi ne sont pas opérationnels. Mais s’il préférerait « avoir l’effectif au complet », Thierry Laurey se montre fataliste.

« Les blessures, ça fait partie du jeu, comme les suspensions, maladies et méformes. Je ne me cacherai jamais derrière ça. Je ne connais pas un club qui n’a pas de blessés. Ça n’empêchera pas que nous ferons le point en fin de saison pour améliorer ça. »

Le coach n’a pas attendu pour se pencher sur la question. Dès l’intersaison 2017, il a cherché à professionnaliser encore plus la “surveillance” de ses troupes. « On a un suivi médical plus poussé, avec un médecin biologiste à nos côtés. On prend par exemple pas mal de repas en commun. On vérifie les soins, les protocoles de récupération, la réathlétisation. Mais quand les mecs sont chez eux, on ne sait pas ce qu’ils font. Ça ne veut pas dire qu’ils partent dans tous les sens. Je dis juste qu’on ne peut pas tout maîtriser. Ils doivent comprendre que leur corps est leur outil de travail. On n’est plus en National ou Ligue 2. »

« La Ligue 1 va nettement plus vite et demande des efforts supplémentaires, poursuit le coach. Tu ne peux pas vivre de la même façon qu’en National où tu pouvais être bourré la veille et avoir le niveau le lendemain sur le terrain. Ce que je dis n’a rien de vécu (sourire). Je force le trait à dessein. Mais pour être performant en Ligue 1, tu dois être à 100 %, peut-être plus. »
« On ne peut pas tout maîtriser »

Plus que par la profusion des blessures, le technicien a en fait été ennuyé par les séries noires à certains postes. « À un moment donné, nous nous sommes retrouvés avec très peu de défenseurs. Il a fallu tirer sur les rares valides alors que les matches s’enchaînaient et les temps de récupération étaient moindres. Parfois, dans ces cas-là, ça pète. Kenny Lala a beaucoup joué et beaucoup donné. Pour lui, ça a fini par lâcher. On l’a aussi vu à l’OM avec Adil Rami ou Florian Thauvin dont on ne peut pas dire qu’ils n’ont pas l’habitude d’aligner les rencontres très intenses dans des laps de temps très courts. »

Séquences plus ramassées, prévention, respect scrupuleux des prescriptions du staff médical : Thierry Laurey veille au grain, mais affirme qu’on ne peut pas tout anticiper. « On a pu me reprocher d’avoir fait quelque peu tourner à Chambly en Coupe de France. Mais c’était pour prévenir les blessures. J’ai eu ce problème à Ajaccio. C’est pour ça que je voulais un effectif plus étoffé au Racing qu’au Gazélec. Sincèrement, on a bien géré les choses. Je suis satisfait du staff médical. Je me plie à ses décisions parce qu’il a montré par le passé qu’il était performant et compétent. »

Le Racing va donc devoir composer cinq matches encore avec ces aléas inhérents au haut niveau. Sans se plaindre, même si certaines absences peuvent parfois faire mal.


18 Avr 2018 6:10
Profil
Vétéran@Pro
Vétéran@Pro
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 20 Mai 2007 0:30
Messages: 521
dna a écrit:
Tu devrais changer ton régime de croquettes


Pas mal :lol:

_________________
Lovely day for a Guinness


18 Avr 2018 9:53
Profil
Manager général@Directoire
Manager général@Directoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 8 Fév 2012 15:18
Messages: 14119
Localisation: Dorlisheim
dna a écrit:
Régis est un bon !
Le gardien alsacien d’Amiens, Régis Gurtner, n’est pas pour rien dans l’opération maintien que le promu picard est sur le point de mener à bien. L’ancien Strasbourgeois sait que son club peut finir le travail demain (20h) au stade de la Licorne face à un Racing qui lui réussit depuis 2015.
Une caméra un brin inquisitrice se balade dans le vestiaire amiénois. En ce samedi 7 avril, l’ASC vient de dominer Caen 3-0 au stade de la Licorne. Avec 37 points, le promu picard flirte avec le maintien en Ligue 1.

Régis Gurtner, son gardien alsacien, auteur d’une saison de haut vol, se change. Derrière lui, son partenaire Gaël Kakuta lance soudain à la cantonade : « Gurtner en équipe de France ! » L’objectif saisit l’instant.
« Ces expériences et ces moments difficiles m’ont fait progresser »

Douze jours plus tard, le Savernois de naissance, grand artisan des deux montées successives des hommes de Christophe Pélissier, en sourit toujours : « C’est sympa de la part de Gaël ».

“Schnapsi” – son surnom – n’ira pas à la Coupe du monde en Russie. Il ne portera sans doute jamais non plus le maillot bleu. Mais le plaidoyer de l’ex-espoir du foot français en sa faveur en dit long sur son niveau. Avec 231 arrêts, il est le troisième gardien le plus performant de L1, derrière Baptiste Reynet (Dijon, 250) et Benjamin Lecomte (Montpellier, 239). Dans la confrérie des portiers, il occupe la plus haute marche du podium dans France Football , avec une note moyenne de 6, et la deuxième dans L’Équipe , avec 5,78, derrière Lecomte (5,85).

À 31 ans, celui qui a grandi à Eschbourg, près de la Petite Pierre, découvre une exposition et une reconnaissance sans précédent au cours d’une carrière passée par quelques chemins de traverse. Au Racing où il a été formé, il n’a vraiment eu sa chance qu’en 2010/2011, en National. Et encore ! Parce que les finances exsangues du club ne lui ont pas permis de faire revenir Nicolas Puydebois. Après la liquidation judiciaire du Racing à l’été 2011, il part trois ans à Boulogne (un en Ligue 2, deux en National), avant de rejoindre Luzenac, promu en L2, sur l’insistance de Christophe Pélissier.

Lorsque le club ariégeois est interdit d’accession, il s’engage à la hâte au Havre (L2), mais y fait banquette (4 matches). En 2015, Pélissier le rapatrie à Amiens, en National. « Je n’ai aucun regret. Ces expériences et ces moments difficiles m’ont fait progresser, mentalement notamment. Ils m’ont forgé dans ma carrière et ma vie d’homme. »

À 30 ans passés, il s’est donc invité l’été dernier au bal d’une Ligue 1 seulement entrevue dix ans plus tôt à Strasbourg. Il a disputé dans leur intégralité 32 des 33 premiers matches (*).

« Avec une bonne dizaine de coéquipiers qui sont également là depuis trois ans, nous écrivons l’histoire de l’ASC, promu pour la première fois en L1. C’est super. Je m’éclate. Individuellement, ça se passe bien. Collectivement aussi, puisque personne ne nous attendait là à cinq journées de la fin. À trente ans, tu ne vis pas de la même façon qu’à vingt un baptême en L1. Je prends mon pied, mais aussi beaucoup de recul par rapport à la surmédiatisation de cette L1. Je garde une distance pour être performant le week-end. »
« Mon avenir ? J’ai mis des barrières »


Il l’est tellement qu’à deux ans de sa fin de contrat, les sollicitations ne devraient pas manquer. Nice a déjà tâté le terrain cet hiver. Le Bas-Rhinois coupe court à toute spéculation. « Il y a pas mal de “on dit”, mais j’ai mis des barrières. La seule chose qui m’intéresse pour l’instant, c’est le maintien d’Amiens. Une fois qu’il sera acquis, on discutera avec l’ASC du nouveau projet, car on sent bien qu’on arrive au bout d’un cycle. »

En s’imposant demain (20h) à la Licorne face à son club formateur, Régis Gurtner et les siens pourraient, dit-il, « quasiment terminer le travail ». Depuis trois saisons, Strasbourg réussit en tout cas plutôt bien à des Picards quatre fois victorieux lors des cinq dernières confrontations (un seul revers 1-0 en L2 à la Meinau), dont le match aller en Alsace (1-0 le 9 septembre). « On s’attend à un match très difficile, car le Racing a aussi besoin de points. S’il avait gagné 3-0 contre Saint-Étienne, il n’y aurait rien eu à dire. Ce sont toujours des matches particuliers. »

Pour lui, plus encore que pour ses coéquipiers. Et si, demain encore, il est vraiment bon, ce Régis, les Bleus peuvent s’attendre à souffrir.

(*) Il était suspendu à Nice le 13 janvier après son expulsion face au PSG en quart de finale de Coupe de France.


20 Avr 2018 5:43
Profil
Manager général@Directoire
Manager général@Directoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 8 Fév 2012 15:18
Messages: 14119
Localisation: Dorlisheim
dna a écrit:
Salmier pour Martinez ?
Contraint de revoir ses plans en raison de la suspension de Pablo Martinez, Thierry Laurey pourrait introduire d'autres changements dans son équipe de départ dans le duel des promus, si important pour le maintien.

Pour son 34e match de sa saison en Ligue 1, le Racing se déplace sur la pelouse d'un adversaire qu'il connaît bien, Amiens ayant connu la même évolution avec une double-montée du National à la Ligue 1 en deux ans. Le club picard est un peu mieux loti que son invité alsacien du week-end avec ses trois points d'avance au classement mais le Racing entend - enfin - concrétiser en points les prestations intéressantes de ces dernières semaines. En ce sens, Thierry Laurey pourrait concocter un onze en mesure de répondre au défi athlétique amiénois. Ainsi, Jérémy Blayac pourrait être titularisé à la pointe de l'attaque strasbourgeoise et le milieu de terrain s'articuler autour d'un duo de récupérateurs composé de Grimm et de Aholou, de retour de blessure. Pour palier l'absence de Martinez, suspendu, Yoann Salmier tient la corde plutôt que Kader Mangane, de retour dans le groupe après une absence de plus de trois mois.

Le groupe strasbourgeois : Oukidja, Kamara - Foulquier, Salmier, Koné, Seka, Ndour, Mangane - Gonçalves, Grimm, Aholou, Lienard, Martin, Corgnet, Caci - Blayac, Bahoken, Saadi.


20 Avr 2018 20:08
Profil
Manager général@Directoire
Manager général@Directoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 8 Fév 2012 15:18
Messages: 14119
Localisation: Dorlisheim
dna a écrit:
Une tendance à inverser
Séduisant dans le jeu, mais en manque de réussite, le Racing va tenter d’inverser la tendance, ce soir, au stade de la Licorne d’Amiens, pour garder ses distances avec la zone rouge.
Après avoir partagé les points sur le terrain d’Angers (1-1), il y a quinze jours, le Racing avait ressenti une certaine frustration. Séduisant dans le jeu, il avait manqué d’efficacité face au but adverse.

Et cette frustration a encore été plus intense samedi dernier. Battus sur le fil par une équipe de Saint-Étienne pourtant largement dominée dans le jeu (0-1), les Strasbourgeois ont encore lâché des points à leur portée.

Mais dans un championnat de Ligue 1 qui touche presque à sa fin, ressasser les occasions manquées ne sert à rien. S’enfoncer dans le doute non plus, surtout à quelques heures d’un match ô combien important sur le terrain d’Amiens.

« Le foot est comme ça, souligne Thierry Laurey. Il y a des moments où tu as de la réussite et d’autres, où tu n’en as pas. C’est la Ligue 1 ».
« On a fait des bons matches et on n’a pas été payé en retour »


Et le coach d’enfoncer le clou : « Ces dernières semaines, on a fait des bons matches et on n’a pas été payé en retour. On n’est pas en veine et s’il y a quelque chose à inverser, c’est cela ».

Ce soir, en Picardie, il s’agira donc de concrétiser les progrès entrevus dans le jeu en les transformant en points sonnants et trébuchants.

Et ce déplacement semble tomber à point nommé pour les troupes de Bakary Koné. Promus l’été dernier, les Picards évoluent dans la même zone grise que les Strasbourgeois et ne visent rien d’autre que le maintien.

Reste qu’à l’aube de cette 34e journée, les coéquipiers de Régis Gurtner ont tout de même une petite longueur d’avance sur leurs “frères siamois” alsaciens.

Comptablement, Amiens est légèrement mieux en point(s) que son adversaire alsacien. Avec 37 unités au compteur, les Picards sont en bonne voie pour le maintien. Une victoire face au Racing, dans un stade de la Licorne à guichets fermés, leur assurerait quasiment une place dans l’élite pour le prochain exercice.

« Amiens a plus qu’un pied en Ligue 1 pour la saison prochaine, décortique l’entraîneur alsacien. Et ils sont plutôt en forme. Hormis la défaite à Lyon, ils restent sur deux succès face à Lille et Caen ».

Tout l’inverse d’un Racing qui n’a plus gagné depuis le 11 février et cette victoire face à Troyes. La « forme du moment », comme le dit souvent Thierry Laurey, penche donc du côté des Picards.

L’histoire récente des deux clubs aussi. Lors des quatre dernières saisons, les affrontements alsaco-picards à la Licorne, en National comme en Ligue 2, ont rarement tourné en faveur du Racing. Les Alsaciens restent même sur deux défaites d’affilée face aux hommes de Christophe Pelissier, en National (2-0) comme en Ligue 2 (4-3).
« Le bleu de chauffe »

À tel point qu’Ernest Seka n’a pas hésité, cette semaine, à parler de « bête noire » en évoquant son ancien club. « Il y a toujours des équipes qui posent des problèmes particuliers, souligne de son côté Thierry Laurey. Cette saison, je pense notamment à Guingamp : on perd là-bas alors qu’on devait gagner la rencontre et chez nous, ils plient le match en vingt minutes. Et c’est vrai qu’en National, Amiens a posé des problèmes au Racing, en Ligue 2 et en Ligue 1 aussi. »

Mais le coach alsacien refuse d’y voir une malédiction particulière. Il insiste plutôt sur les qualités de cette équipe d’Amiens, « vaillante, cohérente et homogène ».

Des qualités que l’on pourrait aussi appliquer au Racing ces dernières semaines. Volontaires et « déterminés », comme le dit Jérémy Blayac (lire page suivante) , les Strasbourgeois ont eux aussi les moyens de faire basculer leur saison du bon côté ce soir.

« À nous de faire le match qu’il faut en mettant le bleu de chauffe, conclut Laurey. On va à Amiens avec ambition ». En espérant, cette fois, que la réussite soit enfin au rendez-vous.


21 Avr 2018 5:54
Profil
Président@Directoire
Président@Directoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 23 Mai 2003 8:21
Messages: 15481
Localisation: Saujon (17)
Je privilégie le match de la montée de notre première (US Saujon) que le match du Racing...En espérant ne rien rater, je pronostique un 0-0 pourri (en espérant que le Racing l'emporte malgré tout...)

_________________
Vade retro Rudi Garcia...bouh t'es moche quand tu chouines


21 Avr 2018 9:05
Profil
Stagiaire@Pro
Stagiaire@Pro

Inscription: 18 Sep 2016 21:32
Messages: 173
Si Salmier joue, c'est..........mort d'avance.


21 Avr 2018 13:57
Profil
Manager général@Directoire
Manager général@Directoire
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 8 Fév 2012 15:18
Messages: 14119
Localisation: Dorlisheim
Mais non mais non ne soyez pas si pessimistes .


21 Avr 2018 15:01
Profil
Stagiaire@Pro
Stagiaire@Pro

Inscription: 18 Sep 2016 21:32
Messages: 173
J'aimerais me trompé. Salmier, en plus des autres qui font aussi leurs boulettes par match, lui c'est chaque fois une boulette qui nous coûte des points, et ce depuis le début de saison.
Aligner Salmier, cela ressemble à un suicide.


21 Avr 2018 15:27
Profil
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Répondre au sujet   [ 63 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5 ... 7  Suivante

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Rechercher:
Aller à:  
Développé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Designed by ST Software for PTF.
Traduction par phpBB-fr.com